33
Commentaires

l'étrange monsieur bertrand...

Derniers commentaires

Excellente chronique, monsieur Alain. La routine, quoi... ;-)
KELLE KULTURE MAIS KELLE KULTURE!
J ADORE TES CHRONIQUE HEUREUSEMENT QUE JAI DEJA VOTE SINON J AURAI ENCORE VOTE POUR LA TIENNE...
BON ET PUIS J AIMERAI UN PEU PLUS DE TENDRESSE LA SUR LE FORUM
C EST QUOI CES ENGUEULADES A 2 BALLES?
Y A DES RAISON DE S ENERVER AILLEURS NON MAIS...
DES FOIS...
EST CE QUE JE M ENERVE MOI HEIN?!
Bisou
sylvie de marseille
Refrain:
Ça c'est le Bertrand de cinq heures ,
Çui qu' y assassine les trente cinq heures...
Pour se détendre, une petite page de pub [s]offerte[/s] dépensée par notre cher gouvernement
pour vanter les mérites de la loi sur la défiscalisation des heures supplémentaires :
http://www.lefigaro.fr/politique/2008/06/23/01002-20080623ARTFIG00645-polemique-autour-de-la-pub-du-gouvernement.php

Ne pas oublier en passant, que défiscalisation = manque à gagner pour la Sécurité Sociale.
je viens de voir au zapping une une de libé (de cette semaine j'imagine) avec Raymond Domenech en César (corps de profil, tête vers nous, ses boucles grises ont l'apparence des jolies fleurs de lauriers du Caesar serein, un peu distant, qui a donné les ordres, et assume - plus ou moins - les conséquences)... ouah !

pas mal les unes de libé à étudier... ! je vais y songer...
Merci pour votre chronique, Alain.

On retrouve aussi dans la porte cet entre-deux évoqué par le titre. Après tout, le premier chapitre de Dr Jekyll & Mr Hyde s'intitule "La porte." Une porte fermée, symbole de mystère et d'angoisse (Selon Hitchcock, "rien n'est plus angoissant qu'une porte fermée.") Ici, la porte est entrouverte, et dans cette position Xavier Bertrand rappelle aussi Gérard Philippe dans "La beauté du diable", qui nargue un Faust vieilli, en souriant, accoudé à l'encoignure de la porte.

Sans parler du seuil, le seuil entre deux mondes, le politique (caché), les coulisses du pouvoir, et le public, l'officiel. Mais Xavier Bertrand n'apparaît pas comme un médiateur. Parce que l'image est ambiguë, on peut aussi supposer qu'il invitera ses interlocuteurs à la corruption. Inquiétant tout cela...
Chronique toujours agréable à lire et très instructive. Un petit moment de bonheur. Merci !

J'aime les photo-montages de David Hockney : photo-4D; photo-mouvement.
Moi, la couv de Libé et ce petit bonhomme souriant mais flippant sur ce carrelage à damier me fait penser au nain de Twin Peak. Il ne lui reste plus qu'à apprendre à parler à l'envers et c'est bon.
Encore merci pour cette chronique si enrichissante. Je me permets de vous faire part de quelque chose qui m'a frappé : il y a une scène de "la mauvaise éducation" de Pedro Almodovar qui doit être un hommage au tableau de Hockney avec la piscine, ce n'est pas possible autrement.
Si, par bonheur, les membres de ce gouvernement pouvaient être des ectoplasmes !

Pour ce qui est de Xavier Bertrand nous sommes d’accord : difficile d’imaginer serviteur inexistant davantage… Il ne faudra pas trois jours pour que son patronyme disparaisse de la mémoire de nos concitoyens lorsqu’il sera révoqué et retournera au néant d’où il n’aurait jamais du sortir ( En supposant que quiconque sache à quelles onéreuses activités il se livre aujourd’hui, ce qui est loin d’être démontré !)

Bravo une fois encore pour votre magnifique culture de l’image !

Il ne manque plus qu’Edward Hopper dans la fête…

Pour ce qui est de Dave vous êtes dur : il a quand même chanté “Du côté de chez Swann”, et qui aime Proust ne saurait être tout à fait mauvais !

http://www.dailymotion.com/video/x2dqrx_dave-du-cote-de-chez-swann_music

Version d’origine effroyablement kitch,

http://www.dailymotion.com/video/xjyta_calogero-du-cote-de-chez-swann

Ou version Calogero, beaucoup plus proche de nous…

Enfin tout ça ne vaut pas l’inénarrable Xavier… Comment déjà ?

***
[large]"... pour l'amateur d'art italien qui sommeille en chacun de nous (mais oui ! cherchez bien !)..."[/large]


Ah ben non Alain, VOUS cherchez et NOUS nous régalons... de vos superbes chroniques !

Chacun son plaisir... non mais !

;-))
Magnifique, votre chronique, Alain.

Et en littérature, le travail du photo-montage renverrait à l'individu clivé, scindé,
le sujet dans la post-modernité, qui ne peut plus dire, Je pense, donc je suis, dont les façettes ne forment pas un tout.

Un récent film sur David Hockney permet de voir l'épisode à la piscine, dans ses développements anecdotiques.



Et puis on pense à Fiorenza Menini et son personnage dans la piscine, Roadmovie, comme dans un post-Hockney.

http://anthropia.blogg.org/themes-fiorenza_menini-167013.html
MmmM, cette face de rien, ce type tellement ordinaire qu'on peut tout lui prêter, ça m'a aussi rappelé celui là:
http://fr.youtube.com/watch?v=elNCMX8EzAM
Merci pour cette jolie chronique.

La fresque de Veronese pour la Villa Barbaro m'a rappelé les fresques de la villa que l'on voit dans Senso de Visconti. Mais en cherchant sur youtube, ce n'est pas la même, il s'agit en fait de la villa Godi (l'architecte est le même: Palladio). Et, dans la vidéo, à 2 minutes 59, on a également en trompe-l'oeil un visiteur qui aparâit derrière un rideau séparateur, évoquant d'ailleurs l'entrée de Farley Granger dans la Villa Godi derrière les rideaux de la chambre d'Alida Valli.
Et les photos de David Hockney m'évoquent la couverture originale de Tango de Hugo Pratt (avant que les sagouins de Casterman ne changent la maquette des Corto Maltese en créant d'hideuses couvertures).

Sinon, il y eut dès 1941 un remake de Dr Jekyll et Mr Hyde avec Ingrid Bergman, Spencer Tracy et Lana Turner, réalisé par Victor Fleming.

Et tout finit par une chanson que devrait fredonner notre cher ministre du travail...
La semaine dernière, j'ai eu envie de ré-écouter "Blue Valentine" et tout le monde s'est déchaîné sur les liens vidéos en lien avec l'homme qui a les cordes vocales, curieusement de la même forme que ses dents, qui résonnent dans son chapeau qui fait écho.
Aujourd'hui, Alain Korkos met Dave en photo.
Pourquoi il nous fait ça, à nous? On est gentils.
A part Madeleine, tout le monde dit qu'on l'aime bien.
C'est à rien n'y comprendre.
Moi je la trouve géniale cette chronique! Je me demande si je ne perds pas complétement mon esprit critique?... Non
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.