83
Commentaires

"Les politiques de gauche sont les plus violents quand on leur dit qu'ils ont tort"

Dans la campagne présidentielle qui commence, comme dans toutes les campagnes électorales, l'intox va être omniprésente. Sur l'économie, sur la sécurité, tous les chiffres, tous les faits, tous les arguments, toutes les comparaisons internationales qui vont être avancées par les candidats devraient être normalement soumises à la vérification journalistique. Plusieurs sites de presse en France commencent à le faire de manière méthodique et sérieuse en se lançant dans la désintoxication à grande échelle. Comment travaillent-ils ? Comment choisissent-ils leurs sujets? Comment désintoxique-t-on la parole publique et à quoi ça sert ?

Derniers commentaires

Bon je vous l'annonce comme ça, tout de go : je me présente à l'élection présidentielle. Et du même coup j'ai décidé de soumettre mon discours d'entrée en campagne au nouvel outil infaillible et objectif du journalisme politique : le Fact Checking.


Voici donc mon discours :

Françaises, français.

Comme vous le savez tous, la fin du Monde qui aura lieu bientôt comme nous l'avait annoncé l'ancestral calendrier Berrichon ne pourra être évitée qu'en mangeant exclusivement de la viande de babouin irradiée au sein de centrales nucléaires, en apprenant d'urgence aux enfants néo-zélandais à danser la Polka et en retirant le droit de vote aux français qui sont particulièrement noirs mais pas trop non plus (c'est-à-dire un peu plus que Yannick Noah mais un peu moins que Jacques Séguéla).

Je ne suis bien sur pas le seul à proposer ces mesures de bon sens, puisque Hollande et Joly m’ont piqué l’idée de créer un commando spécial de l’armée chargé de s’introduire au Vatican pour sodomiser sauvagement Benoît XVI, ce qui aura pour effet immédiat de stopper la crise économique, comme l’ont si bien démontré Emmanuel Todd et Jean-Pierre Pernaud dans leur ouvrage commun dont je ne me rappelle plus le nom mais enfin vous voyez ce que je veux dire. Que ce hold-up de mes idées géniales ne vous détourne pas de la seule voie crédible, la mienne. Car sodomiser le Pape ne suffira évidemment pas à redonner durablement du souffle à l’économie si dans le même temps nous n’exterminons pas immédiatement tous les phoques, les pianistes et les stégosaures de la surface de la planète comme je le propose dans mon programme.

Françaises, français, votez pour moi !

PS : 97 % des êtres humains ont 2 pieds.



Et voici le résultat du Fact-Checking effectué par les plus grands journalistes objectifs et rationnels de la planète :

Vérifications des 2 affirmations chiffrées du discours de Tzitzimitl le 18/03/2012 :

1) « 97 % des être humains ont 2 pieds » VRAI !

Après enquète il s'avère que les cul-de-jatte (0 pied), unijambistes (1 pied) et autres malformés avec 3 ou 4 pieds représentent tout cumulé à peine 3 % de la population mondiale. Reste donc bien 97 % de la population qui ont 2 pieds.

Source : Rapport annuel de l'OMS sur le handicap, édition 2011.

2) « Benoît XVI » VRAI !

D'après l'historien Louis Vinion que nous avons interrogé, la liste des Papes reconnus par l'Eglise ayant utilisé le nom de Benoît avant Joseph Ratzinger comprends Benoît 1er (575-579), Benoît II (684-685), Benoît III (855-858), Benoît IV (900-903), Benoît V (964), Benoît VI (973-974), Benoît VII (974-983), Benoît VIII (1012-1024), Benoît IX (1032-1048), Benoît X (1058-1059), Benoît XI (1303-1304), Benoît XII (1334-1342), Benoît XIII (11724-1730), Benoît XIV (1740-1758) et Benoît XV (1914-1922).
L'ancien cardinal Ratzinger est donc bien le 16ème du nom (si l'on ne compte pas les Anti-Papes d'Avignon Benoît XIII et Benoît XIV au XIVème siècle).

Indice de crédibilité du discours : 100 %


... Et voilà, la preuve est faite. Désormais vous savez pour qui voter.
ce soir, j'ai enfin regardé cette émission qui m'avait échappé. ben je regrette pas. je ne vais pas lire les commentaires sur le forum, je suppose celui-ci désormais un peu éteint. mais après cette très agréable heure, j'ai quand même envie de le donner, mon avis..
maja extraordinaire. j'adore comme elle met les pieds dans le plat avec une sorte de tendresse et de timidité roublardes, et ici pour découvrir les sources de ce duhamel qui n'a d'autre source dans le fond que lui-même, filtre arrogant et vaniteux triant les infos qui l'arrangent. et duhamel, duhamel... qui n'invite même pas à s'asseoir notre maja. arrogant, vaniteux et également malotru et sans élégance, malgré son crocodile sur le polo. attitude méprisante. berk.
quant au corps de l'émission, décidément, j'aime ça, les journalistes qui parlent cuisine. je trouve toujours passionnant. et dans le fond, @si comme site de décryptage de l'info, c'est au minimum, mais très exactement ce genre de décryptage que j'attends : DS décrypte pour nous en les interrogeant comment travaillent ces journalistes représentant 3 grands médias. bon, j'enfonce une porte ouverte, mais voilà, j'aime ça. quelque part, l'émission de maja et les émissions de ce type (des journalistes racontent comment ils... malaxent les infos) remplissent tout à fait le cahier des charges que se donne @si. il n'y a pas que ça, mais ce "ça" est nécessaire, et essentiel.

quant à ce que signifie le fait que les politiciens de gauche n'aiment pas se faire prendre en flagrant délit de mensonge ou d'imprécision ou de torsion des faits par les médias de gauche, les accusant de faire le jeu de la droite, c'est à la fois logique et consternant, et ça dénote hélas un niveau bien bas de l'éthique professionnelle de ces bateleurs qui prétendent gouverner. mais la droite n'est pas en reste, bien sûr, à part qu'elle s'attend plus à se faire démolir par la presse de gauche. le petit épisode quasi névrotique de guéant et ses chiffres sur la criminalité (si je me rappelle bien) fait vraiment bien rire (jaune).
cout de la mesure de hollande

Un oubli fondamental: les enseignants vacataires et contractuels qui ont remplacé une partie des fonctionaires ont un cout important chaque année
Creer des nouveaux postes suprimerait certains de ces postes!!!!!!!!!!!
Les Econoclastes se lancent également dans la Désintox. Premier article paru hier.
certaines désintox sont aussi de l'intox, les journalistes ne sont pas neutres idéologiquement et ils sont loin de ne faire qu'énoncer des faits c'est faux

je me rappelle d'une désintox contre Mélenchon sur les 10 points de PIB passés du travail vers le capital dans le journal libération
les journalistes de libé nous ont sorti avec un parti pris évident que comparer au niveau de partage du début des années 80 n'était pas représentatif et qu'en fait il fallait comparer avec 1960, et que ducoup le partage n'avait pas changé
décider que le niveau de partage des années 1980 n'est pas représentif c'est un fait ou un jugement subjectif ?
Votre titre est juste un peu gonflé quand on apprend, en regardant l'émission, très instructive comme d'habitude, que c'est Guéant qui a persévéré plusieurs semaines avec une grande virulence contre la rubrique de Libé, ce qu'aucun autre politique de gauche n'a fait. De plus on apprend qu'il l'a fait au moyen de "motards" du ministère à l'insu de ses services de com'. Ce qui, en soi, aurait pu faire l'objet du titre...
Du genre :
"Guéant utilise les moyens du ministère pour passer sa colère sur les journalistes de désintox..."
ou :
"Pieds Nickelés, suite : quand Guéant envoie une lettre manuscrite à Libé pour passer sa colère à l'insu de son service de com'"
Voilà qui, pour moi, est la vrai info de l'émission. Pour le reste, continuez !
Je découvre votre média.

Votre souhait d’informer « juste » en politique est fondamentalement intéressant.
Informer, c’est quoi ? Juste c’est comment ?
Comment le faire au mieux ?


Que chacun des évènements interpelle et induise quelques questions pratiques au public qui en est informé, lui évoque un sujet de fond, c’est normal. Comme dans un jeu permanent, le public sollicité est demandeur d’évènements. L’évènement, l’image (fût-elle en arrêt), doivent-ils être, peuvent-ils être la seule voie d’une information juste? Comment empiler, structurer les réflexions qui en découlent, celles que vous nommez « d’intérêt public », en terme de diagnostics, en terme de cohérence d’analyse, d’offre politique ou de tout autre synthèse ? Comment l’impressionnisme du détail, des touches évènementielles peut-il amener à une vue globale synthétique et cohérente ?

Certes il faut garder les témoignages d’exception, ceux des situation que l’on aimerait ne pas avoir à vivre, à connaître, les illustrations remarquables… mais nous sommes innondés d’opération de communication, de sensationnel, de futile… Pour être juste, comment les médias, les journalistes peuvent-ils compléter correctement ce qui plait, avec ce mélange trop souvent irrévérencieux (sujets et personnes), de « journalistes / animateurs de variétés / comiques », sortir de la seule information évènementielle, des images ou « bandes son » associées qui devient une addiction abêtissante ? Pour rapporter l’évènement en direct, la concurrence des médias sociaux est intéressante, irréversible et irréductible avec aussi tous les risques associés.

Comment les journalistes peuvent-ils informer pour mieux outiller, mieux préparer les citoyens, face à leurs responsabilités, pour leur permettre de faire des choix quotidiens, des choix de vie et de mettre dans les urnes leurs bulletins de vote, en toute connaissance de cause ? Comment obliger les hommes et femmes politiques à sortir des éternels et ridicules « combats de coq » ou le fond n’est qu’effleuré au profit de quelques sujets « appâts » traités en polémique spectacle.
D’autant que des « médias » gratuits comme toute la communication portée par l’économie ont de nombreux moyens de façonner l’opinion la plus passive, n’offrir que cela, aux autres, abaisse le public, les journalistes et la démocratie.

Comment, avec toutes les possibilités et la convivialité des nouvelles technologies, les journalistes peuvent-ils en préalable, préparer objectivement, les confrontations, en présentant au(x) public(s) :
- les diagnostics du fonctionnement de la société fait par chaque partie, par les experts et par les différentes composantes de la société civile ? Comment les objectiver, les comparer ? Comment présenter ce qui est partagé, ce qui ne l’est pas ?
- les priorités des problèmes à traiter, que chacun propose comme base de son programme ? Quelles sont les priorités partagées, quelles sont celles qui ne le sont pas ?
- la vision de la société et le projet qui en découle ? Les hypothèses qui y sont attachées ?
- la méthode, le plan d’action, l’équipe et le calendrier qu’il propose ?
- les conséquences du changement pour chacun, pour tous ?
- le contexte de la synthèse retenue par chacun ?
- les références des estimations, les avis des experts ?
Comment garder un dossier citoyen, témoin permanent, opposable en cours et en fin de mandat ?
Comment les journalistes peuvent-ils correctement, professionnellement se mouiller ?

L’organisation des compétences et des professionnels spécialisés, actuellement dispersés dans une foultitude de « médias » qui cherchent chacun leur public, leur clientèle est-elle adaptée à un tel travail de fond ? A son volume ? Quelle est (sont) l’(les) alternative(s) ? Comment composer une (ou plusieurs) équipe(s) pertinente(s) qui reflète(nt) la société ? Si les modèles économiques actuels ou envisageables ne sont pas adaptés ni adaptables, si la concurrence n’est pas une solution à une telle production journalistique, alors, en quel terme un contrat de service public pourrait-il être négocié pour que le travail puisse être fait dans les meilleures conditions ? A quelle(s) échelle(s) ? Comment choisir la meilleure offre, la (les) meilleure(s) équipe(s) pour ce faire, ou faut-il réserver cela à une chaîne qui emploi des agents à statut particulier, à une chaîne à « statut public » ? Avec un financement public, qui peut alors, loin du clientélisme, objectivement juger que les résultats attendus sont au rendez-vous et décider de poursuivre, si nécessaire en corrigeant ou d’interrompre ce service au public ?

Quels autres sujets de société pourraient bénéficier d’une démarches de même nature ?

L’information a besoin de moins de support, moins d’immédiateté, plus de contenu, plus de sens ?

Pour autant que ce regard sur l’Information, vous semble mériter l’intérêt et qu’avec vos réponses il peut se transformer en projet, je reste disponible.
René D.
Par pitié, reprenez vos journalistes invités, trentenaires, dans le vent, qui use du franglais avec complaisance!
Pas de "fast-checking" parbleu! Encore moins de "fast-check'er'"! C'est absolument ridicule et inutile! J'ai 27 ans et enrage de ces ignominies langagières!
Un peu de tenu messieurs dans la langue rendra plus audible votre discussion et éclairera d'autant mieux le sujet par ailleurs digne d'intérêt.
Que le ciel vous tienne en joie.
Merci Maja d'être revenue nous enchanter l'info, vous nous manquiez, et du coup je devais aller sur LCP pour suivre vos pérégrinations.
Il manquait à ASI votre rire de jeune femme qui a fumé du cannabis (sic) et on a l'impression de retrouver l'ASI de l'époque France 5 !
La Parisienne était douée pour les textes de ses chansons, mais l'accompagnement musical gâchait un peu le plaisir.
Une suggestion pour vos prochaines investigations : comparer les registres lexicaux des jeunes journalistes qui travaillent sur les versions Internet des quotidiens : celui du JDD n'avait qu'un mot à la bouche et de répéter toutes les 10 secondes "fast checking" ! Je trouve scandaleux (et Daniel ne l'a même pas souligné) que les journalistes emploient de plus en plus de mots anglais qu'lls francisent, comme dans les pubs pour ados où on voit des mots tels que "vous aller lover ça"... Est-ce une déformation des SMS pour que ça aille plus vite ? S'ils ne respectent plus leur langue, je désespère de notre espèce.
Merci en tous cas pour votre travail. Carole
Est ce que Jean Luc Mélenchon et Eva Joly ne mentent pas ou alors Désintox ne s'intéresse pas à eux du tout ?
(ça a beau être hyper intéressant la "vérification des faits"... si on le fait pas pour tout le monde ça l'est déjà moins)
La "règle d'or" française n'est pas non plus une règle d'or : elle est rédigée dans des termes qui ressemblent furieusement à ce que décrit le journaliste sur la "règle d'or" allemande. Le principe de la règle d'or française est d'obliger le gouvernement à mettre en place une loi cadre pluriannuelle sur le budget et chaque budget fait dans le cadre de cette loi cadre doit la suivre ; par exemple, si on dit dans la loi cadre qu'il faut réduire de 5 % le déficit du budget public pendant les 5 années qui viennent, un budget qui le réduit de 4 % peut être censuré par le conseil constitutionnel. Or, rien dans la loi n'oblige à mettre en place une loi cadre de réduction : on peut voter une loi cadre qui oblige à l'augmentation du budget. Et nos gouvernants passent leur temps à faire des budgets avec des prévisions de croissance plus ou moins fantaisistes revues régulièrement, et c'est sur cette base qu'on évalue la validité du budget. Et cette "règle d'or" n'a aucune contrainte de temps pour le retour à l'équilibre. Bref, pas besoin d'aller chercher les allemands pour cette désintox : la "règle d'or" française est déjà bien bidon en elle-même ! Mais pour ça, il fallait lire le projet de loi...
Pour BNP, on regarde les dividendes distribués sur Boursorama ou ailleurs, par le nombre d'actions en circulation, moins l'auto contrôle : 30 secondes pour avoir un chiffre à la louche, 10 milliards.
Il y a bcp de choses qui sont vérifiables et très rapidement, mais les français aiment-ils les chiffres au point qu'ils signifient quelque chose pour eux ? Chaque jour, ou presque, il y a des erreurs monumentales dans les journaux, sans que ça dérange plus que ça.

Desintox devrait ajouter que 70% de ces dividendes vont aux institutionnels, donc principalement aux retraites. Ajouter aussi que ça génère de la CSG ..... et seulement 5.5% de ces dividendes va aux actionnaires individuels. Pour le coup, Montebourg dit n'importe quoi façon Sarkozy.

Bref, on voit tout de suite la limite de l'exercice avec les faibles moyens mis en oeuvre, mais c'est un très bon début. Bravo à eux tous : on a tous assez voulu ça pour espérer que ça va se poursuivre.
mais c'est quoi qu'il a devant son bureau le Duhamel?
en regardant la version montée,on croirait un Samsung 115cm avec le défilé du 14 juillet...
sinon ,y a la moquette du studio qui se barre!






Maja?J'aime.
Chapeau bas :) Bravo Maja. Encore des comme ça.
Quel grand homme ce Duhamel : il arrive à toiser de sa hauteur Maja tout en restant assis et en la laissant debout!
Le plus bel exercice de désintox, je l’ai vu aujourd’hui dans le 13h de France 2 : dans Mon Œil de Mompontet, en réaction au délire nécrologique des médias après la mort de Steve Jobs (13 pages dans Libé et quelques unes aussi dans Le Monde, sans parler des infos télé).
Voir dans un grand média, qualifier un admirateur du « visionnaire » d’esclave volontaire, voilà prétexte à croire, juste un instant, que tout n’est peut-être pas perdu.
Maja, j'adore ce que vous faites !

Démonter le système "d'enquêtes journalistiques" au doigt mouillé de môssieu Duhamel ! Et debout... quel goujat !

Bravo Maja.

Je mets un petit pense-bête dans mon agenda pour, le moment venu, prendre 2 abonnements au lieu d'un.
Rien que pour ce dégonflage de baudruches hebdomadaire, c'est largement mérité.




PS : Bye bye la chanteuse qui ne pouvait pas supporter la pression du vendredi... à @SI.
Juste une petite remarque: ce n'est pas que la gauche a un problème avec les désintoxications d'un journal "ami", mais que les journaux "de droite" ne désintoxiquent pas (ou peu) leurs "amis".
Maja, si vous êtes en panne d'éditorialiste, pourquoi ne pas aller... chez @si? Je serais tout aussi intéressé par les sources de Daniel Schneidermann, gilles klein ou autre. Par exemple, j'ai appris que Daniel lisait tous les "papiers" du blog du journaliste du Monde "Les décodeurs", blog dont j'ai appris l'existence en regardant l'émission. Du coup je vais aller y jeter un coup d'oeil numérique!

Voil@!
Il est dommage que personne sur le plateau n'ait donné le bon argument pour répondre à cette question.
Le problème vient du fait que la question posée est trop imprécise : combien ça coûte?
Il manque dans cette question un paramètre important, l'unité de temps. Si la question avait été claire "combien cela coûte par an? alors la réponse aurait pu l'être aussi.
Plus précisément, imaginons que les 60000 postes soient créés dès la première année, alors la réponse à la question serait 2.5 milliards CHAQUE ANNEE puisque cela coûte 500 millions d'euros(par an) pour 12000 postes paraît-il.
Mais si on étale la création sur 5 ans, alors cela coûtera 500 millions d' euros la première année, 1 milliard la deuxième, etc...et au bout de 5 ans, 2.5 milliards chaque année
Analysons maintenant les réponses de Hollande et Royal.
La réponse donnée par Royal est 7 milliards c'est approximativement le coût total sur les 5 premières années (7.5 milliards). Cette réponse à mon avis n'est pas satisfaisante car pourquoi donner le coût des 5 premières années et non pas des 10 ou des 20? Elle aurait dû diviser par 5 et cela aurait donné un coût moyen par année pour les 5 premières années.
La réponse de Hollande est 2.5 milliards, mais il laisse à penser que c'est sur 5 ans. Pourtant il compare ce chiffre à celui du bouclier fiscal en disant que c'est du même ordre, or pour le bouclier fiscal le chiffre est annuel!

La bonne réponse aurait dû être : à plein régime c'est-à-dire dans 5 ans on aura un coût annuel de 2.5 milliards (du même ordre que le bouclier fiscal) mais les premières années le coût sera moindre car les créations seront étalées sur 5 ans.

NB: Indépendamment de cette question, je ne voterai ni Hollande, ni Royal, ...
"Je ne voterai ni Hollande, ni Royal", sans doute moi non plus, mais les deux impétrants ont, eux, intérêt à flatter le corps enseignant, qui passe, à tort ou à raison, pour la base de leur électorat...

PS : merci M. Montebourg, des tas de gens auront appris au moins un mot en suivant ces primaires citoyennes !
Bonjour

Cette évolution du journalisme, facilitée, comme il est dit par une accessibilité des sources plus vaste et plus rapide via internet, devait se faire et est bénéfique.
En effet, comme Maja le démontre avec Duhamel au sujet de la libéralisation de la vente du cannabis, les oligarques utilisaient avec une certaine aisance des chiffres ou des vérités (entre guillemets) pour mettre un point final à une discussion.
On peut citer à ce titre les fameux entretiens de notre machin avec des citoyens, arbitrés par un modérateur complaisant, où il accumulait mensonges sur mensonges sans objections.
Ceci m'amène à proposer à l'occasion de la prochaine rencontre de ce type, d'appliquer le "contrôle immédiat" (et non le fast checking) à ce genre d'exercice.
Ho oui c'est très utile, c'est même le fondement du journalisme que de dénoncer les intox , mensonges etc...

Il est temps que la profession se ressaisisse et redore son blason si écorné par tous les passe-plats .

oui c'est utile car ceux qui auront appris la déxintox peuvent rectifier lors du énième répétition de l'intox.

Il faut aussi que les journalistes se désintoxiquent les uns les autres et là, y a du boulot.

PS: pitié! arrêtez les anglicismes mesdames et sieurs les journalistes! En plus ca décrédibilise vos propos.
J'ai apprécié cette émission, cette nouvelle méthode de journalisme est très intéressante, et rassembler trois journalistes sur le plateau pour en discuter et expliquer leurs méthodes et leurs questionnements sur leur métier, m'a beaucoup appris en tant que consommatrice de médias et d'internet.

C'est étonnant comme physiquement, ils se ressemblaient, sans doute des âges et des origines sociologiques voisines. Ils pourraient d'ailleurs être des DS en plus jeune.
Je trouve aussi que votre titre est trop racoleur et ne reflète pas ce qu'ont réellement dit les intervenants, dans le sens où ce sont les journaux de gauche qui sont concernés. On comprend bien que quand on voit des journaux de droite se comporter comme la pravda, et pas tant d'attaques sur la droite par les journaux de gauche, les socialos doivent se sentir brimés. La campagne de 2007 avait été à cet égard assez inégalitaire car les journaux de gauche n'étaient pas spécialement pro royal et avaient d'avance un autre poulain, qu'elle avait habilement squeezé, et s'étaient montrés très mous, surtout en face des abordages musclés des sarkozystes. Donc ce n'est pas étonnant qu'ils soient si véhéments, même si objectivement, ils ont tort, puisque ces journalistes font vraiment leur boulot.

Maja remplace avantageusement le Parisienne Libérée.
Porte a fait une brillante chronique, très amusante, on le retrouve.
autre type de desintox : signalons la rubrique "déchiffrage" du magazine La Recherche qui décrypte les statistiques assénées quotidiennement, en particulier dans le domaine biomédical (par exemple effet de la consommation de vin sur la survenue de cancers) : important de les comprendre et de les relativiser. www.larecherche.fr
Moi ce qui m'a interpellé, c'est d'essayer de comprendre comment Guéant a pu arriver à des chiffres tellement faux sur les enfants d'immigrés. Et puis je me suis rappelé ma prof de math sup qui nous répétait souvent que les probabilités sont la spécialité la moins bien comprise des étudiants... Guéant et/ou ses conseillers sont juste des gros nuls en proba. Pas de mauvaise intention cachée, juste une incompétence manifeste. Les gens sont formatés par le mythe de l'équiprobabilité. Un exemple : deux portes, derrière l'une d'elle, une voiture. Soit elle est derrière la droite, soit elle est derrière la gauche : deux possibilité, une chance sur deux. Jusque là tout va bien. Un autre exemple : tu joues au loto, soit tu gagnes soit tu perds, deux possibilités, une chance sur deux (hum, je devrais jouer au loto plus souvent...). Venons en au cas Guéant. 1) Les enfants immigrés sont deux fois plus en échec scolaire que les enfants non-immigrés (11% contre 6%). 2) Soit tu es un enfant immigré soit tu es un enfant non-immigré, deux possibilités, une chance sur deux. 3) Les enfants immigrés représentent ainsi 2/3 de l'échec scolaire ! CQFD.
Quelle misère....
DS lit Le Monde et Libé, nous lisons Le Monde et Libé, DS invite Le Monde et Libé... et nous on se fait chier.
On ne va bien sûr pas reprocher à une émission sur les médias de parler d'autres médias, mais là je n'ai pas trouvé beaucoup de valeur ajoutée. J'ai l'impression qu'on est en plein dans la boucle dénoncée (avec désinvolture) par Maja Neskovic (qui soit dit en passant plaide pour le cannabis et se plaint de sa mémoire, tsss ;-) ).
oui c'est vrai ça tr4nz1t ça le tire serait plus juste si on ajoutait: "...quand un journal de gauche les désintoxe"
l'argument de Montebourg sur mastricht pourrait donner des idées à certain:

j'ai pas vraiment voté pour sarko en 2007 vu qu'aux législatives suivante j'ai voté socialiste...


sinon pour votre titre vous avez pas l’impression qu'il est un poil mal-honnête?

et puis les deux exemples de dés intox, pris pour l'émission, invalide-t-ils pour autant le discours de leur auteurs?
-"Que pensez-vous de la proposition de Jérôme Cahuzac, président (PS) de la commission des finances de l’Assemblée Nationale, d’imposer les Français de l’Etranger ?"
-"La proposition de Jérôme Cahuzac d’imposer les Français de l’Etranger ne tient pas debout. Nous le lui avons d’ailleurs expliqué ! Il faudrait renégocier les conventions fiscales mises en place avec nos partenaires. Ce n’est donc pas envisageable."


Interview d'une sénatrice PS du journal de l'ADFE (Association des Français de l'étranger). Voir ici:
http://www.lepetitjournal.com/elections-2012/85564-francais-de-letranger-senatoriales-rencontre-avec-la-senatrice-monique-cerisier-ben-guiga.html
Pourquoi cette proposition ne tiendrait pas debout? Est-ce que monsieur Cahuzac est un imbécile? En tous cas l'affirmation suffit à balayer d'un revers de manche cette possibilité:-" Ce n'est donc pas envisageable!"
Pourquoi? A t-on peur de l'envisager?
Est-ce que Maja elle n'aurait pas envie d'aller lui demander?
Les journalistes n’étant pas irréprochables, il aurait été bon de vérifier par curiosité si les desintoxes sont parfaitement factuels ou parfois fausses voir de mauvaise foi... Par exemple sur le JDD la desintox sur Melenchon et la baguette de pain (http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Melenchon-defend-le-Smic-a-1.7000-euros-393361/). Mettons de côté la barre d'évaluation ridicule. Ici le journaliste non seulement chipote mais de plus fait ses calculs sur la base du salaire brut alors que Melenchon parle de salaire net. Ce qui est surprenant c'est de voir que les commentaires signalent cette erreur grossière mais hélas l'article n'a pas été modifié... Comme quoi il n'y a pas que les politiques qui peinent à reconnaitre leurs erreurs....
Émission chiante, je ne suis pas allé au bout.

Beau plantage.

La guerre des chiffres cela fait longtemps que cela existe, il faudrait plutôt s’intéresser à leur fabrication et aux options politiques qu'ils impliquent.

Faut-il mieux parler du montant de la dette pour faire peur ou des causes de cette dette, les chiffres n'ont de sens que si mis en perspective.

12000 enseignants payés à 30000 euros par an cela fait 360.000.000 euros pour trouver 500 M on ajoute les charges ? des frais fixes ? voila un éclairage qui me semblerait plus parlant. Expliquer les totaux et le mode de calcul plutôt que des chiffres qui intègrent des options politiques ( montant des salaires, cotisations sociales etc...) c'est ça la vraie explicitation (et non vérification) des chiffres qui pourrait éclairer le citoyen.
[large]Sujet de débat pour la prochaine émission:

"Les journalistes de Fact-Checking sont-ils tous des métrosexuels (SexualSubway) ?[/large]
La presse n'est pas le contre pouvoir qu'elle devrait être ne serait-ce que par la part de financement émanant de l'Etat. Elle a entamé une mutation que beaucoup refuse de voir et les jambes de bois que l'on greffe chaque année est comparable au sauvetage impossible des majors avec la fameuse loi Hadopi. La communication a changé et il est assez simple de fabriquer un réseau fiable aujourd'hui concernant les informations. Les politiques nous mentent parcequ'ils sont en retard et ont un syndrome de supériorité qui les mettent dans le déni d'intelligence et de réflexion qui pourrait émaner du peuple. Seulement voilà, depuis des années, les politiques sont enfermés dans leurs certitudes et refusent de remettre le système en question. Ce n'est pas le cas de tout le monde. Il reste pourtant un électorat qui leur est accessible car il reste encore des gens incapables de réfléchir et qui restent souvent sur l'idée défendue par le dernier qui a parlé. C'est sur cette population que les menteurs comptent. Au peuple de prouver que l'intelligence collective a évolué et qu'il va falloir revoir la copie. C'est dans ce but, et malgré ma formation de journaliste que j'ai créé un blog ou je me libère du lissage automatique des articles et des non-dits.
www.lapressedansletexte.overblog.com m'apporte la liberté d'écrire ce que je veux et surtout de critiquer la presse en piochant au hasard dans les publications. Une pierre de plus à l'édifice de la nouvelle communication, du moins je l'espère humblement, même si ce n'est qu'un gravillon. Les politiques nous mentent parceque nous sommes encore pour quelques temps en mesure d'être abusés. Le temps joue contre les menteurs et ce n'est pas pour rien que l'assemblée réfléchie encore à la façon de contrôler les contenus de l'Internet. Demain, la rupture ou la dictature, il n'y aura pas de juste milieu.
Je suis pour qu'on arrache un poil de narine à chaque personne qui utilise le verbe barbare fast checker.

Ce ne serait que juste rétribution, c'est un peu l'effet que ça me fait quand je l'entends.
Il serait temps que l'on procède à la vérification systématique des propos des défenseurs des droits de l'homme, de la femme et des enfants, des syndicalistes, et aussi des gens qui donnent de l'argent aux mendiants, des médecins des pauvres, car on ment autant à gauche qu'à droite, non ? Et comme ces gens ne supporteront pas d'être mis en face de leurs contradictions, le journalisme fera progresser la vérité, donc l'humanité.

Ca y est, je peux travailler à Libé ?
Il me semble que ça se dégrade, Greenpeace et son "réalisme", le CNRS et la publicité scientifique, et maintenant une analyse par un journaliste de Libération et du monde, pour le premier j'ai pu constaté sa nullité lors du direct du troisième débat socialiste avec pour seul humour un retour permanent sur les pizza qui tardaient à arriver.
Pour ce qui concerne le Monde et ses difficulté bien pensantes à analyser correctement la situation économique, cf "sauver la Grèce" alors qu'il ne s'agit que de sauver les banques, rembourser la dette alors que les banques ont prêté un argent qu'elles n'ont jamais eu ni d'ère ni des dents.
Ni autrement d'ailleurs.
Pour le JDD c'est à relier à son instrumentation par rapport à Bourqui qui serait intéressante.
J'essaierai quand même de regarder l'émission.
pour rscarcpac : tout a fait d'accord.
Moi, je pense que la prochaine étape, c'est le very fast checking, à savoir, de la vérification avant même que le débat ait commencé. Non, parce que c'est vrai, quoi, c'est pénible d'attendre que le débat se fasse, et que les participants parlent, et parlent, et parlent, tout ça, c'est looong, on perd du temps, pfff.
La droite ou la gauche ?
Ni l'une, ni l'autre : LES JOURNALISTES !!!
prems
mes remarques arriveeront plus tard
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.