39
Commentaires

Les trois Bretécher

Commentaires préférés des abonnés

Brétécher... comme je suis triste. J'étais bien triste déjà de ne plus découvrir de nouvelles BD, elle aurait fait des merveilles de notre présent maussade. Mais il nous reste tout d'elle. Toutes ses BD. Le bolot occidental, Cellulite, Les frustrés, (...)

Cher Daniel, je vous rejoins sur tout... si j'avais eu + de talent, j'aurais écrit la même "nécro"... parce que j'ai connu les 3 Bretécher... 

J'ai aimé celle de Pilote, je me voyais en Cellulite moi aussi... et puis je l'ai vue à la télé, la Cla(...)

Bel hommage ... même si le meilleur hommage qu'on puisse faire c'est encore de (re)lire ses dessins, ses albums !

Derniers commentaires

Sniiiif ! Derniere fois que le l'ai entendue sur France culture, il y a une huitaine d'années. Verve intacte, voix rauque de fumeuse. Drole et belle, rien qua l'entendre. Viiite, relire les frustres agrippine, sainte therese d'avila, cellulite

Si je me souviens bien, il y a eu une série (courte) d'émissions où un artiste et un enfant parlaient de tout et de rien, comme on dit, seuls dans une pièce.


Et dans l'une de ces émissions il y avait Claire Brétécher, je me rappelle surtout les silences, à cette époque ils n'étaient pas récupérés en tant que temps de cerveau disponible, qui décrivaient autant sa personnalité que de grands discours.


Une redif, même à 02h du mat, est sans doute un rêve.

Les frustrés...

Allez je vais vous remonter le moral à tous

écoutez gentes gens la justice de notre pays de Dunkerque à Berck  en passant par T'enAAssez

écoutez la blague du jour

en mille comme en un mot :

La cour d’appel de Paris ordonne la libération de Patrick Balkany


attendez, la pointe vient :

Au vu d’une alarmante expertise médicale, la cour a constaté que la dégradation de l’état de santé du maire de Levallois est « difficilement compatible avec la détention ». (dixit Le Monde)

De mémoire, Cavanna raconte dans un de ces livres qu'un jour Bretécher à ses début s'était pointée à Hara Kiri avec son carton à dessin sous le bras, il était absent et Bretécher est tombée sur une bande de mec macho qui l'ont envoyée promener.

Cavanna a toujours regretté d'avoir été absent ce jour là et d'avoir "raté" Claire Bretécher qui n'est jamais revenu tenter sa chance une deuxième fois.

Je fais partie de la génération qui ne connait Tac Au Tac qu'au travers des viellles planches de Gotlib.


Mais qui les découvre avec délectation sur youtube.


Il faudrait relire ça mais je crois qu'il y a beaucoup de choses dans "les frustrés" qui n'ont pas pris une ride. On pourrait d'ailleurs surement remplacer Glucksmann père par Glucksmann fils sans problèmes.

Bonjour,

je rebondis sur ce que vous dites à propos de Lauzier, qui serait un affreux réac de droite. Ce n'est pas la sentiment que j'ai en lisant ses BD. Voici ce qu'en disait Daniel Auteuil, qui était son son ami : "Aujourd’hui, finalement, rien de ce qu’il décrivait n’a changé, le politiquement correct continue de régner et je crois que son travail continue d’être subversif parce qu’il dit la vérité. Il connaissait l’âme humaine et savait de quoi il parlait. Son œuvre n’est ni de gauche ni de droite. Il critiquait une partie de la société qui était en train de prendre le pouvoir et qui a finalement réussi à le prendre, donc il dérangeait. Sur le plan humain, il était à l’opposé de ce qu’il racontait, c’est assez étonnant. Aujourd’hui, il m’apparaît que son dessin n’a pas bougé et qu’il n’a qu’un seul  équivalent en littérature en la personne de Frédéric Beigbeder. Je ne vois que lui qui ait pris sa relève." 

Par contre, vous avez 1000 fois raison de le classer dans la même famille d'artistes de la BD que Claire Brétécher. Je crois qu'elle était la dernière de cette famille de dessinateur de BD adulte géniaux qui a éclot dans les années 1970.

Cher Daniel, je vous rejoins sur tout... si j'avais eu + de talent, j'aurais écrit la même "nécro"... parce que j'ai connu les 3 Bretécher... 

J'ai aimé celle de Pilote, je me voyais en Cellulite moi aussi... et puis je l'ai vue à la télé, la Claire... et elle était sacrément belle... et grande, et blonde. A l'époque, j'écrivais à Gotlib pour qu'il me dessine une petite coccinelle pour mes jours de cafard... et j'étais Lilite donc... Je l'ai suivie avec ses potes, mais j'avoue, surtout pour Gotlib. Puis retrouvée dans le Nouvel Obs (où j'adorais ses "Frufru"... A l'époque, je disais "appelez-moi Frufru". Plus tard, j'ai eu du mal avec Agrippine parce que je n'ai pas fait de môme... que j'avais vieilli donc mes copines étaient mères d'ados...  Il n'empêche que cette femme avait un sacré talent...

Par hasard, j'ai rencontré sa fille, lors d'un vernissage... elle était avec son père, photographe nous avait-il dit. Belle et déjà talentueuse pré-ado... elle nous avait montré ses croquis : dans le métro, elle "chopait" l'attitude de certaines personnes... son père numérisait ses croquis en les grossissant... à la suite de quoi elle y posait de la couleur. C'était plutôt réussi. Elle m'en avait même offert un... il y avait quelque chose du "trait" de sa mère... 

Claire ? Une femme extra, belle, drôle, talentueuse... qui a même réussi sa fille ;)


Ses BD bien sûr, mais ...


Qui n''était pas amoureux de l'intelligente et belle Claire Bretécher ?





Irrémédiablement, je pense à ces amis chez qui il y avait immanquablement des bédés

des bédés de Brétécher

Moi je ne comprenais pas trop bien mais je sentais chez ces amis qu'une part de leur vie s'y rattachait


Mais c'est bête de se morfondre car le peu de dessins de Brétécher que j'ai vus me dit qu'elle aurait tourné la page

et elle aurait dessiné un dessin à charge contre mes amis se morfondant et moi me morfondant pour mes amis


Tenez, z'ont belle gueule les députés avec la commission retraite noyée sous les amendements, sont pas frustrés pour un sou avec leur démocratie écrasée par le 47 fillette de la Macronie


Ar c'hi melen, la chienne jaune de la misère est là

Très bon matinaute, qui décrit finement Claire Bretécher.

Un petit bémol : pourquoi illustrer l' article par cet horrible dessin de Gotlib ?

Pourquoi ? 


Parce que c'est Gotlib !

Mais vous êtes cul pincé, Julot... Gotlib était lui aussi fantastiquement talentueux et drôle, et complètement obsédé sexuel... (entre autres défauts qu'il dénonçait si joyeusement).

Votre commentaire est peu confus. Quel rapport entre mon Gotlib et mon cul ? Quel rapport et le talent de Gotlib et le fait qu'il était un obsédé sexuel ? Quel rapport entre mon cul et l'obsession sexuelle de Gotlib ?

J'ai beaucoup de sympathie pour Gotlib, mais j'éprouve un fort malaise au spectacle de la maladresse de ses dessins. J'ai le droit de le dire ?

Cette raideur des lignes est d'autant plus visible qu'il a un trait très appliqué, soigné et besogneux. Beaucoup de dessinateurs qui ne sont pas des surdoués cachent leur limites par le négligé de la finition. Le plus bel exemple nous est sans doute donné par  Wolinski, qui nous dit dans chacune de ses planches :"Je sais que mon dessin est nul, mais je m'en fous, mon talent est ailleurs". Chez d'autres dessinateurs, la maladresse accentue l'humour ; je songe aux dessins Wlihem dont le charme est d'ailleurs accentué par la maladresse du texte.

A la réflexion, je trouve assez étrange votre expression "cul pincé" que vous suggère mon commentaire et ma personne. Je suis trop flemmard pour chercher à comprendre ce qui vous l'a inspirée. Quoique... Je constate tout de même que c'est précisément ce côté étriqué, pincé, qui me rebute dans le dessin de Gotlib car il fait hyatus avec l'humour débridé des textes. Je me demande si vous n'éprouvez pas confusément ce malaise que vous n'arrivez pas à exprimer et qui vous rend agressive envers celui qui le révèle. Ne me remerciez pas ; la consultation est gratuite.

Concernant l'article de Daniel, j'ai du mal à comprendre comment les dessins de Bretecher le font songer à Gotlib.

Je pousuivrai en disant que j'ai été un des premiers lecteurs d'Hara-Kiri et que je suis un grand admirateur de Reiser, dont le trait ("la ligne crade", a dit je ne sais plus qui) est évidemment aux antipodes de celui de Gotlib.

Et je conclurai en disant que vous avez tout faux mais que je ne vous en veux pas.

Bin non. Y a pas de maladresse dans le dessin de Gotlib. Il y a son style propre, qui est un étonnant mélange de précision réaliste style dessin anatomique et de distortions cartoonesques à la Tex Avery. Quelque chose de très rare et de très spécifique. Le reste, des question de goûts, on peut ne pas aimer ce mélange et préférer que ce soit soit Turk soit Martin, et on peut être impressionné précisément par ça. Alexis est plus "figé" que Gotlib, tout comme Jacobs me semble plus figé qu'Hergé ou Tibet. Et c'est une question de genre. La maîtrise n'est pas remise en cause, pour aucun d'eux.


Si vous voulez comparer avec de la maladresse, faites un tour chez Vance.  

M'en fiche. C'est vous que je trouve con fus ;)

Ohé? Le sujet du jour, c'est Brétécher!

Ça y est, vous nous revenez en esprit et en chair. Magnifique Matinaute, qui me rend humble, alors que je le sus déjà. 


Bel hommage ... même si le meilleur hommage qu'on puisse faire c'est encore de (re)lire ses dessins, ses albums !

Brétécher... comme je suis triste. J'étais bien triste déjà de ne plus découvrir de nouvelles BD, elle aurait fait des merveilles de notre présent maussade. Mais il nous reste tout d'elle. Toutes ses BD. Le bolot occidental, Cellulite, Les frustrés, Agrippine, Monique, si La Pléiade publie ses oeuvres complètes, j'achète! 


Elle a fait mon éducation, écologique, féministe, politique au sens fort, et son autodérision magnifique m'a servi de garde fou permanent. Je la place même avant Cavanna, Reiser, Wolinski, Cabu, c'est dire.


Merci à Brétécher. Inoubliable.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.