58
Commentaires

Le Point et Dati : lynchage, mode d'emploi

Après la complaisance, le lynchage.

Derniers commentaires

dans un sens (Mme DATI merveilleuse) ou dans l'autre (Mme DATI lynchée), il manque des articles de fond sur les réformes menées par ce ministre - réformes qui posent problèmes en terme de liberté, proximité etc et remettent en cause les principes du droit. merci aussi à @si d'y penser !
Merci pour cet article et la bouleversante d'émotion citation de l'article d'Ono-dit-biot.
A propos, c'est pas le même qu'on annonce sur Télé-Sarko l'année prochaine pour animer une émission culturelle ?
Avec ce genre de personnage, l'indépendance et l'esprit critique ont de beau jour devant eux....
http://actualites.sfr.fr/france/Appel_a_la_greve_lundi_des_educateurs_judiciaires_d_Ile_de_France-79947/

Madeleine
Arriviste, dédaigneuse, prétentieuse sont les qualités de Dati. Que dire de plus, quand on piétine les français on ne va pas s'attrister sur le cas Dati.
Où peut-on se procurer les « escarpins bondissants » de Rachida Dati, dont Ono-dit-Biot nous parle ? Chez Dior, apparemment, ils ignorent cet article. Pourtant ça ferait une bonne idée de cadeau pour ma grand-mère. Aidez-moi. Merci.
La presse, comme d'habitude et à de rares exceptions près - tiens le Canard, par exemple - moutonne : encense quand tout le monde est bluffé, flingue quand le pouvoir lâche.

Ce qui était évident, dès le quasi début, c'est que la nomination de Madame Dati - culot monstre, abattage d'enfer, physique intéressant - constituait un très joli coup politique, mais que le costume de Garde des Sceaux était un peu large pour une magistrate fort peu expérimentée et pour une femme politique pas encore trop dégrossie.

C'est Madame Dati toute seule qui a fait son échec : absence de sens politique, caporalisme, ivresse d'elle même, elle sera vite oubliée comme Minsitre - la suite éventuelle est une autre histoire - ce qui n'est pas très grave, d'autres n'ont pas fait mieux, mais aussi, ce qui est plus fâcheux, comme le symbole - qu'elle aurait pu devenir, à condition de travailler, laborieusement, patiemment, obscurément parfois - de la réussite exemplaire d'une fille de l'immigration.

Et c'est aussi l'échec de celui qui l'a mise là sans mesurer qu'il eût mieux valu en faire un conseiller à l'Elysée.
Pourquoi s'étonner de l'opportunisme du Point alors que c'est un certain Giesbert qui en a la responsabilité? Passé auparavant du Nouvel Obs au Figaro, sa trajectoire évoque celle de quelques grands ambitieux sans état d'âme comme, par exemple Kouchner... Ces deux-là, au fait, sont justement engagés dans un même combat: servir obséquieusement Sarkozy, en tirant sur les ambulances qui freinent sa volonté de pouvoir. Il est vrai aussi que Giesbert a été assez dégueulasse lors de l'éviction de ASI sur la 5...
Et la miss ni pute ni soumise, on en entend plus parler?!
La politique, c'est comme les échecs, on n'hésite pas à sacrifier les simples pions et les petits soldats !
Là, le Roi se débarrasse d'un cheval ou d'une tour pour noyer d'autres problèmes.
J'ai déboursé 3,50 euros pour lire cet article et je suis écoeurée. Je n'ai jamais porté Mme Dati dans mon estime, mais alors là c'est à vomir. Pourquoi descendre en flammes cette ministre qui n'a fait qu'éxécuter la plan de N S pour sabrer la justice avec autoritarisme selon les désiteratas de ces messieurs : NS et ses conseillers. La politique est un champ de bataille : il faut un vainqueur et un vaincu. Certes, elle a abusé des médias (de Lagardère), mais cela faisait vendre et les journalistes l'encensaient. Grandeur et décadence, mais bien des élus (jeunes et plus agés) s'y sont brulés les ailes. Et pendant ce temps là, la presse survole ce qui tient à coeur du français lambda. Il ne faut pas parler de ce qui fache, et c'est dramatique. La presse se plaint de perdre des lecteurs, mais prenez Nice Matin La Montagne, Le Progrès etc... les articles sortent des dépeches de l'AFP rallongées. Quant aux informations locales, elles sont là pour parler du baron. Dans les alpes maritimes, il faut que ce soit le Canard qui informe. Il y a eu l'élection d'un conseiller à St Martin de Vésubie : 100 % des ventes du canard (une ame charitable a fait le tour des distributeurs et a tout raflé). Voila un exemple de la liberté de la presse. Bonne journée.
je ne crois pas au lynchage de Daty. C'est elle qui a fait le lit de sa réputation. Par ailleurs, sarkozy n'a aucun intérêt à ce que le sujet des marchés publics du conseil général des Hauts-de-Seine soit abordé, car il en était président.
Et si on arrêtait de tourner autour du pot? (et du Point)

Ca sent le service commandé, non?

Alors qui peut avoir engagé un "tueur" contre Dati?

Par ailleurs,en évoquant dès à présent un possible chantage, on en fait un pétard mouillé...
Rachida Dati et Rama Yade lâchées et lynchées. La "beure" et la "black".
Serait-ce simplement un hasard ?
Il est vrai, LE POINT est un pur produit du journalisme lêche-bottois et hypocrite bien français. Mais il est tout de même étonnant qu'@si qui a toujours fustigé les médias à propos de leur conivence envers le pouvoir se montre tellement frileux dès que la vérité fait irruption dans un journal. On suggère la mauvais fois du journaliste et emploie des gros mots comme "lynchage". La Dati, ça c'est sûr et certain, a largement franchi son niveau de compétence (d'après Tom Peters) et compense ce fait par une personnalité ordurière (15 membres de son cabinet y ont fait les frais). On n'imaginerait pas ce que les journalistes britanniques, américains ou allemands auraient fait d'une personne comme celle-là -- et d'aileurs de son protecteur et toute sa clique.
Tout d'abord Justine, j'aimerais vous dire que j'ai particulièrement apprécié votre article, que j'ai trouvé complet et surtout objectif sur presque tous les points...J'ai cependant été déçu quand je vous ai vu dénoncer le sexisme de l'auteur "On se prend aussi à voir une pointe de sexisme dans l'article du Point. La légende de la première page dit Dati "charmeuse" lorsqu'elle entame une "séquence séduction" auprès d'homologues lors d'un conseil à Bruxelles."
Qu'on soit homme ou femme, lorsqu'on évolue dans le cadre de relations professionnelles on peut fort bien se servir de son charme pour arriver à ses fins. Etant moi-même un homme (ingénieur dans l'industrie), je n'hésite pas à m'adapter à mon auditoire : si je sens que mon interlocuteur y réagit favorablement, je peux tout à fait me montrer charmeur, que ce soit un homme ou une femme...
Néanmoins, l'insistance de Demonpion vous donne peut-être raison sur ses a priori. Je crois d'ailleurs qu'il n'aurait pas employé les termes "bouder" ou "opération séduction" pour qualifier les réactions d'un homme, bien qu'ils puissent parfaitement coller à certains acteurs de la vie politique française...
Et si l'histoire de la bague retouchée avait marqué le démarrage de l'opération "Lynchons RD" ?
On efface la bague, on le fait savoir, ainsi on met en exergue le fait que la ministre se ballade avec des bijoux à 15 000 euros.
Il doit y avoir une charte déontologique au Point, qui impose aux journalistes de tirer sur les ambulances. Giesbert est un maître du genre. Rappelons-nous "La tragédie du Président", livre paru en 2006, dans lequel il s'essuie (courageusement) les pieds sur Chirac,
Il est tout à fait révélateur ce dernier paragraphe. Justement, c'est Véolia qui gère le marché de l'eau du 92. Le surcoût est avéré et dénoncé par les écologistes (voir ici). Il est avéré que Rachida Dati était au plus proche avec Henri Proglio, Pdg de Véolia à cette époque (voir ici et ici ou bien ). On observe en 2007 un effort croissant de Proglio pour infiltrer le gouvernement (voir ici). Parmi les actionnaire de Veolia on trouve Djouhri qui possèderait 8 % de Véolia. Vous ne connaissez pas Djouhri ? lisez ceci.

Sacré Rachida, tu est une belle garde des sots.
Bonjoir,

On se prend aussi à voir une pointe de sexisme dans l'article du Point. La légende de la première page dit Dati "charmeuse" lorsuqu'elle entame une "séquence séduction" auprès d'homologues lors d'un conseil à Bruxelles

moi je trouve que c'est sexiste de trouver du sexisme partout :o)
Il y a plus de chance que le charme et la séduction fonctionne avec elle qu'avec mme Boutin... et faire la top model Dior sur paris match (?) personne ne l'a forcé non?
faut assumer après les filles!
un article qui servira de cas d'école (de journalisme) des trois L :
-lécher
-lâcher
-lyncher
Hahaha... le spécial champagne sur la couverture du Point !

J'ai été particulièrement étonné par ces mystérieux voyages au Qatar, le joker diplomatique de Sarkozy...

avec un dessin de madame Dati en prime ici.
Quand j'étais petite, j'avais une chienne qui s'appelait Luki.

Quand on chahutait entre enfants et que l'un de nous se retrouvait en-dessous, elle se précipitait pour le mordre, quel qu'il soit, même son préféré..
Dans son esprit, on devenait un dominé/bouc émissaire corrigé

Depuis, j'ai constaté que le monde était rempli de gens qui se comportaient comme des lukis. Et ça m'arrive d'en être.

Il y a une théorie qui dit qu'après avoir été des singes, lors de notre passage par la savane où nous avons conquis la position verticale, en tant qu'êtres en cours d'hominisation, nous sommes passés par un stade de meute coopératrice de carnivores qui se comportaient en gros comme des chiens ou des loups à la chasse, avec un chef de meute. Et que cette organisation sous-tendrait une partie de nos comportements sociaux. Et même (ça c'est plutôt moi qui simplifie) notre organisation sociale.

On est vraiment dans un cas typique de comportement de meute, et pour Rama Yade et pour Rachida Dati. Tant que le chef de meute avait ses femelles favorites, elles étaient les reines, quoi qu'elles fassent.
Maintenant, le chef de meute s'en désintéresse ou les critique, et elles sont une proie facile et peuvent jouer le rôle de bouc émissaire. Surtout pour un journal comme Le Point qui est un journal libéral par excellence (quand je le trouve dans les cabinets médicaux, j'ai toujours l'impression que c'est le même éditorial néo-libéral recopié à l'infini), et qui est forcément dans un grand désarroi intellectuel actuellement.
Merci pour cette analyse rappelant comment travaille aussi la presse politique et en l'occurrence les connexions entre Le Point et Nicolas Sarkozy, mais à propos de "phénomène médiatique", le problème n'est pas là.

Rachida Dati, dans un contexte "communautarisation" de la vie sociale et politique est Ministre pour autre chose que sa compétence et ses mérites. Et elle sert mal le pays, voilà le fond du problème. L'instrumentalisation des différences perçues par la société entre les genres, les origines etc ont amené le démagogue qui nous préside à composer par symboles un gouvernement dont certains membres sont sérieux, d'autres incompétents. Dati et Yade font partis de la seconde catégorie... Et elles sont encore défendues pour de mauvaises raison, comme par Rafarin. Il illustre bien cette volonté de ne pas rendre ces désignations contre productives pour l'égalité dans ce pays. Mais en encensant de mauvaises portes-drapeau pour la pigmentation de leur peau et la phonétique de leur nom, il participe à "formaliser" des différences inexistantes.

Ces échecs apprendront aussi aux gentils naïfs de s'émerveiller de choix qui étaient d'abord, par rapports aux autres impétrants de l'UMP plus méritants et valables, des injustices.

En juin je développais ces questions à partir de Dati là: http://billy-tallec.typepad.fr/leblogpolitiquedebilly/2008/06/parmi-les-dizai.html
Dati semble avoir atteint le point de non retour , mais l'hebdomadaire semble mettre un Point de déshonneur à le souligner.
Coment peut-on à ce Point prendre ses lecteurs pour des cons?
Merci pour cet article.

Il serait bon d'ajouter aux unes du Point que vous montrez celle du 31 octobre (titre: la polémique Rachida Dati) que vous citiez ici avec d'autres unes assassines envers la ministre, et qui montre que le retournement de l'hebdomadaire est plus ancien de quelques semaines à cette dernière une.

Il n'en reste pas moins que lémédias, après avoir longtemps encensé ce symbole, hurlent aujourd'hui de concert avec les loups politiques (Fillon et Sarkozy) qui semblent enfin décider à lâcher Dati. Alors que l'opposition que suscite Rachida Dati (au moins dans le monde judiciaire) n'est pas une simple affaire de personne: c'est sa politique, stricte application de la bêtise sarkozyenne en la matière, qui est rejetée, et non sa personnalité "extravagante". À cela s'ajoutent toutefois de manifestes [s]erreurs[/s] horreurs de communication, allant de la Une de Match en robe Dior au financement d'un blog relevant plus du culte de la personnalité que du débat politique. Mais ne concentrer les attaques à Dati que sur sa personne (et non sur sa politique, stricte application du programme présidentiel) est aussi stupide que de l'avoir encensé jadis lors de ses débuts, alors qu'elle n'avait encore pris aucune décision politique importante. Car en matière de politique, Dati exécute à la lettre les [s]idées[/s] imbécillités sarkozyennes, et je serais bien curieux d'avoir un article du Point là dessus.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.