49
Commentaires

Le curé Legrand et l'imam Seux, un sacrilège involontaire

Une voix. Une voix douce, venue d'ailleurs, qui impose le silence dans le studio

Derniers commentaires

Dialogue public entre Régis Debray et Edgar Morin, le 16/02/16

Debray: "Quand Edgar croyait [au communisme], il était convaincu qu'il savait. Maintenant, il sait qu'il avait cru"

<<<<<<>>>>> ( à 16'27" )
Allez voir Incendies de Wadji Mouawad, un des meilleurs films que j'ai vus, qui montre le mécanisme d'une guerre civile (et dont l'histoire relève de la tragédie grecque)
Surtout qu'il a fait fait fort ce matin le Dominique Seux, en terme de croyance abrupte, et assénement de "vérités" dogmatiques.
http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1291985
Ils croient qu'ils pensent, mais ne savent pas qu'ils croient

Ça ferait un titre magnifique de bouquin, ou de film, consacré à la critiques des médias.
"Ils croient qu'ils pensent, mais ne savent pas qu'ils croient. Il y a une sorte de morale inconsciente d’autant plus vénéneuse qu’elle se pense être dégagée de la morale"

Enorme ! Magnifique ! Sublime! Génial ! Purée mais trop jouissif ! Encore, Encore, Encore ! c'est la phrase de l'année, que dis-je ! La phrase du siècle ! Wadji président !
Je l'ai entendu ce matin et ça m'a fait un bien fou.
Pour une fois je regrette de n'avoir pas écouté FI ce matin, merci Daniel de cette séance de rattrapage!
" L'enlèvement au sérail", longtemps considéré ( y compris par des mozartiens aussi avertis que Beethoven) comme une œuvre mineure, est sans doute la plus radicale destruction du racisme de toute l'histoire de l'art.
Je me suis fait la même réflexion que vous Daniel, la manière candide dont Wajdi Mouawad a dézingué l'éditocratie, devant deux de ses membres éminents et dans une de ses chapelles, m'a profondément réjoui.
Autre passage que vous n'avez pas pu citer, sa description du traitement des femmes en orient et en occident : "Orient et Occident oppressent autant la femme, mais détestent la façon qu'a l'autre de le faire." Dire ça aussi sur France Inter, c'est un autre exploit.
Notre société ne méprise pas que sa jeunesse , mais aussi beaucoup les femmes , et elle même, que de fois ici n'ai je lu que les Français ceci, cela ... Et de devoir rappeler a ces méprisants que les responsables de nos malheurs sont seulement 1%, et les 20% qui les protègent et donnent nos endroits de mépris au medias qui nous les assène. Il oublis quand même dans son mépris de notre société, que cette jeunesse a été élevé par des gens , des Français , et qu'on peut être fier de nous, nos enfants sont intelligents et capable de faire révolution et très différemment des anciens; je pense que bcp (de soixante-huitards) ont du mal a accepter que nos enfants (leur petits enfants), soient si different des petits prince gavés qu'ils étaient (je ne parle pas des ouvriers de 68 qui eux ont été en partie bernés).
Personne n'avait entendu parler d'Hegel ?
Hors sujet peut-être mais le coup de l’homélie me renvoie irrémédiablement à une conférence de Jacques Derrida qui vient d’être rééditée, avec ses questions et réponses du public du moment chez Galilée sous le titre de Surtout pas de journalistes ! dont je goûte la lecture.
le voir c'est encore mieux :vidéo France-Inter
Très bien dit en effet. A ceci près que le curé et l'imam savent qu'ils croient eux, et non qu'ils pensent ? ou plutôt mettent leur pensée au service de leur Dieu. Les chroniqueurs le savent peut-être aussi, qu'ils mettent leur pensée au service d'une croyance - la main invisible, ou la lutte des classes, qu'importe au fond ? en fait je mettraise aussi Ruffin dans Fakir et Lordon à Nuit Debout dans le même bain*.
Au final c'est un des plus forts appels à rompre avec le journalisme des chroniqueurs à la papa (tous des hommes ici, d'ailleurs) sans doute depuis Mai 68 : et en plus relayé dans une chronique ;-)

* edit : je fais la part des choses avec le Ruffin de Merci Patron ! qui est tout sauf paternaliste ou inspiré ou condescendant, et le Lordon de certains textes lumineux, bien plus que ses prises de parole en public.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.