32
Commentaires

L'IGPN, passe-plat du pouvoir avec sursauts d'indépendance

Le rapport de l'IGPN sur la mort de Steve Maia Caniço conclut qu'on ne peut, pour l'instant, faire de lien entre l'action de la police et la disparition du fêtard. Une affirmation qui a réactivé la question de l'indépendance de cette institution par rapport à la police. Toulon, Nice, Marseille, Mantes-la-Jolie : Arrêt sur images revient sur les affaires impliquant l'IGPN dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes.

Commentaires préférés des abonnés

Brigitte Jullien, la directrice de l'IGPN dirigeait la police nationale à Bordeaux sous les ordres de Lallement avec que ces deux là soient appelés à prendre leur fonction respective par Macron à Paris.

Les gilets jaunes de Bordeaux ont de quoi dire s(...)

Selon l'I.G.P.N., il n'y a aucun lien entre Monsieur Goullet de Rugy   et des homards ;


Selon l'I.G.P.N , il n'y aucun lien entre not' Président et l'affaire Alstom  ;


Selon l' I.G.P.N, il n'y a aucun lien entre le Ceta  et les problèmes(...)

Vous êtes bien charitables en évoquant des sursauts... De votre synthèse, ce qui frappe, c'est que cette structure ne fait même pas le minimum pour maintenir une illusion de crédibilité et de légitimité sur le rôle qui lui est attribué. 


C'est di(...)

Derniers commentaires

Joli  travail Tony. Bravo !

Beau travail ! 

Lu à l'instant et qui résonne, me semble-t-il, parfaitement : "A mesure que les peuples montent en civilisation, les gouvernements descendent en police" (Jules Barbeyu d'Aurevilly, Pensées détachées, nd)

En perdant leur crédibilité, les forces de l'ordre perdent aussi leur légitimité.

Pareil. Comme freT.


Merci à Tony pour cet article.

Et merci aux abonnés de voter pour le rendre accessible à tous !

Sacré article ! Du bon boulot.

Les forces de polices et les organismes devant les surveiller sont déjà prêt(e)s en cas d'arrivée d'un pouvoir dictatorial.

Nous avons la chance, rare dans une vie humaine, d'assister à la mise en place progressive d'un État policier au service d'une oligarchie.


La différence avec d'autres exemples historiques, c'est qu'aujourd'hui l’État ne contrôle pas les médias... Ils sont déjà entre les mains de l'oligarchie.

Je suis toujours surpris d'entendre les syndicats de police CGT, FO, ils sont tellement différents des autres syndicalistes CGT/FO à toujours protéger le pouvoir et la hiérarchie plutôt que défendre les policiers de base, je trouve bizarre qu'ils soient dans le même syndicat.

Merci pour cette remise "en perspective" comme dit l'autre, on savait bien que l'IGPN est une totale farce, mais remettre tous les points sur tous les i est loin d'être inutile. 


Une question: comment expliqueriez-vous que dans l'affaire Andrieux, l'IGPN se paie le luxe de ne pas "faire son boulot" habituel? 



Bonjour, on a pu observer dans l'affaire Benalla au moment des auditions publiques que l'IGPN était totalement sous la coupe politique du président de la république et du gouvernement. Malgré l'obligation de parler sous serment, la directrice de l'IGPN a menti publiquement considérant qu'il n'y avait eu aucun geste illicite de la part de Benalla. Et en effet lorsqu'elle décrit la succession des gestes en question, pour l'officier de l'IGPN dont elle lit les conclusions, le coup de pied au sol de Benalla est juste ... oublié ;) il n'existe pas et n'a jamais existé. Et ça passe comme dans du beurre au moment des auditions. J'invite @si à revisionner ces images hallucinantes.


Malheureusement, pas  si satyrique que ça:



L'I.G.P.N (Institut de Gazage des Preuves Naturelles) et le gouvernement de ce pays  proclame officiellement les règles suivantes qui devront s'imposer dorénavant à tout citoyen participant à un regroupement collectif sur la voie publique (que ce soit dans un but festif ou un but politique) :
Toute personne confrontée à des tirs de grenades lacrymogènes ou à des forces de l'ordre en train de rosser des manifestants (quand ce n'est pas de leur tirer dessus par  LBD interposé, quasi arme  de guerre) et qui, ayant la lâcheté d'obéir à sa peur, fuirait  ce genre de situation, sera considéré comme complice et coupable à la fois, au cas ou sa fuite entraînerait des dommages corporelles ou psychologiques sur autrui ou elle même, ces dommages seraient-ils sa propre mort. Toute personne qui n'accepte pas de respirer des gaz toxiques et de recevoir les coups légitimes de nos forces de l'ordre (.d'ailleurs, contrairement à d'autres forces de l'ordre en Europe, nous prenons bien soin de ne pas indiquer par une flèche verte voyante par où les participants soi disant non violents pourraient fuir notre souricière) assume seule  ce qui lui arrive ensuite.
En aucun cas, il ne peut être demander à nos forces de l'ordre de tenir des raisonnements primaires, et de prendre en compte  les conséquences logiques de leurs façons de faire (comme par exemple de faire fuir les manifestants vers un endroit dangereux comme un fleuve).
 Dorénavant,  ceux qui feront semblant d'invoquer la logique et la justice dans ce genre d'affaires seront d'office considérés comme des personnes perverses oeuvrant à empêcher le  maintien de « l'ordre » tel que nous entendons l'imposer dans ce pays. Le bon manifestant se différencie du manifestant vicieux en ce qu'il accepte d'aller de lui-même au devant des coups de matraque, des gaz lacrymogènes, des tirs de LBD, fièrement et à visage découvert, sans protection. D'ailleurs, le simple fait de porter des protections (masques, lunettes) contre la violence supposée de nos forces de l'ordre est un aveu (pas si) implicite qu'on cherche d'office le conflit avec celles-ci, et donc qu'on mérite les arrestations et les gardes à vues préventives de celles-ci. Ainsi la paix civile,  deviendra t'elle effective dans notre pays. 

Selon l'I.G.P.N., il n'y a aucun lien entre Monsieur Goullet de Rugy   et des homards ;


Selon l'I.G.P.N , il n'y aucun lien entre not' Président et l'affaire Alstom  ;


Selon l' I.G.P.N, il n'y a aucun lien entre le Ceta  et les problèmes  climatiques ;


Selon l'I.G.P.N, il n'a aucun lien entre l'intelligence et M. Castaner ....



Vous êtes bien charitables en évoquant des sursauts... De votre synthèse, ce qui frappe, c'est que cette structure ne fait même pas le minimum pour maintenir une illusion de crédibilité et de légitimité sur le rôle qui lui est attribué. 


C'est dire combien elle n'a aucune espèce d'autonomie. 

 

Brigitte Jullien, la directrice de l'IGPN dirigeait la police nationale à Bordeaux sous les ordres de Lallement avec que ces deux là soient appelés à prendre leur fonction respective par Macron à Paris.

Les gilets jaunes de Bordeaux ont de quoi dire sur ces deux numéros de la répression

Selon l'IGPN, l'eau ne mouille pas et il est impossible de se noyer dans une rivière.

Ce n'est pas un procureur qui ne veut pas faire de peine à Castaner qui dirait le contraire.

Ils sont dans l'illégalité, et ils s'en fichent. 

Mais le IGPN est une sous direction de'la Police Nationale , constituée de flics qui y font un,passage avantnegnapresbd'autre directions , commissariats , Police judiciaire ou même CRS. 

On ne peut rien en attendre en terme d'indépendance , elle est sous les ordres directs du directeur de la police nationale qui obéi aux odresvdu'ministre de l'intérieur . Aucune indépendance ni dna ses textes ' ni dans les faits .


Si encore l'enquête avait été confiée aux gendarmes , même si ceux ci sont sous'les ordres du même mi'istre ..... mais l'IGPN est peut être valable pour les enquêtes administratives en interne , mais,pour le judiciaire  sur des faits visant des policiers ..... c'est juste risible.

l'IGPN c'est un peu notre NKVD à nous ...

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.