56
Commentaires

Les princesses Disney ne sont plus ce qu'elles étaient

Ça bouge du côté des princesses disneyiennes, ça s'agite sous les robes et les crinolines, ça s'affole dans les châteaux enchantés : une toute récente étude nous apprend en effet que leur esprit d'indépendance sans cesse grandissant n'est en rien proportionnel à la longueur de leurs répliques. D'autre part, il semblerait que Blanche-Neige excite plus que de raison quelques Qataris en rut.

Derniers commentaires

Tiens, rien à voir, mais comme je sais qu'il y a des amateurs de Noël Godin dans le coin, extrait de l'interview qu'il a accordée à Télérama à l'occasion de la sortie (en France) du film Faut savoir se contenter de beaucoup :

Le premier film que vous avez vu ?
— Mon tout premier film, je devais avoir 3 ans, c'était Bambi, l'insupportable ruminant. J'ai détesté et je déteste toujours tellement c'est larmoyant. Mon deuxième film était Dumbo et là, par contre, j'ai bien aimé, en particulier la scène d'ivresse totalement psychédélique. C'était dans la salle du Palace de Liège.
Rebelle est un Pixar non un Disney.
Bonjour,

Il vous manque un film d'animation disney : Les mondes de Ralph (sorti en 2012 en même temps que Rebelle je crois). En effet, si le héros est bien Ralph (le méchant d'un jeu vidéo rétro qui en a ras-le-bol d'être rejeté et va chercher à obtenir une médaille de héros), il est en tandem avec Vanellope, une petite peste pilote de kart dans un jeu aux graphismes à base de bonbons.

ATTENTION SPOILER
Dans ce film, il s'avère que Vanellope von Schweetz, qui est amnésique tout au long du film, apprend à la fin qu'elle est en fait la princesse de son jeu vidéo (robe à froufrou et tout). Mais en fait, elle décide de rester telle qu'elle est vraiment, c'est à dire un pilote de kart, abandonne aussitôt ses atours de princesse pour reprendre ses fringues de gamine effrontée et décide de changer son jeu en une république constitutionnelle dont elle sera la présidente.
J'ai beaucoup aimé ce film d'animation parce qu'en dehors du côté "madeleine de Proust" avec son univers de jeux vidéo rétro, c'est avant tout l'histoire d'une amitié entre un personnage masculin (Ralph est un démolisseur baraqué mais avec des états d'âme notamment un fort sentiment de solitude) et un personnage féminin (une gamine espiègle et grande gueule qui masque comme elle peut sa douleur d'être rejetée et ses incertitudes).

Là, pas d'histoire d'amour entre ces deux héros. Juste de l'amitié. Et c'est cool.

Par contre, histoire d'amour il y a entre deux personnages secondaires : Félix Fix Jr, le héros du jeu vidéo dont est issu Ralph et le sergent Calhoun, un personnage féminin ultra badass issu d'un jeu vidéo à la Halo. Et là encore je trouve qu'il y a renversement des clichés car on nous montre un Félix (aux graphismes rétro) en proie aux vertiges de l'amour, complètement fleur bleue en butte avec Calhoun (au graphismes plus léchés car plus récents) dont la programmation de son background rend les histoires d'amour problématiques (une histoire de traumatisme).

Enfin, à noter également : le film est intercalé de scènes IRL, dans la salle d'arcades où sont les jeux vidéos des personnages. Et le personnage que l'on suit dans ces scènes, c'est une petite fille qui veut jouer aux bornes de jeu. Pas un petit garçon.

Bref, là aussi des "princesses" Disney plus du tout dans l'alignement Old School. Personnellement, je regrette que ce film n'ait pas eu plus d'écho et je le recommande chaudement.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Mondes_de_Ralph
Bonjour,

Très bon article (comme toujours), avec cependant une petite réserve sur le fait que Rebelle est un film de Pixar et non un pur Disney.
Walt Disney disparaît (#JeSuis Circonflexe) des écrans radar il y 55 ans.

En 1961, avec les 101 Dalmatiens (Merlin et surtout le Livre de la Jungle) sont des bouses,

Tout le reste a le goût des multinationales voraces et sans talent !

Est-il bien utile d'en parler ?

PG
Petite erreur pour Gaston de la belle et la bête, il est chasseur, pas tavernier.
Depuis le temps que je l'attends
https://youtu.be/1ggg1cvgZhg
Une princesse disneyenne improbable, produite par la conjonction improbable de deux cerveaux malades: Walt Disney et Salvador Dali:

Destino
À choisir, belle et rebelle, c'est mieux que moche et remoche.
Une remarque (peut être pour la semaine prochaine ?): dans le roi Lion, le héros est le pendant masculin de blanche neige. Il ne prend aucune décision, ne fait que des âneries (attendez, en fait au moins Blanche Neige se débrouille-t-elle un peu), se fait rosser par sa cousine, glande dès qu'on le lui propose. Son unique mérite est sa naissance. Son unique action est de rosser son oncle notoirement faible.

Celà dit il me semble que c'est un cas isolé. Dieu que j'ai haï ce Disney.
Bravo Alain Korkos, j'ai retrouvé toutes les héroïnes de ma jeunesse puis de celle de mes enfants.
Bon avec l'âge, elles font moins les tâches ménagères (avez-vous remarqué comme c'est sale et poussiéreux chez les vilaines sorcières), elles causent de moins en moins (mais qui aujourd’hui accepterait d'écouter un dialogue intelligible de plus de quelques secondes, et puis le mouvement général est au zapping même dans l'action, faut que ça bouge, que ça vole...).
Elles causent moins et j'ai l'impression qu’elles chantent moins (et d ieu merci, car ces airs d'opérette peuvent vous conduire à rejoindre le monde de Roger Rabbit pour les étrangler ou les jeter dans "the dip"
Elles causent moins mais leur tour de poitrine causent plus, au point qu'on a l'impression de voir Miss Universe.
Espérons qu'elles ne vont pas suivre la mode jusqu'à devenir anorexique aussi comme ces mannequins anorexiques car finalement elles se sont certes émancipées mais collent aux critères de la poupée Barbie.

Quant au pauvre papa Qatari, il a l'air d'être bien soutenu au niveau de l'opinion des commentateurs de ces Doha News. On peut lire un texte comme
"An apology is useless. The entity responsible for supervising school syllabuses and material should be held accountable and whoever failed at their job should not go unpunished." condamnant les responsables de l'école qui a osé avoir un tel ouvrage luciférien dans ses rayons. Un autre commentateur demande même de se réunir et aller... on suppose brûler ou couper les mains ou.. Une voix s'élève pour dire que ça sent le Ku Klux Klan même si on doute à la lecture des autres commentaires que cette voix ait une quelconque influence.

L'incroyable, c'est l'abime vertigineux qui sépare les mentalités de ces commentateurs et la technologie qu'ils utilisent pour s'exprimer. C'est un peu comme si un mec de Lascaux s'exprimait par tweets.
Cher Alain,

Merci pour votre article, comme toujours.

Petite précision: c'est Anna qui rencontre un méchant prince dans La Reine des neiges, pas Elsa. Elsa reste célibataire de bout en bout, et c'est effectivement une petite révolution chez Disney. Si Mérida est plus "rebelle" que les autres, c'est que Pixar est passé par là... La fin, cependant, sur l'unité du royaume, peut être lue comme conservatrice.

D'ailleurs, la version récente de Cendrillon par Kenneth Branagh témoigne d'être perversement conservateur: http://bit.ly/20ggG2G
La princesse Blanche-Neige,
Chez les sept nains qui la protègent,
Lave, nettoie, époussette,
Sept fois un, sept...

... Lorsqu'une vieille aux jambes torses,
Sept fois deux, quatorze,

Lui dit : "Prends ce beau fruit, tiens!"
Sept fois trois, vingt et un,

Mais un des nains frappe à la vitre,
Sept fois quatre, vingt-huit,

Et lui dit : "Garde-toi bien",
Sept fois cinq, trente-cinq,

"De mordre à ce fruit dangereux",
Sept fois six, quarante-deux,

"C'est un poison qu'elle t'offre!"
Sept fois sept, quarante-neuf,

La vieille, dans les airs, s'enfuit...
Sept fois huit, cinquante-six.

Et la Princesse des bois,
Sept fois neuf, soixante-trois,

Est sauvée par ses amis,
Sept fois dix, soixante-dix.

Les sept nains
Jean Tardieu
Moi, je serais le Prince, je réfléchirais à deux fois avant d'épouser Blanche-Neige.
Femme soumise, c'est vite dit. A peine réveillée, cette pimbêche engueule les nains et leur fait la leçon parce qu'ils ne répondent pas à son bonjour. Pour quelqu'un qui vient de squatter la piaule et de dormir sur leurs lits, c'est gonflé. Manifestement, elle connait tous les trucs pour dominer et prendre le pouvoir.
Auparavant, en l'absence des propriétaires, elle a nettoyé toute la baraque, sans rien demander à personne, pour marquer son territoire, comme si elle était chez elle. Et quand je dis "elle a nettoyé", c'est façon de parler. En fait, elle a employé les animaux de la forêt. Bien pratique, les animaux. Pas de contrat de travail, pas de convention collective. Le patron fait ce qu'il veut.
Non, moi je dis, je serais le Prince, je réfléchirais.
Libérées ou pas, battantes ou pas, il s'agit pas d'être moches pour aucune d'entre elles, ni grosse (quelle horreur!), on ne peut être une héroïne qu'en étant très jolie et en portant ses fringues taille 32, et ça mettez vous le bien dans la tête les filles.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Le monde merveilleux de Disney, version Wally Wood, que les censeurs qataris du net soustrairont à la vue de leurs concitoyens.
Ce qui serait intéressant aussi ça serait de comparer la différence des dessins animés avec les livres.
Personne n'est parfait. Maître Korkos nous avait habitués à plus de hauteur de vue. D'abord la vaisselle a sa noblesse, et je n' imagine pas le maître mangeant dans une vaisselle sale. De plus, réduire la moitié de l'humanité à des activités censément subalternes, c'est s'amputer soi-même.
Avant
Après

(Message pour Evemarie : ne cliquez pas, vous allez vous rendre malade)
"Je veux bien faire la belle mais pas dormir au bois"http://www.dailymotion.com/video/x18pcv_zazie-axel-baeur-a-ma-place_music
Je trouve votre machisme au même niveau que Disney . En écrivant qu'elles se voient en aspirateurs , vous mettez cette idiotie au crédit des femmes, alors que se sont EVIDEMENT des mâles qui imaginent les femmes en bonniches , surement pas les bonniches , elles elles ont aussi de l'ambition comme les mâles , mais on les dépeint en bonniches et ceux qui voudrait en démontrer la bêtise, reproduise le schéma, comme vous .
Alors oui les mecs vous nous voulez en bonniches a vagin humide et jeune , mais les femmes ne se voient pas du tout comme ça .
Si vous voulez nous rendre justice, changer les sujets de vos phrase , et mettez y a chaque fois que se sont les écrivains qui nous veulent en balais ou éponge mais pas les femmes. Vous savez même il y a 150 ou 1000 ans les femmes n'ont JAMAIS eu besoin de représentation héroïque pour l'être, ni de valorisation énorme pour agir, par exemple en ce moment des femmes venant de pays aussi machiste que le notre (sauf que ça se voie plus) traverse seule la Mediteranee et elles, elles en subissent bien plus les conséquences , c'est autrement plus courageux que pour des mâles ... La vison que les mecs ont de nous et les représentation que vous en donner sont très éloigné de la réalité de l'action d'une femme dans le monde .
George Sand ne nous a jamais décrient en aspirateur .
Si la vision des hommes sur les femmes est biaisée, n'en est-il pas de même pour la vision des femmes sur les hommes ? Votre message n'en est-il pas un cruel témoin ?

Tant d'héroïnes différentes... Et pourtant un seul "prince charmant" (dont les qualités principales sont la beauté et la richesse)...
On attend toujours une étude sur ce point... On pourra attendre...
Mhhh, il me semble que ce n'est pas le cas dans la Reine des Neiges (à confirmer parce que j'ai été incapable de la regarder en entier pour cause de chansonophobie aigue) et dans Raiponce j'en suis sûre: le mec idéal est un voleur.
A vérifier dans d'autres dessins animés.
Anecdote perso marrante: mon mari a montré la Belle et la Bête à notre fille de 5 ans en se disant: oh, un Disney, ça devrait le faire. A la fin de l'histoire elle fonce sur moi en pleurant: triste mais triiiiiiiste, à fendre le cœur.
"Maman, la bête est morte!"
Mais non ma chérie, je t'essssplique, elle a juste perdu ses poils grâce à une super crème dépilatoire et maintenant c'est un monsieur un peu moins baraqué et un peu plus frileux.
"Mais siiiiiii, la bête est mooooooorteuh".
Mais non, enfin! Et bla bla bla et bla bla bla.
Puis j'ai capté: ah ben si, la bête est morte. Et le truc tout net là, qu'on nous sert à sa place, chuis bien d'accord, a nettement moins de charme ! Ma fille avait raison. En plus il ressemble à rien sans ses poils....
Maintenant il est vrai que généralement les princes sont riches, beaux ET jeunes. J'ai vu aucun quadra.
Bon, pour la richesse, c'est certainement lié au titre de prince. Le reste, question de goûts...
Disney nous impose ses idéaux de beauté et d'accomplissement masculins, il y a certainement beaucoup à dire.
Ah oui, ya Aladin aussi qui sort un peu du lot, me semble-t-il...
EN même temps, montrer des mecs qui ont tout et qui font tout réduit aussi la représentation de la princesse à: Sois belle et tais-toi ! Ou alors chante, mais en passant l'aspirateur...
Il faut que la mête beure mais l'homme aussi, dit la citation finale de la bande annonce.
Dans Disney, la bête meure mais l'homme vit. 5 ans c'est un peu petit pour comprendre que l'apparence change et qu'il s'agit de la même personne. On en est encore à recenser les choses en fonction de leur apparence!

Le film de Chabrol est un exemple de film féministe où les dialogues sont dits majoritairement par des hommes et où les femmes sont dans leurs fonctions domestiques de l'homme. Et ce n'est pas un simple contre-exemple de la sorte de thèse que cette étude sur les héroïnes de Disney soutient. C'est que le critère du discours de fond peut surpasser les critères de la forme.
Blanche-neige nous montre que la condition féminine n'est pas enviable, en tout point de vue. C'est déjà pas mal. Je n'ai aucun souvenir d'une fin heureuse, pour moi elle reste dans son cercueil transparent pour toujours. Jamais revu avec mes yeux d'adulte, j'ai occulté l'happy end?
Oui, on peut effectivement chercher les contre-exemples. Il y en a, mais qui au final ne font que démontrer l'existence majoritaire de ce "prince charmant" (quand bien même serait-il voleur), dénué de nom et de personnalité, n'existant au final que pour "délivrer" la femme, qui elle en revanche porte un nom, une personnalité, une histoire et des aspirations.
Autre chose qu'un simple corps accompagné d'un status social quoi.

Tout ça juste pour dire que : oui, c'est de l'industrie du divertissement familial, vous vous attendiez à quoi ?
Y avoir une lecture strictement "femme" est ridicule, toutes les autres lectures (homme, mais aussi classe sociale, ethnique, sexuelle et tout ce que vous voulez) mèneront à la même conclusion : c'est de l'industrie du divertissement familial, l'objectif est de faire de l'argent, pas d'émanciper les foules.

Après, Disney ne nous impose rien du tout : les parents s'imposent et imposent Disney à leurs enfants. Il ne faut pas les décharger de cette responsabilité.
[quote=Malagate]Disney nous impose ses idéaux de beauté et d'accomplissement masculins, il y a certainement beaucoup à dire.
Ah oui, ya Aladin aussi qui sort un peu du lot, me semble-t-il...

Yes, Aladin ! Un des très bon Disney. Aladin sort carrément du prince charmant traditionnel, puisque c'est un petit voleur de rue.
C'est grâce au Génie qu'il se fera passer pour un prince tout ce qu'il y a de plus respectable. Avec une fantastique chanson interprétée par Robin Williams dans la version originale. Une scène où le Génie se mêle à la foule pour faire courir le bruit que le "prince Ali", alias Aladdin, est la 8e merveille de ce monde. Aladdin n'a plus qu'à donner à la foule ce qu'elle attend, et le tour est joué.
Finalement Disney ne fait rien de plus qu'Aladdin, il donne aux gens ce qu'ils viennent chercher, une princesse qui fasse princesse, un prince qui fasse prince.
"Citation:Malagate
Disney nous impose ses idéaux de beauté et d'accomplissement masculins, il y a certainement beaucoup à dire. "

je suis ni prince ni charmant ni Rome ni antique ni preux ni chevalier ni fleur ni bleu ..
J'ai l'impression que les zommes détestent cette image d'eux, le gars qu'assure pas, même pas capable d'aller décrocher la lune, trop nul.
EVEMARIE : Il y a un truc qui s'appelle le second degré. Je sais que cette notion vous est absolument inaccessible mais entre deux vaisselles, renseignez-vous ;-)

(Commentaire avec un vrai morceau de second degré dedans. Amie @sinaute, sauras-tu le dénicher ?)
J'ai trouvé ! J'ai trouvé !
C'est dans le titre !
C'est ça?
J'ai bon?
Alain Korkos écrit à propos du personnage de Cendrillon 1950 : "Là aussi l'héroïne se prend pour un aspirateur".
Vous avez raison, Alain Korkos aurait davantage dû prendre en compte ses lecteurs/trices mal-comprenant(e)s
et écrire spécialement à leur intention : "Là aussi, Disney nous présente une héroïne qui se prend pour un aspirateur."

Cela lui aurait peut-être épargné l'accusation de machisme.
Il ne faut jamais sur-estimer les capacités d'interprétation des mal-comprenant(e)s...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.