133
Commentaires

Le signal d'alarme était caché

Commentaires préférés des abonnés

Tout ce bazar est quand même un putain d’aveu en loucedé que les actionnaires sont des parasites si ne pas leur verser de dividendes permet de « soutenir l’économie » 🤣

Il ne parle pas de ça non plus Mr Seux... ce matin dans médiapart...  Voilà l'après pire qu'avant je le crains !

Hôpital public: la note explosive de la Caisse des dépôts

PAR  ET 

À l(...)

J'ai remarqué que sur certains sujets, Monsieur Seux est prudent,  réservé, modeste et même feutré.


Sur la question des dividendes, je  le trouve , même, confiné.


Quant au gouvernement, je ne comprend pas pourquoi les gens lui en veulent auta(...)

Derniers commentaires

Le langage économique est-il fait pour ne pas être compris par le citoyen lambda? c'est à le croire. Quand vous dites "rachat d'action pour Vivendi", moi je comprends bêtement Vivendi va racheter des actions de son entreprise possédés par d'autres. Or celà semble être tout l'inverse. Vivendi "cède" 10% de son capital dans la société machin truc. Je suppose que cela veut dire qu'elle les vends. Mais alors pourquoi ne pas dire "vente d'actions"? quelqu'un peut il m'expliquer le truc que je pige pas? Sur le reste bien sûr qu'ils se moquent de nous ces hommes d'état qui n'agissent plus en hommes d'état. Mais la moquerie du citoyen est la norme non? surtout par les temps qui courent. 

Comme disait Dominique Seux: "on verra comment les gens se sont conduits". Tiens, dernier exemple en date, les prix des imprimantes: https://im.qccdn.fr/node/actualite-coronavirus-hausse-du-prix-des-imprimantes-77775/inline-56895.jpg

Oh, et puis cette blague qui court: Il y a trèèèèèès longtemps, un astéroïde géant s'écrase sur la terre. Un dinosaure dit : "Oh, non, l'économie" !

Il apparaît nettement que la situation n'apparaît pour les gens de la Finance que l'opportunité de faire des affaires juteuses , nous le savions, le subodorions,  le voilà ce souci nettement dévoilé.. 

 

Ce qui me dérange ce n'est pas tellement les dividendes  mais les profits quels qu'ils soient quand ils sont disproportionnés.  


Je ne sais pas s'il y a obligatoirement un lien entre la distribution des dividendes et la destruction du service public. 


L'objectif d'une entreprise c'est le profit à juste titre sinon elle disparaît. 


Tandis que le service public à pour but de satisfaire l'intérêt général son but n'est pas le profit. Du coup quand on gère un service public comme une entreprise privée c'est ce principe là que l'on remet en cause. C'est le profit que devient la priorité au détriment de l'intérêt général.


On le sait ça quand on vote. Macron ne nous a pas menti.


Adapté à l’hôpital cela donne la situation que nous constatons aujourd'hui. 

Pénurie de moyens, on ne peut pas soigner tout le monde donc on trie ; dans une certaine indifférence générale, des médecins déclarent qu'ils n'intuberont plus les personnes de plus de 75 ans, comorbidités ou pas. 

C'est repris régulièrement sur les chaînes d'info ;  ainsi la population s'habitue progressivement à ce nouveau principe. On n'entend pas beaucoup de protestations la-dessus d'ailleurs.


Il me revient en mémoire un fait divers, à une époque ou il y avait des détournements d'avions. 

Un passager avait été désigné par les preneurs d'otages pour être torturé en direct.  

Il en était sorti vivant mais quelque peu traumatisé quand même. Il avait été notamment beaucoup marqué par l'attitude des autres passagers au moment de sa désignation. Il avait perçu un retrait, un recul de ceux qui l'entouraient. L'air de dire on a rien à voir avec lui. Grand moment de solitude.


Dans le cas des personnes de plus de 75 ans que l'on va laisser mourir, j'y vois un peu la même attitude de la part de ceux qui ne sont pas concernés.


Un jour ne sera-ce pas le tour des diabétiques, des obèses, des alcooliques etc. N'y a t-il pas déjà eu quelque chose qui ressemble un peu à cela dans le passé ?






ATTESTATION DE DéPLACEMENT DéROGATOIRE 

===========================================



Je soussigné, Gérard DARMANIN, né le 11 octobre 1982,


certifie que  mon déplacement est lié aux motifs suivants :


- déplacement  du financement du budget de l'Etat  vers  la Charité Publique 


-  ce déplacement  ( provisoirement dérogatoire )' permettra que l 'aumône finance le Trésor Public dans la mesure où j'ai supprimé   ( avec brio )  l'ISF, créé le CICE, et la flat tax.


J'auto-atteste que je suis un ministre responsable  et que ma connerie n'est pas masquée.

Heureux de lire cette chronique. Ça fait plus de 2 semaines que je me demande pourquoi les salles de marché ne sont pas confinées .La partie de Monopoly n’a pas été arrêtée. J’imagine qu’il y a des raisons qui nécessitent des compétences qui me sont étrangères. Si les cours s’effondrent, cela ne révèle qu’une trouille hystérique des gros détenteurs d’actions. La solidarité ne voudrait-elle pas que l’on garde ses actions pour soutenir les entreprises au moment du deconfinement pour le maintien de l’emploi ?

Darmanin :  " Je lance un grand appel à la solidarité nationale. "


                        " Ceux  ( °°° ) qui le souhaitent pourront faire un don " ( à l'exception des redevables de l'ISf  )


 " Non , je déconne : Poisson d'Avril "


(  " En fait, je vous pisse à la raie ! "  )


( °°°° j'ai pas dit Seux qui le souhaite , d'ailleurs  Seux ne le souhaite jamais)

Business as usual !


Petit avant-goût pour ceux qui croient encore que l'après-coronavirus sera par magie différent de l'avant...

1er avril 2020 ?  PoiSon d'avril !


Les confinés sont confinés

Les dividendes dans l'Enfer de Dante

Seux, et ceux, se ponce -Pilate- les mains aux bidet.


Écoutons Radio Atchoum :


 


 

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Pour ce qu'il en sera du monde d'après, j'ai consulté par Whatsapps ma cafédomancienne préférée, Mlle Irma.


Elle m'a dit qu'elle était en rupture de marc d'arabica mais qu'elle allait consulter son vieux grimoire rédigé de la main même de Nostradamus.


Un quart d'heure plus tard, elle m'a rappelé pour me lire la vision du Maître de Salon de Provence :


« En l’an maudit des deux vins, un mal affreux portant nom de cervoise mettra les hommes en bière. »

« Pour éviter la faillite de l’âme, les masques s’affubleront de becs de canard. »


Diable, ça fout les chocottes, me suis-je exclamé...   Et qu'a-t-il prévu pour la suite ?


« Quand s’éteindra le mal, l’homme, comptant les autres hommes, verra de nombreux corps jeunes et presque autant de corps vieillis ; beaucoup de bruit pour rien. ».


Ouf ! J'ai remercié Mlle Irma et  me suis empressé de suivre les conseils d'une autre extralucide nommée Agnès Pannier-Runacher.


Voilà, j'ai fais quelques emplettes au CAC 40 et ce soir, je pourrais l'esprit tranquille youporner après ma prière du soir.

A quand une association d'actionnariat pour prolos ?

A l'instar des Alternatives économiques, le Media, la Banque la Nef, les marchés/amap/coopératives alimentaires, etc etc

Beaucoup d'alternatives écolo-sociales existent ou émergent.

 Pourquoi est-ce qu'une ONG ne déciderait pas d'aider les prolos à acheter des actions ?


Moralement, je suis contre la spéculation, mais j'imagine que ce n'est pas le cas de toute la population ?

Est-ce que cela n'aiderait pas à redistribuer un peu mieux les richesses dotant que celles-ci on le sait ne cessent d'augmenter au contraire des salaires (des métiers dits pénibles/utiles). Et qui bénéficient surtout de la financiarisation/boursification des marchés les ultra et les riches.


Où sont les traders altermondialistes ?


Je ne voudrais pas défendre Dominique Seux mais un rachat d'action n'est pas forcément une manière déguisée de rémunérer ses actionnaires. Le rachat d'action par une entreprise (à une tarif supérieur au cours) est surtout un moyen de rehausser le cours en effet (le rachat implique une destruction de ces même actions, en en diminuant le nombre, on augmente mécaniquement la valeur de celles qui reste), mais cela ne servirait les intérêts des actionnaires que ci ceux ci vendaient leur participation. Le but est donc de fidéliser les actionnaires mais aussi et surtout de se protéger d'une éventuelle OPA d'un concurrent qui profiterait de la baisse du cours pour prendre possession de la société. C'est donc aussi un mécanisme de défense. 

Il ne faut pas voir le mal partout


''celles qui restent'' aprdon

"Il ne faut pas voir le mal partout"


Certes, mais vous faites preuve d'un bel aveuglement.


En supposant, je répète, en supposant que le cours d'une action traduise la valeur d'une entreprise, c'est-à-dire sa rentabilté présente et ses perspectives d'avenir, il est difficile de voir dans les manoeuvres de rachat que vous décrivez autre chose qu'un joli truandage.


Je vois bien comment le rachat d'actions sans destruction peut contrer une OPA puisque non seulement cela fait monter les cours mais surtout cela augmente le nombre d'actions à posséder pour prendre le contrôle. Par contre je ne vois pas en quoi cela est utile lorsqu'il y a destruction. Certes le cours va augmenter mais outre que cela incite les anciens possesseurs à vendre, facilitant l'OPA hostile, cela à aussi pour effet de diminuer le nombre des parts à posséder pour être majoritaire à peu près au même niveau que la valeur s'accroît. Au final le coût de l'OPA varie peu alors que dans le premier cas elle augmente du montant que l'entreprise met dans le rachat des actions qu'elle conserve. En général l'entreprise achète les parts pour ses salariés. Cela permet de conserver le vote, de payer moins cher grâce aux avantages fiscaux et de bloquer la revente pendant plusieurs années.


L'explication me parait donc spécieuse. Je dirais que c'est plutôt pour favoriser les actionnaires actuels en augmentant effectivement les bénéfices par action. En effet, le cours va augmenter en même temps que le nombre des actions diminue. Donc, le pourcentage de rémunération de chaque action au nouveau cours ne va pas varier pour un même bénéfice distribué. Par contre, comme ceux qui possédaient ces actions avant l'opération on payé ces parts moins chers que le cours actuel leur gain va mécaniquement augmenter du montant du rachat. De plus, l'action n'est pas plus attractive pour quelqu'un qui la paierait au nouveau prix donc la revente ne sera pas évidente même si la valeur a augmenté. Les anciens possesseurs de l'action ont donc tout intérêt à la conserver car non seulement ils vont toucher plus de dividende en patientant mais ils permettent aussi au cours de se maintenir en ne vendant pas. Vente qui ne trouverait pas forcément d'acheteurs empressés.

Qu'est-ce que vous appelez le "rachat sans destruction" ? Ça m'intrigue grandement je dois dire...

Le rachat par l'actionnaire principal ou le rachat d'action par l'entreprise pour les distribuer à ses salariés. Cela ne diminue pas le capital total de l'entreprise. Je m'étais mal exprimé en parlant de "rachat par l'entreprise".

D'accord, c'est en effet plus clair !  ;-)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Offre_publique_de_rachat_d%27actions


En diminuant la qté d'actions sur le marché, vous diminuez aussi la distribution du ''pouvoir''. Il est plus facile de resister à une OPA  avec "peu" d'actionnaires qu'avec une multitude de petits porteurs par exemple. Il est donc plus facile de faire front



Encore une fois je ne défend pas du tout, le mécanisme en soit. Il serait immoral en effet si la société profitait du chômage partiel et d'aide de l'état par exemple pour maintenir sa trésorerie afin d'utiliser un tel mécanisme. Mais il faut aussi sortir du schéma de l'actionnaire avec un gros cigare, c'est triste en soit, mais les fonds de pensions paient la retraite des américains (certes avec de gros salaires au passage) mais le bénéficiaire in fine, c'est un type lambda. On peut regretter que le système américain de retraite soit ainsi, mais c'est le jeu. Ca n'empêche pas qu'il existe aussi des spéculateurs, des gros porteurs individuels et tutti quanti.  Pour info, je ne suis pas boursicoteur ou autre, ne suit pas spécialement fan de la bourse. J'essaye juste de comprendre le pourquoi du comment du système dans le quel on vit qui est bcp plus compliqué que les gentils pauvres versus méchants riches. Si c'était le cas tout serait bcp plus simple.

C'est toujours les détenteurs du capital contre les autres (la bonté ou la méchanceté n'a rien à voir là-dedans, il s'agit de structures). Mais les riches peuvent utiliser une partie des pauvres contre les autres, comme avec les retraites par capitalisation. C'est cela que vous trouvez compliqué ? Je ne pense pas que ce le soit. 

La compréhension fine des mécanismes qui produisent les comportements de chacun est compliquée par contre, c'est vrai.


C'est un peu comme la révolution française. L'Histoire en est complexe et foisonnante avec de multiples acteurs et enjeux. Par contre le fait de planter des têtes de nobles sur des piques s'est révélé d'une rusticité efficace, nous n'avons plus de rois. Malheureusement nous nous sommes arrêtés à février.

mais le bénéficiaire in fine, c'est un type lambda.


Pas en France. Chez nous, c'est un peu plus simple heureusement. Si l'on met de côté l'énorme arnaque que représente l'actionnariat salarié, véritable auto-emprisonnement du travailleur...

"les fonds de pensions paient la retraite des américains (certes avec de gros salaires au passage) mais le bénéficiaire in fine, c'est un type lambda".  


Non, le type lambda, a cotisé toute sa vie et confié son argent à des types qui spéculent avec, en empochant au passage une bonne partie de la plus-value ;  et qui se tirent quand la bourse s'écroule, laissant les retraités sur le carreau ; et le soin à l'Etat  de leur venir en aide, s'il le peut/veut.

a cotisé toute sa vie et confié son argent


Et souvent sans en avoir vraiment eu le choix ! Au pays de la "liberté", ça en jette, quand même...  ;-)

C'est vrai mais cela ne fait que surenchérir l'OPA de l'augmentation du cours plutôt que de la totalité du montant investit par l'actionnaire principal. Cela me parait bien moins efficace. Par contre c'est le seul espoir qui reste si l'actionnaire principal est exsangue. 

Dans tous les cas je n'ai pas l'impression que les sociétés qui ont pratiqué ces rachats dernièrement cherchaient à échapper à une OPA. C'est en cela que je trouve votre raisonnement spécieux puisqu'il avance plus une excuse qu'une réelle justification. Les OPA sont marginales en regard de la politique de rachat de ces dernières années.

Spécieux peut être je n'ai pas la science infuse, surtout en économie. Mais j'aime bien me faire l'avocat du diable en permanence, et essayer de comprendre la position de l'autre qui est souvent plus complexe qu'on de ne le pense.

Si je continue dans la même veine, pourrait t'on dire que fidéliser un actionnaire en augmentant la valeur de l'action et du dividende versé, l'incite d'autant moins à céder ses actions? POur le contexte actuel, on pourrait aussi se dire que les cours s'effondrant, l'entreprise essaye de maintenir artificiellement le cours de son action pour fidéliser son actionnaire pour éviter qu'il participe à la fuite des capitaux.

C'est effectivement la stratégie visée. En plus d'éviter un éventuel éparpillement de l'actionnariat, qui fragilise effectivement la société vis-à-vis des OPA que vous mentionniez.

Bref, il y a une multitude de (bonnes) raisons de le faire, y compris d'enrichir les anciens actionnaires avant la banqueroute totale qui pointe le bout de son nez...


Toutes ces raisons ne sont pas contradictoires en somme.

https://www.cafedelabourse.com/dossiers/article/pourquoi-les-entreprises-s-interessent-au-cours-de-leurs-actions


Je n'en étais pas certain mais il semble également que les taux d'intérêt des prêts finançant les entreprises sont aussi liés au cours de leur action. Après comment expliquer la stratégie de shell qui s'endette pour verser des dividendes? Là j'avoue que je m'y perd. 


https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/shell-pret-a-massivement-s-endetter-pour-payer-des-dividendes-843950.html


Sans doute encore un coup à dix bandes dans lequel elle estime que le taux d'intérêt auquel elle s'endette est plus que compensé par les bénéfices d'un soutien de son cours de bourse (levée de fonds prévue pour un coup juteux peut-être ?)... Difficile d'être dans le secret des Dieux !

Ne pas confondre solvabilité et liquidité.


La solvabilité c'est la capacité à rembourser les dettes. Pour évaluer la solvabilité on compare les fonds propres aux dettes ; et, par ailleurs, ces mêmes dettes au cashflow généré (en gros, le profit brut avant le paiement des annuités d'emprunt). Ainsi votre banquier avant de vous accorder un gros prêt mesure votre solvabilité. Il vous demande l'état de vos biens et de vos dettes ainsi que votre salaire.


La liquidité c'est l'argent immédiatement disponible. Une entreprise peut être en pleine forme financière et contrainte d'emprunter pour payer les dividendes.


Un peu comme quand, à la plage, vous avez oublié votre porte-monnaie et que vous empruntez 5 euros à un ami pour payer des chouchous à vos gamins.


Il y a malheureusement deux gros points aveugles dans votre chronique, cher Daniel :


- Le rachat d'actions désigne une opération cannibale où l'entreprise rachète une partie de ses actions. Ce faisant, elle gonfle par pur effet comptable l'indicateur BPA (Bénéfices Par Action) qui est regardé de près par les investisseurs. Ceci dit, puisque le BPA augmente, ça peut expliquer l'apparition de rôdeurs financiers venus de tous horizons.
L'excellent vidéaste Heu?reka explique probablement tout ça dans cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=NhH010TlitE


- Les dividendes ne sont pas le seul moyen de rémunérer les actionnaires. Quand une entreprise verse des dividendes, elle décaisse tout logiquement, donc sa trésorerie baisse, donc ses capacités d'investissement baissent, donc sa valeur boursière baisse. À vrai dire, si les taxes sur les dividendes et les plus-values boursières étaient nulles, recevoir des dividendes ou revendre des actions serait strictement équivalent pour l'actionnaire. Si les entreprises ont tendance à verser des dividendes, c'est que la fiscalité associée est plus avantageuse pour les actionnaires.


édifiant mais je pense que le constat sera beaucoup plus déprimant , je doute que qu'il y ait le moindre changement dans la société... allez peut être que les gens adopteront quelques réflexes  comme se laver plus systématiquement les mains et porter un  masque en cas de maladie mais je doute que ça aille beaucoup plus loin.

Ça va consommer comme jamais pour compenser un manque qui s'est accumule au fil des semaines de confinement. 


Pour le moment je pense surtout a tous les gens qui se retrouvent sans travail et sans ressources dans une détresse considérable..... C'est a eux en premier qu'il aurait fallu refiler les dividendes pour ,a défaut de tout changer, au moins éviter une augmentation immédiate de la misère et des inégalités qui ne manquera pas d'arriver. 





Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Vive le retour des matins de France Culture, vous aussi vous avez apprécié Daniel !

Si vous voulez vous moquer des obsédés  crispés sur l'ancien monde face au réchauffement climatique il y a un mème rigolo qui traîne sur tweeter : 


[Un astéroïde percute la terre ]

Les dinosaures: "Oh non, l'économie !!"


Il y a aussi des images.


https://mobile.twitter.com/Ygrene/status/1244004828327620611

Le retour à la réalité, triste réalité à travers cette chronique, amplifié par le lien donné plus bas par le commentateur au pseudo de formule chimique

tout ça fait que ce fut dur, dur, premier avril encore plus, à garder le moral

d'autant que les nightingales (pas le temps de chercher la trad.) pâtissent aussi du reste : le changement climatique


Le plus dur, ce n'est pas le "business as usual" les dividendes, les actions, c'est le Macron qui vous cageole avec sa "tous ensemble en guerre" et qui par dessous va de plus belle avec la privatisation des hôpitaux. Allez aux USA voir comment on charge les corps des victimes du Corona au moyen de chariots élévateurs (forklifts, c'est encore plus imagé en Anglais) en pleine rue devant les hôpitaux privés

encore un peu de (bonne) musique pour adoucir les moeurs :


https://www.rocknfolk.com/a-la-une/video-coronavirus-rhapsody-une-parodie-de-queen-devient-virale/43988



Après la crise de 2008, rien n’à changé dans la politique économique, pourquoi en irait-il autrement aujourd’hui ? Très certainement que la seule différence se trouvera dans le réaménagement des lieux de production de certains produits, comme ceux liés à la santé, pas plus. 

Que cette attitude égoïste des banques françaises ne vous empêche pas de répondre à l'appel aux dons lancé par Darmanin pour soutenir les entreprises. Montrez vous généreux. Faites-leur honte.

Puisque Macron a les pleins pouvoirs durant l'urgence sanitaire, je suis sûr qu'il travaille sur une proposition de loi: "Pour l'année 2020 et 2021, tous les dividendes seront taxés à 100% pour finacer les hopitaux publics". Si tous les pays font de même ca fait 600 milliards en 2 ans (d'après les prévisions). Largement de quoi acheter les masques, respirateurs et payer le personnel à la mesure du danger qu'on lui fait courir durant cette crise. 


Mais non, ils semblent qu'ils planchent plutôt pour rajouter une nouvelle clause restrictive aux auto-autorisations de déplacement.

Il ne parle pas de ça non plus Mr Seux... ce matin dans médiapart...  Voilà l'après pire qu'avant je le crains !

Hôpital public: la note explosive de la Caisse des dépôts

PAR  ET 

À la demande d’Emmanuel Macron, la Caisse des dépôts travaille à un plan pour l’hôpital public. Mediapart en révèle le contenu. Au lieu de défendre l’intérêt général, il vise à accélérer la marchandisation de la santé et sa privatisation rampante.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

J'ai remarqué que sur certains sujets, Monsieur Seux est prudent,  réservé, modeste et même feutré.


Sur la question des dividendes, je  le trouve , même, confiné.


Quant au gouvernement, je ne comprend pas pourquoi les gens lui en veulent autant : il n'a pourtant rien, et ne fait rien.

Sur les milliers d'artisans et de petits commerçants de Dominique Seux, quelques centaines devraient faire faillite d'ici la fin de l'année. Alors les banquiers seront tranquilles !

après la crise, "on se demandera qui a été à la hauteur."


après la crise on noiera le poisson comme d'habitude ! aucune illusion à ce faire de ce coté là malheureusement.

Tout ce bazar est quand même un putain d’aveu en loucedé que les actionnaires sont des parasites si ne pas leur verser de dividendes permet de « soutenir l’économie » 🤣

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.