107
Commentaires

Livre sur Hollande : "On savait qu'on avait une matière inflammable"

Un président ne devrait pas dire ça : c’est un objet inexplicable, ou sans explication à ce jour, que ce livre d’entretiens dans lequel le chef de l’Etat en exercice, et candidat vraisemblable à sa réélection, tient des propos de nature à le brouiller avec son parti politique, ses ministres, ses électeurs et, pire, avec les footballeurs de l’équipe de France. François Hollande a-t-il été entraîné dans un piège machiavélique fomenté par Fabrice Lhomme et Gérard Davet, journalistes au Monde et nos deux invités de la semaine ?

Derniers commentaires

Il faudra surmonter une, pour l'heure, incoercible nausée pour envisager un jour, peut-être, dans assez longtemps, non pas lire (qui suppose d'y trouver intérêt) mais étudier ce prétendu "livre" dont le projet dans son effrayante, sinon répugnante idée*, est peut-être révélateur de ce qu'il faut un très solide estomac pour, à la présidence, être candidat. Car il se pourrait que cette publication nous dévoile ce qui fit Hollande se présenter comme "un président normal". Plus que les autres choses imprimées sur lui établies par journalistes plus ou moins intéressés, elle nous donne la bien plus juste traduction de "président normal" que l'original. Car c'est de président médianormal dont il se vérifie qu'il s'agit.

Je n'ai pas sursouligné le a dans cette qualification sans la raison, découverte après coup, que voici. Le double sens du jeu dans le mot de ce "a", accorde d'une part qu'il peut exister un usage normal, justifié, des médias, mais lui oppose d'autre part le caractère anormal, abusif plutôt même qu'insensé, que prend cet usage dans certains cas, catastrophiquement vérifiés historiquement à partir des années trente du siècle dernier. Et qu'on puisse exciper d'usages correcteurs (Churchill, de Gaulle) confirme l'ambivalence signifiée par l'adjectif dialectiquement: contradictoirement, oxymoriquement, composé pour signifier la question à devoir envisager.

Cette question est celle de la distinction, mais dans une essentielle inséparabilité, du normal et de l'anormal dans l'exercice gouvernemental. Il est normal, exigé, d'un pouvoir qu'il se justifie en informant, mais en observant la mesure consistant à ne pas privatiser par ce moyen la fonction exercée, ce qui signifie en tirer intérêts particuliers (personnels, individuels, - ou "familiaux": de familles restreintes ou étendues: selon une logique féodale ou mafiatique). Or la mesure en l'affaire ne relève d'aucun "esprit de géométrie", mais de cette "décence" qui n'a d'"ordinaire", contrairement à ce qu'Orwell prétendait, que le fait qu'elle a désormais des masses de population à devoir ordonner. "Ordinaire" donc, qui n'est que par extraordinaire vérifié. "Ordinaire" tout autant, sinon plus souvent injustement, inextraordinairement régi médiatiquement comme Orwell, dont c'est la gloire, l'aura établi. La présidence de François Hollande en est une illustration: particulièrement "réussie" à sa façon...



* Il y a des idées de tout, comme, dans le Parménide de Platon, l'enseigne au jeune Socrate le personnage qui donne son titre au dialogue. Il y a des idées de la boue et de la crasse comme il y en a des plus nobles réalités, celle du Bien étant la plus haute comme on sait chez Platon. Et Parménide d'attribuer à l'encore trop grande jeunesse alors de Socrate de ne pas s'en aviser. Devant le pavé de Lhomme et Davet, en dépit d'âges (bien plus) avancés, et la leçon de deux millénaires et demi d'histoire de la pensée, beaucoup, il faut l'espérer, auront le plus grand mal à trouver à la chose ce qui autoriserait à la considérer.
Non mais sans déconner.
Hollande envisagerait sérieusement de se représenter en 2017 !?
Il a déjeuné samedi à Angers avec une douzaine de dirigeants socialistes, et selon l'article de Libé (auquel je n'ai pas accès), ce fut pour lui, "l'occasion de confier son appétit pour un second mandat et prendre la température du terrain..."
Le type culmine dans un récent sondage à 4 % d'opinions favorables, sort d'un quinquennat de merde avec un bilan qui confine au désastre, se répand comme un flan ayant dépassé la date limite de péremption, en confidences pour presse de caniveau qui fâchent à peu près tout le monde, et imagine pouvoir redevenir président ?
Même ses plus fidèles lieutenants commencent à le trouver infréquentable.
Même moi, avec un programme torché à la hâte, des promesses de fils de pute bien démagos, je ferais mieux que lui.
Lui qui se pointe la gueule enfarinée à un déjeuner avec des caciques du parti, sûrement le meilleur moyen d'estimer "la température du terrain".
Laquelle se situe très largement au dessous de zéro.
C'est dur à dire, on n'imaginait pas ça à l'origine, en tout cas pas moi, mais il est encore plus con que Sarkozy.
D'après François Morel (entendu sur France Inter) ils sont surnommés "Melon&Melon" par leurs collègues du Monde.
Excellent point sur la diffamation !
Merci !
Une réflexion après-coup : qui a choisi le titre "Un président ne devrait pas dire ça" ?
Ca lance d'emblée le monde médiatique et le lecteur sur l'idée qu'il faut chercher les petites phrases, ce que Hollande avait bien pu dire qu'il n'aurait pas dû dire. Que ce soit les auteurs ou l'éditeur/marketing qui ait choisi le titre, difficile de s'étonner derrière de comment il est perçu.
Malgré un soucis d'efficacité, cette émission aurait mérité d'être plus longue. Les 80 min vont très bien à Asi, ne vous en privez pas cher Daniel.
Hollande a peut-être voulu faire plaisir à son papa: vois mon petit papa comme je les ai tous roulés, tu peux être fier de moi. J'ai fait du beau boulot pour démolir la gauche.
Formidable émission. J'ai l'impression d'avoir été informée avec subtilité et sincérité. une atteinte au zinzin médiatique qui donne envie de lire le livre. merci.
Hollande est persuadé d’avoir "une bonne étoile" : "il a l’impression que la chance le porte et il est persuadé que cette chance va le porter jusqu’au bout".

Tout l'aveu d'imposture est là: un homme creux et ultra-opportuniste, qui ne doit sa place qu' au crédit que les autres lui ont accordé sur la seule foi de son apparence "normale" et de son comportement normé, et qu'il appelle faussement la "chance".
Hollande, c'est un peu le collégien béat premier de la classe qui se présente un jour à une élection de délégués pour mesurer sa popularité, se fait élire, et de proche en proche...finit président de la République.

La vérité est que Hollande n'a nullement été porté par la chance, mais par la rencontre d'une ambition personnelle opiniâtre, d'un systême politico-médiatique complètement verrouillé (un pur produit de la Ve Republique) et des circonstances favorables (et encore, il suffit d'être dans la place et dans la durée, les circonstances finissent toujours par s'éclaircir dans ces cas là): une carrière d'aparatchik éprouvé, la construction providentielle d'une baudruche médiatique consensuelle lorsque la médiacratie de la droite complexée a du trouver un remplaçant à l'obsédé sexuel international avant les élections précédentes, et un apport massif de voix venant d'un corps électoral à bout de souffle, croyant trouver son salut en barrant la route à l'énergumène sortant.

Seul un homme "sans qualités" et - pire encore - conscient de l'être et l'assumant pleinement peut sciemment attribuer un parcours aussi extraordinaire que le sien à "sa bonne étoile".

Tout le reste est du bavardage: ce qui compte n'est pas les qualités - en l'occurrence l'absence totale de qualités en dehors de celles permettant de parvenir - de l'homme, mais l'état de délabrement moral, idéologique et politique d'un systême qui aboutit à cela.

"Les plus grandes vilenies d' aujourd' hui ne proviennent pas de ce qu' on les fait, mais de ce qu' on les laisse faire. Elles se développent dans le vide."
L'Homme sans qualités (1933)
Et quid des «opérations Homo» ("homicides", c.à.d. assassinats "ciblés", dans le vocabulaire militaire) ?

François Hollande a déclaré : «J'en ai décidé quatre au moins, mais d'autres présidents en ont décidé davantage».

Cela n'intéresse personne ?
Cette fausse ingénuité m'exaspère.....
Ce sont des rigolos ! Chez Ruquier, ils ont dit qu'ils lui avaient proposé cinq ans ! maintenant c'est cent jours puis on s'est vite rendu compte... puis etc;
je ne les écoute plus.
Ces journalistes sont magnifiques car ils démontrent que ce métier est un sacerdoce car passer autant de temps avec un tel individu d'abord en tête à tête puis pour écrire ce livre et enfin pour le commenter ce n'est plus une profession c'est un martyr. En tout cas leurs passages sur les médias ont un double avantage : l'économie du prix du 'livre' et l'économie de temps à consacrer à le lire. Quand même on devine chez eux une certaine sympathie envers le personnage. Ce qui est dit sur l'épisode grecque est proprement incroyable quand on voit le résultat, de même pour le loi El Khomri. La lecture qu'en a eu Romaric Godin dont il est question dans l'émission me semble plus de la réalité ( http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-francois-hollande-et-sa-fausse-legende-608394.html ) en les écoutant. Chez Hollande, contrairement au cochon, rien n'est bon.
J'essaie de lire entre les lignes, mais je dois avoir mauvais esprit :

François Hollande ne voudrait pas se représenter aux éléctions et aurait pour projet d' entrainer le parti socialiste dans l'abîme... A suivre, donc !

Une question cependant à qui profite le crime ?
Où autrement dit, quel est l'intéret de ce fin manipulateur de lâcher ces messages avant les prochaines élections ?

Est-ce assurer l'introduction d'un nouveau parti social démocrate (droitisant) à l'américaine en remplacement de la "vigie" défense d'un état social.

Après tout c'est une interprétation qui sera peu relayée et qui pourtant a du sens.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je souscris tout à fait à l'analyse de Fabrice Lhomme à propos de "l'affaire Hanouna": "Je ne sais pas s'il y a eu agression sexuelle, mais c'est presque anecdotique. Ce que traduit cette émission, c'est une agression intellectuelle, c'est une insulte à l'intelligence".

Et j'aimerais savoir combien de plaintes le CSA a reçues dénonçant les agressions auxquelles Hanouna se livre à chacune de ses émissions (agressions envers les téléspectateurs, que décrit Fabrice Lhomme, agressions envers les chroniqueurs, que décrit Didier Porte), alors qu'une maladresse occasionnelle (un bisou non consenti sur un décolleté) d'un chroniqueur soulève une tempête...
En tous cas, bravo Didier Porte pour cette brillante chronique.
Il y a, il y eut, il y aura une vie en et hors la présidence: telle est, sur le modèle du divin Je suis, je fus, je serai, la réponse à opposer à ceux qui parlent de suicide à l'évocation des propos de François Hollande rapportés dans le livre de Lhomme et Davet. Non pas suicide, meurtre de soi, autrement dit, mais suidire, forme, non point même de confession mais d'expression de soi, dont la portée, sinon la sincérité, doit du reste être interrogée car, de ce qui fut dit à certains moments à ces deux journalistes, on ne saurait tirer la conclusion que cela correspond à ce qu'alors pensa la personne qui s'exprimait, encore moins à ce qu'elle a pu penser à d'autres moments, notamment ceux correspondant à ses supposés intimes sentiments. Il y a donc autant de Hollande que d'avis possibles sur lui, aucun n'étant à même d'établir justement ce qu'il faut penser de lui. "Vérité": invérité pirandellienne ordinaire.

L'important est au demeurant ailleurs que dans cette interrogation sur ce, qu'à tels ou tels moments, telle personne en situation présidentielle a, ou aurait pu penser, mais dans le propre engagement de pensée que requiert de chacun de nous le réel dans les circonstances actuelles.
Bonjour
Quoiqu'en dise Daniel, qu'il s'agisse des phrases buzzées ou celles qu'il indique après une lecture du livre qu'il indique réparatrice…, elles dessinent bien le personnage : Normal 1er est un fourbe qui avance masqué.
Je me suis bien fait avoir au second tour en 2012 en votant moins pire. Pas question de recommencer en 2017.
Le microcosme du journalisme de salon parisien.....
les électeurs troncheront...
Bonjour.

Je me suis contenté de lire le résumé de l'émission. J'y ai trouvé une petite coquille : il y a deux "actes 3" et pas d'"acte 4".

Cordialement,

J. G.
L'apparente simplicité du titre du livre m'interpelle. Je me suis amusé à imaginer ce qui figurerait à la suite des points de suspension. Un président ne devrait pas dire cela... dans l'exercice de ses fonctions, c'est ce qui m'est venu à l'esprit de prime abord. Autre complément hypothétique du titre : ...mais quelle occasion de se croire capable de se rabaisser à partager des réflexions du café de commerce avec des journalistes qui ne voient la politique que par le petit bout de la lorgnette!
autre choix possible : ...mais le président "normal" que j'ai été n'en a cure, et assume ce fossé entre le pouvoir et la magistrature, entre autres!
Quoi qu'il en soit, difficile d'accréditer la thèse selon laquelle le lecteur lambda va fatalement tomber dans le panneau au point de se dire que Hollande par ras-de-bol ou esprit de défiance aurait le moindre intérêt à conspuer ouvertement les symboles de la préséance élyséenne dans l'édifice de la République française... et ce durant l'exercice de son mandat. Parce qu'après tout, des propos de cafés de commerce, sortis de leur contexte ou pas, cela reste des propos de cafés de commerce, ni plus vils ni plus imbéciles que si ils étaient sortis de la bouche d'une N. Morano par exemple en aucun cas un aperçu de la communication du porte-parolat tel qu'endossé par Jouyet jusqu'à la fin du mandat actuel.
Ce qui me parait intéressant en revanche, et je me demande si telle n'était pas l'intention du Hollande con-citoyen en veine de confidences du livre, c'est la levée de bouclier voire le désarroi de sa garde rapprochée, je fais référence à celles et ceux qui tentent de faire mousser sa candidature à la Présidentielle par petites touches de moins en moins subtiles, malgré la débâcle annoncée.
Alors je n'ai pas lu le bouquin et je n'en ai pas l'intention, mais je peux affirmer sans trop m'aventurer que celui-ci ne signe pas la fin du "off" (et heureusement), ni le suicide politique de qui que ce soit. La reddition de Hollande vis-à-vis de cette échéance électorale qui s'apparente à un chemin de Croix peut être mais dans ce cas, ce ce peux s'agir que d'un nuage de plus parmi ceux qui s’amoncellent au dessus du présumé champion de la gauche depuis qu'il fut contraint de s'affubler de M. Valls au sein de ses équipes, probablement plus en désespoir de cause que sur la foi du potentiel d'homme d'état en devenir de l'ancien Maire D’Évry.
J'aimerais enfin dire un mot de la notion de sans-dent. De mon point de vue, l'attitude de son ex-compagne n'est pas défendable, et le procès en dénigrement par F. Hollande des nécessiteux infichus de se payer des soins dentaires ne tient pas.
D'après moi, il s'agissait de fanfaronnades pour en imposer à sa "bourgeoise" si l'on me passe l'expression guère plus. Je réfute que ces propos rapportés servent le débat public ou même seraient censés illustrer le dédain viscéral du nanti à l'encontre des plus déshérités, même s'il semble que l'expression soit bien de lui. De là à dire que Hollande se montrerait particulièrement désireux de résorber les inégalités, non certes mais la question n'est pas là, me semble-t-il.
Cette émission est à jeter, on gratte à la surface, on survole .. On sait que les jiournalistes font souvent les pires invités, ça se confirme.
pendant que Fabrice Arfi enquête sur des affaires mettant le + souvent en perspective de graves failles dans le système démocratique actuel, son ex-compère Fabrice Lhomme se complait dans la chronique politicarde de bas étage, qui de fait place Le Monde au même rang que le moindre torchon de salle d'attente de dentiste.

on a connu les Pinpin et Jilou du quotidien vespéral (des marchés) plus inspirés. Allez messieurs, plus de Panama et moins de faubourg St Honoré !
Une très bonne émission qui rehausse l'idée que l'on a des journalistes (on est loin des copie-colleurs de dépêches de l'AFP).
On reste abasourdi par le personnage de Hollande de la même manière qu'on est étonné de voir au casino (via les films) une personne ajouter à sa perte prévisible de quoi le faire perdre de manière plus fracassante.

Quant à l'épisode Sarkozy/Fillon, on sent bien que les voyous et gangsters peuvent joliment porter la cravate et la petite boutonnière.

Merci à @SI encore une fois.
"Hollande adore savoir ce qui se passe dans les rédactions mais n'intervient pas" (les 2 journalistes)
là, aucune réaction.
vous n'aviez pas reçu Aude Lancelin qui vous a dit à peu près le contraire la semaine dernière, Daniel?
Une diffamation est bien une "fausse accusation" comme Daniel a raison de le penser, contrairement à ce que prétend Gérard Davet.
On peut être simplement acquitté du fait d'avoir colporté une information potentiellement ou réellement diffamatoire dès lors qu'on l'a fait de "bonne foi" ce qui est le cas ici.
Passionnant ! Le final à la sauce 4mer , excellent ! (tiens , il est encore sur 28 minutes ce soir...)
Une émission réussie .merci
Ce qui est le plus stupéfiant dans cette histoire, c'est que tout ce petit milieu politico-médiatique imagine que "le public" peut avoir un quelconque intérêt pour les paroles d'une marionnette dont il s'est depuis longtemps détourné.
L'affaire de ce bouquin m'avait laissé sceptique, comme beaucoup d'autres.
D'un côté deux journalistes d'investigation que j'estime, de l'autre un Président en perdition que tous les perroquets qui se voudraient vautours flinguent au travers de petites phrases d'apparence indécente. Connaissant par ailleurs l'humour de François Hollande, sa seule qualité à mon avis, ces petites phrases médiatiques me semblaient à prendre avec des pincettes, d'autant plus au vu de qui les avait récoltées. Même si j'aime bien tirer à boulet rouge sur l'auteur des "sans dents".
Ayant prévu, avec mon grand nez et mes grandes oreilles, une tentative d'humanisation charismatique d'apparence de gauche de ce voyou de la politique - bien piètre président de la république - en fin de mandat, je ne pouvais m'empêcher de me poser des questions. Quelle est l'opération de com'?
Ben voilà : Nos journalistes en réunion nous en tissent la trame. Non, les p'tites phrases ne sont pas ce que l'on nous en rabâche. Oui, François Hollande sait penser et prendre du recul sur les choses de la vie. Son cynisme éventuel ne peut que seoir à un personnage historique, comparable à De Gaulle ou Mitterrand.
Voilà donc un contexte idéal pour le bonhomme, un terrain de cendres, sur lequel il va probablement rebâtir son image de représidentiable.
J'y vois plus clair. L'avenir me dira, comme toujours, si mon impression est la bonne...
"Des suppôts du pouvoir" ?
Plutôt des suppositoires !
Quand la pièce est un navet, on peut toujours essayer de vendre le making of avec la complicité de deux pisse-copie.
Étonnant que les journalistes de l'ImMonde s'étonne des émissions d'Hanouna : j'ai eu l'impression de regarder par le trou de la serrure, très désagréable...je n'ai jamais regarder Hanouna comme je ne lirai pas ce livre.
Une émission entière pour nous dire qu'il faut lire le livre si on veut avoir les citations dans le contexte.

On a fait des émissions avec un message un peu plus surprenant.
Mais vous ne vous êtes pas foulés pour le titre, vous ! :D
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.