55
Commentaires

Le CSA se fâche contre le sexisme de la téléréalité

Le CSA fait les gros yeux. Suite à des délibérations, rendues publiques mercredi 15 juin, le Conseil supérieur de l’audiovisuel épingle le sexisme et la vulgarité de plusieurs émissions de téléréalité diffusées sur la TNT. Si Le bachelor (NT1) et Les Marseillais (W9) écopent d’une simple lettre avec rappel à l’ordre, les Anges et Mad Mag (NRJ12) se voient "fermement mis en garde" avec la menace d’un macaron déconseillé au moins de 12 ans et un passage de fait dans la tranche de 22 heures. En cause : l'image dévalorisante de la femme.

Derniers commentaires

Après tout, les gens sont libres d'être cons. Les candidats sont des victimes consentantes. Personne ne les oblige à se faire siliconer les seins, ou à transformer les bouches par des injections qui leur rendent les lèvres bien pulpeuses. Personne ne les oblige non plus à porter des shorts ras la moule et à montrer leurs prothèses mammaires.
et personne ne les oblige à avoir une télé,à vivre dans un monde capitaliste(ils pourraient s'exiler à cuba ou sur mars..), non personne puisqu'on est libre et en démocratie.
acceptons sagement notre conditionnement polluant puisqu'on est libre ,et pensons à tout ceux qui n'ont pas la liberté de regarder de la merdasse à la téloche .
Effectivement personne n'est obligé d'être un mouton de Panurge.
oui oui ..l'environnement dans lequel on évolue ne joue aucun rôle..
t'as raison, c'est pas leur faute, les pauvres...
le déterminisme sociale…pff que des bourres.

que tu sois fils d'écrivain ou fils d'ouvrier, même combat..et la sociologie est une vaste mascarade de gauchiste..
t'as raison ce sont exclusivement les filles d'ouvrières qui se font siliconer les seins, gonfler les lèvres , mettent des shorts ras la moule et des marcel bien sexy et vont montrer tout ça dans les émissions de télé réalité.
Et puis bien sur, y a que les riches qui ont accès à l'enseignement gratuit et obligatoire jusqu'à 16 ans.
acceptons sagement d'avoir des programmes de télé avilissant, tant qu'on a l'école publique et notre libre arbitre,tout baigne..
mais ton avis et le mien, ils s'en cognent mon vieux :)
y a plein de moutons qui regardent ils font leur beurre...faire du beurre c'est tout ce qui compte.
Tu veux qu'on interdise ces émissions? et la liberté de s'enrichir tu en fais quoi?
Va vivre en Corée du Nord sale gauchiste !
t'as remarqué que les personnalités préférées des français ne sont plus Cousteau ou Jacquard ?
le problème c'est la misère intellectuelle, le problème c'est la connerie, et on a bien dépassé depuis longtemps le déterminisme social, la connerie s'est développée dans toutes les couches sociales de façon relativement uniforme. Les cons, les moutons ne sont pas des victimes, on dépense du pognon pour qu'ils s'instruisent et soient moins "moutons", ce pognon est jeté par les fenêtres qu'il est loin le temps ou des milliers de jeunes PAUVRES fredonnaient la chanson de rappeurs qui leurs disaient que "le savoir est une arme bébé ne l'oublie jamais " (chanson mon papa à moi)
"on dépense du pognon pour qu'ils s'instruisent et soient moins "moutons""

Ah bon ? T'es sûr de ça ?
L'école est aujourd'hui une fabrique de moutons, de bêtes à produire, certainement pas des têtes bien faites.
cette discussion sur le sexe des anges était fort intéressante et divertissante on en oublierait presque l'avalanche de bonnes nouvelles de ces derniers temps

Daesh nous attaque à répétitions
Monsanto a rendu stérile la moitié des terres cultivables de la planète et 90% de nos organismes est pollué par leur glyphosate
l'ACAT dézingue la France pour ses violences policières
L'ACAT (encore elle) nous informe que 54% des français sont favorables à la torture
la majorité des mêmes français est aussi favorable aux violences policières, à l'état d'urgence même s'il interdit les manifestations
80% des français sont favorables à l'ultra libéralisme
10% des décès sont dus à la pollution atmosphérique
et j'en oublie surement !
l'école nous coute horriblement cher et cet argent est jeté par les fenêtres parce qu'ils ne branlent absolument rien et passent leur temps à regarder des émissions débiles et à fessebouquer ou à twiter des trucs sans intérêt au lieu d'apprendre leurs leçons mais on leur met quand même des bonnes notes parce que les pauvres chéris pourraient nourrir une image négative d'eux mêmes s'ils étaient trop stigmatisés par des notes minables, les mêmes pauvres chéris qui se sentent humiliés quand on leur fait remarquer qu'ils n'apprennent que dalle.

j'ai envie de dire : YOUPI !
"
l'école nous coute horriblement cher et cet argent est jeté par les fenêtres parce qu'ils ne branlent absolument rien et passent leur temps à regarder des émissions débiles et à fessebouquer ou à twiter des trucs sans intérêt au lieu d'apprendre leurs leçons mais on leur met quand même des bonnes notes parce que les pauvres chéris pourraient nourrir une image négative d'eux mêmes s'ils étaient trop stigmatisés par des notes minables, les mêmes pauvres chéris qui se sentent humiliés quand on leur fait remarquer qu'ils n'apprennent que dalle. "

Finky dit la même chose..
A vous écouter , les élèves sont devenu nul , comme ca , tout a coup .
Et nous n'y somme pour rien...

Finky dit la même chose..


de suite les insultes...
Bin, Jeanbat te répond sur le même registre que toi. Tu n'as pas remarqué le ton agressif et insultant que tu utilises depuis le début ?
je suis un peu sur les nerfs en ce moment, je ne suis que frustration et impuissance à réveiller les consciences et j'arrive pas à lâcher prise.
Bien sur que les profs ont une part de responsabilité, mais les élèves aussi.
Si tu réveilles ta conscience en tapant sur les élèves, si je puis me permettre un conseil, rendors toi ! :-D

Nous sommes tous le pur produit du système qui nous a fait.
Et c'est pas qu'une tautologie.
Moi qui suis un pur produit de l'industrie pharmaceutique, je lutte contre un système dont je ne peux me passer.
Et c'est pas qu'une contradiction !

Le changement doit se faire, et il se fera ou nous mourrons.
Si ta colère est juste, ton mode de réveil des conscience ne l'est pas.

C'était Obi-ouane Kénoby en direct de sa grotte ! ;-)
en même temps si tu relis bien tout le fil, c'est lui qui a commencé à me titiller ! En parlant de Mars et de Cuba !
c'est bel et bien de bêtise quand même dont il est question, rien que cette année on a eu droit à : " ce matin on a été réveillés par la pire musique que j'ai jamais entendu on aurait dit du Picasso"

"qu'est ce que le PIB?" ..."PIB euh ha oui c''est le Pays Bas !"..." Mort de rire mais non c'est le produit intérieur brut"
quelques heures plus tard "holala qu'est qu'il m'a sorti déjà ha oui PIB c'est le produit euh... je sais plus....mais au fait ça veut dire quoi produit?"

Alors je suis désolé mais les candidats qui ne sont pas forcément en bas de l'échelle sociale n'ont pas profité de l'enseignement gratuit et obligatoire et ça, c'est impardonnable, car même avec un système scolaire imparfait, instrumentalisé pour fabriquer des consommateurs serviles, il y reste quelques contenus, il reste formateur pour ceux qui veulent bien s'en donner la peine.

Par contre le collège de demain celui de la réforme Belkacem, celui-là ne sera plus tellement formateur, celui-là sera vidé de beaucoup de sa substance, la démonstration par exemple ne sera plus enseignée, et on ne peut pas dire que les usagers et les profs se seront beaucoup battus pour l'empêcher.
Je ne parle pas des profs .
Les profs auraient pu se battre pour rendre l'école plus démocratique.
Les élèves ont le potentiel en eux pour ne pas être des moutons de Panurge, mais c'est plus confortable de glandouiller et de se fondre dans la masse.
Ce qu'est l'école ne doit pas être défini par les prof ou quelques bureaucrates complètement sourd au problèmes du monde .
C'est aux citoyens de s'emparer de cet outil démocratique .
Pour ca il faut définir un projet démocratique (d'où l'intérêt des ateliers constituants et de l'éducation populaire )et se servir de l'école et des médias ,et de tout ce qui "farcit nos tête " pour y parvenir.
Partout ou il y a des moutons de panurge, il y a un berger malfaisant.
les profs ne définissent pas l'école, ils ne l'ont jamais fait, ce sont bel et bien les bureaucrates qui le font et ils sont aux ordres de qui les bureaucrates depuis 30 ans?
Les citoyens eux devraient effectivement s'y intéresser mais je peux te garantir que l'immense majorité s'en contrefout.
le savoir émancipateur devrait permettre au citoyen d'être autonome dans ses pensées et ses décisions ce qui exclurait de fait tout panurgisme et réduirait à néant toute velléité de ceux qui voudraient se conduire en berger (quand bien même il voudrait le faire avec bienfaisance).
Vous reconnaissez que des bureaucrates incompétents imposent des politiques éducatives nuisibles mais vous incriminez d'abord ces fumiers de branleurs de gosses .
Si des politiques vont contre l'intérêt général, il s'agit d'un probleme démocratique .


Ps cela dit je n'ai pas l'impression que nous soyons d'accord sur les changement souhaites et sur nos conceptions de l'éducation mais c'est un autre débat .
ca serait bien de ne pas transformer ni caricaturer mes propos
branleurs oui mais fumiers je ne l'ai jamais dit, écrit ni même pensé
bureaucrates aux ordres des politiques ultralibérales oui, incompétents certainement pas
politique éducative critiquable oui, mais nuisible quand même pas jusqu'ici, celle qui démarre l'année prochaine est une horreur pour des tas de raisons, mais même une politique éducative horrible sera toujours moins nuisible qu'une absence d'école.

il n'est pas certain que nous ne soyons pas d'accord sur les changements souhaitables. Mais c'est probable.
Pour moi les priorités devraient être la lecture, l'écriture, la grammaire l'orthographe et les rudiments de logique.
je dis bien les priorités cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas aussi des sciences, de la musique, de l'exercice physique, de l'histoire, des arts etc.
Je pense qu'il faudrait introduire l'économie relativement tôt dans les contenus et que l'histoire événementielle et chronologique doit retrouver la place qu'elle a perdu
Je pense que le plus important se situe au niveau des contenus et que sur la forme les enseignants doivent garder une autonomie totale.
Je pense que l'approche par compétences est une bien mauvaise chose pour les enfants et pour la société.
Je pense que l'enseignement doit rester déconnecté totalement du monde de l'entreprise et s'en tenir à une formation initiale, et que la formation professionnelle doit arriver seulement après la formation initiale.
Je pense en outre que le passage automatique en classe supérieure est une ineptie incompatible avec un enseignement massifié et que si on veut individualiser, personnaliser, différencier il faut s'en donner les moyens en réduisant drastiquement le nombre d'élèves par classe et que là alors le redoublement n'aura plus de raison d'être.
et comment vous compter résoudre les problèmes de comportement?

l’échec scolaire?
les problèmes de comportement n'ont pas de solution générale, c'est à régler au cas par cas. En outre je pense qu'ils ne dépendent pas d'éventuels changements de l'école mais de changements extra scolaires, dans la société , dans les familles. Exiger des solutions ce serait comme exiger une organisation de la société qui empêche toute délinquance, il y aura toujours des gens qui commettent des actes illégaux, et il y aura toujours dans les écoles et les collèges des enfants, pré ados ou des ados qui posent des problèmes de comportement, qui testent les limites qui s'opposent aux règles et à l'autorité. Pour cela je ne changerai rien au système actuel qui prévoit déjà un arsenal de punitions et de sanctions. Peut-être que j'offrirai d'avantage de moyens aux structures particulières comme par exemple les ITEP.
Peut-être aussi que je ne laisserai pas les familles décider si la scolarité exige une prise en charge en ULIS, en SEGPA, MDPH etc etc.

Pour l'échec scolaire la réponse est un mélange entre ce que je viens d'écrire et mon message précédent. On a tellement d'élèves qui relèvent de SEGPA et dont les familles refusent qu'ils y soient intégrés, ou bien parfois les familles acceptent mais il n'y a pas de place, pareil pour les ULIS ou les ITEP. De même beaucoup de dys refusent de voir un orthophoniste et beaucoup d'enfants devraient être suivis par un psychologue ou un pédopsychiatre. Une fois tous ces cas particuliers ( et ceux que j'ai oubliés car ule liste exhaustive prendrait trop de temps) gérés comme il se doit avec les moyens financiers qui le permettront, il restera toujours des gamins en échec scolaire, le risque zéro n'existe pas tant au niveau du comportement que de l'échec scolaire.

Mais au fait , toi, quels changements apporterais-tu pour mettre fin à cette immense fabrique de crétins?
à cette immense fabrique de crétins?
-je ne pense pas qu'ils soient des crétins-

quels changements apporterais-tu
ni punition ni récompense .

le savoir doit être présenté comme une chose possèdent une valeur intrinsèque.

punir ou récompenser revient à communiquer à l'élève la chose suivante:
le savoir que j'essaie de te communiquer ne vaut rien,j'ai donc recours à la punition et à la récompense pour te le faire passer.

éveiller la curiosité, travailler sur le vivre ensembe, transmettre le respect, tout cela nécessite une formation particuliere et une réflexion générale.

valoriser le travail des professeur en les payant mieux et en les formant d'avantage.exiger d'eux plus de competence en pédagogie et en psychologie.
voila quelques pistes .
inspiration:education nouvelle,communication non-violente (marshall Rozenberg),krishnamurti(l'éducation) et ma propre experience d'élève, de père et d'intervenant artistique(notement en classe segpa justement).
je vais stopper la discussion, non pas qu'elle ne soit pas intéressante, ni que que je rejette tes propositions mais parce qu'on n'arrive pas vraiment à échanger, en effet je ne prendrai qu'un seul exemple:

"punir ou récompenser revient à communiquer à l'élève la chose suivante:
le savoir que j'essaie de te communiquer ne vaut rien,j'ai donc recours à la punition et à la récompense pour te le faire passer."


ça ne me répond pas vraiment parce que que j'ai parlé de punitions uniquement dans le cadre du comportement et pas dans le cadre du savoir. Je conclurai donc avec la réflexion suivante. Le problème aujourd'hui ce n'est pas les élèves qui ont un mauvais comportement. Le problème c'est que l'immense majorité des élèves a un très bon comportement (savoir être) mais ne glande absolument rien, ils sont posés là avec le sentiment qu'être présent est gage d'apprentissage, or ils sont totalement passifs et ne fournissent aucun travail réel à la maison, pas de mémorisation, et surtout ils ne font que ce qu'ils savent déjà faire et sont attentistes dès lors qu'ils pourraient apprendre quelque chose. Comme on dit dans les émissions à la mode sur la chanson ou la cuisine: "ils restent dans leur zone de confort".

J'ai quand même envie de réagir sur ta dernière phrase, tu as certes été élève mais quand tu étais élève tu étais très différent de ce que sont des élèves aujourd'hui, et le système scolaire était également très différent, car contrairement aux idées reçues, l'éducation nationale n'est absolument pas un mammouth, au contraire ça change tout le temps c'est totalement instable et cela en est même épuisant.

Tu ne devrais pas non plus je pense t'appuyer sur ton expérience d'intervenant artistique en SEGPA, en effet il serait contre productif de généraliser ce qui fonctionne sur un public particulier (les élèves de SEGPA), de plus tu es un intervenant extérieur, tu interviens donc ponctuellement, les élèves ont un rapport à toi qui est donc différent de celui qu'ils auront avec un intervenant intérieur et régulier. Et enfin ton champ d'activité est artistique, il est donc fondamentalement différent de la plupart des champs enseignés dans ce qu'il est possible de faire tant sur le fond que sur la forme.

Enfin tu es père et moi aussi, la fonction de Père est fondamentalement différente de celle de professeur, elle sont plutôt complémentaires mais portent là encore sur des champs fondamentalement différents. C'est d'ailleurs parfois un problème pour nous car les parents ont souvent l'impression qu'ils pourraient être profs et ceux qui aident leurs enfants à la maison le font majoritairement très très mal (aussi parce qu'ils les aident en fonction de l'image qu'ils ont eu de l'école quand eux - mêmes étaient élèves).

On pourrait résumer tout ça très simplement et là je ne parle plus de toi : tout le monde se sent très compétent pour parler de l'école parce que tout le monde a été élève et tout le monde (ou presque ) est parent, c'est vraiment un gros problème, car enseigner ça s'apprend sur le tas, ça demande de l'expérience, ça demande une grande capacité d'adaptation au réel, une grande capacité de réaction dans l'urgence face à un problème d'apprentissage à un instant t pour un élève x, c'est vraiment un métier extrêmement complexe dans lequel il faut gérer dans la simultanéité une immense quantité de paramètres prévisibles et de paramètres imprévus.

Le changement ne saurait se situer au niveau des méthodes, des pédagogies, des didactiques c'est bel et bien dans l'organisation des classes et dans la définition des contenus qu'il doit selon moi se jouer, sachant que des paramètres extérieurs qu'on ne peut contrôler viennent interférer à savoir la société, la culture et la famille. On ne peut pas, on ne doit pas, il ne faut pas imaginer que l'école est plongée dans le vide. Et justement pour en revenir à la téléréalité je vais te raconter une anecdote. Une de mes élèves m'interpelle un jour dans la cour:
"Hé monsieur , vous savez pas? mon cousin il passe à la télé il est chez les chtis"...moi je lui réponds un truc bateau du genre "ha oui , super...elle enchaine "et en plus il a même pas le bac"...
moi :" ha ben c'est sur qu'on n'a pas besoin d'avoir le bac pour être dans une émission de téléréalité, ça se saurait"...elle : " ouais ben n'empêche ça prouve bien qu'il n'y a pas besoin d'avoir le bac pour réussir dans la vie"

voilà des anecdotes comme ça je pourrais t'en raconter des tonnes comme celle où un jour j'essayais de motiver un élève de troisième en le projetant dans l'avenir et qu'il me répond " dans 3 ans monsieur je serai dans un hotel de luxe avec des lignes de coke et 2 tepus" il m'a dit ça parce qu'il venait d'enregistrer une chanson de rap dans un petit studio local...

Je t'épargne les petits dealers qui roulent en BM alors que j'ai une pigeot toute pourrite, je t'épargen aussi la réaction de mes élèves lorsqu'ils apprennent le montant de mon salaire...
je vais stopper la discussion,

ciao
si toutefois certaines personnes ont lu ces échanges et sont intéressées j'ai réalisé quelques pages ou j'ai développé la question :

éducation dépouillée ou démocratisée?
http://pythacli.chez-alice.fr/education.htm

livrets de compétences 2010 :
http://pythacli.chez-alice.fr/recent34/livretscompetences01.htm

A qui confie-t-on l'éducation de nos enfants ? gros plan sur les ministres de l'éducation nationale de 1997 à nos jours :
http://pythacli.chez-alice.fr/ministres_educ_nat.htm
Merci pour ces liens ( pas le temps d'en dire plus, jeunes sauvageons en pension)
Le problème est dans le titre : le CSA ne juge et ne commence à faire les gros yeux que très tard et surtout, que sur le délit de sexisme ; alors que la nocivité de ces émissions est beaucoup plus large

En effet, le thème du sexisme est à la mode, les chantres de l'idéologie actuelle de "gauche" n'ont plus que des histoires de parité à raconter

"c'est un peu court, jeune homme, on pouvait dire… Oh ! Dieu !… bien des choses en somme",

QUID du narcissisme exacerbé et du caractère éminemment superficiel des candidats ?
quid de l'appauvrissement extrême de la pensée et de l'inculture désormais étendard ?
quid de la langue utilisée ?
quid du degré zéro du raffinement, sur le fond comme sur la forme (réalisation au bazooka) ?
quid de la vision binaire et prédatrice de la réussite ? Appât vorace au gain, classification winners/losers...
quid... de l'humain ?

depuis 15 ans, la téléréalité grimpe, le FN et le radicalisme religieux aussi

En 2001 j'avais dit qu'il suffisait à Ben Laden et à ses potes d'organiser une projection du Jerry Springer show pour convaincre une poignée de gugus d'aller se jeter en avion sur les tours.

Aujourd'hui en France, on ne semble pas mesurer à quel point le modèle de société proposé par ces émissions est catastrophique et nous réduit à une civilisation à bout de souffle. Avec une quantité de jeunes cerveaux durablement imprégnés de ces valeurs de merde, c'est du pain béni pour Marine ou les barbus, qui récupèrent sans effort les plus vides d'entre eux, en phase de rejet légitime d'une décadence sans cesse démontrée.

Sur un plan voisin, il y a quelques décennies, le prix nobel de littérature Naguib Mahfouz constatait que le radicalisme religieux en Égypte, contrairement à ce qu'on pouvait croire, prospérait bien plus vite dans les facs de science, où les élèves étaient techniquement bons mais incultes, que dans la grande université théologique Al-Azhar du Caire où il était plus difficile de bourrer le mou à des gens plus instruits sur le sujet.

Le cerveau, et notamment jeune, est le théâtre permanent d'une guerre d'occupation. Tant que le CSA et la société dans son ensemble n'auront pas compris ça, on aura toujours une longueur de retard sur les vicieux de tous bords.
J'aime beaucoup vos commentaires bruanne , ils sont pondérés et la pondération est ce qui convient le mieux pour "traiter" cet article . L'angle est juste .
Je n'aime pas les attaques sur les personnes, mais qu'attendait-on de Sylvie Pierre-Brossolette ? Elle est sans doute intelligente et cultivée, mais elle a toujours eu des conceptions très mondaines de tous les sujets qu'elle a abordé... Enfin, pour ce que j'en ai vu.

Le thème du sexisme est trop complexe pour souffrir une telle approche.
Par DétecteurdeVérité 19:31 le 18/06/2016
Re: Le CSA se fâche contre le sexisme de la téléréalité
Je viens de lire ce jour un texte sur un grand humoriste américain Louis C.K. que j'apprécie beaucoup pour sa série passée sur le Net "Horace and Pete". Ceci n'est qu'un extrait, il y en a d'autres comme celui-là

La raison qui a conduit Louis C.K. à faire de la télé, c'était parce qu'enfant, il voyait sa mère qui se retrouvait avec les gosses après son divorce travailler comme une bête et le soir arrivée à la maison s'abrutir avec des émissions débiles à la télé.
Louis C. K. a voulu offrir à des gens comme sa mère des émissions dignes, de celles qui élèvent ceux qui les regardent.
Le CSA ne pourrait pas intervenir aussi auprès des chaînes musicales qui diffusent des clips de rap encore pires que les émissions de télérealité ?
Pour que les propres spectateurs de ces émissions en viennent à prévenir le CSA, il faut qu'elles soient tombées bien bas.
En tout cas, je comprend maintenant d'où viennent les clichés à la con répandus dans les collèges et la culture du viol qui y est associé.
Bonjour, c'est tout à fait exact que la téléréalité présente une image dégradante de la femme, mais si on veut être complet il faut voir les candidates certe mais aussi les candidats ! Car l'image de l'homme renvoyée par la téléréalité est exactement le même pendant !

Dans ces émissions la plupart des candidates sont des prostituées, la plupart des candidats sont aussi du même genre (gigolos, strip teaseurs et companie).

quand aux réflexions sur l'anatomie des femmes cela peut être parfois très vulgaire c'est vrai, je veux bien que ce soit sexiste mais alors lorsque les femmes fantasment sur un sportif en parlant de son torse et de ses tablettes de chocolat c'est tout aussi sexiste que de dire qu'une femme a une poitrine généreuse^^

Bref si je rejoins tout à fait le fond de l'article, je note qu'on oublie la moitié du problème posé par ces émissions^^
Des réprimandes contre la TV poubelle "jeune" et "populaire" alors que pour la TV poubelle habituelle nada ? Mépris de classe ?
Mon commentaire en image ici (initialement publié sur tchd.fr).

PatriceNoDRM (et NoPubSurRadioFrance)
"le CSA ne s’interdit pas d’intervenir au coup par coup."


Les chaînes doivent être terrorisées. Laissez-moi deviner … un avertissement … au bout de dix avertissements, une mise en garde … au bout de dix mises en garde, un froncement de sourcil … au bout de dix froncements de sourcil … péremption !

J'ai bon ?
Supprimer, dans l'article, le prénom de Sylvie Pierre-Brossolette cinq fois sur six citations, est-ce une démonstration par l'absurde ? ^^
Une pétition demandant la stérilisation de tout le public de ces émissions serait beaucoup plus efficace sur le long terme. Et l'euthanasie des candidats aussi, ces gens souffrent, ça se voit.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.