28
Commentaires

Les bourgeois et le ballon

Derniers commentaires

I les boudins se gonflent d'air et le monstre prend du volume...

Dans un ballon, c'est pô de l'air qu'y a dedans. Sinon, le ballon, y pourrait pô être plus léger que l'air...
Vouolà, désolé, la poésie elle est morte ... J'ai pô pu m'empêcher.
Mais vous aviez qu'à dire "les boudins se gonflent et le monstre prend du volume...". Ça vous mettait à l'abri des pinailleusr et des pléonasmes.
.... renouvelée, de manière simple et dépaysante, loin du foin politique qui règne partout ailleurs.
Il m'avait fait comprendre un jour sur son blog, ne pas vouloir céder aux pulsions antisarko qui règnent un peu partout sur le net.
Il avait entièrement raison, il n'en a pas besoin. J' veux dire...
Il n'y a jamais aucune violence dans ses textes, parfois dans ses photos, mais jamais de manière délibérée ni gratuite.
Merci à vous de nous oxygéner la tête.
Merci de rendre un peu de légèreté à l'air du temps.
Merci David d'initier nos yeux à un meilleur décryptage d'une oeuvre d'art et de la symbolique qu'elle reflète...
Bonjour !

Jolie petite chronique aérienne , qui allège un peu de la lourdeur des "anges" de Neuilly.

Ne trouvez vous pas que le ballon évoque aussi la grande guerre ? Ils furent beaucoup utilisés.

Enfin , je trouve très amusante l'utilisation que vous faites de la tournure :"les mamelons et les boudins tout remplis d'air" . Récement , D.S. disait dans sa chronique "si vous avez des problèmes pour voir nos émissions" : "Il est tout plein de questions techniques sur votre équipement informatique" . Une question :qui est la championne toute catégorie de l'utilisation de l'expression " tout plein de" , souvent dans un sens d'infantilation moqueuse de ceux à qui elle s'adresse ? Pour moi , il n'y a pas photo : c'est Judith Bernard.
L'image d'un progrès qu'on peut dégonfler avec son épingle à chapeau et maîtriser avec deux petits fils de stérilet..

J'ai du mal à croire qu'il n'y avait que deux chaises. Peinture ou photo, une image cache toujours une idée, que se fait l'auteur, à propos de l'image de la chose choisie d'être montrée. Idée qui transparait malgré lui. Ici, par exemple, la présence indispensable des femmes, comme témoin des réalisations de l'homme, mais en position inférieure.

Aurait-il prit la photo si tout le monde était debout, ou assis, si le progrès avait été encore tout raplapla? Je n'ai qu'à aller voir l'expo pour savoir!
Mais comment fait-il David pour ne pas faire allusion à NS ?
Etonnant, non !
Belle et amusante analyse d'image. Un peu de poésie dans ce monde de brutes.
Merci David Abiker pour cette analyse de photo... elle est effectivement très belle et presque érotique et marque cette "belle époque" (terme que l'on employera après 14-18 par nostalgie).

Je trouve, comme vous, que cette photo symbolise bien ce moment proche de la rupture (pas celle de Sarko lol) où les 2 femmes comme un symbole regarde vers le passé. Leur posture assise semble indiquer qu'elles cherchent à arrêter le temps qui passe ; tournant le dos au dirigeable qui prend de plus en plus d'ampleur et semble se diriger vers le futur !

Merci donc, D. Abiker de m'avoir fait découvrir cette excellente image !
J'aime vos chroniques,
ils me font réver, quoi de plus beau ?
hop, au dodo
gamma
Cette plongée dans le passé m'a beaucoup émue !
Cher Mr Abiker...
Merci pour cette chronique ... gonflée.
A l'époque des Falcons et des blaireaux rois, ça fait du bien de revoir un mode de transport écolo avec des messieurs qui savent se tenir et des dames armées d'épées anti-bronzage non testées dans des yeux de lapin !
Bon, je vais faire un tour chez l'italien aux pulls et les micro-entrepreneurs et leurs petites chèvres de chez Alain Korkos, rafraîchissant ce samedi soir chez @si...

Contraste des impressions aussi car il y a dans les mamelons et les boudins tout remplis d'air quelque chose de sensuel et flasque qui neutralise la rigidité des festons et des faux cols qui patientent en dessous.
C'est vrai qu'il y a quelque chose de très sensuel. Je m'aventurerai même à dire féminin. Les rondeurs, certes, mais aussi les baleines de renfort qui rappellent celles des toilettes portées par les dames.
Une interprétation à peine psychanalytique soulignerait aussi le fait que les deux hommes, solidement campés sur leurs pieds (phalliquement dressés), dominent de toute leur taille celles qui doivent être leurs femmes. Et qu'ils sont ostensiblement, fièrement tournés vers elles, tandis qu'elles semblent porter leur regard au loin, peut-être vers le photographe. Eros revisité par le progrès : à défaut d'ailes, du gaz !

:-D

(Je crois que c'est à mon tour de souffler dans le ballon !)
Un seul spécialiste de l'image en la personne d'Alain Korkos, n'est-ce pas suffisant ?
Ne pourriez-vous pas nous livrer des chroniques plus en rapport avec le thème d'@si, c'est-à-dire les médias ?
Des tétons ? J'aurais plutôt dit lafusée de Tintin couchée sur le sol....

Ou une bxxx à 4xxxxx :-D



unbloguedeplus.over-blog.com
Comme c'est bien vu et bien dit .Toujours délectables, vos observations.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.