286
Commentaires

"Les journalistes doivent avoir du temps, pour perdre leur temps"

"Et si la conversion numérique était un piège mortel pour les journaux? Et si les dirigeants de la presse mondiale se trompaient en investissant à tour de bras dans les applications, les sites, et les rédactions multimédias?" Ainsi commence le manifeste de la revue XXI (dont quelques extraits sont en ligne), qui déchaîne ces jours-ci une petite tempête dans l'information en ligne (et dans l'information tout court), autour des thèmes du numérique, mais aussi de l'indépendance, de la pub, et du suivisme des médias. Est-ce qu'un autre journalisme est possible? Sur notre plateau, Laurent Beccaria, co-fondateur de la revue XXI avec Patrick de Saint-Exupéry, et co-auteur du fameux manifeste. Eric Mettout, directeur adjoint de la rédaction de L'Express, auteur d'une tribune assez critique envers le manifeste, et Maria Malagardis, journaliste à Libération, spécialiste de l'Afrique, qui a sorti un scoop pour Libé cette semaine.

Derniers commentaires

Plusieurs interventions en économie, philosophie, sociologie sur le rapport au temps, le culte de l'urgence et de l'immédiateté :

http://www.franceculture.fr/2012-10-25-temps-de-crise-ou-crise-du-temps
J'ai regardé cette émission avec un petit peu de retard...
La remarque de Eric Mettout m'a interpelé quand il dit : "on ne travail pas pour les journalistes". Je trouve cette remarque intéressante par rapport au monde tu travail aujourd'hui.
On se rend compte qu'aujourd'hui les entreprises ne travaillent plus ni pour leurs employés ni pour leurs clients, mais pour leurs actionnaires. Je crois que ce qu'essaie de dénoncer Laurent Beccaria est le fait que les journaux ne travaillent plus ni pour les journalistes ni pour les lecteurs, mais pour maximiser le profit ?
Je crois que c'est une question de fond, et que l'entreprise peut, et doit se soussier de ses employers. Le but n'est évidemment pas de travailler à perte. Je suis aussi concient qu'aujourd'hui la presse est globalement au mauvaise santée, mais quand on voit les propriétaires qui sont de grands industriels, on peut se poser la question de leur indépendance et de leur but.
J'ai le sentiment que la valeur du travail bien fait se perd au profit du travail rentable.
Eric Mettout fait + de marketing que de journalisme à l'entendre parler: avoir le scoop, répondre à l'attente de millions de lecteurs etc etc
d'ailleurs il parle franglais, en tous les cas, en France un journaliste devrait parler en français ...
c'est pas parce-qu'on a des millions de lecteurs ou de téléspectateurs que l'on doit faire de la mauvaise qualité;
Maria Malagardis a évoqué la situation matérielle des journalistes; j'avoue que pour une université participative de Ségolène Royal sur
la liberté de la presse, j'ai flirté avec les écoles de journalisme de Paris et de la proche banlieue et j'ai été effarée: beaucoup d'écoles
de journalisme sont payantes et la plupart des élèves ne sont pas sûrs de vivre décemment du journalisme; beaucoup sont effectivement
pigistes payés à coup de lance pierres; beaucoup d'ailleurs trouveront de l'emploi dans des revues de sports ou spécialisées; sans doute que les conditions matérielles peuvent conditionnées ce que le journaliste écrit ...
je n'ai pas lu le manifeste 21 mais en général quand les gens sont "choqués" c'est que l'on tape quelque part qui dérange;
Bon, c'est quand qu'on nous rend Varlin !?
Parce que quand même, le bougre met son grain de sel et assaisonne bien la soupe !
Son premier post est ici, il y en a 4 ou 5 et Albert et Robert enchaînent
J'ai eu des nouvelles de Varlin.
Il nous fait savoir que comme la plupart des abonnés, il ne comprend pas la différence faite entre des propos concernant un @sinaute et ceux concernants un invité... Il se dit que c'est bien mal nous considérer que d'agir de la sorte, et que de se protéger derrière un invité n'est pas bien courageux.
Voici une chanson qu'il me demande de passer.
Il se considère comme le méchant (j'imagine avec cynisme) mais je trouve que c'est complètement injuste. Et je trouve ça dérangeant, tout en restant raisonnable, d'être sur un forum quand d'autre en sont interdits pour de mauvaises raisons.
Et concernant DS qui se met à distance, je trouve ça plus que marrant qu'il se permette d'aller donner des leçons sur le blog d'Odile Fillot quand on voit la façon dont il débat sur ses forums ( il a posté un commentaire sous le deuxième article d'OF , et le dernier paragraphe est assez savoureux)
Un excellent papier à lire sur liberation.fr :
Et si le manifeste de «XXI» tirait à côté ?
« [L]a presse spécialisée traditionnelle […] ne s’est jamais si bien portée. […] À l’inverse, celui qui souffre est le média généraliste. »
Pour info, il a été impossible à Varlin à qui j'ai écrit récemment d'accéder à son compte pendant plusieurs jours...avant nos protestations. Il n'a été informé ni de la censure, ni des raisons, ni du bannissement. et Donc encore moins de la durée du dit bannissement.
C'est totalement anormal.
Et si tout le monde postait : "Eric Metout était un crétin et c'estt le caniche de Barbier" comme ca ils sont obligé de jeter tout le monde et on fait un forum parallele ou l'on peut créer nous même nos topic. Donc je me lance :
Eric Metout était un crétin et c'est le caniche de Barbier !

Et toc.

Et pis on peut tous changer de surnom aussi, c'est rigolo. :)
pourquoi ne pas faire un topic pour ça au lieu de discuter de ça sur la discution de l'émition ?

même si vous avez pit être raison vaudrais mieux pas pollué le topic.
J’ai sur les lèvres le pseudo d’un posteur particulier (non, pas JFL) : il avance dans les forums tel un rouleau compresseur, jamais il ne reconnaît la moindre erreur, il écrase les rares qui osent le contredire sous un tapis de posts tous plus méprisants les uns que les autres. Il arrive même à faire se désabonner des gens exaspérés par sa pollution.

Mais lui (ou elle, on sait pas) ne sera jamais banni, pour deux raisons :

- Il n’écrit jamais « goitreux des Alpes » ou « canidé à poil bouclé ».

- C’est un chouchou de la rédaque.
Voilà ce que je viens de recevoir de Gondalah. Je le poste car il n’est ni injurieux ni diffamatoire. Et que je plussoie. S’il disparaît, d’autres le posteront…

"Je suis actuellement banni des forums d'@si, impossible pour moi de poster pour "quelques jours" (ce qui fera des vacances à certains et je l'espère en décevra d'autres). Cette mesure est la conséquence de mes dernières "interventions" (mes 4 ou 5 derniers posts) au sujet du bannissement de Varlin dont j'ai pris connaissance dimanche soir. Apparemment, mes commentaires sont de natures à encourager son comportement.

Je suis dérangé par le bannissement de Varlin. Tout d'abords, c'est un @sinaute qui apporte souvent une plus-value aux chroniques ou émissions du site. Ensuite Varlin est en colère et je partage sa colère. Je n'insulte personne sur les forums, ni n'utilise un vocabulaire injurieux. Je pense que ce vocabulaire est légitime car de mon point de vue il répond à une violence déjà existante. Simplement, cela n'aboutit à rien car cela clot le dialogue. Je ne recommande pas ce genre de propos, mais je suis solidaire. Et puis pour être honnête, le poste qui a valu à Varlin son bannissement était plutôt marrant....

Je trouve mon bannissement injuste car je n'ai jamais été modéré, jamais averti, je n'ai insulté personne, et je ne suis pas le seul a avoir marqué mon désaccord vis à vis du bannissement de Varlin. Peut être suis-je depuis longtemps dans le collimateur (bof)... peut être mon "libérez Varlin" est tombé au mauvais moment. Toujours est il que l'on me traite comme un gamin. Je suis contre les Bannissement. Je trouve que les @sinautes se débrouillent très bien tout seuls pour signaler ce qui les gènes. Et l'avantage avec les @sinautes, c'est qu'il dialoguent. Dans ce cas présent, la décision vient d'en haut. C'est comme ça. Fin de la discussion.

Je ne compte pas renoncer à mon abonnement pour autant. Je pense encore qu'@si fait partie des médias qu'il faut soutenir. Mais je me sens infantilisé. C'est comme si toutes les convictions que je défends sur les forums ne valaient rien. Je ne suis qu'un gamin en colère qui vient d'être puni et qui n'a d'autre choix que de rentrer dans le rang. Je me sens ridicule. Je crois surtout que je suis bien naïf de croire que le forum est un vrai espace d'échange qui peut déboucher sur des progrès. Je n'ai pas compris que ce n'était pas un forum mais le forum d'@si. Et qu'@si n'appartient pas aux abonnés. Ce bannissement est peut être une invite à m'investir un peu moins dans mes convictions (ou disons dans ma recherche de conviction) pour éviter de futures grosses désillusions.

Merci aux @sinautes qui se sont montrés solidaires."
Je ne comprend pas qu'on ne parle pas du Monde diplomatique, journal papier qui font des dossiers bien fournis et documenté sans pub, avec un site internet qui renvoi vers des blogues comme votre bien aimé Frederique Lordon.

D'ailleurs je me rappel qu'ASI ai parlé de Fakir le journal de Ruffin mais juste pour une solution sur la dette mais aussi de daniel mermet mais jamais du monde diplo est-ce parce que Gilles Balbastre et Yannick Kergoat ont boudé ASI ?

Ce serait quand même un peu dommage, surtout qu'ils font un contenu de très haute qualité peut être un peu élitiste pour certains.

Qu'ils aient refusé de venir sur le plateau est un fait, mais vous parlez de biens des gens dont je suppose qu'ils ne sont jamais venu.

Belle Omerta...
Underground,cela me fait bien marrer.
quand Actuel est sortis ,ils en espéraient 20.000 ex a la vente et les ventes voisinaient 80.000 .
pas mal pour de l'under,
XXI n'arrivera jamais a cela,c'est qu'il n'y a pas de place a la culture,musique,cinema,video,ect ...
domaine ou le champ est large,abrasif si on est curieux,....
Quelle horreur cette fin de WE
Je rentre tranquillement et on m'annonce que @si à encore frappé.
La censure à l’œuvre. Pour quoi? Caniche? Crétin?
Avez vous peur de ne pouvoir un jour inviter Barbier pour vous montrer si obséquieux?
N'avez vous aucun respect pour vos abonnés pour ne donner aucune explication?
Il y a deux sorte de journalistes.
Les "Barbiers" qui nous enfoncent, qui nous imposent leur sale morale, leur niaiserie.
Les "Acrimeds et autres pierre Carles" qui se battent contre la médiacratie.
Protéger les uns et boycotter les autres, c'est ça @si?
Je crois bien si la chose s'est passer comme je le craint que cela pourrait achever de m’écœurer...
Dites moi que c'est un malentendu par pitié...
Une courte présentation sur ma consommation journalistique pour situer mes opinions: je viens d'être abonné à XXI par mes enfants et je suis personnellement abonné à @si, médiapart et au Monde que je suis régulièrement. Mes premières impressions sur XXI et son manifeste sont positives.
Je me demande si la réponse à la question sur la"crise de la presse" quelle que soit son format n'est-elle pas dans l'affirmation effarante de M. Mettout:" il faut être un peu pointu"? C'est le centre du problème: les journalistes ne connaissent souvent pas leur sujet et font parler leurs "a priori" avant une exposition et une analyse sérieuse des faits. Un journaliste ne doit pas être "un peu pointu", il doit être compétent!
QQ exemples:
- le commentaire de M. Le Hir dans le monde sur E. Seralini d'un total parti pris et sans une analyse réelle de l'article. De nombreux scientifiques pouvaient la faire et particulier des statisticiens.
- je suis un scientifique et quand je connais un sujet je constate un grand nombre d'erreurs factuelles ou encore une fois d'apriori non déclarés et souvent non fondés. Avec le même raisonnement que dans "impostures intellectuelles", je me demande sérieusement quelle est la valeur des articles sur les sujets pour lesquels je en suis pas moi-même compétent
- au titre de scientifique je suis interviewé de temps en temps et le texte que je retrouve est très biaisé et je n'ai pas eu la possibilté de le relire.
- J'écoute souvent france info et il ne se passe pas de 1/4 d'heure sans un faute de français rendant le texte incompréhensible ou sans une erreur factuelle contredite sans excuse dans le même 1/4 d'heure. Je pourrais faire une remarque similaire pour le Monde auquel je suis abonné et qui est truffé de fautes de français, de coquilles et d'approximations que je détecte même dans les domaines que je connais peu.

En résumé les journalistes seraient d'abord compétents et non un peu pointus et feraient l'éffort de présenter les faits précisément puis les analyses séparément dans un français correct et compréhensible améliorerait certainement l'intérêt de tous les publics quel que soit leur mode d'information.

Ph. Beaune

PS1: je ne fais de commentaire sur la TV car, là, on touche le fond.
PS2: j'apprécie la présence d'un scientifique dans vos émissions mais je regrette le manque d'intérêt pour l'information scientifique elle aussi en pleine mutation.
PS3: un sujet sur le conflit d'intérêt serait le bienvenu et d'une actualité brulante.
Il y a un aspect qui n'est jamais abordé (ou pas assez) lorsque l'on parle du numérique, c'est la révolution que cela a apporté pour les personnes en situation de handicap : un accès à la culture et à l'information. On commence à parler de l'accessibilité des lieux mais c'est comme si celle au savoir était secondaire. Pour moi elle est tout aussi importante. Grâce à mon ordinateur et à ma tablette numérique, je peux, depuis quelque temps, de nouveau lire des quotidiens et des hebdomadaires après en avoir été privée pendant des années. Alors oui, je suis une consommatrice d'information, je suis même devenue boulimique ! Avant votre émission je guettais régulièrement l'apparition d'une application de la revue XI qui m'intrigue, je sais à présent que ce n'est pas pour demain…
Dans la continuité du sujet, le journalisme et ce qui le menace, peut-on attendre d'@si une réflexion et un suivi sur la Lex Google, avec un éventuel rappel de ce qui s'est passé en Belgique, par exemple, ou de ce qui se prépare aussi en Allemagne ?
Il a changé, j'ai le souvenir d'un ado un peu boutonneux... C'est cool, il a l'air calme et serein...underground quand tu nous tiens... Internet, lieu le moins discret de la terre sauf si t'utilise un VPN, allez voir Freedom IP, c'est gratuit et français, fonctionne avec des dons, et les administrateurs sont super sympa et tiennent à la gratuité(ce qui n'est pas sans posé problème ds le monde capitaliste), mais ils tiennent et résistent, le service est de très bonne qualité.
SOLITUDE.fr à rajouter à ma liste citée plus haut, sans oublier "la toile libre" des amis de Pierre Carles
en tout cas, son Hollande, Dsk et ect... est excellent et complète bien les nouveaux chiens de gardes, je pensais que ça allait être redondant, mais en fait pas, ils se complètent vraiment bien, c'est minimal à souhait, ça va à l'essentiel sans les fiouritures, good job, d'autant que ça doit être compliquer à filmer, les médiacrates sont tellement cons et imbus de leurs personne qu'ils se font baiser croyant tout le temps qu'on va les faire mousser, dès qu'il y a un projecteur ou une caméra, ils se disent qu'est ce c'est cool d'être un personne riche, intelligente et importante, qu'ils ont la vérité et que ceux qui n'ont pas de rolex sont des nazes, des moins que rien... J'aimerais juste pas être eux, ils desservent l'humanité, ce sont des parasites pour l'humanité...
Une interview de Pierre Carles, par le webzine (que je ne connaissais pas) "Solitude(s)" :
http://www.solitudes.fr/2013/01/rencontre-avec-pierre-carles_8.html

Bon, j'aurais aimé que ce soit plus long, elle se termine un peu en queue de poisson je trouve.
Et les journaleux qui suivent twitter ou facemachin, et pensent que c'est de l'info pertinente ont de la merde ds les yeux, sont contaminés par le capital et tout ce qui brille, ça a été créer pour faire diversion, et ils tombent à pied joint dedans, le capitalisme ne produit que du prémâcher, y a plus besoin d'éplucher, il produit la facilité et vous vous tombez dedans, attiré par cette facilité, mais où est l'esprit critique du journaliste contemporain mainstream? Que lui reste t-il de l apprentissage de la littérature, de la philosophie ? Peut etre, c'est une hypothèse, l apprentissage de l'histoire les a aveugler, car l'histoire est trompeuse, on nous a mis dans la tête l'histoire vue par l'occident, elle est tout sauf objective, elle est subjective, occidentalo-centrée, fait croire que c'est la Vérité... Là peut-être se trouve le problème...à méditer...
L'histoire est celle des hommes, du peuple, des petits-gens, pas celle des princes et princesses ou des rois et des duchesses. Le bourrage de crâne a commencé par là..
"Catastrophic for Human's TV", le mainstream est catastrophique... Jamais rien eu à attendre de la TV, et c'est pas prêt de changer, elle est aux mains du capital, pour son intérêt exclusif..
Voilà moi ce que j'ai retenu de cette émission et que je trouve proprement effarant. Je ne doute pas de ce chiffre. Je désespère simplement de mes concitoyens. Si on arrive par une requêtes google c'est qu'on vient de trouver ce que l'on cherche déjà. Comment être informé, si on ne s'abreuve qu'aux questions qu'on se pose ? Et tout le reste alors ?
J'imagine que si j'avais appliqué ça sur le plan culinaire, j'en serai encore au boudin/purée, et il y a des tas de saveurs que je ne connaitrais pas ...
10% seulement pour la page d'accueil. 10% qui cherchent une porte d'entrée. 10% de picoreurs qui ont envie de fouiner. Et combien parmi ces 10% s'en vont aussitôt sans rien consulter parce que la page d'accueil justement est imbitable ? Est-ce que ces 10% ne sont pas si peu, justement parce que les pages d'accueil, c'est un peu le grand bazar sur les sites d'infos ?
Dans un journal papier on a un sommaire. On n'est pas forcé de tout lire. On choisit certes ses rubriques, mais le feuilletage permet aussi de s'arrêter sur des articles hors de notre champs habituel d'intérêt. Une photo, un chapeau attire notre attention et on y va.
Sur un site internet, les pages d'accueil sont souvent bien trop fournie. On s'y perd. Et la sensation que j'ai toujours c'est de louper plein de choses. Car jamais on ne peut tout lire. Même si on le voulait. Alors que dans un journal papier, si. C'est limité, c'est paginé. Et pourtant je n'en lis plus. Toute mon info est désormais numérique. Je me suis réfugiée dans les niches @si et médiapart. Et je n'irai pas ailleurs. Déjà deux média, c'est pas facile à gérer.
Mais si je me suis réfugiée dans ces niches, c'est parce que le média que je regardais le plus avant, j'ai nommé la télé, ne rempli plus son rôle informatif. Je rêve de nouveaux JT, avec de vrais journalistes et de vraies questions. Pourquoi ce qui est possible sur internet via @si et médiapart, ou sur papier via XXI n'arrive pas à la télé ?
Les médias alternatifs sont ils condamnés à la confidentialité ? 25000, 50000, 60000, ça reste liliputien par rapport au millions d'ingurgitateurs de JT fastfoods et anxiogènes à souhait.
Quelqu'un sur le plateau a considéré que c'était beaucoup, en le comparant au lectorat des livres d'enquête ou d'investigation.
Mais c'est quand même loin de la diffusion d'un titre de presse si j'en crois cette notice Wikipédia. Plus de 300000 exemplaires pour le Monde. 300000 pour l'Equipe, quand Libé est à 121000.
Alors le problème n'est-il pas aussi l'éclatement du paysage de l'information ? Ceux qui marchent ont une spécificité. A mon sens ça ne veut pas dire que la solution est dans les niches, ça veut aussi dire que les média généralistes sont peut-être trop nombreux et pas assez différents.
Laure, je vous trouve bien indulgente sur le copier-coller des dépêches AFP avec "valeur ajoutée". Ça se résume souvent au changement d'une phrase ou de quelques mots. rarement de compléments d'informations glanés par ailleurs.
Il est désastreux quand on cherche une infos via google de tomber toujours sur le même article, à partir de différents sites. On a passé du temps, sans rien apprendre d'autre. En pure perte. Alors ça fait peut-être des clics dans les statistiques des sites, mais ça ne crée pas de satisfaction chez le visiteur qui en a un peu marre qu'on lui resserve toujours la même soupe.
Voilà on en en est. Nous sommes à une époque, où l'accès à l'information est facilitée par la technologie, mais le mode de production a tourné au désastre. Les niches ne sont à mon avis que des refuges qui répondent à un manque. Les média de masse comme la télévision, dont l'audience se compte en million donne des informations. Mais il y a une grande différence entre recevoir des informations - formatées, orientées - et être informé. Et dans notre société actuelle, la réduction de la population bien informée, comme la réduction de la population bien éduquée est l'outil de guerre d'une classe dirigeante de moins en moins ouverte à l'intérêt général et de plus en plus à ses intérêts particuliers. Ce n'est pas une nouveauté. Ça fait des années que ça dure. Faudra bien qu'un jour cela cesse. Mais j'ai la sensation qu'à notre époque, on a bien compris qu'on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs, et que plus personne - et je n'en m'exclue pas - ne veut plus faire l'oeuf ...
Dommage que vous en soyez resté à la posture de producteur d'informations car l'information produite par les journalistes ne s'arrête pas à l'étage du récepteur : ensuite, elle se commente, elle se discute, elle se critique entre voisins et/ou entre proches. Pour cela, il est nécessaire qu'elle soit comme une sorte de "bien commun". France Inter en grève me manque, non pas parce que je suis privée d'informations mais parce que je suis privée de cette information là que la plus part de mes proches entendent d'habitude aux mêmes heures que moi. Je regrette souvent de ne pas pouvoir discuter avec mes amis à propos de certaines émissions d'arrêt sur image (ce partage n'aurait évidemment rien à voir avec ce qui peut se dire dans un forum). L'information se recycle bien au delà de ce que ses auteurs ne l'imaginent peut-être. Le complément nécessaire à cette émission serait peut-être de s'intéresser à la presse locale : quand les acteurs, informateurs et lecteurs sont les mêmes gens... C'est autre chose, mais c'est très intéressant aussi !
Parlons de Maja.Elle faisait son travail de journaliste,elle,en allant interviewer ses collègues.Alors qu'elle se déplaçait,eux lui disaient qu'ils cherchaient les informations sur internet!
Vivement qu'elle revienne!
Et,la roue tourne!!!
J'avoue m'ennuyer un peu avec les dernières séries d'émission. Bon ca peut en interesser quelques uns mais ...
Patience et longueur de temps ...
Si elle peut voyager à libé, c'est parce qu'elle fait pas du politico-financié, sinon elle pourrait pas voyager... À méditer...Demorant à libé est un chien de garde du Capital, tout le monde le sait, comme tous les autres journaux papiers et médias mainstream.. L'indépendance est le seul moyen de respecter le peuple avec une info de qualité, désinterréssée, cherchant la vérité
Back to the Roots
Journalistes, Back to the Roots, faites votre métier comme vos grand-pères le faisait
Citoyens, Back to the Roots, vous êtes devenus des consommateurs alors que nous sommes tous des fils de paysans, nous sommes "Farmers by Nature", nous sommes des cultivateurs...
Le numérique n'a aucun relief, aucune profondeur, l' analogique, lui, a du caractère, du relief, de la profondeur
Le politico-financier n'est absolument pas traité par les médias mainstreams, or, seule le traitement de la corruption des hommes sous toutes ses formes et ses conséquences informe les gens, les éveillent, tout le reste endort, les faits divers endorment, n'ont aucun intérêt, c'est de la vie privée.
Journalistes, back to the roots, informez les gens de la corruption du "roi et de sa cour", ou alors allez bosser en supermaché vendre votre info de merde
La corruption règne ici autant qu'en afrique et partout dans le monde, journalistes choisissez votre camp, et redevenez cultivateurs proches des hommes et de la nature, tout le monde s'en portera mieux..le monde capitaliste nous fait oublier et nous a éloigner de l'essentiel, des hommes et de la nature, les tribus qui ont réussi à résister à notre monde méritent toute notre attention et notre respect, restées proche de la nature, elles savent qu'elle est la vraie richesse, le capitalisme est destructeur et elles n'en veulent pas, elles ont raison.
Alors journalistes, back to the roots, votre père contemporain s'appelle Edwy Plenel, il arrive a donner de la profondeur au numérique, faut juste qu'il fasse attention, le monde capitaliste est sans cesse corrupteur et cherche sans arrêt à te récupérer d'une manière ou d'une autre. Il a pourri la presse, mis l argent et tout ce qui brille dans la tête des journalistes mais malheureusement aussi des citoyens, or la seule chose qui brille et qui a de la valeur ce sont les Étoiles dans le ciel et la magie et beauté de la nature et de l'esprit humain, enlevez la merde de vos yeux et vos oreilles..
Journalistes, le minimalisme est une méthode mais aussi un but, il faut allez à l'essentiel et se débarrasser de tout le superflu.

Maintenant, donnez de la bonne bouffe au peuple, pas de la merde
La presse papier ça reste quand même super pour éplucher les légumes!
Je suis d'accord avec la plus part des rédactions : cette emission passe a coté de son sujet et c'est tres tres frustrant.
L'intro du type XXI est interessant, en particulier sur le fait que la pub ne PEUT pas payer le journal, sauf a avoir le nombre de visiteur de google. Le gars de l'express repond completement a coté, et ca tout au long de l'emission. L'histoire de la viabilité economique, plus personne n'en parle alors que c'est, ce me semble, le centre du pb.
Et plus ca avance, pire c'est, pour finir par "mais vous madame, vous pouvez aller en grand reportage a libé ?" oui, oui, sans pb. Ok, et la question "Depuis 10 ans, combien des grand reporters que vous cotoyez sont devenus data reporter ou vendeur de kebab ? Et les gars des agences photo de grand reportage qui ferment les unes apres les autres, ils sont devenu quoi ?", non, pas interessant ?
Mais non, a la fin de l'emission, on a l'impression que tout le monde est bien d'accord qu'en fait tout va, bien, XXI est une niche et faut les laisser aboyer et que bientot l'express en ligne comprendra vraiment vraiment quel est le nouveaux triptique "immobilier/francmasson/malaudos" que "veux" l'internaute et tout ira comme sur des roulettes.
J'ai "bien aimé" aussi le passage sur "maintenant, les gens, si ils cherchent une info, genre sur l'afrique, ils cliquent afrique sur google et arrivent directement sur l'article, la home page, c'est rien". Putain, mais on comprend mieux pour quoi la presse en ligne, c'est la cata. L'histoire de ces 10 % j'aimerai bien que ce soit vérifié, serieux. Moi, informaticienne de metier (et donc pas journaliste...) je n'entre JAMAIS 'afrique' sur google, mais je fait le tour tout les jours des home page des qq journaux que je lit. A part un journaliste, qui se reveille le matin et se dit, tien, j'ai envie de lire un truc sur l'affrique, voyons ce que je trouve... ? Serieux, ca c'est votre boulot, arreter de vous regarder le nombril ! Si on veux des lecteurs en nombre, il faut les fidéliser. Ils faut qu'ils aient envie de regarder la home page de leur journal le matin, sinon, evidement, tu n'as que tu buzz, des clics via des liens genre "t'as vu l'article sur les sex toys de l'express ?". Le gars de XXI a effleurer cette idée en parlant des marketing et on traite ses propos de "semantique". Et pourtant, c'est bien "l'esprit" du journal qui doit compter plus que le nombre de clic sur "l'homme qui se nourissait que de vers de terre". Moi aussi je vais cliquer sur un article à la con de ce genre, mais avant que je paie pour ca... Je paie pour mediapart, pour asi.

Et aussi, serieux DS, il faut arreter de couper la parole tout le temps a ses inviter. Il faut les ECOUTER. et quand ils disent un truc qui vous parait etrange, il faut le pousser a developper, pas lui couper la parole et chercher obligatoirement a le contredire, a la "pousser dans ses retranchements" comme vous devez le penser. On s'en fout de ses retranchement. Ce qu'on veux, c'est ecouter une penser nouvelle, interessant, existant notre reflexion. Si vous n'etes pas capable de faire ca, arreter de presenter les emissions. Prenez qq d'autre de l'equipe, Laure par exemple, qui, je pense s'en sortirait mieux que vous. Vous gachez de plus en plus d'emission. Les seules emissions qui restent bien, c'est quand vous admirer sufisement l'invité pour ne pas oser trop lui couper la parole.
Une fois de plus, une émission sur avec des journalistes où j'ai l'impression d'avoir appris des choses, mais pas celles dont discutaient les protagonistes...
Je fais peut être une fixette sur l'argent, mais la première partie m'a vraiment laissé le goût amer de l'info-business... La problématique de cette profession se construit sur la nécessité d'être rentable, de faire rentrer de l'argent. C'est évidemment un fait qu'on ne peut reprocher aux gens étant donné le système dans lequel on vit. Mais c'est aussi un fait que les articles sont écrits, les sites conçus, en vue d'attirer le plus grand nombre, procurant ainsi une vitrine publicitaire conséquente aux différents annonceurs financiers. On peut toujours imaginer le journaliste vaillant face à son sacerdoce, faisant fi de l'aspect financier, ou ne le traitant qu'avec un saint mépris. Mais dans ses conditions, si le journaliste fait de l'info honnêtement sans être influencé par l'aspect financier, ça porte un sérieux coup à toutes les critiques sur les conflits d'intérêts , les lobbys et autres... Ou alors, on part du principe que le plus populaire, sera le plus pertinent. On remet sur les épaules du lecteurs la responsabilité de la qualité de l'info. C'est pas la faute des journalistes si le public s'intéresse à voici, entrevue, Marianne, le nouvel obs....
@si a trouvé une niche. Houra.
Libéré (?) de la contrainte financière, @si peut informer en toute quiétude, nous renseigner sur leur confrère, tel une commentateur de l'arène. En bas ça se bagarre pour un encart publicitaire, mais nous avec les abonnements on est plus serein.
C'est un fait, et pour le coup, c'est beaucoup plus sain comme attitude.
N'empêche, je soulèverais bien deux petites objections.
Premièrement. On parle d'@si et de Médiapart comme les réussites du format numérique. Mais la question est de savoir comment ces réussites ont été possible. Est ce que la personne de Plenel et l'aura de DS et d'arrêt sur image ne sont pas la principale explication. @si existera t'elle encore quand il n'y aura plus une seule personne qui se souviendra de son émission télé? Ces deux réussites n'ont elles pas été possible parce qu'elles reposaient sur des personnalités "bancable"? Et de se demander par la suite pour quelles raisons ces personnalités sont devenues bancable. Le modèle de l'abonnement est il durable et reproductible ou bien est ce un cas particulier, une singularité? Bon on va me dire que je vois le mal partout. Mais ça m'amène à mon deuxième point.
Deuxièmement. Entraîné dans une dynamique de recherche de profit, un média qui arriverait à diminuer la pression financière pourrait il s'en dire libéré pour autant. L'info serait elle différent si son but n'était pas d'être populaire. Celui qui parle le plus fort est il le plus pertinent. @si ne cherche pas à parler fort. Mais peut elle complètement se libérer du dynamisme ambiant?
Prenons par exemple léducation nationale. Sans parler des réussite, on peut observer que la pression financière ne dicte pas les objectifs (sans parler non plus des baisses de budget). Malgré toutes les objections que l'on peut formuler, les programmes sont conçu par rapport à un idéal. On veut transmettre de la culture, faire acquérir des compétence. Bon, je ne voudrais pas devenir le Bohler des forums d'@si, mais c'est quand même différent de la simple satisfaction d'une curiosité souvent malsaine ou du voyeurisme ambiant présent dans la majorité des médias. Je vois très clairement comment @si arrive à se situer au dessus de la mêlée, je lui reconnais une honnêteté un un capital sympathie largement supérieur à la moyenne. Mais en même temps, sur le long terme, je ne trouve pas que l’info y est traité de manière complètement différente.
Il y a un vide sur la morale. Toutes les opinions sont respectables (ou presque). C'est la grande mode du "je donne l'info et c'est au lecteur de se faire son opinion. Je pense qu'il y a un flou sur cet question. Un certain Tabou. Quand le patron de publisis se goinfre 12 Illions en une année, ça met tout le monde mal à l'aise... Bill Gates est plus riche que certain pays... on rit jaune... Mais ne parlons pas d'argent puisqu'on ne peut pas faire autrement...
Pareil pour l'info finalement. Ne parlons pas de ce que pourrait être l'info puisque de toute façon c'est d'abords un problème de financement....
Moi, je ne suis pas comme Pow Wow qui vit dans sa cambrousse... je suis un lâche... qui suis je pour jeter la pierre...
Mais quand j'entends DS Nous vanter son site en prétendant ne s'occuper que de son créneaux, et d'aller au bout de son concept, je suis obligé de dire non. @si ne vas pas au bout de son concept. Il continue de ne considérer l'information que sur l'aspect médiatique de la chose et jamais sur l'aspect philosophique ou moral.Et c'est d’ailleurs à mon sens ce qui les rends incapable après presque 20 ans de critique de formuler la moindre hypothèse quand à l’aliénation des média... aliéné à quoi d'ailleurs?
Je reste persuader d'une chose.
L'information est une chose trop vitale pour l'humanité pour être confiée à des hommes d'affaires...
merci de laisser s'exprimer les femmes sur le plateau, quand elles reclament la parole. Les voix 'bariton' ne leurs laissent pas beaucoup de place a la cacophonie ambiante.
bonjour
bonne question que celle du tout numerique car pour ma part je conserve mes bons vieux journaux et hebdomadaires et ne consulte que quelques sites d'informations ...
le vrai probléme est celui du journalisme d'investigation , de synthese d'ou la justesse du titre
par ailleurs la notion d'expert déclenche toujours chez moi un spasme irrepressible des zygomatiques ...
emission interessante quand même -:)
cordialement
mb
Dommage qu'une émission destinée à débattre sur une tribune déplorant la baisse de qualité dans la presse en manque autant, de qualité. Des questions intéressantes ont été abordées, mais à force de se concentrer sur le ressenti des deux principaux intervenants, en particulier Beccariat, elles ont été laissées de côté. Celles concernant les modèles économiques sur internet et le fonctionnement concret de l'économie d'internet (par exemple, ce qui fait que la publicité coûte si peu cher pour les annonceurs sur internet est que, outre les bien meilleures possibilités de ciblage, l'espace publicitaire est extrêmement vaste et croît de manière exponentielle ; chaque espace valant au final moins cher). Mais aussi des questions concrètes concernant l'intérieur du moteur d'un journal papier ou web, en particulier en relation avec la gestion du temps et les conditions de travail (mention spéciale aux "ils adorent faire ça" en référence aux journalistes web par Mettoux, qui, de manière malheureuse, ressemble beaucoup à ce qu'aurait pu dire un propriétaire d'esclaves), et en particulier de la gestion du temps. Il aurait aussi été interessant de parler de manière plus précise, de préférence avec quelqu'un s'étant livré à une étude de la chose, à l'évolution des comportements des lecteurs/consommateurs d'information, notamment par rapport à la masse vs. la niche (par exemple avec la reprise d'informations il y a massification de la circulation de certaines informations prenant la tête d'affiche mais une plus grande fragmentation des services la délivrant, et à côté une "nichification" d'autres informations qui ne touchent pas grand monde au delà des gens qui cherchent spécifiquement cette information). La chronologie et les causes du déclin de la presse en France : quelle est la part de la dépendance aux annonceurs déjà avant même la massification d'internet ? Ainsi que la question, encore plus prégnante pour un site gratuit que pour un journal payant : qui est le client ? Le lecteur, ou l'annonceur ? Il y avait des tonnes de choses qu'il aurait été intéressantes d'approfondir, avec l'aide d'un regard plus spécialisé, de gens ayant étudié à fond ces questions précises. A défaut la discussion, bien qu'ayant couvert beaucoup de terrain, reste superficielle et il serait bien de revenir sur certains de ces points plus en profondeur à l'occasion. Certes, cela aura sans doute moins une "dimension humaine" pris comme ça.

Cela pose la question du centrage du débat. Il est bien sûr légitime de faire venir Beccariat pour présenter sa position, mais du coup l'émission est pas mal focalisée sur ses impressions et ses idéaux, aux dépens d'une analyse plus approfondie, ou même d'une réelle contrepartie critique de sa vision. En particulier, de mettre en avant le flou de sa position qui mélange qualité de l'information et esthétique. Il semble, au vu de ce qui est dit dans cette émission, essayer de faire deux débats en un. D'une part, celui de l'exigence au niveau de la qualité de l'information, ainsi que de la profondeur de l'analyse et de la prise de recul face à l'information. D'autre part, celui de la forme, au niveau de la rédaction, de l'habillage graphique d'un journal ou de la mise en pages du site d'un journal (concernant les home page, je suis pour ma part convaincues qu'elles sont délibérément conçues pour être illisibles, tant elles sont en général un fouillis). Et bien qu'il n'a sans doute pas tort de relier les évolutions menant aux problèmes actuels de fond et de forme (notamment le problème de la gestion du temps), mélanger les deux arguments ne fait que semer la confusion.

En tout cas, ce manifeste aura fait pas mal de pub à XXI. Et au fond n'est-ce pas le principal, du point de vue de ses auteurs ? ;-)
Je suis assez d'accord sur le fait que l'intervention de Sébastien BOHLER, rendue trop systématique, peut finir au mieux par interpeller, au pire par agacer..
"Arrêts sur images", dont la compétence est indéniable à critiquer les autres médias, devrait avoir le recul suffisant lui permettant de varier ses observateurs pour mieux enrichir l'analyse et éviter les redondances. La critique des médias faite dans le film de Gilles BALBASTRE et Yannick KERGOAT intitulé "Les nouveaux chiens de garde" (film que je recommande réellement à tout le monde tant le message est juste et la démonstration implacable !) nous montre notamment combien les faux "experts" qui véhiculent tous le même message sont finalement en tout petit nombre, même si omniprésents et surtout jamais contreversés : doit-on aller jusqu'à craindre de voir "Arrêts sur images" se créer son propre "expert" ? un comble ....quand on apprécie la qualité de ce site et de ses informations !!!

Sinon, cette émission était passionnante...et je me suis abonnée à XXI grâce aux articles parus cette semaine sur Arrêts sur images concernant le Manifeste...comme quoi, ces deux types d'expériences rencontrent effectivement un public commun. L'opposition entre les médias qui cherchent à répondre à leurs clients et ceux qui, au contraire, développent un projet m'a semblé pertinente. Jusque là, j'opposais seulement les médias entre ceux soutenus par des grands groupes et ceux qui ne vivaient que de leurs abonnés....C'est une autre manière de les définir. merci !

cordialement
Eric Mettout...
J'ai eu l'occasion de bretter avec lui sur mon blog suite à un article sur Méluche, et je lui reconnais une qualité qui n'est pas anodine; il est capable de venir discuter le bout de gras avec n'importe qui et contrairement à beaucoup de confrères, il répond, argumente, pinaille, ferraille. Pour le reste il est corporatiste comme c'est pas permis, assez hautain quand il est énervé et est capable d'une mauvaise foi sans limite pour défendre l'indéfendable de son journal.
Ceci dit je suis assez d'accord avec son constat, le format XXI n'est pas exportable à tous, mais le format Express/Libé/Le Monde/NObs'/Le Point, bricolé à partir de dépêches AFP recopiées et d'éditos pondus par leurs médiacrates maison confine au gavage d'oie avec du mauvais grain... Rendez vous sur ces sites de bon matin et vous verrez les mêmes Unes, la même chronologie quant à l'actualité, les mêmes faits divers, peu ou prou les mêmes analyses, les mêmes articles découpés de la même façon (chapeau - 1er paragraphe de 8 lignes - 2ème chapeau - 2ème paragraphe de 8 lignes etc...dont Rue89 est la plus criante caricature).
J'ai par contre beaucoup souri de la supposée déclaration d'amour et d'humilité d'Edwy Plenel à ses lecteurs. Edwy Plenel, le père la morale, serait de nouveau au niveau de ses lecteurs après avoir pontifié deux décennies au Monde. Une nouvelle virginité ! Alléluia !
On n'a pas beaucoup entendu la dame de Libération mais je suppose qu'elle aurait aussi dit que son canard est formidable, que ses journalistes sont très bons, qu'ils ne subissent aucune pression des actionnaires, que c'est du sérieux blablabla...
Je rassure enfin Sébastien Bohler, je déteste Touitteur et Fessebouc, je n'y mets jamais les pieds et je m'en porte très bien, il n'est pas le seul à éviter les réseaux asociaux, nous sommes des milliards !
"Donc on a couvert le champs d'information qui intéresse nos clients" Eric Mettout

Avec des phrases comme celle ci, il ne faut pas s'étonner de la crise de la presse, si le but est juste de satisfaire les clients qui leur reste.
Je suis à la recherche d'un site généraliste intelligent et non suiviste je n'en trouve pas. Entre 1986 et 2013 j'ai arrêté dans l'ordre, Le Monde, La télé, Libération papier, Courrier international, Télérama, Libération net, Rue 89. Reste ASI, Médiapart et France info pour les dépêche AFP, mais pour un média vraiment généraliste je suis preneur. (j'ai déjà testé Le Figaro, VSD, Paris Match, Le Canard enchainé, L'express, Marianne, Le Point, Charlie Hebdo)
Tiens , cette fois la chronique de Sébastien Bohler part d'une expérience vécue !
Sébastien Bohler continue à sévir avec de la vulgarisation neuroscientifique à quatre sous: la zone qui s'allume dans le cerveau pour les FOMO (peur de manquer quelque chose) c'est la même que pour la douleur, quand on se coupe (la peau). DOnc quand on se coupe de l'actualité c'est comme quand on se coupe la peau!
Schneidermann a l'air d'adorer et ben tant pis moi je vais me désabonner de toutes ces conneries... depuis le temps que ça dure.
Et bien sûr pas de références précises. C'est l'expert scientifique qui dit la vérité, sans contradicteur.

Mettez donc une calotte à Bohler et hop à l'abbaye!

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

"Nous évitons aussi, par la même occasion, l'écueil d'un plateau uniquement masculin"
Ah oui ? Coup de chance , alors ?
Et Laure Daussy elle n'est pas du sexe féminin ? Ou elle ne fait pas vraiment partie du plateau ? A voir...
Mr Beccariat est quand même un peu sur un mauvais diagnostic en désignant le "modèle économique" lié à l'émergence d'internet quand à la dégénérescence de la presse traditionnelle : la presse dite papier n'a pas attendu Internet (surtout en France où ils n'ont pas été très rapides à prendre le bateau) pour se rouler dans la médiocrité de l'éditorialisme suiviste, de la pseudo-expertise et de la consanguinité avec les pouvoirs politiques / économiques. Que le média internet, par son instantanéité et ses faibles coûts de production, ait accentué le problème, Mr Bettout en est la preuve vivante. Mais il n'en est pas la cause. Et des exemples divers sur le média physique, comme XXI ou par exemple le Canard, ou numériques, @si ou Médiapart, atteste que le média n'est pas en cause. Ce sont les architectes & les ouvriers de ces publications qui décident du devenir de leur oeuvre.
Je suis désolé de casser l'ambiance, mais j'ai lu le Figaro, le Point et l'Express chez mon dentiste, médecin et garagiste et bien je peux vous dire que la presse papier est vraiment de qualité, l'édito de Christophe Barbier excellent, un journaliste qui mériterait de passer plus souvent à la télé, le courrier des lecteurs du Figaro, un condensé nuancé de propos très pointus de nos concitoyens et je vous recommande un bel article sur le nombre encore trop excessif de fonctionnaires et les archaïsmes des syndicats français de Claude Imbert, un visionnaire, un vrai alors messieurs de XXI restez humbles je vous en prie avec vos longues enquêtes et votre revue soi disant indépendante. N'est pas Frantz Olivier Giesbert qui veut !
arfff
c très média média ces derniers temps
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.