230
Commentaires

L'hommage unanime à Lévi-Strauss évacue ses critiques contre l'islam

Claude Lévi-Strauss est mort à l'âge de 100 ans. Avec le décès de l'ethnologue connu dans le monde entier, disparaît une figure historique et incontournable du paysage culturel français. C'est ce que souligne la majeure partie des hommages qui fleurissent depuis deux jours, dans les sphères politique et médiatique. Quitte à gommer les angles les plus vifs, et dérangeants de sa pensée, comme sa profonde méfiance envers l'islam.

Derniers commentaires

Kadhafi en campagne romaine d'islamisation.
Petite rectif : le titre de "La Stampa" ne se traduit pas par "Non au casting de Kadhafi", mais par "Nous au casting de Kadhafi".
En quoi ce que Claude Levi-Strauss a dit est choquant ? Désolé, les passages cités sont pertinents :
"ll m'a fallu rencontrer l'Islam pour mesurer le péril qui menace aujourd'hui la pensée française. Je pardonne mal au premier de me présenter notre image, de m'obliger à constater combien la France est en train de devenir musulmane. Chez les Musulmans comme chez nous, j'observe la même attitude livresque, le même esprit utopique, et cette conviction obstinée qu'il suffit de trancher les problèmes sur le papier pour en être débarrassé aussitôt." : Il explique le problème des trois religions livresques.
"C'était surtout l'Islam dont la présence me tourmentait (...). Déjà l'Islam me déconcertait par une attitude envers l'histoire contradictoire à la nôtre et contradictoire en elle-même: le souci de fonder une tradition s'accompagnait d'un appétit destructeur de toutes les traditions antérieures. (...)
N'est-ce pas l'image de la civilisation musulmane qui associe les raffinements les plus rares -palais de pierres précieuses, fontaines d'eau de rose, mets recouverts de feuilles d'or, tabac à fumer mêlé de perles pilées- servant de couverture à la rusticité des moeurs et à la bigoterie qui imprègne la pensée morale et religieuse? (...) Tout l'Islam semble être, en effet, une méthode pour développer dans l'esprit des croyants des conflits insurmontables, quitte à les sauver par la suite en leur proposant des solutions d'une très grande (mais trop grande) simplicité." C'est vrai !!! Démontrez le contraire, et ce pas sur un exemple particulier, mais sur une population !
"J'ai dit dans "Tristes Tropiques" ce que je pensais de l'islam. Bien que dans une langue plus châtiée, ce n'était pas tellement éloigné de ce pour quoi on fait aujourd'hui un procès à Houellebecq. Un tel procès aurait été inconcevable il y a un demi-siècle; ça ne serait venu à l'esprit de personne. On a le droit de critiquer la religion. On a le droit de dire ce qu'on pense." Et ce défenseur "de la laïcité pure et dure" de balancer : "Nous sommes contaminés par l'intolérance islamique." Parfaitement exact : Tandis que les catholiques sont raillés à travers Benoît das Sechzehnte sans soucis, Allez don raillez l'islam (voir Laurent Gerra qui s'excuse (vaut mieux) et le sketch courageux de Stéphane Guillon ( je ne vous parlerai pas de nos amis islamistes...).
Désolé, que ceux qui veulent attaquer l'ethnologue Lévi-Strauss, attaquez-le sur un autre sujet, le structuralisme si ça vous fait plaisir (avec des arguments scientifique, ce qu'il fut, et non pas un philosophe selon certains journaux. Et je rappelle ce qu'il pensait, non qu'il fut le premier (ce que disent selon certains journaux) en le résumant et en vous donnant l'axiome de l'ethnologue : l'homme est un mais c'est une machine à fabriquer des cultures...
Je reviens sur ce forum, avec beaucoup de recul...

Je m'aperçois une nouvelle fois que rien ne change !
Il suffit que Dan Israel écrive un fait sur le consensus des médias au sujet de la disparition de Levi-Strauss pour que la foule se déchaîne et aille toujours du bon côté ! Celui de la pensée unique !
Levi-Strauss était un HUMANISTE, il croyait en l'homme et pensait qu'il s'auto-détruirait, il a parfaitement raison.
En cette qualité, forcément, sa réticence envers toutes les religions monothéistes me semble évidente !
L'homme ne se divise que par cette particularité qui est la religion.
Le nier ou lui opposer une idéologie à la mode pour y trouver un obscurantisme ne fait que renforcer la propre philosophie de Levi-Strauss.

Oublier la religion, regarder l'homme en face, sentir que dans toutes les civilisations il y a une civilisation, une possibilité de vivre en commun quelque soit nos différences et vous vous approcherez un peu de ce que cet homme à chercher à nous rendre compte toute sa longue vie.
Après l'encensoir commence la calomnie...
Afin de savoir de quoi on parle, la moindre des choses est de citer le texte qui pose problème, si tant est qu'il en cause.
Donc voici,

1955
Tristes Tropiques, Lévi-Strauss, l'Inde et l'islam
L'auteur évoque son passage en Inde, sur le chemin de l'Europe. Il évoque l'islam et ses rapports tourmentés avec le monde hindou comme avec le monde occidental et chrétien. Cinquante ans après, ses observations n'ont pas pris une ride et méritent en tout cas d'enrichir notre propre réflexion sur le monde qui nous entoure.

J'errais un soir dans l'enceinte de Bhir Mound, délimitée par un talus de déblais. Ce modeste village, dont les soubassements seuls ont subsisté, ne dépasse plus le niveau des ruelles géométriques où je marchais. Il me semble considérer son plan de très haut ou de très loin, et cette illusion, favorisée par l'absence de végétation, ajoutait une profondeur à celle de l'histoire. Dans ces maisons vécurent peut-être les sculpteurs grecs qui suivaient Alexandre, créateurs de l'art du Gandhara et qui inspirèrent aux anciens bouddhistes l'audace de figurer leur dieu. Un reflet brillant à mes pieds m'arrêta : c'était, dégagée par les pluies récentes, une piécette d'argent portant l'inscription grecque : MENANDRU BASILEUS SÔTEROS. Que serait aujourd'hui l'Occident si la tentative d'union entre le monde méditerranéen et l'Inde avait réussi de façon durable ? Le christianisme, l'Islam, auraient-ils existé ? C'était surtout l'Islam dont la présence me tourmentait ; non parce que j'avais passé les mois précédents en milieu musulman : ici confronté aux grands monuments de l'art gréco-bouddhique, mes yeux et mon esprit restaient encombrés par le souvenir des palais mogols auxquels j'avais consacré les dernières semaines à Delhi, Agra et Lahore (...).
Déjà l'Islam me déconcertait par une attitude envers l'histoire contradictoire à la nôtre et contradictoire en elle-même : le souci de fonder une tradition s'accompagnait d'un appétit destructeur de toutes les traditions antérieures. Chaque monarque avait voulu créer l'impérissable en abolissant la durée (...).
A l'Université de Lahore, j'ai rencontré une dame anglaise mariée à un musulman, qui dirigeait le département des Beaux-Arts. Seules les filles sont autorisées à suivre son cours ; la sculpture est prohibée, la musique clandestine, la peinture est enseignée comme un art d'agrément. Comme la séparation de l'Inde et du Pakistan s'est faite selon la ligne de clivage religieux, on a assisté à une exaspération de l'austérité et du puritanisme. L'art, dit-on ici, a «pris le maquis». Il ne s'agit pas seulement de rester fidèle à l'Islam, mais plus encore, peut-être, de répudier l'Inde : la destruction des idoles renouvelle Abraham, mais avec une signification politique et nationale toute fraîche. En piétinant l'art, on abjure l'Inde (...).
Plutôt que parler de tolérance, il vaudrait mieux dire que cette tolérance, dans la mesure où elle existe, est une perpétuelle victoire sur eux-mêmes (les musulmans). En la préconisant, le Prophète les a placés dans une situation de crise permanente, qui résulte de la contradiction entre la portée universelle de la révélation et l'admission de la pluralité des fois religieuses. Il y a là une situation «paradoxale» au sens pavlovien, génératrice d'anxiété d'une part et de complaisance en soi-même de l'autre, puisqu'on se croit capable, grâce à l'Islam, de surmonter un pareil conflit. En vain, d'ailleurs : comme le remarquait un jour devant moi un philosophe indien, les musulmans tirent vanité de ce qu'ils professent la valeur universelle de grands principes : liberté, égalité, tolérance ; et ils révoquent le crédit à quoi ils prétendent en affirmant du même jet qu'ils sont les seuls à les pratiquer.
Un jour, à Karachi, je me trouvais en compagnie de Sages musulmans, universitaires ou religieux. A les entendre vanter la supériorité de leur système, j'étais frappé de constater avec quelle insistance ils revenaient à un seul argument : sa simplicité (...).
Tout l'Islam semble être, en effet, une méthode pour développer dans l'esprit des croyants des conflits insurmontables, quitte à les sauver par la suite en leur proposant des solutions d'une très grande (mais trop grande) simplicité. D'une main on les précipite, de l'autre on les retient au bord de l'abîme. Vous inquiétez-vous de la vertu de vos épouses ou de vos filles pendant que vous êtes en campagne ? Rien de plus simple, voilez-les et cloîtrez-les. C'est ainsi qu'on en arrive au burkah moderne, semblable à un appareil orthopédique avec sa coupe compliquée, ses guichets en passementerie pour la vision, ses boutons-pression et ses cordonnets, le lourd tissu dont il est fait pour s'adapter exactement aux contours du corps humain tout en le dissimulant aussi complètement que possible. Mais, de ce fait, la barrière du souci s'est seulement déplacée, puisque maintenant, il suffira qu'on frôle votre femme pour vous déshonorer, et vous vous tourmenterez plus encore. Une franche conversation avec de jeunes musulmans enseigne deux choses : d'abord qu'ils sont obsédés par le problème de la virginité prénuptiale et de la fidélité ultérieure ; ensuite que le purdah, c'est-à-dire la ségrégation des femmes, fait en un sens obstacle aux intrigues amoureuses, mais les favorise sur un autre plan : par l'attribution aux femmes d'un monde propre, dont elles sont seules à connaître les détours. Cambrioleurs de harems quand ils sont jeunes, ils ont de bonnes raisons pour s'en faire les gardiens une fois mariés.
Grande religion qui se fonde moins sur l'évidence d'une révélation que sur l'impuissance à nouer des liens au-dehors. En face de la bienveillance universelle du bouddhisme, du désir chrétien de dialogue, l'intolérance musulmane adopte une forme inconsciente chez ceux qui s'en rendent coupables ; car s'ils ne cherchent pas toujours, de façon brutale, à amener autrui à partager leur vérité, ils sont pourtant (et c'est plus grave) incapables de supporter l'existence d'autrui comme autrui. Le seul moyen pour eux de se mettre à l'abri du doute et de l'humiliation consiste dans une «néantisation» d'autrui, considéré comme témoin d'une autre foi et d'une autre conduite. La fraternité islamique est la converse d'une exclusive contre les infidèles qui ne peut pas s'avouer, puisque, en se reconnaissant comme telle, elle équivaudrait à les reconnaître eux-mêmes comme existants.
Ce malaise ressenti au voisinage de l'Islam, je n'en connais que trop les raisons : je retrouve en lui l'univers d'où je viens ; l'Islam, c'est l'Occident de l'Orient. Plus précisément encore, il m'a fallu rencontrer l'Islam pour mesurer le péril qui menace aujourd'hui la pensée française. Je pardonne mal au premier de me présenter notre image, de m'obliger à constater combien la France est en train de devenir musulmane. Chez les musulmans comme chez nous, j'observe la même attitude livresque, le même esprit utopique, et cette conviction obstinée qu'il suffit de trancher les problèmes sur le papier pour en être débarrassé aussitôt (..). Comme l'Islam est resté figé dans sa contemplation d'une société qui fut réelle il y a sept siècles, et pour trancher les problèmes de laquelle il conçut alors des solutions efficaces, nous n'arrivons plus à penser hors des cadres d'une époque révolue depuis un siècle et demi, qui fut celle où nous sûmes nous accorder à l'histoire, et encore trop brièvement, car Napoléon, ce Mahomet de l'Occident, a échoué là où a réussi l'autre. Parallèlement au monde islamique, la France de la Révolution subit le destin réservé aux révolutionnaires repentis, qui est de devenir les conservateurs nostalgiques de l'état de choses par rapport auquel ils se situèrent une fois dans le sens du mouvement.
Vis-à-vis des peuples et des cultures encore placés sous notre dépendance, nous sommes prisonniers de la même contradiction dont souffre l'Islam en présence de ses protégés et du reste du monde. Nous ne concevons pas que des principes, qui furent féconds pour assurer notre propre épanouissement, ne soient pas vénérés par les autres au point de les inciter à y renoncer pour leur usage propre, tant devrait être grande, croyons-nous, leur reconnaissance envers nous de les avoir imaginés en premier. Ainsi l'Islam qui, dans le Proche-Orient, fut l'inventeur de la tolérance, pardonne mal aux non-musulmans de ne pas abjurer leur foi au profit de la sienne, puisqu'elle a sur toutes les autres la supériorité écrasante de les respecter. Le paradoxe est, dans notre cas, que la majorité de nos interlocuteurs sont musulmans, et que l'esprit molaire qui nous anime les uns et les autres offre trop de traits communs pour ne pas nous opposer (...).
Si le bouddhisme cherche, comme l'Islam, à dominer la démesure des cultes primitifs, c'est grâce à l'apaisement unifiant que porte en elle la promesse du retour au sein maternel ; par ce biais, il réintègre l'érotisme après l'avoir libéré de la frénésie et de l'angoisse. Au contraire, l'Islam se développe selon une orientation masculine. En enfermant les femmes, il verrouille l'accès au sein maternel : du monde des femmes, l'homme a fait un monde clos. Par ce moyen, sans doute, il espère aussi gagner la quiétude ; mais il la gage sur des exclusions : celle des femmes hors de la vie sociale et celle des infidèles hors de la communauté spirituelle : tandis que le bouddhisme conçoit plutôt cette quiétude comme une fusion : avec la femme, avec l'humanité, et dans une représentation asexuée de la divinité. (...).
Cet article de Dan Israël part du postulat non énoncé et que je trouve incroyablement étrange que sa critique de la religion musulmane pourrait être reprochée à Claude Lévi-Strauss. Heureusement que dans l'émission de cette semaine, les pendules sont remises à l'heure et que la personne ayant signé la biographie de Lévi-Strauss dans Libération rappelle qu'il est autorisé de critiquer la religion musulmane et que cela ne devrait pas poser de problème dans une république laïque.
Le climat de ce pays est assez curieux où le fait de critiquer la religion musulmane devient une sorte de délit de pensée, alors que taper à tour de bras sur l'église catholique semble être encouragé.

Oui, en effet, cette religion musulmane porte des valeurs contraires à celles de notre république, ce n'est pas être islamophobe que de l'enoncer, c'est un fait. D'ailleurs je récuse le terme trompeur d'islamophobe, aucune peur ne me hante, tout au plus le désir de ne jamais voir une république islamique (tres bel oxymore n'est-ce pas) sur notre sol.

CLS a également exprimé que si une société se renferme sur sa culture elle est en danger de régression, mais qu'à l'inverse trop s'ouvrir aux autres cultures la place devant un danger au moins aussi grand. N'est-ce pas la situation vers laquelle nous glissons ?
Cette stigmatisation sur sa critique de islam est ridicule !!
Dans les années 50-70 on pouvait critiquer les religions sans forcément s'attirer les foudres de la presse, les chanteurs (Brassens, Brel, Ferré) y allaient franchement de leur plus belles plûmes.
Aujourd'hui le politiquement correct m'écœure, j'en attrape une indigestion grave qui commence sérieusement à m'étouffer.
Tout le travail de Levi Strauss va précisément à contre courant de la prétention d'universalisme des religions monothéistes. Il fait parti de la série des grands intellectuels et savants comme Copernic, Darwin, Freud qui ont mis à mal toutes les fondations de ces religions.
Je suis libre penseur et je n'aime pas l'islam, comme toutes les autres religions qui ont prétention à l'universalisme et qui seront toujours en conflit avec le pouvoir car dans une nation laïque elles finissent par ne devenir que des loisirs spirituels ce qui leur fait perdre l'essence même de leur existence, alors suis je islamophobe ? Ils peuvent bien s'habiller comme ils veulent, voile, burka, bikini, fleur dans les cheveux etc ... tant que ça reste un loisir spirituel et qu'ils ne s'attaquent pas au pouvoir, pas de problème ... mais c'est IMPOSSIBLE !!!!!
Ou est la verve de nos athés d'antan ? qui a inventé ce mot qui m'énerve : islamophobe ? existe t-il un mot similaire pour ceux qui n'aiment pas les cathos, ou les athés ?
Les médias et la presse en général ne devraient plus relever ou faire "la loupe" sur ces "détails" qui ne font qu'exciter les plus fanatiques et les grands défenseurs de la correctocratie. A continuer comme ça on va bientôt dire que Brassens ou Ferré étaient d'extrême droite !!!
Je n'ai lu que Tristes tropiques (et encore, très mal!) quand j'étais jeune. Je découvre avec bonheur, grâce à cette chronique, que je pense la même chose de l'Islam que CLS. Peut-être ma lecture ne fut-elle pas si mauvaise que je le pense. La veulerie contemporaine fait que l'on n'a plus le droit d'exprimer de critiques envers les religions. S'il s'agit de l'Islam, le crime se trouve renforcé de racisme. Je ne verrai sûrement pas la proclamation de la première République islamique de France. Mais ce que je vois c'est que la basse politique actuelle nous y conduit en ouvrant un boulevard royal au jihad dont la finalité n'est-elle pas de convertir le monde entier à l'islam ?

PS - Les liens avec les islamistes auraient pu être évités.
L'extrême droite chrétienne anti sémite et anti arabe est sur ce forum... Et ça pue ...
L'identité nazionale a de beaux jours devant elle... A quand l'étoile jaune sur le paletot des étrangers ?

Monsieur Alain T : on écrit Levi-Strauss ...
Monsieur Alain T. votre message laisse transparaitre un parti pris qui me semble assez douteux,
Dan Israel, en tant que journaliste d'@rret Sur Images, rédige un article de décryptage de médias, qui est le thème principal du site.
Ce journaliste nous explique que Claude Levi Strauss a émis, dans un de ces livres, des propos assez acerbes sur l'Islam en particulier, et sur la religion en général.
Question, étiez vous au courant de ses propos avant qu'@rret sur Images ne vous les dévoile, et les connaissiez vous quand Mr Levi Strauss faisait encore parti de ce monde? Non, très probablement.
Je pense que le but de cet article était de justement pointer du doigt le manque d'objectivité d'une grande partie des médias, qui, pour ne pas ternir l'image de ce grand anthropologue dont le nom restera surement gravé dans l'histoire, fait abstraction de certaines citations qui auraient surement mérité de créer un débat (de son vivant) alors que d'autres citations sont reprises par l'extrême majorité des médias et de façon très élogieuse
Une dernière chose ; "condamnés au mutisme imposé par quelques politiques et autres "penseurs" inspirés par de troubles visées."
J'espère que vous plaisantez...depuis quand en France (et ailleurs), on se retient, ou l'on nous empêche de critiquer l'Islam? C'est même devenu le sport favori d'un grand nombre de personnalités...
Monsieur Israél, votre papier laisse transparaître un parti pris détestable.
Il me rappelle l'acharnement de DS envers Mr Péan.
Monsieur Lévy-Strauss a eu une idée nette ,claire et argumentée des visées de l'islam.
Lui a pu l'exprimer,mais le citoyen lambda ne le peut pas .
Pauvres chrétiens que nous sommes, empêchés de réagir à l'hégémonie croissante de cette pensée obscure, condamnés au mutisme imposé par quelques politiques et autres "penseurs" inspirés par de troubles visées.
A part ça, il me semble qu'il y a plus de phrases de CLV qui n'ont pas été citées dans les grands médias que de phrases qui le furent. On doit pouvoir s'amuser longtemps.
Eh oui , vous pouvez faire d'autres chroniques, il reste tant de philosophes, d'écrivains, coupables d'avoir égratigné l'Islam et les autres religions monothéistes.....Shopenhauer, Montaigne, Montesquieu,Chateaubriand, Gide, Rousseau, Diderot, Vigny...etc.. Personnellement je trouve la critique des religions salutaire et indispensable. Quel est ce monde où la liberté d'expression doit marcher dans les champs de mines du politiquement correct?
je suis assez surpris de ces personnes qui au nom de leurs liberté de critiquer l'islam reproche a cet article d'oser parler de ces citations parce que d'une part je ne vois aucun reproche a l'auteur, de l'autre admettons que l'auteur les lui reproche n'aurait il pas le droit de le faire lui aussi non?
Le débat ne fait que commencer ?

Je ne vois pas où est le débat.
Le papier est étrange. Il semble suggérer que Lévi-Strauss était "islamophobe" voire "raciste" (c'est complètement débile), avant de conclure qu'il critiquait "toutes les religions monothéistes".

Si donc on critique une religion on est coupable d'islamophobie ? Christianophobie ? Et puis pourquoi pas antisémitisme tant qu'on y est ?

Franchement faut arrêter.
Je trouve que la religion est un poison, et je ne comprends pas un seul instant comment on peut croire sérieusement qu'un homme ait pu marcher sur l'eau, qu'un autre ait ouvert la mer en deux (non mais franchement), ou que 77 vierges attendant les hommes pur au paradis dans des rivières de miel (give me a break). Quant aux traditions religieuses, elles ont empoisonné mon enfance, mon adolescence.

Je ne vois pas en quoi cette position, que je reconnais être sans complaisance (voire radicale, et même parfois blessante pour la foi des autres) fait de moi une raciste.

On devrait pouvoir taper sur les religions comme on tape sur les opinions politiques qui nous emmerdent, point barre.
Le soupçon de racisme adressé à Lévi-Strauss est d'une incroyable stupidité. J'en suffoque.
décidément on ne s'arrange pas chez Marianne2.
Précédemment, beaucoup d'intervenants ont dit ma pensée: c'est bien parce qu'il a été confronté à l'absolutisme de l'islam et de tous les monothéismes que CLV s'est permis à juste titre de critiquer le mahométantisme mensonger, synthèse nihiliste de tous ses prédécesseurs.
Lui faire ce procès est INDIGNE. C'est du sionisme pur et dur! En tous cas c'est de la mauvaise foi.

Je ne renouvellerai pas ma cotisation à ce site.
Je ne vois pas trop en quoi ce genre de propos circonvient à l'image du Lévi-Strauss antiraciste. Il ne parle guère que de rapport au monde, que je sache. Il décrit celui qui lui semble attaché à la religion musulmane. Mais qui lui est si peu propre, qu'il l'attache également à d'autres habitus.
Mais que ce passe t-il au juste, le bon Dan va t-il lancer une fatwa contre "le vieux chêne", sous pretexte qu'il a émis des critiques à l'encontre de l'Islam et de Mai 68 ? ça sent le sensationalisme et la volonté d'agiter les forums...surtout la dernière phrase de l'article "le débat ne fait que commencer"...to be continued diraient nos amis angliches. Non sérieux, les thèmes évoqués sont une part infime de sa pensée, certes cela mérite d'être dit pour ceux qui n'ont pas tout lu de lui (j'en suis) mais pas sur le mode de la polémique, encore une fois, vaine, stérile, et pouratnt si chère anomédias dont vous êtes de plus en plus proches.
Zut de zut ! J'avais commencé à lire le forum, un peu -beaucoup- étonné par les dérapages, puis devant la longeur et le nombre des interventions, je me suis rabattu sur "voter pour cet article" afin de dire, par un vote négatif, mon désaccord avec Dan.
Crétin que je suis, il fallait savoir lire @si, "voter pour cet article" veut donc dire "plébiscitez cet article" !

Zut de zut ! Ton article Dan me déçoit, comment peux-tu faire l'innocent en feignant de ne pas comprendre que critiquer une religion et toutes ses copines est un acte émancipateur ?

Je n'ai lu CLS, je vais le faire... mais zut de zut, qu'est-ce-que je suis déçu par le fond de ce forum... c'est la première fois que j'y écris... zut et zut............ déçu !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
J'ai pas lu "tristes tropiques" et je ne suis pas allé au Brésil (aucun rapport...). Ma question va amener à mon lynchage, mais qu'a-t-il dit sur le judaïsme ?
Je ne suis pas étonnée.
Un bouquin qui commence par : "Je hais les voyages", ne peut pas être un bon livre. Je l'ai toujours dit. D'ailleurs j'ai essayé de lire Tristes Tropiques, mais il m'est tombé des mains au bout de la deuxième page.

Je rigole, évidemment. Sauf sur le fait que je n'ai pas pu le lire.

Intéressant de constater de façon aussi patente comment on transforme un livre majeur, en en sélectionnant des passages, en un texte qui déforme complètement la pensée de l'auteur, Et comment des internautes peuvent faire des arguments de guerre de l'avis d'un ethnologue comme CLS. Lequel pense ce qu'il veut.
De plus, le livre date de 1955, avant la guerre d'Algérie. Alors...

J'avoue quand même que j'ai du mal à saisir la première citation qui est mentionnée.
Je reviens sur mon message précédent. Si le texte attribué à Levi Strauss ne figure pas dans le chapitre 9, il figure dans le chapitre 39, intitulé "Taxila". Mea culpa, donc. Mes excuses à Cassandre, même si le site où elle a trouvé ce lien est quelque peu gerbant.

Cela dit, il faut aussi lire le chapitre suivant, "Visite au Kyong" pour bien comprendre la pensée de Levi Strauss.

Il fait un parallèle entre l'Islam, et notre monde occidental, qui ont les mêmes défauts.

"Chez les musulmans comme chez nous, j'observe la même attitude livresque, le même esprit utopique, et la conviction qu'il suffit de trancher les problèmes sur le papier pour en être débarrassé."

"Comme l'Islam est resté figé dans sa contemplation d'une société qui fut réelle il y a sept siècles, ... nous n'arrivons plus à penser hors des cadres d'une époque révolue depuis un siècle et demi..."

"Nous sommes prisonniers de la même contradiction dont souffre l'islam. Nous ne concevons pas que des principes, qui furent féconds pour assurer notre propre épanouissement, ne soient pas vénérés par les autres..."

"L'esprit molaire qui nous anime les uns et les autres offre trop de traits communs pour ne pas nous opposer...", etc...


Bref; selon moi, résumer la pensée de quelqu'un comme Levi Strauss en disant "il est raciste anti musulman" est un peu léger. Essayons de ne pas parler pour ne rien dire, et surtout, de parler en connaissance de cause.

Mais sans doute est-ce difficile pour les journalistes de résister aux tentations du buzz et de la polémique.
"Claude Levi-Strauss parle de l'Islam"
Après avoir lu ce chapitre écrit par Claude levi Strauss, je dirais que le titre est juste.
Il y a vraiment quelque chose qui m'échappe : Est-il interdit de ne pas aimer l'islam ou de le dire ? Le fait de ne pas aimer les autres religions est-il une circonstance atténuante ou agravante ?
Ais-je le droit de critiquer la religion catholique pour son rôle dans les croisades ou dans la colonisation ?
Ais-je le droit de dire que je desteste les interdits alimentaires qui empêchent les gens de vivre ensemble ?

Les religions ne sont pas toutes identiques me semble t'il et si je veux aimer le catholisisme pour ce qu'il est et detester le Judaisme pour ce qu'il est il me semble en avoir le droit.

Dernière question
A t'on vraiment le droit de critiquer C. Levi Strauss ou est-ce un manque de respect à l'egard de ceux qui l'admirent, est-ce assimilable à une forme particulièrement pernicieuse de racisme ?

Pour moi ce genre de remise en question de la liberté d'expression et encore plus de la liberté de penser à l'egard de la religion est très grave.
"Lévi-Strauss n'hésite pas à poser la question qui tue :« s'il n'existe pas des aptitudes raciales innées, comment expliquer que la civilisation développée par l'homme blanc ait fait des iummenses progrès que l'on sait, tandis que celles des peuples de couleur son restées en arrière, les unes à mi-chemin, les autres frappées d'un retard qui se chiffre par milliers ou dizaines de milliers d'années ? (3)
A côté de tel propos, Henri Guaino est un tiermondiste tiermondain... En fait, la supposée supériorité de la civilisation occidentale appelle pour l'ethnologue une réflexion sur l'inégalité des cultures humaines."
Merci mais votre titre .... et le début de votre article entretiennent trop le malentendu. Qui n'ira pas jusqu'au bout pensera encore que Levi Strauss était islamophobe !
[quote=Sebastien Lapaque (cité par Dan Israel)]"Il avait des mots durs contre le christianisme, et s'est toujours refusé de parler avec moi de ses racines juives, alors qu'il avait vécu pendant la Seconde guerre mondiale chez son grand-père, rabbin de Versailles", détaille l'écrivain.


C'est pendant la première guerre mondiale qu'il a vécu chez son grand-père!
Bel article, Dan.
En ce qui concerne l'islam ou le christianisme, quand les fanatiques de ces religions se trouvent être au pouvoir, plus besoin de preuves supplémentaires pour s'apercevoir que ces cas de figure peuvent nuire gravement aux citoyens et à leur entourage...
... un peu comme la scientologie quand elle se trouve être en état d'influencer les décisions de justice la concernant, ou des médias qui passent sous silence son implication dans le mécanisme judiciaire.
Ce qui montre, si besoin en était, qu'il est une nécessité vitale que l'État et ses organismes dépendants, quels qu'ils soient, soient absolument séparés de la religion.
Les intégristes au pouvoir arriveront toujours à inclure dans leurs codes pénaux des situations incluant le recours à la lapidation, simple exemple parmi tant d'autres...
... et la notion de chanoine devrait de facto exclure un président de sa responsabilité séance tenante, par exemple.

Disparition d'un grand bonhomme, assurément.
ça ne serait pas la première fois qu'on fait l'impasse sur des idées jugées un peu dérangeantes quand il s'agit de hisser un homme et sa pensé au rang du sacré.

J'ai le souvenir du site Internet consacré à l'œuvre d'Alexis de Tocqueville où on ne trouve aucune traces de ses textes encourageant voir institutionnalisant l'usage de la force brute, du ravage et de l'expropriation massive dans la colonisation (celle de l'Algérie plus précisément).

Il faut croire que c'est comme ça que ça marche. L'universalisme n'est pas possible sans une mémoire quelque peu sélective.
Je ne comprends même pas ce genre de polémique... La critique de l'Islam par Lévi-Strauss est tout simplement humaine, naïve, c'est la critique d'un ethnologue qui a été confronté directement aux extrêmes nuisances qu'induit l'imposition des idéologies religieuses en termes de destruction de diversité culturelle, voire naturelle, tant ces deux mots étaient si fortement liés dans l'esprit de cet homme.

Jamais, jamais, l'oeuvre intellectuelle de Claude Lévi-Strauss n'a systématisé l'islamophobie. Jamais Claude Lévi-Strauss n'a pointé le monothéisme comme quelque chose contre lequel l'homme se doit de lutter afin qu'il disparaisse. Il a juste à titre personnel regretté son existence à la vue de ses conséquences comme il a regretté la surpopulation de la planète sans jamais penser ou demander une extermination massive ou un contrôle des naissances.

C'est l'humain, uniquement l'humain qui préoccupait cet homme. La solution politique ne l'intéressait pas.
Salut Dan, chapeau pour ton papier passionnant (et nuancé). Une autre question m'habite, si j'ose dire, à propos du Grand Monsieur : nulle part il n'est fait mention (à ma connaissance) de sa vie amoureuse, affective, éventuellement maritale (ou pas) ; la chose m'étonne pour deux raisons :
- aucune personnalité publique aujourd'hui n'échappe à l'évocation (même partielle, pudique) de sa vie "sentimentale" - particulièrement au moment fatidique de la nécrologie, qui se veut "somme" de "l'homme total". Le Grand Intellectuel ferait-il exception ? Pourquoi ?

- la question est particulièrement pertinente s'agissant d'un homme qui a fait métier de son rapport à l'Autre.

Quelqu'un a-t-il lu quelque part des infos relatives à la situation "familiale" (je veux dire en fait affective) de Levi-Strauss ? Si personne, comment s'explique une telle omerta ? Et enfin, last but not least : mes questions sont-elles indiscrètes ? Indécentes ?
En quoi une critique de l'Islam, s'accompagnant d'une réticence vis à vis des autres religions monothéistes, est-elle dérangeante pour cet auteur laïque "pur et dur" ?
Ben si que t'es pas dans le vent ( traduction du sarkozien : politiquement correct ) , c'est que tu dis des bêtises non mais

Au lieu d' " évacuer " , on peut débattre entre gens de bonne volonté .
La culture sert ( de servir ... ) l'ouverture d'esprit .
Levi-Strauss est un des beaux leviers de réflexion .
Je sais pas pour vous mais il faudrait aussi condamné les notices des presarvatifs qui disent que les preservatifs ne sont pas fiables a 1OO% et la serie Friends qui dit que les presarvatifs c'est pas fiable (au moins dans deux episodes)
entre pas fiables et ça :

le problème du sida ne «peut pas être réglé» par la «distribution de préservatifs» et qu’«au contraire, leur utilisation aggrave le problème».

y a comme une petite différence.

quant aux marques de préservatifs, elles se préservent aussi : on connaît la propention des américains à faire des procès pour tout et n´importe quoi. " ma femme est enceinte, c´est la faute à durex" ^^

quant à la série Friends, je doute de la portée philosophique des dialogues, et s´il est dit que la capote n´est pas fiable, c´était peut-être pour faire une blague à un des personnages, non ? j´en sais rien
oui je suis d'accord pour les raisons des notices, mais moi ca me pose probleme.... soit c'est fiables et c'est indubitables et on enleve cette mention soit ca ne l'est pas et on la laisser....

Pour friend effectivement ce message n'a pas fait grand bruit parce qu'il genere une situation drole Joey qui part appeler toutes les filles avec qui il a couché pour verifier si il n'est pas pere... Mais Ross a mit enceinte Rachel en utilisant un preservatif et la scene et l'explication a joey puis le recours aussi a la notice des boite de preservatif avec un taux d'inefficacité particulierement eleve 10 ou 20% ce qui est enorme(surtout pour joey) moi ca ma choqué peut etre parce que je ne suis pas fan
vous savez qu´aucune entreprise, quelle qu´elle soit n´osera inscrire une fiabilité à 100%.

il est même préférable qu´elle signale qu´il existe TOUJOURS un risque. ou sinon, on reste chez soi et on....
je sais vous avez raison pour les notices meme si ca me pose un souci
Les notices indiquent que le préservatif n'est pas sûr à 100% tout bonnement parce que c'est le cas :

« L’utilisation correcte et systématique du préservatif masculin réduit le risque de transmission sexuelle du VIH de 80-90%. D’après les données disponibles, le préservatif féminin offrirait des niveaux semblables de protection. » (Organisation mondiale de la santé, 2009 : http://www.who.int/hiv/pub/priority_interventions_web_fr.pdf, page 27)

En tant que contraceptif, il est moins efficace que la pilule (qui n'est pas non plus efficace à 100%) : entre 85% (mauvaises conditions d'usage) et 98% (utilisation correcte). (Organisiation mondiale de la santé 2005 : http://books.google.com/books?id=-iwbc8RC67EC&pg=PA1&lpg=PA1&dq=Crit%C3%A8res+de+recevabilit%C3%A9+pour+l%27adoption+et+l%27utilisation+continue+de+m%C3%A9thodes+contraceptives&source=bl&ots=A8DLh29PMV&sig=Y0oOV4Zk0bxG-uX2vEox0FRQ4gg&hl=fr&ei=kxmUSq_7KMrajQfNhMnjDQ&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1#v=onepage&q=&f=false, page 6)

Également : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9servatif#Efficacit.C3.A9, http://fr.wikipedia.org/wiki/Efficacit%C3%A9_des_m%C3%A9thodes_de_contr%C3%B4le_des_naissances
Dans ce cas, ce n'est pas la fiabilité du préservatif comme moyen de protection contre le VIH qui est remise en cause mais plutôt comme moyen contraceptif. Puis pour la notice je pense qu'il s'agit de se préserver contre les mauvaises utilisation du préso, car comme dirait la pub, "se protéger c'est bien, bien se protéger c'est mieux".
hum c'est bien de jouer sur les mots.... si le spermatozoide passe le VIH passe aussi....
Uniquement si VIH il y a. Et encore, on peut plus facilement tomber enceinte que choper le vih, statistiquement parlant.

Et techniquement, il y a bien des couples séro-discordant qui réussissent à avoir des gosses.
je vois pas le rapport....
Entre un débat sur les préservatifs et un débat sur le bien-fondé de punir les vilaines filles pas sages ,
Ibrahim choisit les préservatifs , allant ainsi dans le sens de ce benoit Benoit ,
[s]L'horreur[/s] L' honneur est sauf .
j'ai du mal a comprendre vos propos ca serait bien d'etre plus clair? enfin si je comprend une chose c'est que vous ne lisez pas les ecrits des autres mais je m'en etais deja apercu
Vous avez lu les liens mis par l'excellent El Abatidor , et vous avez choisi de ne parler que des préservatifs .
oui et alors je parle de ce que je veux non? et oui je les ai lu et je ne me voyais pas l'interet d'y repondre mais rien ne vous empeche de le faire n'est ce pas?mais je sais Mona que le premier lien est le genre de fait divers dont vous rafolez et ce en toute innocence n'est ce pas....
et c'est ce que je fais ,
et continuerai à faire .
non la vous n'avez fait qu'un sous entendu sans osez dire votre pensée de peur que je vous reponde
Oui , je vous ai interpellé de peur que vous ne me répondiez ! logique , n'est'il pas ?

Le sujet de la violence faite aux femmes parce qu'elles sont femmes ne m'intèresse absolument pas .
Je ne sais pas si vous etes toujours comme ca mais ca serait bien d'etre plus clair
Avec un sujet d'éthnologie, comment en est-on arrivé là. Non pas que ça me dérange, Ibrahim, vous n'avez pas un bon pharmacien ou votre médecin-référant pour tout vous expliquer sur le préservatif. :o)


Parce qu'avec "Friends", vous n'allez pas apprendre grand chose.
Je veux pas etre desobligeant mais friend a eu et a encore un gros impact sur son public l'episode dont je parlais a ete rediffussé plusieurs fois c'est 3 derniers mois... je m'interrogez juste sur le pourquoi le reprocher au pape des propos tres largement diffusé par des moyens pas tres catholiques.... et pour la raison et le pape met le préservatif à l'index. le sujet n'etant pas de moi aller le lui demander
ET bien je ne connais pas le contenu de Friends, tout ce que je sais c'est que c'est une série pour ados. Je pense qu'il y a mieux comme information sur l'utiliation du préservatif. Le pape s'il se le met à l'index, c'est qu'il vit dans sa bulle :o))

Bon maintenant je ne vais pas faire une fixation sur cet admirable objet. Ce n'est pas le sujet.
Mona je comprend parfaitement pourquoi elle est venu faire une pique sur ce sujet mais vous? pourquoi?
Je me demande s'il n'y a pas un malentendu au sujet de la phrase du pape. Je ne pense pas qu'il alertait sur la fiabilité imparfaite des préservatifs. Il fustigeait plutôt le peu de morale qu'il y a à distribuer des préservatifs pour compenser le danger des relations sexuelles en dehors des liens du mariage. Il est dans son rôle en prônant les solutions qui sont les siennes, à savoir, fidélité dans le mariage et abstinence en dehors. Ensuite, on en pense ce que l'on veut.
Si un croyant est assez bêtes pour ne pas obéir au pape en ce qui concerne l'abstinence et la fidélité puis à lui obéir religieusement en ne prenant pas de préservatif lorsqu'il enfreint ses conseils, ce n'est pas le pape qui est un imbécile irresponsable.

Il faudrait se pencher sur les moyens qui sont mis en oeuvre pour combattre la pandémie. Si la solution de distribuer des préservatifs prend le pas sur la nécessité d'offrir des soins et des informations c'est effectivement assez dangereux comme démarche. C'est sûr que ça doit coûter moins cher mais à la fin ce sont les populations exposées qui payent la différence. Si par contre, les gouvernements des pays concernés trouvent de l'aide auprès des organismes de santé internationaux et que la prise en charge des infectés non déclarés et des malades est effective alors la distribution de préservatif en appoint est judicieuse et le pape aurait mieux fait de se taire.
je suis d'accord avec cette version... mais ce que je disais avec mes exemples des notices et de la serie c'est si c'est vraiment cela qu'on lui reproche? selon la version de ce qui lui reproche c'etait juste ca
Vous avez compris Mona, c'est pas ce que disiez plus haut. Elle va être heureuse de l'apprendre.

Moi, c'est parce que vous me faites marrer de n'avoir accrocher qu'au préservatif; si je puis me permettre, alors qu'il était question de religions que je n'aime pas moi non plus. Et tout ça pour en venir à la position du pape, bon keske que vous voulez que j'vous dise, comme dirait l'ôte (sarkoko), je ne cautionne en rien les conseils irresponsables de benoît le benêt.

Et je n'ai rien à dire sur Claude Lévi-strauss, si ce n'est que c'est dommage qu'on en parle seulement maintenant.


Je modifie, j'avais commencé d'écrire et j'ai téléphoné, pas vu les messages ci-dessus.

C'est sûr que cette série a un impact sur les ados, mais quand même, il n'y rien d'autre pour tout savoir sur le préservatif. Je me répètes, ça me lasse ...
comme je vous disez si vous voulez parler des autre liens je vous en prie. j' ai jugé tout les 3 aussi superflu les uns que les autres c'est pas pour autant que j'ai ete desagreable.... j'ai parlé des presevatif comme j'aurais pu parler d'autre chose au final je parle de ce que je veux .... j'ai du mal a saisir pourquoi vous ca vous interresse que je juge de relever quelque chose sur un lien et pas sur un autre?
Vous vous posez trop de questions ..... Je pensais simplement que vous étiez en difficulté avec vos préservaifs, et que vous aviez peur de mettre enceinte votre petite amie.....

Si vous avez besoin de conseils en MP si vous voulez :o))


Evidemment vous écrivez ce que vous voulez, comme nous tous ici. Vous lisez les liens que vous voulez aussi, hein :o))
je ne sais pas pour vous mais je me donne la peine de lire les messages de tous et les liens de chacun quand je lis un fil
Je ne comprends pas où vous voulez en venir avec moi, j'ai seulement envie de jouer, ça ne se voit pas ?

Je n'irai pas sur un terrain glissant maintes fois abordé ici, ai-je été assez claire ? comme on dit dans les séries. :-((
"... pour en venir à la position du pape,..."
La position du pape est-t'elle différente de la position du missionnaire ? :-))

"Si un croyant est assez bêtes pour ne pas obéir au pape en ce qui concerne l'abstinence et la fidélité puis à lui obéir religieusement en ne prenant pas de préservatif lorsqu'il enfreint ses conseils, ce n'est pas le pape qui est un imbécile irresponsable
"
Les croyants , une bande d'andouilles ? tssstsss
"... pour en venir à la position du pape,..."
La position du pape est-t'elle différente de la position du missionnaire ? :-))


Excellent Mona + 1

Bien sûr les croyants n'obéissent par à l'index et à l'oeil à sa sainteté le pape tout im- puissant et non- éternel. Heureusement.
Amen !


Malheureusement ceux qui auraient le plus besoin de ne pas obéir, suivent les injonctions du pape, n'utilisent pas de préservatifs, mais ont quand même des relations sexuelles hors mariage, je pense au africains catholiques.
@ el abatidor (anciennement Balthaz, qui ne lofe pas suffisamment)

b. Le sexe : un sujet prééminent dans la série

Au fil des épisodes, les personnages font souvent référence à leur vie sexuelle, ce qui a d´ailleurs valu à la série d´être fustigée par de nombreuses associations américaines puritaines. Mais plus que des remarques graveleuses qui font souvent rire, les situations en rapport avec le sexe dans la série sont aussi un moyen de faire passer des messages importants et ainsi d´assumer un rôle éducatif, notamment pour les adolescents.

Prenons un exemple avec l'épisode de Friends durant lequel l'efficacité du préservatif est mis en doute (lorsque Rachel révèle qu'elle est enceinte et que Ross soutient avoir utilisé un préservatif). Regardé par près de 1,7 millions d'adolescents entre 12 et 17 ans, cet épisode a eu un impact non négligeable sur eux
.

@ el abatidor (anciennement Balthaz, qui ne lofe pas suffisamment) b. Le sexe : un sujet prééminent dans la série Au fil des épisodes, les personnages font souvent référence à leur vie sexuelle, ce qui a d´ailleurs valu à la série d´être fustigée par de nombreuses associations américaines puritaines. Mais plus que des remarques graveleuses qui font souvent rire, les situations en rapport avec le sexe dans la série sont aussi un moyen de faire passer des messages importants et ainsi d´assumer un rôle éducatif, notamment pour les adolescents. Prenons un exemple avec l'épisode de Friends durant lequel l'efficacité du préservatif est mis en doute (lorsque Rachel révèle qu'elle est enceinte et que Ross soutient avoir utilisé un préservatif). Regardé par près de 1,7 millions d'adolescents entre 12 et 17 ans, cet épisode a eu un impact non négligeable sur eux.Modifié 1 fois. Dernière modification le 17:13 le 05/11/2009 par * * * Stanley MILGRAM™ * * *.


tout à fait d´accord.
16semaines disait Saint Thomas d'Aquin, si mes souvenirs sont bons.
C'est très curieux ce débat avec deux journalistes qui clairement ne connaissent pas l'oeuvre de CLS. C'est plein de 'je ne pense pas', 'je ne sais pas', ça sent l'amateurisme à plein nez, et finalement le débat n'apporte rien, on en reste au niveau de la discussion de comptoir. Dommage, et très décevant. Pourquoi ne pas avoir invité deux anthropologues connaissant réellement l'oeuvre, plutôt qu'un journaliste qui confesse avoir préparé son papier dans l'urgence sans avoir eu le temps de creuser le sujet?
Quel est l'angle de votre article, Dan, que Lévi-Strauss ait dit des bêtises sur un siècle, ce serait bizarre s'il ne l'avait fait, mais ici en l'occurence, la position laique de LS ne concerne pas que l'islam, ou que des sites extrêmistes disent des bêtises, au motif que les médias n'auraient pas assez nuancé leur propos panégyrique ?

Je crois que plusieurs radios ont bien fait la part des choses, sur France Cul, par exemple, et que les sites islamophobes ne changeront pas leur position, quelque soit l'avis des autres.

http://anthropia.blogg.org
Super boulot Dan,

Je n'avais lu cela nulle part. !

J'espère que votre article sera repris par tous les sites gauchistes idéologiquement islamophiles comme Rue89, Bondy blog, le Post etc......
Guaino aurait-il lu Lévi-Strauss ?

Je ne le crois pas !

Sarkozy, quant à lui, finit de colorier "Blanche Neige et les sept nains"

***
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.