209
Commentaires

Le "diner" gênant de Kevin Razy, l'humoriste anti-conspirations de Matignon

Fâcheuse coïncidence. Quelques jours après le lancement de la campagne du gouvernement contre le complotisme, "On te manipule", le site StreetPress relève que le youtubeur star qui apparaît dans la première vidéo de la campagne, Kevin Razy, était invité, il y a un mois dans une émission du Cercle des volontaires, un site qui relaie régulièrement des thèses complotistes (à propos des attentats du 11 septembre ou du 13 novembre). Razy assure qu’il "ignorait que ce site relayait des propos conspirationnistes".

Derniers commentaires

Bonjour, Justine,

Très surpris de la nouvelle "formulation" d'@si, et vous allez penser, encore un vieux c... qui pense que "c'était mieux avant" !!!..... Non, c'est autre chose, et, pour nous, les vieux c..., les nouveautés sont toujours déstabilisantes !!!.....

Tout simplement ..... J'aimais bien suivre @si, tous les vendredi, et avais l'impression de retrouver mes vieilles pantoufles, et aujourd'hui, j'avoue être (un peu) perdu !!!..... Peu importe, 'l'homme, depuis Cro-Magnon, a pris l'habitude (non sans douleur), d'être manipulé, trituré, torturé, mais, "fidèlement", ou "bêtement", poursuit sa quête de connaissance, de "mise à jour" de son existence !!!.....

Je vous aime bien, vous tous, participant à cette "enthousiasmante aventure" où vous a conduit Daniel Schneidermann, et poursuivrai ma "quête", ..... envers et "avec" tout !!!.....

Cordialement, 

Pierre.

Pour en revenir au sujet, pauvre Kevin, après les anti-complotistes qui l'accusent de complotisme c'est les complotistes qui lui en mettent plein la gueule pour l'avoir démenti.
Et comme prévu la campagne gouvernementale est vue comme un complot.
Quand @si traite d'un sujet au coeur de son ADN :le traitement de l'actualité des médias" voilà le résultat: tip top! Merci Justine!
L'importance du point d'interrogation est incroyablement sous-estimée. Un point d'interrogation peut servir d'anti-pièce à conviction.

Par exemple, j'entends ce matin que l'Assemblée nationale a voté l'article inscrivant l'état d'urgence dans la Constitution. Et j'en déduis de l'explication qu'il pourra être décrété "en cas de péril imminent résultant d'atteintes graves à l'ordre public", que le moindre gouvernement facho sur les bords ou franchement facho pourra s'en servir à la moindre occasion voulue. Et tout cela avec en préambule le discours de Valls "La menace terroriste est là, inédite, globale" ce qui veut dire que cette menace est là pour durer ce que durent les Constitutions, c'est à dire ce que durent les inscriptions dans le marbre.

Par exemple, deux faits de la journée : Le procès Cahuzac dont tout le monde parle et rappelle que ce monsieur dont personne au PS ne pouvait ignorer la situation financière avait été désigné comme ministre du Budget chargé de la fraude fiscale, et le procès LSK à propos duquel L'Obs révèle encore ce matin une "signature embarrassante pour DSK".

Et de tout cela me revient l'étrange impression malgré moi de complot qui commença au moment de l'affaire du Sofitel, ma naïveté ayant placé un point d'interrogation à ce qui ne pouvait qu'expliquer les faits. Comment un homme de cet acabit dont tout le monde sait qu'il se dit socialiste et qu'il socialise énormément et immodérément a pu être placé au FMI si ce n'est pour couler le PS [large]?[/large] Et comment a t on pu désigner Cahuzac à ce poste si ce n'est pour la même raison [large]?[/large]. Et comment expliquer autrement l'incroyable forfaiture du gouvernement actuel en matière sociale mais aussi de liberté [large]?[/large]

Il y a aussi une Face cachée du complotisme : ceux qui tentent de le démasquer. Une chroniqueuse de France Inter rappelait ce matin la profusion d'émissions de télé titrées la "face cachée". Il y a des complots partout et la télévision est le meilleur endroit pour les dénicher. Sauf que le point d'interrogation n'est pas toujours perceptible à la télévision au contraire des blogs.
Tant qu'ils ne sont pas trop fanatiquement agripés à leurs vérités, tant qu'elles ne sont pas secrètement dictées par des sentiments mauvais comme du racisme, on devrait plutôt voir les adeptes de théories complotistes d'un bon oeuil. Le complotisme nait dans leur esprit de la rencontre de deux choses qui s'y trouvent : un côté curieux, frondeur, pas facile à duper (et en cela il a bien raison) ; joint a un manque de rigueur scientifique, un peu comme le manque de rigueur que Remi Brague donne a appréhender, dans La sagesse du monde, de toutes les théories abracadabrantes concernant l'organisation du cosmos, qui ont pu germer dans des esprits humains qui avaient seulement regardé le ciel, les étoiles, le monde tel qu'il leur apparaissait, sans avoir rencontré la science, et sa rigueur démonstrative. Bref, le complotisme est un stade de l'évolution d'un esprit, entre gober tout ce qu'on lui raconte sans réfléchir, et croire des choses par sa propre raison et observation, avec une rigueur scientifique. Aussi on peut se demander ce qui derange le plus telle ou telle personne qui denonce le complotisme : est-ce que des gens manquent de rigueur scientifique, ou qu'ils ne gobent pas tout ce qu'on leur raconte ?
Oh, joli, il m'intéresse ce Remi Brague !
Comme je vous trouve pertinent et juste, et comme je tique sur une expression, voici ma question : qu'est-ce que c'est, pour vous, la rigueur scientifique ? Et, question subsidiaire, faut-il faire preuve de rigueur scientifique pour être scientifique ?

J'ai été "élevé" dans ce monde là, et comment dire … veni vidi cassos ! :-)

Je préfère, et de loin, l'empirisme primesautier limite préhumain !
Je trouve que les complotistes manquent de rigueur parce qu'ils croient trop fort des choses qui ne sont pas vraiment prouvées. Par exemple, ce qu'ils disent sur les attentats du 11 / 09 ne me parait pas, pour ce que j'en ai entendu, totalement impossible, mais eux ils sont certains que c'est vrai, qu'ils l'ont prouvé... Pareil pour le grand complot juif : ils ne se basent sur aucune preuve solide, mais ça ne leur empêche pas d'y croire...
Sur la question subsidiaire, un scientifique digne de ce nom, mais sans rigueur scientifique, j'ai du mal à imaginer ? Il y a un piège dans votre question ? Quelle est votre reponse ?
Sur les complotistes, comme on n'est pas foutu de savoir quel sens y met l'interlocuteur, c'est forcément casse-gueule, mais essayons :
Sur le 11/9 par exemple j'ai trouvé que Meyssan soulevait des bonnes questions, des bonnes incohérences du discours officiel, mais ce qui l'a définitivement grillé c'est qu'effectivement il ne parle pas de théorie, de possibilités, de thèses scientifiques mais avance des certitudes, comme des faits avérés (enfin des faits avérés y'en a). C'est une chose de dire qu'ils nous prennent pour des cons, c'en est une autre de "révéler" les tenants et aboutissants, "ils nous mentent parceque…".
Du coup, un peu à la Dieudo, parce qu'austracisé il s'est radicalisé avec son Réseau Voltaire qui pue un peu du cul (c'est mon interprétation).

Je pense que ReOpen a une démarche un peu plus prudente, même si ses convictions transpirent. On peut en prendre note et profiter de l'énorme travail documentaliste . À chacun d'y aller avec les pincettes ou grosses tenailles en fonction de ses présupposés. On peut prendre et jeter, discuter, mais je trouve que ce n'est pas lui rendre justice que de le caser dans la complosphère/fachosphère/…

La vidéo que j'ai mise en ligne ici sur les chemtrails vient d'un site que je ne connais pas, mais qui me paraît s'apparenter à ReOpen. Quand ces sites diffusent des vidéos de scientifiques géoingénieurs, pas du tout conspi, comme c'est le cas avec les chemtrails, ils laissent l'internaute maître de ce qu'il doit interpréter. C'est ça qu'il faut comprendre, on n'est pas dans la propagande, on diffuse une conférence, c'est un matériel de pensée, c'est pas Soral sur son canapé ! La tête de mort en surimpression m'insupporte, mais faut pas s'arrêter à ça.

Ensuite il y a des tas d'autres sites et vidéos youtube, complètement délirants cette fois, et ça me fait mal que les gens fassent l'amalgame.

Sur le "grand complot juif", c'est certainement ça qui crée les crispations et empêchements de penser. Ca bloque, forcément !
Quoi dire ? C'est encore un mélange de tout et n'importe quoi, qui arrange ET le pouvoir ET les complotistes soraliens. Les sionnistes nous font chier, les juifs n'y sont pour rien, et je ne vois pas pour quelle raison on devrait demander aux juifs de se positionner vis-à-vis des sionnistes. Si on pouvait leur foutre la paix… (tiens ça peut rappeler jihadistes/musulmans, c'est du même ordre)
D'ailleurs j'ai noté sur le site du gouvernement "on te manipule" un de ces amalgames dégueulasses : au lieu de "les sionnistes", "la communauté juive", toute entière, carrément. Ça aide pas ! Mais je ne doute pas que Soral utilise ces termes lui-même, donc voilà, on n'en sort pas, tout est fait (complotisme!) pour que le citoyen Lambda s'y prenne les pieds !

(ouf passons à autre chose)

Sur la rigueur scientifique, c'était une vraie question, ce terme me pose problème.
La démarche scientifique, je vois ce que c'est, j'y souscris,
Le scientifique, j'ai fréquenté, j'ai rarement vu l'ombre d'une rigueur.
La rigueur scientifique, c'est un peu comme dire la pureté humaine. Pour pouvoir s'en prétendre, il faut pas mal de déni. Combien de scientifiques, persuadés d'être d'une grande rigueur, sont incapables de voir que par leur acte de recherche ils modifient le résultat ? Je n'ai pas fait assez d'études pour étudier l'épistémologie, mais cette discipline m'aurait passionné.

Ai-je correctement répondu à vos questions ?
Vous connaissez beaucoup mieux les theories conspirationnistes que moi, qui ne les connais que par des gens qui m'en ont parlé, et qui à chaque fois ne m'ont pas convaincu, manquaient à mes yeux de rigueur dans leur maniere de croire dans ce qu'ils me disaient. Le moins rigoureux de tous me semblait se dire qu'il lui suffisait, pour expliquer quelque chose, qu'une hypothèse lui vienne à l'esprit, même assez fantaisiste, pour qu'elle soit à coup sûr la bonne explication. Un peu plus rigoureux : celui qui veut des preuves, mais qui, face à des preuves qui montrent juste, au mieux, que ce n'est pas impossible, voit des preuves qu'on peut être certain que c'est comme ça que ça s'est passé...
Ayant si peu regardé les theses complotistes, je mériterais peut-etre que vous vous disiez que moi-meme je manque de rigueur dans ma maniere de les juger. En fait, plutot que rigueur, il faudrait parler d'un melange entre rigueur et quelque chose comme du pragmatisme. Je crois qu'on peut se permettre de tenir pour fausses ces theses, non seulement parce que je n'ai jamais vu de preuve tres convaincante de ces theses, mais aussi parfois : parce qu'elles sont assez invraisemblables ; parce que les gens qui les defendent ne sont pas reputes fiables ; parce que ça demanderait beaucoup de temps de chercher à vérifier à fond ; ou parce que le fait qu'elles soient vraies ou fausses n'a pas un enjeu tres important, n'a pas de vraie conséquence par rapport aux choix politique qu'il faudrait faire... Mais pour ce que j'en ai vu, j'ai quand meme l'impression qu'il y a chez ces gens, une tendance à croire des choses sans assez de preuves, meme s'il y a aussi peut-être un manque de cette sorte de pragmatisme, d'où viendraient ces autres raisons de tenir pour fausses leurs theses.
J'ai des neveux complotistes franchement allumés.
Un jour j'ai décidé de les écouter, de laisser un peu de côté ce que je croyais savoir, mon "bagage" scientifique… Ca devait tomber au moment où je commençais à avoir un regard distancié sur ce monde qui m'a formaté.

Je vous conseille cette démarche, sans toutefois vous défaire de votre esprit critique, au contraire le faire marcher à plein, mais laisser dire, noter les liens, accueillir.

Faut du temps. C'est un peu Alice au pays des merveilles, faut pas avoir peur de traverser le miroir ! ;-)

Je pense à Alice parce que Lewis Caroll met plein de sens cachés, d'allégories (la théorie de la reine rouge, par exemple, si ça vous dit quelque chose), mais aussi parce qu'on a l'impression de rentrer dans un monde parallèle !

Bien sûr, il m'est impossible de les suivre quand ils voient une cohérence en tout, les illuminatis, les extraterrestres, … comme une vérité globale enfin révélée, un sens mystique. Je ne suis pas du tout sûr d'avoir raison de ne pas les suivre, mais c'est ma limite à moi, et ça me va.
Parce qu'après tout, les extraterrestres, pourquoi pas, si on accepte l'idée qu'ils puissent exister quelque part, pourquoi refuser qu'ils aient pu nous visiter, …

Du chemin que j'ai accepté de faire avec eux, j'en ai tiré des enseignements. Et un lien, quelques soient nos chemins, qui ne cassera pas. En aurai-je été capable autrement ?
Et j'en ai tiré des convictions, après des centaines de visionnages de sites, de vidéos, conférences, …

La première, c'est que Soral est un connard :-D
Eux l'aiment beaucoup, et n'ont pas arrêté de me filer des liens, que j'ai tous visionnés. C'est dire que je connais un peu le bonhomme.
J'ai visionné des conférences de Marion Sigaut, très intéressantes mais la dame est très catho et vaguement royaliste, d'une autre complètement folle dingue dont j'ai oublié le nom, …

La deuxième, sur le 11 septembre, c'est qu'il va vraiment falloir rouvrir le dossier, que le document officiel est un tissu de mensonges et d'omissions (je vous épargne les détails, et j'en ai oublié la plupart), et que je m'arrête à ce constat, le pourquoi du comment reste pour moi à découvrir.

La troisième c'est les chemtrails. Je ne suis pas arrivé à la certitude que TOUTES les trainées des avions en soient, mais je suis convaincu qu'on balance des tas de cochonneries à notre insu, et une seule vidéo de l'expert en géo-ingénierie, que j'ai mis plus haut en lien, a suffi à m'en convaincre.
Et là j'ai pas besoin de preuves (il y en a sur les essais), je refais pas l'argumentaire mais ce serait illogique qu'il n'y ait pas d'épandage à partir de ce qu'on sait.
Ah oui, je voulais revenir sur ce que vous disiez :
"le fait qu'elles soient vraies ou fausses n'a pas un enjeu tres important, n'a pas de vraie conséquence par rapport aux choix politique qu'il faudrait faire... "

Rien que sur le sujet des chemtrails, si ça s'avère exact (mais il y a une telle frontière, quel scientifique oserait mettre sa réputation en jeu ?), vous voyez bien que c'est d'une importance primordiale, on fait joujou avec notre planète, bordel !

Vous vous rendez compte, le mec nous dit benoîtement que puisqu'on a la technologie de toute façon on l'utilisera ! Rien que ça, sans parler du reste, là c'est un scientifique qui cause ! C'est pas un mec sur son canapé qui fait du business avec nos peurs !
On fait quoi, c'est du domaine réservé des conspis ? Faut pas en causer ? Ben si, et il serait temps !!!

Franchement, si vous deviez visionner une seule vidéo, visionnez celle-ci, c'est un scientifique qui cause, vous devriez y apporter un peu de crédit !

Allez, bonne nuit quand même, l'ami ! :-)
En y pensant encore, il y a d'autres choses constitutives du pragmatisme par lequel on peut se permettre de tenir pour fausses les theories complotistes, en plus de celles dont je parlais, et notamment de l'absence de vrai enjeu. Il y a encore : l'absence de mobile credible au mensonge denoncé par la théorie complotiste, contrairement à des mensonges visant a dissuader les populations de vouloir tels choix politiques qui ferait perdre de l'argent a certain, ou qui irait contre les vues a long terme du pouvoir politique, comme l'Union Europeenne sous la forme qu'il lui veut ; ou encore, il y a souvent chez les adeptes des theories complotistes un manque de confiance dans une integrité minimale des etres humains, qui fait qu'ils finissent par dire que tels ou tels sont des menteurs d'une maniere invraisemblable (par exemple, il n'y aurait pas dans la communauté des historiens, un minimum d'entre eux qui aurait été capable de l'integrité qui aurait conduit a soutenir Faurisson, s'il avait fait un travail honnete et serieux).

Par rapport a ce que vous dites sur certains sujets, sans croire aux theories complotistes je suis d'accord avec vous que parfois on nous ment, on nous cache des choses, etc..., ou que parfois c'est au moins tres possible...
j'en connais qui sont des complots à eux tous seuls...
Complots contre quoi ?
Les vrais complots sont intransitifs. Un complot complote, peu importe contre quoi.
Vous confondez les mysteres et les complots. Les mysteres cherchent parfois a se donner des airs mysterieux, pour le plaisir d'intriguer la galerie (ça ne vous rappelle personne ?). Mais les complots, en plus de s'envelopper de mystere, chuchottent toujours contre quelqu'un.
(...) Les sionnistes nous font chier, les juifs n'y sont pour rien, et je ne vois pas pour quelle raison on devrait demander aux juifs de se positionner vis-à-vis des sionnistes. Si on pouvait leur foutre la paix… (tiens ça peut rappeler jihadistes/musulmans, c'est du même ordre)

D'ailleurs j'ai noté sur le site du gouvernement "on te manipule" un de ces amalgames dégueulasses : au lieu de "les sionnistes", "la communauté juive", toute entière, carrément. Ça aide pas ! Mais je ne doute pas que Soral utilise ces termes lui-même, donc voilà, on n'en sort pas, tout est fait (complotisme!) pour que le citoyen Lambda s'y prenne les pieds !
(...)


C'est quoi "les sionnistes" pour vous ?
Que savez-vous du ou des sionisme(s), leur histoire, qui est concerné, ce qu'il en reste aujourd'hui etc. ? Elle vient d'où votre information sur le sujet ?

P.S. : normalement, on écrit "sioniste"...
Désolé, Faab, j'ai pas envie d'y répondre, parceque ça me fait chier, et parceque je sens dans votre interrogation une suspiscion d'antisémitisme. Peut-être que j'ai tort, peut-être que ce n'est pas le cas, mais comme je pressens l'âpreté du débat, je préfère m'en passer, d'autant que notre conversation ne changera pas le cours de l'histoire.
Et comme je me suis pris le chou avec mes neveux, franchement antisémites eux, j'ai comme un reflexe pavlovien qui fait que mes boyaux se nouent rien qu'à l'évocation du sujet. Je passe.
l'antisémitisme est une maladie qui touche volontiers les neveux. Les neveux et les beaufs.
Strumpf, ta gueule
Je m'étonne toujours du peu de plaisir que j'éprouve à faire mouche.
… ou plutôt du plaisir à blesser ?

T'as pas idée à quel point ces sujets me rendent malade, à quel point mes boyaux dansent devant l'antisémitisme comme l'islamophobie. être traité d'antisémite par un islamophobe notoire c'est le summum !

Bon, je suis un fragile des boyaux, et c'est rien de le dire, c'est ce qui fait que vous me lisez si fréquemment, je passe mon temps devant mon ordi.

Bon j'ai aussi des bouquins à lire, je vous laisse délirer sans moi, j'ai pas la santé pour supporter vos incessants matraquages putrides.
boudiou... Moi n'avoir jamais traité toi d'antisémite. Moi islamophobe modéré ( et respectueux) car l'Islam est une religion ( c'est prouvé) et moi très critique à l'égard de toutes les religions sauf une.
Je suis sûr que sur ce coup-là, même Jeanbat me soutient.
Cher Strumfenberg, moi qui suis comme vous critique de toutes les religions, je suis curieux de savoir laquelle vous épargnez ?

Quand je dis critique, je veux dire que si on pouvait éviter le désagrément de la guerre de religion, je les interdirais toutes. Pas par principe, mais parce qu'aucune ne respectent, par exemple, le principe de l'égalité homme-femme et plein d'autre principes fondamentaux.

On notera par ailleurs que toutes les religions sont fondamentalement complotistes, elle font référence à un être suprême dont aucune preuve directe n'atteste de son existence.
C'est surtout une suspicion d'ignorance...
"Les sionistes", ça ne veut pas dire grand chose en soi : il y a des courants sionistes qui vont de la gauche (mal en point...) à l'extrême-droite, sur les mêmes ressorts qui vont du "droit" des peuples à disposer d'eux-mêmes jusqu'au nationalisme ethnico-religieux.
Conseil de lecture : Ecrits sionistes, Max Nordau.

Extrait, chapitre II, l'affaire Dreyfus :
"Nous l'avons entendu, nous aussi, le cri joyeux de Mort aux Juifs dans les pays de liberté et de civilisation suprêmes, où la douce et philosophique tolérance a triomphé de la haine religieuse, où la fraternité a vaincu les préjugés de race. La France !... cette France de la grande Révolution et de la Déclaration des Droits de l'Homme, ce pays qui, le premier, a donné à l'Europe l'exemple de l'émancipation légale des Juifs, aujourd'hui, c'est elle qui marche à la tête du mouvement antisémitique."

Il écrit ça bien avant Hitler, ça a été un déclencheur pour se dire qu'il ne fallait plus compter sur une "intégration" en Europe puisque même en France on criait "Mort aux Juifs !" dans les rues.

C'est ça la base du sionisme moderne, création de l'idée d'Etat-nation, question dite des "nationalités", et des Juifs européens se disant que, vu l'ambiance, ils feraient peut-être bien de penser à se faire aussi leur Etat-nation.

Normalement, être anti-sioniste, ce devrait commencer par refuser le lien entre droits civiques et généalogie, tradition, culture, peuple au sens ethnique, mettre en question l'idée d'Etat-nation telle que construite au XIXe sur le principe des "nationalités" (avec au passage, tout un arrière-plan "scientiste", "biologisant" (race gauloise, germaine, aryenne etc.) ou culturaliste (notion d'ethnie, d'Histoire, de roman national etc.)).

Tout bon nationaliste devrait être "sioniste" puisque ce n'est que la reconnaissance de la légitimité d'une ambition nationale pour qui se pense "du peuple Juif", "israélite" etc., et un nationaliste se disant "anti-sioniste" a toutes les chances de cacher surtout un antisémitisme, c'est-à-dire cacher qu'il considère que les Juifs en tant que peuple ont une tare quelconque, que c'est un peuple mauvais en soi.

Donc, quand vous dites "les sionistes" en semblant dire "les méchants", vous me semblez surtout ne pas savoir de quoi vous parlez.
Vous qui prétendez savoir ce qu'est le sionisme, avez-vous lu :
Comment la terre d'Israël fut inventée. De la terre sainte à la mère patrie, de Schlmo Sand, historien israélien?
ou, plus simplement :
Le sionisme en questions, de Pierre Stanbul, co-président de l'Union Juive Française pour la Paix?

Nota : les 2 auteurs sont juifs et antisionistes, ou tout simplement anticolonialistes comme ils le disent souvent.
Un mot est absent de votre démonstration— "palestinien".

les idéologies sont "jugeable" au regard de la souffrance qu'elles engendrent. sinon c'est du bla bla Fabb.

Donc, quand vous dites "les sionistes" en semblant dire "les méchants", vous me semblez surtout ne pas savoir de quoi vous parlez.

que pense le peuple palestinien du sionisme?



peut être Faab pourrait révéler aux ignorants que nous sommes en quoi le sionisme est une idéologie qui respecte le peuple palestinien?

car c'est ça qui est reproché au sionisme,non? pas d'être nationaliste.

Tant que vous n'aurez pas démontré que ceux qui pensent qu'il y a un lien très fort entre le sionisme et la souffrance du peuple palestinien ont tord,vous ne ferez que réciter ce qu'on peux lire sur Wiki
Le sionisme c'est surtout reconnaître à un peuple supposé descendre de gens qui en sont partis depuis 2000 ans des droits sur une terre.
Ça a peu à voir avec d'autres nationalismes.
A la base, il n'était pas plus question de "droit" qu'il en serait question pour toute autre entreprise de colonisation, celle-ci étant conçu par le sionisme de gauche dans un certain esprit "positif", pionnier, comme développement régional. Le texte cité plus haut montre assez bien ce jeu où il s'agit d'un côté de recevoir le soutien européen en servant leurs intérêts et de l'autre de s'intégrer à la région dans un esprit gagnant-gagnant.

La question d'une légitimité "originelle" me semble surtout un argumentaire se développant avec 48, la création d'un Etat ayant besoin d'être reconnu comme "naturel". Après les prémisses des années 30, la montée d'Hitler puis la Shoah, l'émigration semblait de toute façon une question de survie et la solution du "foyer national" en Palestine a attiré suffisamment de monde motivé pour imposer un Etat avec les conséquences que l'on sait.
Difficile de dire ce qu'aurait pu être un sionisme qui n'aurait pas opté pour le coup de force même si les affaires étaient de toute manière mal engagées, que les Palestiniens ressentaient l'afflux d'Européens comme une dépossession (ah, ces immigrés, on n'est plus chez soi mon bon m'sieur...).

Il y a certes une originalité parce qu'il s'agissait d'une diaspora globalement coupée du territoire concerné même si le lien affectif, symbolique, culturel était toujours là, mais il y a d'autres cas similaires : les descendants des Tatars de Crimée déportés par Staline sont-ils chez eux en Crimée ? Les pieds-noirs étaient d'où ? Nos Français que certains veulent dire étrangers de n-ième génération sont-ils chez eux dans les pays qu'on dit d"'origine" ? Ils sont "Français" ou locaux dans les dits pays ? Quid des fondateurs américains du Liberia, des prétentions "afro-américaines" (cf les tensions avec les "autochtones") ?

Au passage, pour ceux qui disent que les visées sur la Palestine sont fondées sur un mythe, c'est évident, de même que toute "autochtonie" est plus ou moins mythique, que la France elle-même a renforcé son mythe unitaire au XIXe malgré les résistances locales, et que quitte à émigrer, les colons sont prêts à s'en créer un, dirigé vers l'avenir, cf les mythes étatsuniens "progressistes" ou ceux "fondamentalistes" des sectes à la Amish rêvant de "nouvelle Jérusalem".

P.S. au cas où : pour ma part, je suis aussi "anti-sionisme" que "anti-nationaliste", je préfère l'idée d'habiter la terre que celle de la posséder.
s'intégrer à la région dans un esprit gagnant-gagnant.

http://www.artistes-contre-le-mur.org/palestine/un_demi_siecle_de_grignotage_Carte_Philippe_Rekacewicz_2011.jpg
L'originalité du nationalisme juif, c'est surtout son autre origine, celle dont vous ne parlez pas : l'auto-critique d'une partie de la communauté qui s'accorde avec le constat des antisémites et de ceux, qui, de manière générale, pensent que l'identité juive est incompatible avec les Etats-nations européens. Selon eux, le mauvais comportement des juifs est lié à la coupure d'avec leurs racines. Dès lors, partir en Israël est non seulement un droit mais un devoir : le vrai juif, le bon juif, est le juif israélien.

Si l'on peut dire que tout projet nationaliste repose en partie sur le triptyque "race, religion, culture", la particularité du peuple Israélien est qu'il ne se définit pas par l'intersection de ces trois paramètres mais par leur juxtaposition.
Israël est la recomposition d'une unité juive, la juxtaposition d'une race, d'une religion et d'une culture; la France est ce qui naît d'une conjonction et ce qui dépasse donc la somme de ses éléments.

Sans la conjonction de telle race, de telle religion, de telle culture, l'idée de France n'existerait pas; sans Israël, la conjonction de telle race, de telle religion, de telle culture, serait impossible. Israël est un plan, la France est une conclusion.
En France, la tendance des considérations culturalistes, racialistes, et religieuses, à s'autonomiser, est naturellement contrebalancée par leur résolution dans l'idée de France.
Israël est un cadre pour que tous les aspects de la judéité puissent coexister sans avoir à opérer une synthèse nécessairement problématique : la synthèse entre ces aspects n'est jamais qu'abstraite, contenue dans l'idée d'un "Etat juif".
De qui parlez-vous sous le terme "nationalisme juif" ? Il y aurait un nationalisme juif simple, unique, de l'extrême-gauche à l'extrême-droite, sans variation dans le temps ou vous avez en tête un courant particulier ? "Racines", "race", "religion" est assez marqué comme vocabulaire.

Ca me fait penser que depuis quelques temps, on parle en Israël de postsionisme, c'est-à-dire une pensée qui ne remet pas en cause l'existence d'Israël mais démonte les conceptions ethnico-nationalistes comme on peut le faire pour "nos ancêtres les gaulois" en France.
C'est sans doute une forme d''"anti-sionisme" comme j'en parlais moi-même en tant que "anti-nationalisme" mais d'un autre côté, ça ne correspond pas à certains "anti-sionismes" notamment au Moyen-Orient qui souhaitent la disparition de l'Etat d'Israël.
Concernant le "vocabulaire marqué", je marche dans vos pas. Nous parlons ici du "nationalisme" comme pendant idéologique de la formation d'un Etat-nation. Pour que cette formation soit légitime, il faut démontrer l'existence d'un peuple, d'un ensemble homogène et stable. Or, ce que des individus peuvent partager au long terme, c'est soit une race (identité phénotypique), soit une religion, soit une culture. On peut partager des idées, une classe sociale, un territoire, mais les convictions et les situations sociale ou spatiale ne peuvent unir durablement (à moins d'être reprises sur un mode religieux).
Quel que soit son bord politique, on est obligé de recourir, de manière plus ou moins dissimulée, à une analyse en ces termes.

Pour la plupart des pays, il faut croiser ces paramètres : "La France est un pays de religion chrétienne ET de race blanche ET de culture grecque et latine, etc.". Israël est un cas particulier en ce qu'il a le monopôle de la judéité, celle-ci devenant alors son trait distinctif. Peu importe qu'il y ait une majorité de juifs ou non, que la condition de "juif" amalgame identités culturelle, religieuse ou raciale, tant qu'il y a plus de juifs en Israël qu'ailleurs, ce sera toujours "l'Etat juif".
J'ai un doute : c'est une critique de cette construction idéologique ou l'affirmation qu'on est obligé d'en passer par là, qu'il n'y a pas d'autre manière de lier Etat et nation ? Vous considérez que, par exemple, "la France" ne peut se définir que dans les termes de l'Etat-nation du XIXe teinté d'ethnicité ?

Pour ma part, je ne reconnais pas la France comme "pays de religion chrétienne ET de race blanche ET de culture grecque et latine" mais plutôt dans le genre "Etat d'Europe ayant pour devise Liberté, Egalité, Fraternité", régissant plusieurs "nations" (p.e. au sens des britanniques, Corses, Basques, Bretons etc. comme Gallois, Ecossais, Anglais), sans considération de religion (état laïc), de race (les rougeauds sont-ils "blancs" ?) ou de culture prétendument grecque et latine (qui étudie encore le grec ou le latin ?).

Votre définition est pour moi "ethnique", liée à un nationalisme de droite, "la terre et les morts" de Barrès, des représentations pensant exprimer une réalité "naturelle" (= bon sens, ressenti, affect) notamment à partir de mythes généalogiques plutôt que de construction politique raisonnée. La France de 1789 s'est en principe bâtie sur un projet politique, pas sur une unité "ethnique" qui n'était pas vraiment d'actualité même si ensuite elle s'est fait ses mythes unitaires originels avec la montée de la question des "nationalités" (cf Braudel, "L'identité de la France" pour le processus d'homogénéisation au XIXe et notamment avec la IIIe République, "nos ancêtres les gaulois").

Et de même, pas si sûr qu'Israël ait le monopole de la judéité en dépit des prétentions de certains à ce qu'il l'est : des israéliens, y compris "Juifs", s'opposent à la définition d'Israël comme "Etat juif" dans une forme ethnicisée. Ce serait un peu la tension entre "Etat pour les Juifs", c'est-à-dire refuge assuré en cas de péril, et "Etat juif", même si le premier critère demande sans doute une majorité de gens s'auto-désignant comme Juifs.

Extraits de cet article :
"Le but de cette loi est d'assurer l'avenir du peuple juif sur sa terre", a assuré Netanyahu, critiquant ceux qui "de l'intérieur veulent remettre en question le droit national du peule juif sur cette terre".
Mardi, Rivlin, issu du parti Likoud (droite nationaliste) de Netanyahu, a déclaré ne pas "comprendre l'intérêt de cette loi". "Mettre en avant le caractère juif de l'Etat d'Israël aux dépens de son caractère démocratique remet en question les principes de la Déclaration d'indépendance qui affirmait que, juif et démocratique, sont des valeurs de la même importance".
Les députés et les ministres du centre et de la gauche, menés par les ministres de la Justice Tzipi Livni et des Finances Yair Lapid, ont vivement critiqué ce projet, de même que les Arabes Israéliens, plus de 20% de la population, qui dénoncent une institutionnalisation de la discrimination.
"

Opposition entre les israéliens juifs de (extrême-)droite et de gauche, entre deux conceptions de l'Etat et la nation.

A noter d'ailleurs qu'en son temps, l'URSS qui reconnaissait la nationalité juive (sauf erreur, "Juif" était inscrit sur les passeports intérieurs...) avait tenté la création d'une république autonome juive : le Birobidjan qui semblerait toujours officiellement existant comme oblast autonome juif (petite vérification en russe, ils existent toujours).
Oui, c'est une sorte de recette de l'Etat-nation.
Je ne conteste pas la nécessité d'un "contrat social" mais je conteste la possibilité d'établir un tel contrat sans qu'il y ait un "peuple réel" préexistant à ce contrat. C'est pourquoi je ne considère pas que la révolution française soit un contre-exemple.
On ne peut réduire la nation à un contrat social originel qu'en profitant d'un travail d’homogénéisation culturelle réalisé par nos ancêtres xénophobes et ethnocentristes. Post-sionismes, post ou néo-nationalismes ne sont que des moyens de se donner bonne conscience en repeignant la façade.
Et, pour que ma position soit claire, c'est cette hypocrisie que je critique et non pas les moyens nécessaires à la constitution d'un Etat-nation (qui ne sont pas "bons" ou "mauvais" mais nécessaires ou non).
J'ai quant à moi une définition personnelle de la rigueur scientifique: c'est pour moi la démarche qui consiste à mettre tout ce qui est possible en oeuvre pour se prouver à soi-même qu'on est dans l'erreur.
Un complotiste va mettre tout ce qu'il peut en oeuvre pour prouver qu'il a raison. C'est là qu'il lui manque la rigueur scientifique.
OK, alors la grande majorité des scientifiques est complotiste ! :-)

Pour moi ça relève du mythe, mais chacun ses croyances ! ;-)
"OK, alors la grande majorité des scientifiques est complotiste"

Vous aurez remarqué que je ne définis pas le complotisme, mais la rigueur scientifique (ou du moins la définition que j'en ai).

Donc vous auriez pu répondre:
"OK, alors la grande majorité des scientifiques manque de rigueur scientifique".

Il manque donc le lien avec le complotisme, qui serait "Quelqu'un qui manque de rigueur scientifique est un complotiste", ce que je n'ai jamais dit.

Votre sophisme vous vaudra un avertissement, Tomasi ;)
@ William P
Essayons de voir ce que donne votre definition de la rigueur scientifique appliquée à divers cas...
Par exemple les complotistes sur le 11 / 09. Indéniablement, ces gens cherchent à prouver que la thése officielle sur ces attentats est fausse. Il decoule donc de votre definition que ce sont des gens qui cherchent, avec une rigueur scientifique, a demontrer que la these officielle est vraie.
Autre exemple, Faurisson : il cherche a demontrer que les theses officielles sur la Shoah sont fausses. De votre definition il decoule donc que Faurisson cherche, avec rigueur scientifique, a demontrer que la these officielle est vraie.
De maniere generale donc, tous les complotistes qui cherchent a demontrer qu'une these officielle est fausse (et Dieu sait qu'il y en a), sont des gens qui cherchent, avec rigueur scientifique, a demontrer que cette these est vraie.

Je crois qu'il y a quelque chose qui cloche dans votre definition : D
Moi j'ai pas compris ça.
Je pense que ce qu'il veut dire, c'est qu'un scientifique, quand il développe une thèse, va chercher l'antithèse, de lui même va tenter de démonter son propre raisonnement, ses propres conclusions.
Ce que je considère comme un mythe.

A l'opposé, un complotiste, quand il développe une thèse, va tout faire pour que même les éléments qui pourraient invalider sa thèse deviennent des preuves que sa thèse est bonne.
Là c'est moins un mythe.

Le bémol que je mettrais à ce parallèle, en dehors du mythe de la rigueur, c'est que le scientifique est payé pour développer sa thèse, et a les bagages pour ça.

Quand vous pensez qu'il y a un truc énorme, caché, sur tel ou tel sujet, vous ne pouvez que relever des concordances, une somme d'éléments qui laissent à penser que…

Le truc c'est que vous ne pourrez que rarement apporter une preuve scientifique, ce qu'on ne manquera pas de vous demander, comme unique argument contradictoire.
Là vous avez le choix entre la fermer définitivement, parceque c'est difficile à vivre de perdre tout crédit, ou bien décider de vous affranchir de toute "rigueur scientifique", de toute vergogne et de tout regard moqueur ou méprisant, avec toutes les chances de partir en live.
Ainsi, un lanceur d'alerte qui va voir des médias classiques, se verra répondre "oh làlà c'est conspi, je ne traite pas le sujet !", et ne pourra trouver écho que chez les conspis.
Ajoutez à ça un comportement généralisé qui tend à dresser un cordon sanitaire autour de "la complosphère", et voilà comment fabriquer deux mondes parallèles !

Dites, les gens, ils vous font peur tant que ça, "les complotistes" ? Vous êtes au courant que c'est avec vos peurs qu'on vous manipule ? (merde, propos conspi, c'est plus fort que moi ! ;-))
Il est vrai qu'avoir la prétention d'aborder des questions sans avoir les bagages nécessaires à le faire, tout en mettant en doute la sincérité de ceux qui les ont, caractérise bien les complotistes.
Une sorte d'amateurisme forcené qui se justifie par le fait que les professionnels ne sauraient être totalement indépendants de ceux qui les payent. Mais franchement insultant pour tous ceux, scientifiques ou journalistes, qui ont un minimum d'intégrité professionnelle et se voient assimilés aux vendus (certes relativement nombreux) que comptent leurs professions, et aveugle au fait que les plus grands producteurs de discours complotistes gagnent très bien leur vie avec (et mieux que la plupart des scientifiques et journalistes, probablement), et sont tout aussi prisonniers, si ce n'est pas de leurs employeurs de la nécessité d'aller toujours plus loin dans leurs délires pour continuer à vendre (voir Meyssan, obligé de crier aussi au false flag pour les attentats français pour ne pas apparaître trop has been, le 11 septembre étant passé de mode).
Comme ça doit être confortable d'être plein de certitudes !
Comme je vous envie !

Comme ça doit être confortable d'être plein de certitudes !

Comme je vous envie !


Je dirais plutôt que les certitudes sont du coté de ceux qui passent de "certes relativement nombreux" à "tous pourris", mais bon...
Mais si cela peut vous faire plaisir je suis certain qu'il est plus probable que les délires complotistes soient éloignés de la vérité que ce qu'ils appellent "la vérité officielle", si le fait qu'elle le soit est rarement totalement improbable.
Je suis aussi convaincu que l'essentiel des manipulations des vendus n'est pas au niveau des faits mais de la manière de les présenter ou des conclusions qui en sont tirées, et qu'elles sont assez efficaces pour ne pas avoir à mentir plus qu'occasionnellement sur les faits, ce qui entraine des retours de bâton dans des univers professionnels où tout travail peut être remis en cause par l'examen des pairs (que ce soit dès avant sa publication pour les scientifiques ou plus tard pour les médias).

Pour avoir une longue expérience des débats avec les "climato-sceptiques" les plus difficiles à contredire ne sont pas ceux qui se basent sur des mesures fantaisistes pour nier le réchauffement mais ceux qui ne remettent en cause que leur interprétation pour nier l'influence humaine, ou utilisent de vraies informations, par exemple sur les investissements dans le secteur des énergies vertes, pour mettre en doute l'intégrité des climatologues.
Et idem pour ce qui est du complotisme false flag les adeptes de thèses "let it happen" sont bien plus crédibles que ceux qui vont imaginer des mises en scènes complexes impliquant des interventions d'agents secrets, truquages de vidéos et centaines de complicités.
Par chance (soit pour les anti-complotistes, soit pour les organisateurs de vrais complots, au choix) le peu de sensationnalisme des thèses "let it happen" permet à des Meyssan de dominer le marché.

Pour avoir une longue expérience des débats avec les "climato-sceptiques" les plus difficiles à contredire ne sont pas ceux qui se basent sur des mesures fantaisistes pour nier le réchauffement mais ceux qui ne remettent en cause que leur interprétation pour nier l'influence humaine, ou utilisent de vraies informations, par exemple sur les investissements dans le secteur des énergies vertes, pour mettre en doute l'intégrité des climatologues.


Hum, il y aurait donc des "climato-sceptiques" qui complotent en secret pour faire capoter la "lutte contre le réchauffement climatique" et nous précipiter dans l'Enfer des +2°C à la fin du siècle? Ce sont des "illuminatis" ou des "reptiliens" ? :-)
Des gens qui travaillent pour le lobby pétrolier, et leurs idiots utiles.

Des gens qui travaillent pour le lobby pétrolier, et leurs idiots utiles.


Et même qu'ils ont obtenu la tête de Fabius.
"les professionnels ne sauraient être totalement indépendants de ceux qui les payent. "

Je réalise d'où vient la confusion : quand je dis "ils sont payés pour", il n'y a aucune suspicion là-dedans (enfin au départ, mais après tout ça mériterait discussion), c'est juste que c'est leur boulot, et qu'on ne peut pas demander à Monsieur-tout-le-monde d'apporter le résultat d'une étude solide.

Bon de toute façon ça ne sert à rien de discuter, ou d'essayer de vous faire comprendre que moi-même je ne suis pas complotiste mais ne fais que m'intéresser parfois à des sujets interlopes-douteux-pas-prouvés-donc-faux, votre opinion est faite et c'est donc la seule qui vaille !
"Par exemple les complotistes sur le 11 / 09. Indéniablement, ces gens cherchent à prouver que la thése officielle sur ces attentats est fausse. Il decoule donc de votre definition que ce sont des gens qui cherchent, avec une rigueur scientifique, a demontrer que la these officielle est vraie."

Oula non il ne découle pas ça de ma définition.
Ma définition dit que si ces complotistes étaient pétris de rigueur scientifique, alors ils chercheraient par tous les moyens à montrer que LEUR thèse (genre effondrement dû à des explosifs, pas d'avion dans le pentagone,...), qui vise à remplacer l'officielle, est fausse. Et que devant l'échec de leur démonstration, ils se rendent à l'évidence (eux), que leur thèse tient la route.

Pareil pour le second exemple.

Il me semble que vous avez manqué quelque chose dans ma définition :)
Je me demande s'il faut classer Alain Cotta et son Règne des oligarchies, dans la catégorie des complotistes ? Sinon quelle catégorie ?
Bon, Kevin Razy est un type qui essaie de faire un peu de business, rien de plus.
On peut lui reprocher de ne pas être très regardant sur ses relations professionnelles, c'est vrai.

Et on le peut d'autant plus parce qu'il a non seulement fricoté avec un site complotiste chelou, le "Cercle des volontaires", là, mais aussi parce qu'il a accepté de bosser pour le SIG qui n'est pas mal non plus dans la catégorie repaire de guignols tordus.

Fin de l'histoire.
Entre conspirationnistes purs et durs, et anticonspirationistes purs et durs.
Ca devient fatiguant.
Cette coïncidence est tout de même un peu troublante. À qui profite le crime ?
Peut-être que j'ai loupé un épisode, mais personne n'explique jamais en quoi les théories du complot son gênantes ? dangereuses ?
Du coup j'ai toujours l'impression qu'il manque quelque chose à ce genre de débat. Quelle est la démonstration si on pousse le raisonnement jusqu'au bout ?
Je trouve cet article consternant, en ce qu'il englobe sous une même étiquette "complotiste" tout ce qui s'oppose au discours dominant. Le nouvel ordre mondial, les illuminatis, du pareil au même. Il fallait oser...
Cette approche binaire me laisse sans voix.

Même pas envie d'en discuter. Je préfère citer le site (parodique) LeGorafi.fr : " selon un sondage, un illuminati sur trois croit au complot reptilien".
L'article de Justine Brabant commence par ces mots "le lancement de la campagne du gouvernement contre le complotisme, "On te manipule" "
Et déjà cette campagne paraît illusoire, non pas en raison de la présence de ce Kevin Razy là où il n'aurait pas dû être (il est impossible d'échapper à toutes ces branches complotistes, ce serait comme passer un jour sans entendre parler de Sarkozy même si c'est pour en rire comme avec le commentateur Ervé (binational franco-grolandais) ).

Non cette campagne parait illusoire car le complotisme est une des formes multiples de l'illumination. Cette illumination permet de fournir une explication relativement simple et abordable à des problèmes complexes, et son avantage est que par l'instauration de quelques axiomes, elle déclenche une réaction en chaîne, et tout s'imbrique parfaitement puisque le simple fait d'avoir accepter une grosse élucubration au départ permet de trouver l'acceptation des moindres qui en découlent comme naturelle et une preuve même de la première.

Cette campagne me paraît d'autant illusoire qu'en dehors des soit-disant complots "qui te manipulent", on peut ranger aussi les mythologies qui ont pignon sur rue avec églises, synagogues et mosquées, sans parler des mythes cycliques (régimes amincissants, morningophilie, eveningophilie...).
Juste en passant, j'ai profité de ce bad buzz pour aller voir le site "on te manipule", qui paraît malgré les risques avoir une approche pas trop mal du sujet : indiquer qu'il est bien de se poser des questions et d'avoir de l'esprit critique, travailler sur le démontage de la méthodo des théories du complot plutôt que leur contenu, s'appuyer sur de l'existant pas gouvernemental (ex : renvoyer à Hoaxbuster)
Bref, ce n'est sur le fond pas délirant ou stupide.

(Par contre, la vidéo "virale" n'est pas très drôle et a donc peu de chance d'être virale)
Je me demande ce qui est le plus assommant: le complotisme ou l'anticomplotisme ?

Qu'est-ce qu'il y a ce soir à la télé ?
c'est bien après leur disparition que les grands génies littéraires sont reconnus
Une autre humoriste, Carla Bruni, a déclaré sur RTL à propos du livre de "son mari", La France pour la vie :
"Je l'ai lu d'un trait. C'est merveilleux, je ne savais pas que je vivais avec un écrivain", phrase qui a déclenché l'hilarité quasi générale, en particulier sur les réseaux sociaux.
Un tweet parmi d'autres de la même veine :
Mon fils a fait un collier de nouilles pour la fête des mères. C'est merveilleux, je ne savais pas que je vivais avec un joaillier.
Le chef-d' œuvre du complotisme avec mise en abîme appartient toujours aux antisémites russes, auteurs des " protocoles des sages de Sion" qui continuent avec Bilderberg.
Justine, je suis vraiment, mais alors vraiment navré de le dire, mais j'ai trouvé votre article navrant.

Je pensais que vous aviez plus de regard critique. Enfin si, il y en a un peu, il faut arriver à l'avant-dernier paragraphe pour en trouver.

Imaginons qu'un journal publie un article sur les liens que nourrirait Daniel Schneiderman avec les réseaux complotistes-néo-facho-islamo-truc (c'est une simple supposition, une pure vue de l'esprit!).
Nul doute qu'un site auto-proclammé critique irait éplucher les vidéos et noterait qu'effectivement un jour Daniel a bel et bien souri à un type qui un jour a fait une quenelle, que Daniel a invité des tas de gens peu-recommandables, …

Je suis persuadé que vous seriez partagé entre la consternation et l'éclat de rire devant ce nouveau modèle journalistique.

Comprenez donc ma gène.
Personnellement, je trouve ça génial les théories du complot et pas seulement parce que parfois elles sont vraies :

- GW Bush a attaqué l'Irak sous le faux prétexte de la présence d'armes de destruction massive,

- On ne nous a pas tout dit sur le 11/09 : le gouvernent américain a caché le rôle de l’Arabie saoudite dans ces attentas.

Ou qu'elles ne se discutent pas lorsqu'elles viennent du camp du bien :

- l'Iran prépare une bombe atomique,

- Poutine a abattu le MH17,

- La Corée du nord veut atomiser le reste du monde.

(je n'ai pas dit que ces trois affirmations sont fausses, je dis juste qu'il s'agit de théories du complot et donc que ce n'est pas formellement prouvé)

Mais surtout parce que parfois elles sont extravagantes :

http://elmahdi.canalblog.com/archives/2015/09/17/32639863.html

La terre est plate et voici son plan :

http://p0.storage.canalblog.com/07/95/1241590/106415158.png

Donc pour aller de Buenos Aires à Sidney, bon courage :-)
La vraie question: combien coûte a la collectivité les campagnes pour le moins inutiles du SIG ?!
Justine dixit : "ses silences peuvent passer pour une approbation". Vraiment ?
Une de ses vidéos que j'aime bien : La vidéo secrète sur les Illuminatis.
Je crois que Bolloré a supprimé le Before sur Canal...
D'où l'incompétence d'un gouvernement qui veut faire "djeuns" mais qui ne comprend pas grand chose à leur écosystème !
A sa décharge , il est vrai que les méandres de la toile sont parfois impénétrables , mais se donnent il la peine de "chercher" et séparer le bon grain de l'ivraie ?
Vous ne connaissez pas Kevin Razy ? Ce jeune humoriste est pourtant passé par à peu près tous les tremplins télévisés permettant de se faire un nom dans le stand-up en France : membre du Studio Bagel, invité régulier d'On n'demande qu'à en rire (France 2) et désormais chroniqueur sur Canal+ (Le Before du Grand Journal)... Sa chaîne Youtube compte près de 250 000 abonnés.

Bref, une bonne pioche, en apparence, pour une campagne de com' visant les jeunes.
Pourquoi une bonne pioche? 250 000 abonnés on ne peut pas dire que ce soit une star du web. Un peu trop trentennaire et trop télé pour être l’idole des jeunes d'aujourd'hui. En gros, on est loin des Cyprien, Norman, Mister V ou Seb la frite.
Je comprend pas exactement ce que c'est que le "complotisme" ? Ou se situe la frontière ?
Je propose que l'on construise des grands murs pour séparer les gentils qui gobent les versions officielles des méchants complotistes qui croient aux extraterrestres. Pour qu'il n'y ait pas de risque de contagion.

Ne surtout pas douter.et encore moins débattre.

Il n'y a jamais eu de complot, et nos médias ne disent que la vérité, dictée par nos gentils maitres.

Tout va bien.


Au boulot les feignasses ! et fermez la définitivement.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.