49
Commentaires

Le Mexique contre la Française, saison 2

Ces Mexicains ! Incorrigibles, avec leur Justice en carton pâte, leurs politiciens corrompus

Derniers commentaires

Le Mexique, c'est aussi ça.
Par la faute de leur abruti de père, les enfants de Maude Versini devront donc se fader les cucurucucu paloma des mariachis, sans jamais connaitre l'euphorie de l'écoute d'un Vincent Delerm ou d'un Benjamin Biolay.
Quelle misère...
En bonne logique, la conclusion de cette chronique ("Et l'on n'est peut-être pas au bout de nos surprises. Que nos medias enquêtent un peu, et si ça se trouve on apprendra demain que le président y a changé d'un claquement de doigt le chef du parti au pouvoir, qu'un repris de justice a été bombardé ministre par commodité, et que la radio d'Etat est aux ordres d'un tweet de l'ex-favorite.") devrait annoncer pour bientôt la reprise de l'excellente formule appliquée en son temps à Sarkozy, qu'il s'agira d'adapter un peu (ce sera facile) pour l'appliquer à Hollande et sa troupe.
Quo usque, Valeria, abuteres patientiam suam ?
Jusques à quand l'ex de François Hollande va-t-elle lui pourrir la vie ?
Je ne sais pas pourquoi je repense à ce film de Woody Allen, Crimes et délits, ou l'un des personnages, un chirurgien réputé (Martin Landau) cherche à se débarrasser d'une maitresse encombrante (Anjelica Huston), qui nuit à sa carrière. Il finit par engager un tueur professionnel qui exécute le contrat.
Mais ne rêvons pas ...
Je trouve cet article un peu précipité. Concernant le fait que l'on ferait mieux de parler des enjeux économiques de la visite d'Hollande, oui effectivement. En même temps ça fait longtemps que la presse parle de tout sauf d'une alternative à la politique néo-libérale et on a l'habitude que cette dernière ne serve à rien d'autre qu'à faire le spectacle.

Maintenant, concernant l'affaire de séparation et l'impossibilité de récupérer ses enfants, nul besoin d'aller jusqu'au Mexique pour voir des décisions abbérantes, hein, amusez-vous à lire les décisions des tribunal en cas de séparations ou de plaintes pour incestes et/ou violences conjugales et vous verrez qu'il y a un ENORME PROBLEME en France ! Donc il vaudrait mieux éviter de s'exprimer sur la légitimité de la décision mexicaine, ce n'est pas parce qu'un tribunal prend une décision qu'elle est bonne mon bon monsieur...

A ce propos, pour ceux que ça intéresse une super proposition de loi évoquée ICI
Etrange cette chronique quand tellement de sujets plus importants s'imposent ; les désignations de Désir, de Jouyet, les discours de Valls reprenant les propos de Sarkozy sur "la valeur travail", et aussi l'attentat en Grèce, bref l'histoire ce cette femme me semble tellement futile que je m'étonne que vous l'ayez choisie ? On n'est plus étonné par la nullité de Pujadas.
Sans vouloir doucher votre enthousiasme pour cette merveilleuse démocratie qu'est le Mexique, je vous recommande quand même de vous faire un petit cycle "cinéma mexicain" prochainement. Vous pourriez commencer par "Heli" d'Amat Escalante (qui vient de sortir en salle), puis enchaîner sur "Miss Bala" de Gerardo Naranjo, "Daniel y Ana" et "Despues de Lucia" de Michel Franco, "Amours Chiennes" de Alejandro Gonzalez Inarritu, et même peut-être "Post Tenebras Lux" de Carlos Reygadas. Certes, le pouvoir politique n'est presque jamais au coeur des débats dans ces différents films, mais la corruption (Qu'elle soit politique, policière, judiciaire ou simplement morale) pointe toujours le bout de son nez. Et tous ces cinéastes, bizarrement, ne semblent voir dans le Mexique qu'une vaste farce funèbre qui ferait passer "Game of Thrones" pour une aimable pochade à diffuser sur Gulli en prime time avec des rires enregistrés.

Bref, encore une fois, tout mon soutien à nos maudites françaises qui ne font rien que d'embêter les gentils politiques mexicain.
Et on y aura droit chez Pujadas ce soir ! Ils se sont tous mis à faire du Closer. Ils sont convaincus que la majorité des gens de ce pays aiment ça, veulent ça. Le pire c'est qu'ils ont peut-être raison. Triste humanité.
Pourtant, lémédia pourraient se servir de l'exemple du Mexique, complètement appauvri depuis qu'un président pourri et inféodé aux USA a signé, en 1994, un accord commercial avec les mêmes, appelé l'ALENA...
Accord commercial que les USA proposent à l'U.E. et à la France, appelé TAFTA, mais aussi accord transatlantique, qui donnera des droits on ne peut plus iniques aux entreprises amerlocaines... qui fait que les campagnes mexicaines sont désertées par les "campesinos" qui partent travailler dans le Nord... qui fait que le maïs américain a envahi l'alimentation mexicaine, à base de maïs...
Ils pourraient profiter d'avoir des envoyés spéciaux au Mexique pour les envoyer du côté du Chiapas, où la rébellion zapatiste avait réussi à attirer l'attention démédia franchouilles pendant qqs mois. Ces journalistes pourraient aller enquêter sur la répression que les Zapatistes ont subie, sur les trahisons des "socialistes de là-bas" (PRD), dans les communautés qui résistent. Ils pourraient montrer ce qu'est la vraie résistance, comment les indigènes envisagent la démocratie, comment ils vivent avec leur "milpa", dans la décroissance.

Ca changerait un peu... Et c'est un si beau pays, avec tout plein de Mexicains pas pourris du tout...
Elle aurait plutôt dû demander le soutien de Julie Gayet non ? Elle aurait eu plus de chances de voir son appel entendu.

Quant-à ce qui se passe au parti socialiste, je ne vois pas pourquoi ça étonne encore, après ce qu'on a vu ces dernières années. Ce n'est plus du ménage qu'il faut faire, c'est détruire l'édifice pour insalubrité.
Je n'aime pas du tout, mais alors pas du tout le ton de cette chronique.
"Parceque le Mexique, on vous le dit, on vous le répète, "n'est pas une vraie démocratie". Parce que toute décision judiciaire y est présumée suspecte, tout reportage dicté par le pouvoir ou les cartels, tout politicien corrompu.".....
Là, Daniel, franchement,et cela conditionne peut-être le reste de l'analyse, ça reste une évidence concernant ce pays, non?
Cherry on the cake...

Je viens de passer devant LCI.
L'invité du jour chez Audrey Crespo-Mara est....Aude Versini qui va décrypter l'actualité en nous parlant de son affaire.

Le train médiatique est lancé. Le Grand Journal de C+ va-t-il recevoir Madame Aude?

Réponse: ce soir.

Quelle misérable tristesse!
Du mélo! Oui, du mélo! Le journaliste méla du mélo, quel méli-mélo...

Tu te rends comptes il pourrait parler des vingt ans des Chiapas et d'une "expérience" autre de la démocratie zapatiste.
Il pourrait inviter des intellectuiels comme Bashet qui travaille là bas et qui étudie...

Non, bien sûr.

Dormez auditeurs on pense pour vous. Dans le feutré des rédactions , on développe le mal-être de notre consoeur...

Se rendent-ils vraiment compte qu'en plus du désintérêt pour leur information on développe un sentiment de mépris, de "haine" à leur égard tellement cette perversion intellectuelle est ancrée?

Monolithisme de la pensée.
(...) le président y a changé d'un claquement de doigt le chef du parti au pouvoir, qu'un repris de justice a été bombardé ministre par commodité, et que la radio d'Etat est aux ordres d'un tweet de l'ex-favorite.

Alléluia, ce n'est pas ici que toutes ces turpitudes arrivent ! On en a de la chance, faut se rendre à l'évidence et arrêter de critiquer un si beau système politique et de si pures et nobles institutions.

Et le sieur Cohen, il en pense quoi de son échelle des priorités de l'information ? À part qu'il vient de chez Lagardère, mais on ne va pas s'arrêter à de si mesquins arguments.

A part ça, le ministre repris de justesse, je ne vois pas de kikoi... Trop de noms se bousculent dans mon esprit mal intentionné ;-(
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.