59
Commentaires

L'ère des clashs ? "Hanouna est bien meilleur que Gilles Bouleau !"

Des engueulades, des hurlements, des pétages de plomb. A observer sur les réseaux sociaux les débats sur le racisme, le féminisme, ou la vie politique en général, et même parfois les relations internationales, on a le sentiment de vivre environné, entouré de clashs. Est-ce que ce sont les relations sociales et la vie politique qui sont devenues plus violentes, plus sauvages ? Est-ce du fait des réseaux sociaux ? Ou est-ce lié à la financiarisation de l'économie ? Questions à nos invités : Christian Salmon, auteur de "L'ère du clash" et notre chroniqueur André Gunthert.

Commentaires préférés des abonnés

Bon j'ai regardé en accéléré pour sauter les développements de M. Salmon qui me semblaient peu intéressants.  


Juste eu le temps de comprendre que le clash cohn Bendit vs Collard avait été jugé incompréhensible alors qu'il me semble qu'il l'était(...)

L'explication est simple et vérifiable (scientifique ?).

TOUS les débats des chaines audio-télé main stream (donc pas ASI, c'est pourquoi j'y suis abonné) sont présentés par des animateurs persuadés que ce qui plait au grand nombre c'est le foot. Donc(...)

Mais pourquoi DS ne creuse-t-il jamais vraiment les questions au-delà des premières réponses que lui apportent ses interlocuteurs ?
Tout le monde dans le PAF ne sait-il pas que G. Collard est une grenade dégoupillée pouvant exploser à tout moment deva(...)

Derniers commentaires

La référence au catch et au spectacle qui devient la vérité ("c'est la vérité parce que c'est divertissant, parce que on veut que ce soit ça le vrai") me semble vraiment intéressante et me renvoie à une émission sur youtube qui parle justement de ce point en développant le concept de kayfabe au catch qui finit par englober de plus en plus de sphère pour arriver jusqu'à la politique et évidemment Trump.

https://youtu.be/LfMe0dsxk_Q

"Leur but c'est d'atteindre les réseaux sociaux par le clash"
Ce remix affiche déjà plus de 100 000 vues sur Youtube. Il est fort probable qu'il soit aussi pas mal partagé.
https://www.youtube.com/watch?v=6gZqxbEnUXA

Merci @si, émission géniale.

Merci aux 2 linguistes, c'est beau à écouter et c'est pertinent !

N'en déplaise à certain.e.s...

Nous ne pouvons , à mon avis comparer le "clash" de Maurice Clavel à ceux "fomentés, pour des raisons diverses,par des Hanouna, Ardison Cohn Bendit , Collard...Celui de Maurice Clavel, quoiqu'on pense de son auteur, avait du fond.Il réagissait à une opération de censure...Celui, par exemple des "humoristes" Cohn Bendit et Collard est vulgaire,sans intérêt, et probablement destiné à "faire du buzz".Par charité , nous n'évoquerons pas les autres qui souvent insultent notre intelligence d'auditeurs ou téléspectateurs...Cependant, on peut quand même remarquer souvent, que l'intensité du clash est inversement proportionnelle aux divergences de fond des protagonistes.Vous me direz probablement que les deux daniels sont très différents...Quoique...tous deux très attachés au "marché" ,se démarquant probablement sur certaines questions dites de moeurs, mais ne touchant pas fondamentalement au système actuel fait d'inégalités abyssales et de dogmatisme économique affligeant...A la différence de Clavel, ce sont eux qui usent du système médiatique actuel pour amuser la galerie,au détriment de vrais républicains qui pourraient insufler un peu d'intelligence critique sur nos ondes...

voix de Didier Bourdon : ya le bon et le mauvais clash...le bon clash, tu vois, c'est 2 personnes qui se parlent comme du poisson pourri, mais c'est un bon clash...alors que le mauvais clash c'est 2 personnes qui se parlent comme du poisson pourri, mais eux c'est un mauvais clash...rien à voir... xD


dsl, manifestement je suis resté un grand enfant... ^^'

J'ai apprécié cette émission et les contributions des invités intéressantes, en tout cas donnant à réfléchir et à discuter surtout quand on a l'occasion de voir@rrêt sur images avec d'autres, ce qui est toujours un bon exercice... 

André Gunthert m'a semblé vouloir "ferrailler" avec Christian Salmon et parfois avait des éléments  qui me paraissaient pertinents mais qui se perdaient ou s'estompaient dans une forme de "contradictoire d'obligation".

Étonné par les commentaires de l'emission. Peu semblent en effet avoir apprécié nos invités, alors que je les ai trouvé très stimulants (intellectuellement, bien sûr), et notamment la pensée structuraliste de Mr Salmon.

"Les Clashs", à priori le sujet me disait pas beaucoup, on connait le couple mortifère médiocrité/audimat, mais chez DS il y a toujours à prendre et à s étonner alors avec courage j'ai regardé jusqu'au bout.

 Suite et fin, un peu énervant les deux invités, autosatisfaction  entre gens de savoir s écoutant parler confraternellement avec la réflexion du doigt mouillé pour savoir d'ou  vient le vent. Moi ce que je ne comprend toujours pas, qui regarde ses émissions. Qu'elles sont tristes ces éjaculations télévisuelles y a pas de quoi réveiller un mort.

Il est dommage que n'ait pas été abordée la question du "teasing" du clash. J'ai cru qu'on allait y arriver lors du passage concernant Zemmour et Sy, et non ! Pourtant, c'est un point crucial pour comprendre cette culture du clash. Que ce soit avec Ruquier ou Ardisson (et d'autres) le clash est annoncé en avance (souvent via les réseaux sociaux) et commence à faire parler de lui sur les télés avant même d'être vu (encore que des fois l'extrait en question est diffusé). Puis on voit l'émission, puis re-floppée d'émissions parlant du clash. Ce n'est pas une spirale, c'est une boucle qui se recharge continuellement.
De même il n'a jamais été dit que les clasheurs ont besoin du clash pour vivre, sinon personne ne les inviterait sur les plateaux (qui s'intéresse vraiment à l'avis d'un Zemmour ou d'un Cohn-Bendit aujourd'hui ?), il en va de même pour la télé qui pour survivre au net, tease sur les réseaux sociaux les clashs que les gens viendront voir.

Sur cet mécanique (et sur comment l'arrêter ?) je vous conseille l'épisode 6 de la saison 2 de l'excellente série The Good Figh(et à y être regardez toute la série, puis tant qu'à faire regardez The Good Wife, géniale aussi).

J'ai arrêté de regarder l'émission à la 47'.

Entendre DS dire que le chômage n'a jamais été aussi bas m'est insupportable dans une émission comme celle-ci. Qu'on l'entende aux infos TV, normal, mais pas à "Arrêt sur images".

Bonne émission en perspective Daniel.

Selon mes enquêtes, le taux de chômage, si l'on tient compte des non-inscrits pour différentes raisons, doit être entre 10% et 20%. De plus l'aide alimentaire marche à plein.

Je ne sais si vous ferez l'enquête, mais je conseille à vos abonnés de la faire eux-mêmes. 

Marre du baratin sur les USA...

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement.  Quel galimatias ! Pas le courage de me triturer la cervelle pour essayer de « décrypter » le discours pour le moins alambiqué de ces deux invités - experts de la chose bien entendu. Quant à l’ère du clash TV, elle est à son tour pas mal concurrencée par celle du « décryptage » : on décrypte du matin au soir, à tous les étages, à gogo. Résultat entre clash et décryptage, on nous prend des idiots que nous ne sommes pas. Alors bonsoir.

J'ai peine à le dire mais cette émission n'apporte rien. Le rapport entre financiarisation et clash est improbable. On se doute bien sûr les télés invitent Cohn-Bendit Collard et autres pour créer du clash. Les debateurs sont trop proches. 

N’avais pas vu la séquence DCB GC. Assez triste pour plein de raisons...

Je n’ai pas tout compris, l’émission est dense.


Alors, Daniel, petite piqûre de rappel : si il était possible de ne pas interrompre un invité en plein développement d’une idée, ce serait plus clair.


J’ai trouvé l’émission intéressante. Le rapprochement avec le catch de Barthes est toujours d’actualité.

Quand le clash  a fait pschitt



L'ère des clashs ?, avez-vous commencé d'intituler l'émission. Le point d'interrogation fut particulièrement bienvenu. Car il suffit à justifier de ne pas visionner l'émission. Ce que confirme son écrite présentation. Comment vous être proposé de l'infliger? Le faisant, ne tombez-vous pas dans un piège: qui plus est, d'ores et déjà éventé? Sachant la fausseté de cette sorte de catch entre histrions de plateaux télé, chacun n'est-il pas, des clashs, décemment lassé désormais? Comment donc expliquer que deux fort estimables médio- ou iconologues aient perdu leur temps à paraître débattre de leur portée? Ne fallait-il pas, plutôt, éviter d'en laisser croire l'abrutissement perdurer? - alors que "le clash" a fait pschitt depuis longtemps déjà. Le genre a-t-il même  jamais  eu véritablement succès? Hors parmi la gent médiatique évidemment: ces nouveaux vicomtes (déclassés) de l'actualité.

pas d'accord avec les premises de l'emission. c’était pareil il y a 30 ans l'offre était juste moins abondante. La seule difference c'est l'apparition du terme "clash" pour remplacer le terme s'engueuler ou engueulade  ......  Chez Polak c’était déjà  la foire d'empoigne, idem lors des soirees électorales ou chez Dechavanne....etc.


quant a internet on s'engueulait déjà abondamment sur les newsgroups , twitter a juste la aussi encore rendu l'offre plus abondante.


emission pas passionnante , idem pour les invites.

Le but d'une chaîne privée est d'être rentable   Que les émissions coûtent le moins chers possible. J'en déduis que les usines à clash coûte moins cher qu'un documentaire, et est plus regardée qu'un documentaire..

Bon j'ai regardé en accéléré pour sauter les développements de M. Salmon qui me semblaient peu intéressants.  


Juste eu le temps de comprendre que le clash cohn Bendit vs Collard avait été jugé incompréhensible alors qu'il me semble qu'il l'était. Collard, habitué à remettre en question l'impartialité des journalistes et des dispositifs dans lesquels ils est interrogé a voulu souligner que Conh Bendit n'était pas un grand témoin neutre mais un macroniste au centre du dispositif.

Au delà  du fait que Collard soit un fieffé connard surjouant la victimisation(alors qu'il bénéficie d'une belle exposition médiatique  et que ses idées sont au coeur du discours médiatique) comment passer à côté de cette bizarrerie déontologique qui consiste à donner à Cohn Bendit le statut de " grand témoin" dans une émission post électorale ? 


En sachant que ça n'est pas la 1ere fois. Le "va te faire voir" "qu'il aille tutoyer Castro" envoyé à Mélenchon était un clash dont les ressorts étaient assez similaire ... avec Cohn Bendit en "Grand Témoin" et Mélenchon refusant que ce dernier la joue du copain copain alors qu'il était la en adversaire.


J'ai retrouvé les images https://www.youtube.com/watch?v=oLjetIZVF6M l'emission avait fini sur un "désolé M. Cohn Bendit " de la part du journaliste.





Ok intéressant... Mais A quand un débat sur le désaccord fécond?comme décrit par le philosophe Patrick Viveret? SVP ASI, faites oeuvre de pédagogie pour faire une émission sur le développement de l'intelligence collective et des nouvelles manières d'animer les groupes pour faire émerger cette intelligence collective précisément en réaction à cette culture audiovisuelle du clash mortifère. voir ici Construire le désaccord fécond : https://www.youtube.com/watch?v=8gcOlyAUcmY  

Le clash est la simplification de la forme à l'extrême pour éviter d'aborder le fond. C'est le sommet de la paresse médiatique. Voir les émissions politiques qui exonèrent les rédactions de travail critique des programmes et de leur pertinence sociale et économique. D'où aussi le succès d'un Macron.


Les émissions qui clashent me fatiguent. Je ne les regardent plus dès que cela dérape. Ce qui m'interroge le plus est de savoir comment des personnes acceptent d'aller chez Ardisson, Ruquier, Hanouna et autres ?


Ce sont donc ces "invités" qui se moquent des téléspectateurs car ils savent pertinemment à l'avance ce qui va se passer.


Les télévisions n'embauchent-elles pas finalement des présentateurs nuls parce que, en fait, les invités sont nuls, l'actualité est nulle, la politique est nulle ?


Mais pourquoi DS ne creuse-t-il jamais vraiment les questions au-delà des premières réponses que lui apportent ses interlocuteurs ?
Tout le monde dans le PAF ne sait-il pas que G. Collard est une grenade dégoupillée pouvant exploser à tout moment devant un micro et une caméra ? Tout le monde dans le PAF ne sait-il pas que D. Cohn-Bendit adore l'affrontement audiovisuel en termes provocateurs ?
Pourquoi DS ne nous explique pas précisément qui est ce rédac-chef d'émission d'informations télévisée qui peut mettre en présence une torche et un baril de poudre, et s’étonner ensuite que cela explose ? Un naïf ? Un débutant ? Franchement, ce clash-ci n'était-il pas attendu, sinon programmé ?
Mais les invités disent que le match était raté, gâchant la suite de la soirée électorale.
Voire !
DS zappe et passe à autre chose…
La comparaison avec les émissions d'Hanouna est absurde, puisque, de son côté, provocation et vulgarité représentent précisément son fonds de commerce et ce qu'on attend de lui. D’ailleurs, il ne lui était pas difficile de contrôler la dispute, puisque Booba n'était pas sur le plateau, mais au téléphone (où était le risque de dérapage ?).
Au final, l’éclairage du phénomène médiatique n'est pas au rendez-vous.

D'où un manque de précipitation dans les commentaires… ?

le structuraliste....faut qu'il mette de l'ordre dans sa pensée...il est total confus !! pour eviter le clash, je vais prendre l'air !

Bonsoir à l'équipe et aux à Mrs Salmon et Gunthert,

                                                                                   Très intéressant . Voilà ce que j'en retire pour ma part.

La controverse

Ex; la controverse de Valladolid


https://fr.wikipedia.org/wiki/Controverse_de_Valladolid


Le "clash" (anglicisme) télévisuel est un "échange" verbal brutal ,ou carrément de mots insultants et qui ne contient aucune argumentation étayée, du style;


- M.vous êtes un con !, 


-Et bien Monsieur vous en êtes un autre! 

 

Et tout est dit, soit en fait ,le non évènement par excellence, très en vogue à notre époque de l’audio visuel. Il se peut que se soit moins désincarné, mais implicitement, cela revient au même.Phénomène qui rend tout débat politique télévisuel, notamment, totalement inepte et favorisant la désinformation, la "pollution" des cerveaux, voir le désintérêt pour la chose


Sauf que , et c’est là où cela peut devenir intéressant, enfin n’exagérons rien cependant, les réseaux sociaux, apparus avec internet, s’en emparent et que ce non-évènement va être la base pour un échange "écrit" entre internautes et devenir en fait une discussion, ou une polémique, enrichissant l’échange désincarné d’insultes dépourvues d’arguments, en une  histoire qui prend au fil de l’échange une valeur d’ "évènement historique" !


Il peut même s’en dégager une forme nouvelle de controverse, si ces échanges s’enrichissent de documents prélevés ici ou là sur la toile, relayés par liens, et pourquoi pas, intéressante si on la nettoie de ses scories polluantes et sans valeur d’apport à l’échange.


En fait c’est une communication à plusieurs dimensions ;


1 les protagonistes de départ qui créent l’"évènement"


2 les téléspectateurs passifs qui ne peuvent pas répondre


3 les internautes qui s’en emparent et l’enrichissent par" écrit" ce qui peut permettre le contrôle de ces écrits


Et n’oublions pas la rumeur …de gré à gré qui se poursuit également L'opinion se forge à dimensions multiples, peut on le déplorer, ce n'est pas certain, l'histoire est en marche...Qui vivra verra...

Si je comprends bien, un débat doit  être présenté comme un match de foot.


Il est vrai que les téléspectateurs de  ce genre d'émissions  sont aussi cons que les supporteurs ,  et nous  conduisent à perdre espoir dans l'humanité. 


" L'existence d'un car de supporteurs  est une incitation au suicide " ( P. Desproges ) 

Très concentré, j'ai bien sagement suivi l'émission.


A la fin, beinh un constat : les clasheurs ne seront pas les payeurs ! 


Solution, tournons encore et et encore -sans cesse- le bouton de la TV sur off.


Le vide cathodique + les rézôs socios out of line: libre !

les deux invités sont hélas en dessous de ce que l'on peut attendre d'un tel débat . Ils auraient du lire avant de venir Le mot qui tu de boucheron et azoulays ou encore mieux . C'est boucheron qui aurait du venir .Car nous avons de purs produits de l'air du temps c'est à dire du vide de l'écume des jours sans Boris vian bien sur!!. 


L'explication est simple et vérifiable (scientifique ?).

TOUS les débats des chaines audio-télé main stream (donc pas ASI, c'est pourquoi j'y suis abonné) sont présentés par des animateurs persuadés que ce qui plait au grand nombre c'est le foot. Donc tout débat est un MATCH. Peu importe les idées émises, ce qui compte c'est QUI GAGNE ?. Les arguments n'intéressent pas l'animateur mais risquent de géner le match. Ils  sont interrompus pour des relances brèves. Le reste doit se dérouler comme sur le terrain. C'est plus qu'une métaphore, c'est une imitation.

Dommage, saoulé au bout de 3 minutes. Pourtant la question de Daniel était claire: "Pourquoi on en est arrivé là, il y a trente ans ce n'était pas ça ?"


Et bien ??? Euh ??? pas su, pas pu, ne sais pas, bref à côté de la plaque le mOnsieur.


Daniel la réponse à ce pourquoi, elle ne se trouvera pas ici. Une piste... Les merdes qui nous servent de politiques ont épuisé leur réservoir de mensonges, ce qu'ont montré les deux clowns, c'est juste leur vrai nature de GROSSE MERDE comme toute personne qui végète de près ou de loin autour du pouvoir et encore plus du Macronisme qui est pour moi le summum de la débilité politique. Tous les jours on a notre lot d'exemples...


La question devrait plutôt être : "Mais où sont passés les hommes politiques ?" Vous savez ceux qui ne pensent pas qu'à leur gueule, ceux qui ont la justesse du commun, l'empathie, le désir de bien faire, une morale, un Surmoi, bref quelqu'un qui ressemble de près à un homme que l'on a appelé le Général de Gaulle, Jaurès, Rosbespierre, la famille Napoléon le grand père et le petit fils et plein d'autres encore. Alors oui, ils n'étaient pas parfaits mais ils avaient cela en commun, la nation, le peuple, le bien commun.

J'avais 17 ans et je me souviens de ce coup d'éclat de Maurice Clavel. Alain Duhamel était déjà là. C'était le temps où je regardais les émissions politiques. Il y eut d'autres émissions avec Georges Marchais qui parfois prenait à partie Alain Duhamel et cela était réjouisssant. Le choix de chaines  limité (2 chaines) doit être la raison de  ma présence devant ce programme.

Le clash masque idéalement le vide absolu des émissions Télé...

Une tentative désespérée d'exister quand même.

(Très longtemps que je ne regarde plus du tout ce "machin"...)

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.