18
Commentaires

Le populiste, et si ce n'était pas l'Autre ?

Commentaires préférés des abonnés

Très belle chronique, et qui me permet d'avoir un nouveau regard sur le monde. Merci.

Cette excellente chronique me confirme que  si  "  un égoiste , c'est quelqu'un qui ne pense pas à moi  ", un populiste, c'est quelqu'un qui ne pense pas comme moi.

chronique qui reste au niveau de la morale (le manichéisme, le bien, le mal) et évacue donc la politique. Les rapports sociaux définissent des barrières sociales et culturelles, des classes sociales et peu importe de savoir qui est du côté du bien et(...)

Derniers commentaires

j'ai tout compris : le manichéisme, c'est le mal.

Oxymore étant du masculin, on en a deux pour le prix d'un, et pas d'une :-))

Pour les personnes souhaitant creuser le sujet, je ne peux que conseiller la lecture de ce dossier de vulgarisation (basé sur des études clinique de psychologie sociale commencé il y a 70 ans et amélioré d'années en années) sur l'ethnocentrisme, le fascisme et l'autoritarisme : https://www.hacking-social.com/2017/01/30/f3-nous-forts-et-bons-eux-faibles-et-mauvais-lethnocentrisme/

Ce sont les mêmes qui animent la chaîne Horizon-Gull.

Donc c'est pas du populisme de s'opposer aux élites parce qu'elles ont une idéologie différente de la mienne, le populisme implique de croire que mon idéologie est objectivement du coté du bien et la leur objectivement du coté du mal, c'est ça ?

Merci de clarifier ce terme que je ne comprenais pas !

Après réflexion, peut-être plutôt que dans cette définition le populisme c'est de croire que les élites ont une intention de nuire ?
Finalement je suis encore un peu flou ^^

Bonjour ,


C'est bien ce que vous avez compris :). Le manichéisme tel que précisé par McCoy, c'est effectivement penser que nous serions naturellement "pur", dans le camp du "bien" et que nos opposants seraient le "mal".


C'est se dire que dans d'autres circonstances, nous aurions quand même pensé la même chose, indépendamment de notre environnement, de nos cercles, de notre éducation, etc etc.

Selon ma compréhension, c'est le manichéisme qui polarise. Il est révoltant pour quiconque de s'entendre dire que nous serions intrinsèquement mauvais alors que fondamentalement, nous pensons simplement à différentes sphères. C'est ce qu'illustre très bien ce dessin de Waitbutwhy (bleu = démocrate, rouge = républicain) dans cet article :

 

Super !
Merci beaucoup pour les clarifications et cette chronique !

C'est un article tres specifique politique americaine mais assez fun a lire en diagonale.


Les etudes sur l'activité cerveau quand on parle de politique sont assez incroyable.

chronique qui reste au niveau de la morale (le manichéisme, le bien, le mal) et évacue donc la politique. Les rapports sociaux définissent des barrières sociales et culturelles, des classes sociales et peu importe de savoir qui est du côté du bien et du côté du mal.  Ce qui importe c'est qui est du côté de la propriété et du pouvoir. Ce n'est pas une lutte entre les bons et les "méchants" mais une lutte entre intérêts divergents. Le populisme est un concept creux même quand il s'applique à Trump et ses partisans. Le concept de populisme évacue l'analyse de la société en termes de classes sociales, en termes d'intérêts divergents.

Les thèses de Karl Marx, sont évidement elles aussi désignées comme populistes, mais si c'était un contemporain,  il serait également taxé de complotisme : la lutte des classe et la religion opium du peuple on fait pas mieux dans le genre . Et à ce titre il serait urgent de le faire taire ou de l’associer à des hurluberlus.

Il arrive à Frédéric lordon d'être pertinent. mais il perd volontier les pédales avec le vocable "populiste" "populaire".  


Un autre article est à consulter où tout part de travers : Un journalisme postpolitique dans le supplément du Monde Diplomatique Aoüt/Septembre 2020

le titre est biaisé, en définitive Lordon, habile, habille maladroitement le sujet du populisme, en se cachant derrière d'autres journalistes et autres médias.


Quand à  «Désormais on se lève et on se barre " là, très mauvaise pente. Insignifiant.

Cette excellente chronique me confirme que  si  "  un égoiste , c'est quelqu'un qui ne pense pas à moi  ", un populiste, c'est quelqu'un qui ne pense pas comme moi.

Très belle chronique, et qui me permet d'avoir un nouveau regard sur le monde. Merci.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.