17
Commentaires

Le blocage des sites pornos en Angleterre dérape

Le plan "anti-porno" de David Cameron a (légèrement) dérapé : 20% des sites les plus populaires du Royaume-Uni seraient bloqués par un opérateur télécom... et seulement 4% seraient pornographiques.

Derniers commentaires

Une question n'est pas posée : pourquoi faudrait-il bloquer les sites pornos, qui sont probablement les sites les plus populaires sur internet ?
Pourquoi ne pas interdire l'accès à la Tour Eiffel ou au Sacré Choeur?
On voit sur une image un site bloqué intitulé "addictinggames"... Une visite d'une demi-seconde montre que c'est un site de jeux vidéos en ligne tout simple, sans jeux d'argent. Ces personnes l'ont-ils bloqué parce qu'il contenait le mot "addicting" ?... Est-ce qu'ils croient que les sites de drogues ou grand banditisme s'appellent "dodrugs.com" ou "jointhemafiaandrobbanks.org" ? À quel point faut-il être con ?...
Je constate que dans les mots clefs de cet article on trouve "anus" et "girafe", je vois qu'on s'amuse bien à asi...
Ou alors il y a quelque chose qui m'échappe, le rapport avec les girafes ?
Si l'on pouvait filtrer automatiquement les articles putassiers qui sont publiés sur les sites de presse, cela ferait un sacré vide !
A quand l'institution du délit de racolage actif du temps de cerveau humain disponible ?

Bon, je vais jeter une oreille à l'émission consacré au rectum du ver.
L'article ne le précise pas, mais il est très probable que ce filtrage soit effectué automatiquement, c'est-à-dire par un algorithme supposé détecter le caractère pornographique d'un site. On peut même supposer que ces algorithmes sont basés sur du machine learning, vraisemblablement par apprentissage statistique supervisé. Or pour un problème aussi complexe il est évident que ces algorithmes ne peuvent pas réussir une classification parfaite, et comme dans ce cas les FAI veulent à tout prix éviter les faux négatifs (vrais sites pornos non détectés), ils paramètrent l'algo pour privilégier le rappel sur la précision; résultat attendu : nombreux faux positifs, c'est-à-dire ici sites non pornos classés comme tels.

Comme j'ai déjà dit par ici, une émission de vulgarisation sur les algorithmes et méthodes de traitement des gros volumes de données serait la bienvenue; d'ailleurs ça devrait même être enseigné à l'école à mon humble avis, dans la mesure où c'est de plus en plus indispensable à la compréhension du monde dans lequel on vit.
S'agirait-il de censurer tous ces sites où des hommes politiques affichent de manière obscène leur mensonges éhontés et leur mépris des peuples dans des poses peu ragoutantes, le tout contre de l'argent collecté par les impôts ?
Merci pour cet article intéressant, le site de l'Open Rights Group recense quelques récits de blocages aberrants :
https://www.blocked.org.uk/personal-stories
Au-delà de l'anecdote, ma première réaction a été : voilà ce qui arrive dès lors qu'on utilise des listes noires ou blanches pour faire du filtrage ! On aboutit forcément à des âneries - au minimum.
Mais ce qui ressort des témoignages, c'est la difficulté de contacter quelqu'un (une personne, un être humain, et qui sache lire) qui ait le pouvoir de vérifier en personne et de décoincer la situation. Là, je reconnais encore des situations que j'ai rencontrées comme webmaster, en particulier face à des filtres antispam obtus.
Et ma deuxième réaction, c'est qu'un pouvoir exorbitant a été confié à des gens injoignables, qui n'ont pas de comptes à rendre (en l'occurrence, je me demande même si les fournisseurs d'accès britanniques n'ont pas sous-traité, comme cela se fait souvent en pareil cas), et qui s'en remettent à des processus automatisés, ces programmes qu'on appelle "intelligents", vulgairement.
Le progrès fait rage...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.