83
Commentaires

Les "ménages" des journalistes, racontés aux non-initiés

Les ménages des journalistes ? Voilà le seul ménage qui respecte vraiment la parité. Femmes ou hommes, tout le monde en fait et en parle... C'était l'un des sujets de l'émission "On n'est pas couché", samedi 2 février, sur France 2. La journaliste Christine Ockrent, connue pour être une habituée de ces "ménages" - comprenez, des animations de débat rémunérées - était interrogée sur ce sujet. Mais très vite, Laurent Ruquier tente d'élargir le débat - et d'épargner Ockrent - en soulignant que la pratique est très courante dans la profession. Et c'est effectivement le cas. Passage en revue de quelques "ménagers" et "ménagères".

Derniers commentaires

Je ne vois pas trop l'intérêt des "ménages" effectués par des journalistes (surtout pour des parcs d'attractions ou produits de consommation).
Mais tant qu'ils conservent une indépendance dans le cadre de l'exercice de leur profession - et avant tout, une éthique professionnelle - c'est le plus important à mes yeux.

C.Okrent avait animé un débat, qui était très intéressant (en fin de compte). Bon, même si les questions semblaient être connues d'avance par la personne interviewée avec les réponses données - car elles semblaient bien préparées. Mais bon. Je ne me posais pas, ni me pose actuellement (a posteriori) la question de son indépendance en tant que journaliste lors de ce débat. En revanche, des questions se posaient quant aux communiqués effectués par les agences de presse...
On peut poster depuis l'application android... Ça déchire.
Michel Onfray raconte dans cette vidéo (intéressante de bout en bout, au demeurant, pour ceux qui sont intrigués par cet étrange bonhomme) qu' "un grand groupe industriel" était prêt à lui payer l'équivalent d'une année de son salaire pour qu'il anime une soirée. Onfray précise qu'il travaillait à mi-temps à cette époque ... mais que son interlocuteur était prêt à "donner plus". Le passage se trouve vers 0h54mn.

http://www.youtube.com/watch?v=wdkg9UlcolI
.
Des sociétés de production audiovisuelles qui produisent des magazines et "documentaires " d'actualités font aussi énormément de communication institutionelle.

Elephant et Compagnie, Image et Compagnie, Capa etc bref toutes vous avez même une agence de presse et des médias qui sont des propriétés de groupes industriels et publicitaires. Le système est entièrement vérolé et s'il est bon de villipender Ockrent elle n'est que la partie visible qu'il faut "punir" pour l'exemple mais ça ne suffit pas...
c'est quoi se faire prendre entre guillemets?
Les amateurs de vrai journalisme ne manqueront sous aucun prétexte, chaque mardi sur France 5, la passionnante série de documentaires réalisés par l'excellllente Caroline Fourest sur "les réseaux de l'extrême".
Hier soir, le premier volet traitait du conspirationnisme, avec une courte interview de Jacques Cheminade, évoquant notamment son délirant inspirateur états-unien Lyndon LaRouche. On accompagnait au Liban les trois humoristes Dieudonné, Soral et Meyssan, invités du chaleureux chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, et on riait des facéties de l'amuseur belge Michel Collon.
Les trois épisodes suivants seront consacrés aux milieux ultra-nationaliste identitaire, ultra-sioniste et salafiste.
Chacun pourra, bien entendu, assurer une sélection en fonction de ses affinités.
Très chère Laure, je savais déjà que vous ne portiez pas les gouvernements d’Amérique latine dans votre cœur. Mais là c'est quand même pas mal.

Le film, toutefois, est clairement à charge, et ne donne pas la parole aux principaux intéressés

Ils auraient dû donner la parole aux journalistes cités? Parce que vous avez appris quelques choses sur le plateau de Ruquier?
Il ne vous est pas venu à l'idée que les dits-journalistes ont décliné l'offre? Tiens au fait, vous êtes vous même renseigné sur la question?
Quel intérêt avez vous de dire "toutefois à charge"?
C'est censé dire que quand les NCDG dénoncent des journalistes qui font des ménages, c'est moins indignant que quand c'est vous qui le faites?

Sur l'info précise des ménages, il y a information. Les intéressés auraient pu porter plainte en diffamation.
Il me faudrait de longs paragraphes pour vous expliquer pourquoi votre commentaire n'est pas objectif. Mais vous, vous casez ça en une phrase lapidaire. Pas besoin d'explication, hein.

Bravo...
Je suis outré que l'on puisse attaquer de façon aussi lâche une femme fragile, notamment en présence de Jean Pierre Coffe qui a permis aux consommateurs de se régaler avec des produits de qualité discount et de faire le procés de grands journalistes comme Mme Ockrent. Cette dernière a toujours su faire preuve d'un grand professionnalisme à l'instar des meilleurs comme FOG, Guillaume Durand, Nelson Monfort.... merci Mr Ruquier d'avoir donc pris la défense de cette grande dame et chaque samedi de nous divertir avec des invités talentueux comme isabelle Mergault ou des grands philosophes comme Michel Onfray qui savent remettre à leur place des gauchistes inconséquents comme Philippe Poutou ou des critiques aigris qui passent leur temps à déverser leur fiel sur le cinéma populaire.

Vivement samedi prochain que l'on puisse découvrir la nouvelle comédie musicale de pascal Obispo, le dernier ouvrage de Christophe Barbier et la suite des mémoires de cet artiste majuscule qu'est Patrick Sébastien.
Toujours sur le mélange des genres ... une animatrice qui se fait passer pour une journaliste, sans culotte .... ça buzze mais ça irrite les journalistes ...

C'est raconté ici
Pas la même chose d'accord.
Chère Laure, peut-être aurait-il fallu spécifier une petite chose. Lorsque Ruquier dit "On a tous fait des ménages" ou que Coffe est mis en cause (ou se sent mis en cause plutôt), il y a là une frontière qu'il faudrait placer de prime abord. Un ménage, c'est une terminologie qui s'applique à un journaliste. L'ancien meneur de revue Coffe ou l'animateur Ruquier, que je sache, n'ont pas de charte de déontologie particulière. Ils ne sont ni l'un ni l'autre détenteurs d'une carte tricolore rappelant à tous que leur éloignement des conflits d'intérêts ou des collusions avec les milieux d'argent ou de pouvoir seraient plutôt souhaitables pour peu qu'il veuillent pouvoir exercer leur sacerdoce en toute indépendance et avec le minimum d'honnêteté intellectuelle. Que des animateurs (Coffe ou Ruquier) animent, ça ne pose aucun soucis (dans la seule et stricte limite des clauses d'exclusivités qui les lient par contrat à tel ou tel média). C'est leur métier, et c'est à mes yeux moins infamant d'animer une soirée pour une société qui réunit ses "forces de ventes" afin de faire le bilan de l'année, que d'appeler à "composer de 3106 et taper 2 si vous voulez éliminer Aziz ! Et dépêchez-vous : il reste 5 minutes et c'est serré !!!". Bref, un animateur ne fait pas un ménage.... il fait son métier... il anime. Un journaliste fait un ménage. Il ne fait pas son métier, il exploite à des fins trrrrès lucratives une image de sérieux et de crédibilité que lui ont procuré ses précédents employeurs, l'image de crédibilité d'autres médias en fait. C'est pas la même chose, si ?
Sûre d'elle ironique et mordante,c'est ainsi que C.O est apparue dans cette séquence...Pas joli joli non plus ce "pauvre" Ruquier.
Je n'ai pas fait l'enquête mais j'ai un gros doute sur un élément de l'article. Il est clairement suggéré que le passage de Christine Ockrent à TEDx était un ménage. En théorie aucun intervenant TED (et j'imagine donc qu'il en va de même pour les TEDx) n'est rémunéré.
Il me semble que cela vaudrait au moins une petite vérification...
D'autant qu'il est toujours étonnant de voir que TED, une des principales initiatives mondiales d'information en vidéo avec un business détonnant (gratuit, sans publicité, payé par les quelques sponsors présents aux conférences mais présentant aussi de nombreux points d'achoppements) est si peu évoquée sur ce site.

Alors Christine Ockrent à TEDx : un ménage ou un simple témoignage gratuit ?
Je me demande quelles auraient été les réactions si Ockrent avait animé l'université d'été du NPA.
Je cède mon clavier au camarade Varlin.

Varlin :
Laure Daussy reproche au film "Les Nouveaux chiens de garde" d'être à charge. Ben oui, c'est un pamphlet. Les Nouveaux chiens de garde, c'est la vitrine cinématographique d'Acrimed, une association militante, s'il est besoin de le rappeler. Pour la gouverne de Laure Daussy, le chiffre de 18 00 euros la demi journée de ménage de Christine Ockrent a d'abord été donné par Guy Birenbaum (qui n'est pas un inconnu pour ASI) et ce dès 2003, dans son livre "Nos délits d'initiés". Un chiffre repris par Acrimed :
[www.acrimed.org]
Acrimed qui a consacré plusieurs articles rien qu'aux ménages de "la reine Christine" :
[www.acrimed.org]
C'est la première fois que je vois Christine Ockrent aussi mal menée dans une émission où elle est invitée. Ce fut évidemment un plaisir d'assister à cela.

Mais est-ce vraiment la première fois ? J'aimerais renouveler ce plaisir sadique.
Le ménage journalistique commence là où l'indépendance du journaliste s'arrête.
Et le film "les nouveaux chiens de garde" est certes à charge, mais pouvait-il en être autrement ?
À mon sens, non, sauf le jour où la liberté d'informer et d'expression sera respectée sur les grandes chaines, à heures égales et en temps d'expression équivalents.
En attendant...
Merci Laure pour ce billet.
Et bien le bonsoir à Pierre Labrunie.
Les ménages, à titre personnel, ça ne m'étonne pas plus que ça (au point où ils en sont), les "stars" de l'info qui monopolisent les bonnes places sont avides d'argent, il n'est donc pas étonnant qu'on les retrouve en VRP de luxe dès qu'une bonne gamelle leur est tendue... C'est pour moi un faux problème, ou en tout cas accessoire.
Beaucoup plus intéressant, et sensible, la présence de Madame Ockrent, à plusieurs reprises, à la conférence de Bilderberg, qui balaie la question de Natacha Polony avec mépris en l'accusant - comme toujours - d'être conspirationniste pour se soustraire à des explications.
Il est dommage mais hélas pas étonnant qu'@SI ne l'ait pas relevé et traité mais c'est une constante sur ce sujet.
Seul Laurent Mauduit a eu le courage, et c'est tout à son honneur, d'interpeller publiquement sur son blog l'opinion publique quant à la présence d'Eric Izraelewicz, directeur du Monde, en ce lieu hautement sensible où les journalistes n'ont pas le droit de rapporter la teneur des discussions. Tout comme peu de journalistes traitent de la présence de leurs confrères au dîner du Siècle.
Même pas un ptit mot sur Bilderberg? C'était pourtant le point fort de cette interview... :)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.