31
Commentaires

"Le patron, on n'a rien à lui reprocher, il a fait tout ce qu'on lui demandait"

Des salariés qui applaudissent leur patron devant les caméras, après avoir défoncé le portail d'une sous-préfecture : l'image a frappé. Derrière cette image, se dévoilent les visages de ceux qui luttent pour leur boulot. A Guerlesquin (Finistère), nous avons rencontré les salariés de Tilly-Sabco, victimes de la crise de l'agro-alimentaire.

Derniers commentaires

Mouais... Défendre des gens qui gagnent de l'argent sur le meurtre de masse... Bien fait pour eux, en espérant qu'ils n'y survivent pas, comme les poulets.
" les salariés de Tilly-Sabco, victimes de la crise de l'agro-alimentaire."
C'est effectivement de cette façon qu'ils sont souvent décrits. Comme des victimes d'une crise. Un peu comme les malheureux philippins, victimes du typhon. Ainsi, il n'y a pas de responsable, c'est la fatalité.
Mais enfin, [s]bordel[/s] c'est tout sauf une fatalité! Et les responsables sont connus et dénoncés depuis longtemps. Comment se fait-il que ces salariés n'aient jamais entendu les Verts ou à gauche Mélenchon (par exemple)? Intoxication par la TV? Aveuglement volontaire?
Responsabilité écrasante aussi bien sûr des gouvernants (de droite ou de [s]gauche[/s] droite) qui, connaissant parfaitement la situation et son évolution n'ont surtout rien voulu faire : tant que çà fonctionne ...
En tout cas, apparemment, le Grand Soir, c'est pas pour demain.
Une entreprise bretonne qui exporte tous ses poulets au Moyen-Orient. C'est nous qui payons pour ces conneries (les "restitutions").
Merci Anne-Sophie, encore une fois c'est brillant.

J'ai quand même du mal à comprendre comment les salariés peuvent se sentir solidaires d'un type qui est capable de sortir 15 millions d'euros "sur fonds propres". Ca ne leur met pas la puce à l'oreille sur le fait que leurs mondes ne se croiseront jamais, que leurs intérêts ne seront jamais convergents (revoir l'histoire de l'angle alpha qui avait tant fait rêver Judith) ?

Surtout quand c'est un patron qui reprend un abattoir qui "ne fait quasiment que de l’export". Il y a pas un problème sérieux là ? De l'agriculture uniquement pour l'export ? Et pas de l'autre côté de la Manche (ce qui à la limite se comprendrait), non, au Moyen-Orient !
Par ailleurs, je suis tout à fait d'accord avec Alain b un peu plus haut, c'est bien les patrons et eux seuls qu'il faut blâmer.

J'ai l'impression que le seul moyen de sortir des aberrations comme celle-ci est de défendre à tout prix le "travailler mieux". Mais bon, comme ça veut dire aussi "travailler moins" (au moins collectivement), c'est encore un peu trop subversif.
Allez Méluche, le 1er décembre, on demande la semaine de 32h !?
En meme temps les gens font comme nos gouvernants , soutenir les patrons .... Parceque n'avoir rien a reprocher a un mec qui ne vit que grâce aux subventions faux etre un sacré assisté quant même non ? Mais bon ceux la d'assisté faux les défendre et les ouvriers s'y mettent , par contre contre le mec au RSA (la femme plutot vue les beneficiares) il sont pret a le lyncher ... Super vraiment le néolibéralisme les patrons , fraudent se servent dans les caisses , d-receoivent des aides et en plus maintenant ceux qui payent ses aides revendique de continuer , achetez vous des neurones .
Merci Anne-Sophie pour ces reportages.
Je ne voudrais pas encore vous écœurer Corinne, ce n'est pas vous qui faites de la merde, ce sont vos patrons, encouragés par les politiques productivistes d'après guerre.
Vous êtes des victimes de tout ça, mais c'est pas en défendant vos patrons sous prétexte de défendre vos emplois que ça changera.
ça fait longtemps que je cherche un qualificatif à Anne-Sophie: " inapte au mensonge".
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.