69
Commentaires

Les quatre premières chansons de La Parisienne libérée

Derniers commentaires

euh y a que moi où je trouve que son synthé fait mais alors....très très très très cheap, on se croirait dans une église protestante de province un dimanche matin... et aussi il lui faudrait styliste, genre la brésilienne sur M6.... non je sais c'est super artificiel ce que je dis, mais c'est quand même de la tv hein? (même si c'est de la web tv)
En fait, j'ai écouté le début de deux des chansons, et elles me sont rentrées dans la tête ... mais alors, bien malgré moi. Et pas avec grand plaisir. Du coup ça m'a fait pensé à ça.
Juste pour dire que j'adore cette petite pastille en fin d'émission (la regarder n'est pas obligatoire) qu'est cette chanson de La Parisienne, drôle et agréable à mes oreilles. Ca me fait penser au groupe belge Stellla, que j'aime aussi depuis des années, et nombre de critiques qui lui sont adressées pourraient aussi s'appliquer à ces belges (sur l'accompagnement cheap, par exemple) ça ne m'empêche pas d'aimer.
Malheureusement en lisant certains messages un peu « méchants » mais francs (comme ceux de Bill Hicks) je suis un peu gêné pour La Parisienne Libérée. Et je suis d’autant plus gêné que je suis d’accord avec lui... Et pourtant j’ai pas envie d’être agressif envers elle en tant que personne, je ne la connais pas, elle à l’air très sympa, mais honnêtement je trouve ça très moyen.

La première fois j’ai trouvé ça sympa parce qu’une fois n’est pas coutume, ça avait l’air improvisé, ça détendais l’atmosphère après un sujet sérieux. Même si je trouvais pas ça super, c’était « sympatoche ». Je me disais qu’elle avait voulu écrire une petite chanson comme ça pour s’amuser.

Mais je pensais pas que c’était censé être une « vraie » chanteuse. Non parce qu’honnêtement y a rien. La musique on dirait une sonnerie de portable, les paroles sont gentillettes. Donc un dimanche en famille au coin du feu, avec des petites paroles mignonnes pour pas faire peur à Mamie, ça peut être sympa mais on peut pas considérer ça comme un truc sérieux...

Il n’y a aucune mise en scène, le texte est lu, la musique n’en parlons pas. On dirait que c’est préparé en 1/4 d’h avant l’émission sur un mp3 téléchargé [s]sur emule[/s] légalement ou en envoyant un sms au 88333. Je comprends que des artistes puissent se sentir insultés car il n’y a aucune recherche artistique derrière, ça se voit. Tout ça ajouté au pseudo « La Parisienne Libérée » ça fait un peu..... niais ? Quand j’ai découvert qu’elle se faisait appeler comme ça je me suis dit : « c’est exactement ça ! Ca fait la "Parisienne libérée" ». Quand j’écoute c’est comme être devant un dessin d’enfant, on a envie de l’encourager, l’intention est touchante mais au fond on sait que ça n’a rien d’une oeuvre d’art.

Je ne veux vraiment pas être blessant (c’est trop tard ?), mais si elle souhaite continuer et prendre ce qu’elle fait au sérieux, il faut faire quelques changements. Il faut bien qu’on lui dise.

Bon je sais c’est facile derrière un clavier, j’aurais peut-être moins fait le malin les yeux dans les yeux :-) mais au moins c’est dit.

Pour moi @SI est un site d’information de qualité et je pense qu’un petit effort pourrait-être fait, au moins au niveau technique comme l’a décrit Bill Hicks.

Désolé d’être un peu « méchant » moi aussi mais en voyant tous les messages qui s’extasient devant comme sur le canapé de Drucker, on a envie de faire le contre poids.
"Mais vous avez sans doute raison... c'est vrai qu'il y a un côté bout d'ficelle de toute façon dans les Arrêts sur Image...
Ceci pouvant alors expliquer cela...
Merci IT, j'l'avais pas vu comme ça..."

Impossible de laisser passer cela pour Alain Korkos!
Quant à vos arguments concernant cet essai de chansons en fin d' émission je vous suis, je ne comprends pas le pourquoi de cette nouveauté sur ASI...
il n'est pas question de bon goût ni de goût de chiottes, mais de pouvoir — ou non — donner le meilleur de soi dans ce qu'on fait, et surtout dans ce qu'on donne à voir.

Écoutez, par exemple, comme la voix de cette chanteuse met plusieurs couplets à s'affermir et à se placer... croyez-vous que ce soit un effet voulu ? La voix, dans le chant, est bien plus fragile que dans la parole, et seul un professionnel éprouvé pourrait chanter correctement dans une situation comme celle-là, dont on peut parier sans grand risque de se tromper qu'elle ne comprend pas de répétition générale ou de deuxième prise...

Je trouve dommage de laisser passer ça, je trouve dommage d'être critiqué quand on le dit : ça n'est rendre service ni à la chanteuse, ni à @si...

quelqu'un ici faisait référence à la chanson populaire : eh bien, tous les grands chanteurs populaires se sont construits dans la confrontation avec un public exigeant, bien plus virulent ou ironique que ce qu'on a pu lire ici, qui ne leur faisait pas de cadeau... sauf cette exigence, justement.
non, non, je vous assure, vous estimez être élitiste parce que vous partez du présupposé que vous avez bon goût et que les autres un goût de chiotte mais en fait il faudrait regarder un peu la discothèque de chacun des abonnés et leur connaissance en musique ( quoiqu'ici on parle d'un genre bâtard, la chanson, dans lequel la musique n'est qu'une partie du sujet) pour se faire véritablement une opinion , on ne peut quand même pas vous croire sur parole...

Si ça se trouve, vous avez des disque de Vincent Delerme ou de Benabar, on en sait rien nous... :D

Quand à Bill, il suffit de lire ses critiques pour voir qu'il est complètement hors sujet, ça disqualifie déjà ces remarques ( il voudrait juger les chansonnettes de la PL comme une revue du moulin rouge, costumes, mise en scène, décors de Roger HArt, etc...)
mais je viens de lire le commentaire de Bill Hicks, et surtout les réactions qu'il suscite... alors c'est juste pour lui dire que, moi aussi, ça me fait triste, que je comprends sa tristesse, qu'on est probablement des vieux cons élitistes puisqu'on n'aime pas voir gâcher le métier... et le possible talent. :(
Je vous trouves un peu dures messieurs, dames, les détracteurs de cette nouvelle chronique... La première prestation m'a un peu étonnée, j'était pas convaincue. En fait, moi, je la sentais pas tout à fait libérée la Parisienne Libérée. On sentait ce petit quelque chose dans la gorge qui rappelle le trac à quiconque l'a déjà ressenti. Pas facile sur une formule aussi courte de se laisser aller et de mettre le trac au placard et pas facile de chanter avec la gorge qui serre. Mais l'air m'a traîné dans la tête toute la journée et finalement j'ai attendu la suivant pour voir e qu'elle donnait.

Pour les paroles, je trouve que effectivement "Pour être famarco vigilant Il faudrait interdire Neuilly" n'était pas forcément très compréhensible, mais les autres textes sont assez bien trouvés et plutôt lisibles. C'est un genre drôlement critique, plutôt déstabilisant... Je trouve un petit côté Brassens qui m'amuse. Je vous laisse seuls juges de savoir où commence et ou s'arrêt la comparaison à Brassens. Mais j'entends d'ici ceux qui diront "Meuh non ! Brassens était un poète, un grand de la chanson !" C'est vrai que "Auprès de ma blonde Qu'il fait bon dormir." est une phrase dont la profondeur ne peut être palpée et que l’interprétation sans faille qu'il en a fait ont fait rentrer cette chanson dans l'histoire...
La chanson de chronique n'est, je pense, pas tout à fait dans le même registre que les textes qui sont appelés à être mis sur CD des textes qui ont été travaillés au fil des mois pour que chaque mot soit juste - ou pas. La chanson qui dénonce, celle qui est écrite dans un temps très restreint, utilise effectivement souvent des rimes faciles ou pauvres. Mais je ne crois pas que l'alexandrin en rime riche se prête vraiment à cette chronique qui, il me semble, se veut populaire et non singeant les personnes qui font des grandes phrases avec des jolis mots mais aucun fond ni substance.

Ceci étant, nous somme sur le net, et donc maîtres de ce que nous voulons voir ou non… Si la Parisienne ne vous plait pas, pourquoi ne pas tout simplement ne pas l’écouter au lieu de ces remarques acerbes et pas forcément constructives. On peut dire que l’on aime pas sans pour autant être blessant il me semble.
J’avoue être triste et déçue par les lecteurs d’@si. Je pensais que des personnes qui lisent et s’informent, des personnes qui prennent la peine d’essayer de comprendre comment se construit l’information, je pensai que ces personnes avaient de la courtoisie et du savoir vivre. Au lieu de cela, quand je lis certains commentaires du forum, je vois ces remarques au vitriol, ces jugements de valeur à l’emporte pièce, ces jugements étriqués des uns et des autres lancés sans aucune précaution ni nuance sur tout et n’importe quoi.
Oui, vraiment, je suis déçue de me rendre compte qu’on ne dialogue plus, on crache des mots comme on crache son venin sur tout ce qui ne nous plait pas et tant pis si on prend le risque de blesser. Il est vrai que les commentaires sont moins insultants ou vulgaires que ce que l’on peut trouver ailleurs, mais tout de même, pensons un peu que nous nous adressons à des humains, pas à des chiffonettes médiatiques désensibilisées à coup de milliers d’euros !

Pour en revenir au sujet du forum et conclure (pour une fois ?) sur le vrai sujet du billet. Je trouve cet chronique originale et rafraîchissante. Et j’aime bien l’originalité, l’expression qui ne reste pas enfermé dans un carcan de veilles normes qui étouffent, les personnes qui se lancent en essayant de proposer quelque chose qui n’est pas encore standardisé.. Donc j’aime bien cette chronique et ce format mérite, a mon avis, de pouvoir s’exprimer et de trouver sa place et sa maturité.
Je me répète mais bon :

Ça va durer encore longtemps la chansonnette dailymotion de la Parisienne libérée à la fin de chaque émission, où va-t-on se rendre compte assez vite que c'est quand même bien naze, que les textes sont creux, que les rimes à papa c'est plus qu'ennuyeux, que l'alternative refrain, couplet, refrain, couplet, c'est lourd, et enfin que le principe même d'une petite chansonnette engagée ne casse pas trois patte à un canard (sans parler des pauvres montages sensés illustrer chaque chanson sur le mode clip internet).

Bon je suis peut-être un peu sec, mais le principe de l'intermède, ou postlude musical, surtout celui-là est loin de rendre hommage à une quelconque musique politique, et si le but est simplement de rajouter des petits encas, en guise d'amuse gueule tout le long de l'émission, je trouve ça inutile, le tout perd en cohérence, ce n'est pas parce que La culture (grande ou petite ce qui n'est pas un problème en soit) est souvent servie comme on sert un dessert où comme on entre dans un espace préservée de la critique (style fin d'émission de Taddéï) que ASI doit faire la même chose.

Allez ciao la parisienne libérée, en plus c'est quoi ce nom débile, le contraire du provincial asservit, l'histoire ne lui donne pas forcément raison...

p.s : pour rappel le refrain "Pour être famarco vigilant Il faudrait interdire Neuilly" est quand même une merveille, du très haut vol, une fine analyse politique, un truc qui dérange quoi...
Et bien moi j'ai trouvé ça surprenant la première fois, mais finalement, j'aime beaucoup.
C'est surprenant parce que si la forme chantée est courante, les chansons "engagées" aussi (relativement), l'utiliser dans le contexte d'une émission, écrite pour celle ci, n'a à ma (maigre) connaissance pas été fait.
Et j'ai eu un mouvement de recul sur la mécanique de l'inhumain, comme si on ne "pouvait pas" chanter là dessus. Mais cela n'a duré qu'un instant, et j'ai trouvé ça... juste, tout simplement.

C'est joli, et pertinent, et la forme convient bien, du moins j'ai l'impression.
On fait bien tout un tas de chroniques, et bien pourquoi pas en chanson.

J'ai juste peur que de DEVOIR écrire quelque chose chaque semaine ne puisse favoriser une baisse de qualité, mais j'imagine que ça dépendra du temps qu'il fera.

Au monsieur qui grogne plus haut, je dirais que justement, j'aime ces chansons sous la forme de chronique.
J'aurais du mal à voir un effet lumière tamisée, rideau rouge qui s'ouvre, Patrick Sébastien dithyrambique, présentant sous un tonnerre d'applaudissement La Parisienne Libérée.
@si n'est pas un music hall, mais c'est gentil d'avoir rebondi sur 40 lignes sur un terme sans doute mal choisi...
[quote=La rédaction?]Du music hall dans l'émission ? Mais oui ! Grâce à La Parisienne Libérée, tout se termine en chansons, même @rrêt sur images.

Ah nooon...
Désolé, mais non... n'appelez pas ça du Music Hall... C'est un métier, le Music Hall... Même pour ceux qui trouvent ça ringard, c'est un vrai métier qui ne s'improvise pas, qui répond à des règles et demande une certaine technique...

Appelez ça une virgule musicale entre potes, mais pas du Music Hall...

Et attention, il est fort possible que cette jeune femme soit effectivement chanteuse mais là, on la fait dans des conditions nullissimes qui dé-crédibilise l'essai.
Mais je peux comprendre... si elle est intermittente, ça fait des cachets... et on est souvent obligé dans ces métiers là aussi de ravaler sa fierté et surtout ses connaissances, compétences et intelligence et faire ce que des gens incompétents qui se découvrent des velléités artistiques vous demandent...

Je vais re-citer ce que j'avais déjà écrit parce que j'aime le Music Hall ainsi que les métiers du spectacle (surtout le spectacle vivant).
Et là, ça m'énerve que @si s'improvise pseudo metteur en scène en tentant de raccrocher cette tentative "très... gentille" vers quelque chose qui se voudrait professionnel...! Flûte!

"Je ne peux pas croire qu'une chanteuse, si c'est son métier, réclame à le faire dans ses conditions-là: assise, feuilles à la main euh non, sur le bureau (pourquoi? au nom de la transparence??? un prompteur ça existe aussi, s'il n'y a pas eu le temps d'apprendre le texte... faut s'adresser aux destinataires -nous- pas à sa feuille de papier, faut qu'on voit la personne délivrer son message, sa vision... sinon, vive les voix off mais alors va falloir soigner la bande son et la justesse )
Et pourquoi en conclusion de débat??? Pourquoi??? ça ne peut pas être le choix de cette chanteuse
Et puis cet accompagnement... Me dites pas que c'est une chanteuse de métier qui vous l'a réclamé à corps et à cris?
Euh, c'est un métier la mise en scène, le cabaret.
Cette femme est peut-être chanteuse mais @si n'est pas metteur en scène, ça c'est sûr...et si on sait pas faire, on peut s'abstenir parce que vous la faite passer pour une mauvaise à passer dans des conditions d'amateur qui aurait oublié la racine "aimer" du mot!"


Elle doit certainement être intermittente et avoir besoin de cachets.
Donnez-lui ses cachets, laissez la faire ça comme une pro qu'elle doit être mais pas ça...

C'est pas sérieux, vous faites passer les artistes pour encore moins que des candidats de la Star Ac; merde quoi!

Un artiste est avant tout un artisan qui applique la fameuse formule de Boileau: " « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage. »"
Alors remettez-vous à l'ouvrage...
Musique, mélodie, mise en scène, tenue, cadrage, paroles, sous texte, qualité du son, (quant à la connaissance de son texte, c'est quand même le minimum, ou alors, montez les images (comme Depardieu et ces post it au cinéma) et j'en passe
Mais là, c'est pas du boulot; c'est au mieux "on s'amuse entre pote". C'est le phénomène: "on peut se filmer avec nos IPhone donc on est des cinéastes. La preuve, on est sur le net, "yeah, vive Youtube !"

Vous l'aurez noté, ça me rend dingue parce que j'aime ces métiers, cet artisanat, que les passionnés tentent de défendre; et on nous montre trop souvent des gens pas si passionnés que ça -parce que ça fait chier les passionnés, ça fait pas toujours ce qu'on leur demande- mais là, stooop.
C'est insultant de la part d'un site dont la vocation est "la réflexion critique sur les médias."
Par contre, dès qu'on passe à un domaine qu'on ne connaît pas, on peut faire n'importe quoi: comme à la télé quoi...

Et ça n'est pas une question de goût ou de "j'aime pas ce style, gnagnagna..." non! C'est la façon dont c'est fait; ça n'est même pas amateur, c'est irrespectueux pour ceux dont c'est le métier.
Que des gens fassent ça entre potes: pas de soucis; qu'ils aient la prétention de faire passer leur velléités artistiques pour autre chose, en le publiant sur un site pour lequel d'autres payent, c'est de l'arrogance.

C'est malheureux, mais avec votre manque de recul et de compétence en la matière, je crois que vous ne vous rendez pas compte combien c'est mauvais, mais surtout du peu de boulot que ça demanderait pour être ne serait-ce qu'un peu mieux...
C'est un médiocre "spectacle"...

Quant aux comiques qui parlent déjà d'album, j'avais pas vu ça comme ça au premier abord mais, c'est bien sûr!: Vous avez raison à l'heure de l'écroulement du disque, vous avez tout compris pour en finir définitivement avec les Maison de disque et autres corporation: pressez vite des albums! Révolution!!

ça m'rend triste...

Ben tiens, moi aussi, j'vais m'lancer dans le n'importe quoi et dire que cette réaction à chaud, c'est du journalisme!
J'espère qu'alors vous me tomberiez dessus.
Je me permets de faire de même
Qu'on aime ou pas n'est pas la question: faites-le bien. Saltimbanque au départ, c'est comme clown, c'est un métier, une passion, pas une insulte!
Merci d'avance.
Bravo ! On sent une vraie personnalité et du talent. Je n'ai pas été convaincu du premier coup mais désormais je vois arriver la fin des émissions avec la curiosité du gourmand qui se réjouit par avance du dessert qui viendra clore son repas !
j'adhère, merci !
à quand un concert à l'usine à genève ? ;)
Vraiment exceptionnel!
Bon, vous y avez sûrement pensé, mais après le livre du a@i-Sarkozistan, un disque a@i- La parisienne libérée ?
Je dirais même plus,
vous êtes ma pleine lune tout les vendredi soir (ouais bon, ça va ! pas terrible)
pas de ma faute si je la trouve lunaire...
gamma
Bravo, bravo Mademoiselle dont on aimerait connaitre le Nom.
C'est un pur plaisir, je vais faire circuler et vous souhaite : bonne continuation.
Je vote pour vous, 10 fois, 100 fois.......MERCI et à +++ sur cette même chaine.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.