106
Commentaires

L'axiome secret de Thomas Legrand

On peut le prendre par n'importe quel bout : le succès de la journée de mobilisation contre la réforme des retraites représente d'abord un très grave risque pour les socialistes.

Derniers commentaires

Vu à la télé: bon débat au sénat.
Woerth a un tic il répète plusieurs fois des mots, des groupes de mots. Il attaque le projet PS comme si ce n'était pas lui qui a le pouvoir mais eux.. Il est fou ou le sénat a-t-il le pouvoir de changer la loi Woerth?
Ce qui devait être dit a été dit par les sénateurs PS et PC, la confusion entre pénibilité et handicap, la remise en cause détaillée de l'affirmation que la fiscalité française est une des plus lourde, la démonstration que les députés européens de l'UMP ne luttent pas pour une harmonisation fiscale et donc qu'ils ne peuvent pas prendre la pause, comme Fourcade l'a fait, en ayant l'air de s'en plaindre pour justifier l'impossibilité de faire jouer le levier fiscal, la non signification de l'âge si on ne l'associe pas à la durée de cotisation, etc., les banques qui financent la spéculation et non l'économie comme on nous le raconte...
Mais quoi au bout de ce bon débat?, qui si il avait eu lieu dans les médias, à la place de la propagande gouvernementale, aurait entrainé une situation plus claire. La rue aurait parlé encore plus fort, ou les députés UMP de l'assemblée auraient levé le petit doigt avant car eux aussi ont un enjeu électoral en 2012.
Ce n'est pas un axiome secret, Daniel. Il suffit de lire le projet socialiste pour les retraites, que ce cher Gérard Filoche a expliqué en partie sur votre antenne : on augmente les cotisations sociales sur le travail, on augmente les cotisations sociales sur le patrimoine, et on revient à 60 ans pour les catégories où c'est juste. Ca, croyez-moi, ça ne plaira pas tellement aux français, et ces braves jeunes si responsables descendront manifester dans la rue dans 10 ans parce que leur pouvoir d'achat est faible, sans regarder leur feuille de salaire toujours plus grevée de charges et en vitupérant leur salaud de patron. En réalité, ce qu'on voit dans les rues, ce sont des cortèges de "yakafokon", j'en ai entendu dans mon entreprise au déjeuner déployer leur rhétorique implacable : "les politiques nous ont promis 60 ans, ils n'ont qu'à se débrouiller et prendre l'argent là où il est". Il est dans ta poche, camarade, le pognon, nous sommes dans un système par répartition... Mon entreprise donne 5500 euros pour mon salaire, et j'en touche 3079 euros, et encore, j'ai 100 euros de plus grâce aux heures supplémentaires de la loi TEPA, vous trouvez ça normal 44 % de prélèvements sociaux ? Apparemment, Gérard Filoche pense que je peux encore donner plus pour que tous ceux pour qui c'est juste partent à 60 ans. Moi, je dis non.
Hum, bien évidemment, vous avez entièrement raison de dénoncer ce sous-entendu permanent dans les paroles de nombre d'éditorialistes et de journalistes, qui veut que cette réforme soit indispensable, que celle du gouvernement soit la seule possible, et que les gens qui protestent contre cette réforme soient ignorants ou menteurs...

Sauf que vous avez mal choisi votre exemple, parce que pour le coup, le PS, lui, joue effectivement double jeu, puisqu'il y a manifestement un écart entre la demande de la rue de refuser d'abord et avant tout le recul de l'âge de la retraite, et la position officielle du PS, décrite dans leur contre-projet, qui consiste à... reculer l'âge de départ à la retraite pour la majorité des gens, en faisant des exceptions pour certaines catégories (métiers pénibles, carrières longues...).

Pour le coup c'est sur que si le mouvement social obtient le retrait de la réforme, et que les socialo, arrivés au pouvoir, décident d'appliquer leur "contre-réforme" et donc de reculer l'âge de départ pour la majorité des salarié, ça risque de mal passer...
Thomas Legrand, c'est celui qui a donné un coup de pied à Didier Porte, groggy debout .
Cela me fait penser à la phrase de César à son fils dans la célèbre trilogie marseillaise de Pagnol:
"Marius, l'honneur c'est comme les allumettes, ça ne sert qu'une fois"
"A force de répétitions et à l'aide d'une bonne connaissance du psychisme des personnes concernées, il devrait être tout à fait possible de prouver qu'un carré est en fait un cercle. Car après tout, que sont "cercle" et "carré" ? De simples mots, et les mots peuvent être façonnés jusqu'à rendre méconnaissables les idées qu'ils véhiculent." (Joseph Goebbels, ministre nazi de l'information et de la propagande)

Extrait de l'article suivant:
http://www.legrandsoir.info/L-emprisonnement-du-Langage.html
L'éditorial du Monde, comme d'habitude non signé, est construit suivant le même axiome que celui de Thomas Legrand.

L'auteur anonyme sort à de multiples reprises sa boule de crystal :
- "[les syndicats] ne feront pas céder le président"
- "La réforme des retraites sera votée par le Sénat le 15 octobre"
- "Le président est en passe de gagner son pari"
- "le combat paraît perdu d'avance"

Puis cet anonyme tire les conséquences du futur inévitable qu'il a deviné :
- "[les syndicats ] ont gagné tous leurs paris" Sous-entendu: le retrait du texte n'était pas le vrai but des manifestations
- "[les syndicats] savent [qu'ils ne feront pas céder le président]" Sous-entendu ils connaissent aussi bien que notre devin le futur déjà écrit, et ils se fichent des moutons qui vont manifester en leur disant que le pouvoir peut céder.
- "les syndicats sont en panne de stratégie de sortie" Sous-entendu, c'est forcement à eux de trouver la sortie, pas au gouvernement.

Et l'article se termine sur un paragraphe attaquant le parti socialiste truffé d'erreurs:
- "la bataille va se déplacer sur le terrain politique." Le coup de force de l'UMP à l'assemblé nationale a été zappé par notre anonyme.
- "le Parti socialiste cultive l'ambiguïté" suivi de la position commune de Ségolène Royal et Martine Aubry.
- "le PS veut [...] rétablir l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans, ce qui est peu crédible." L'âge légal est à 60 ans depuis 1981!
je voudrais dire qu'il ne faut pas parler de tous les contre feux comme la polémique sur les propos de Ségolène.
Il n'y a que 3 choses à dire selon moi.

Non cette réforme n'est pas une obligation mais bien un choix idéologique (Luc Chatel a dit le contraire aujourd'hui qu'il le prouve !)
Non il n'y a pas de problème démographique
l'affirmation:"on vit plus longtemps donc il est logique de travailler plus longtemps" est sans le moindre fondement

tout le reste, ce sont des questions secondaires ou parasites

ces 3 points clés de la propagande gouvernementale se démontent tous avec le même argument: il s'agit d'un argument mathématique simplissime : si on retient une des projections du COR, il faut toutes les retenir or pour ces 3 points le gouvernement ne retient de ces projections du COR sur 2040 que celles qui l'intéressent pour servir ses mensonges.
pourtant toutes ces projections ont strictement la même valeur mathématique car elles sont obtenues par les mêmes méthodes mathématiques, soit on n'en retient aucune, soit on les retient toutes! En retenir seulement une partie est malhonnête intellectuellement parlant.

mais ce qui me parait plus important encore c'est de montrer que al question des retraites n'est au fond pas fondamentale, elle n'est qu'un avatar de la véritable question centrale, celle de la dette. Le choix qui est fait dans cette réforme est toujours le même réduire les dépenses au lieu d'augmenter les recettes. J'ai entendu aujourd'hui sur France inter entre 13h et 13h30 que 36% des français se privent de soins pour cause financière, voilà ce qu'il advient lorsqu'on réduit les dépenses au lieu d'augmenter les recettes et voilà aussi pourquoi il faut rejeter toutes les projections du COR et en particulier la projection démographique car avec 1/3 des français qui se privent de soin il parait évident que la courbe démographique va en prendre un coup. La vérité c'est que les riches vont vivre de plus en plus vieux mais que tous les autres vont vivre de moins en moins vieux.

tout ceci est absurde, totalement illogique, il s'agit purement d'un choix idéologique, de la conséquence de:
"tout pour nous rien pour les autres, semble avoir été de tout temps la maxime des maitres de l'humanité" Adam Smith.

Il s'agit tout simplement des riches qui mènent la lutte des classes et qui, comme l'affirme Warren Buffet sont en train de la gagner. Mener la lutte des classes en se mettant dès demain en grève reconductible quand c'est possible ce n'est pas être un gauchiste c'est simplement être lucide sur la lecture du monde et la façon dont il fonctionne aujourd'hui. Si on ne mène pas cette lutte, ils vont nous dépouiller encore et encore et toujours plus. Le pain ne se gagne plus dans les urnes il se gagne désormais dans les luttes sociales. si on ne fait pas cette grève on perdra beaucoup plus de thunes que si on la fait.

Je vous en conjure passez tous du soutien de la lutte à la lutte elle même, je ne suis pas syndiqué mais les non syndiqués ne sont pas exclus des luttes , ni des AG.

Vers chez moi de nombreuses entreprises privés sont en grève et ont reconduit ce matin , et demain ils continuent. Le mouvement s'amplifie donc les réacs commencent déjà à sortir leurs sempiternels refrains de temps de grève, on en entend 3 superbes spécimens sur le répondeur de là bas si j'y suis aujourd'hui.

en prévision des jours à venir je me permets quelques rappels
-----------------------------------------
langue de bois en temps de grève
http://pythacli.chez-alice.fr/recent08/languedeboisofficielle.pdf
----------------------------------------------
La France serait une nation «grévicultrice» : le pays du «droit de paralyser» (le Figaro, 17 février 2004), qui préfère la «guerre sociale aux compromis» (le Monde, 26 mai 2003) et souffre d’une «forme d’infirmité que ne partagent pas nos voisins européens» (Christine Ockrent, les Grands Patrons, 1998) car «nul autre pays occidental ne se comporte ainsi» (l’Express, 5 juin 2003). Un bref rappel de la réalité historique et statistique de ce phénomène:
l’ampleur et la fréquence des mouvements sociaux ne cessent de diminuer alors même que la population active ne cesse d’augmenter
La grève apparaît cent quarante-sept fois moins pénalisante pour notre économie que les arrêts maladies
Sur la période récente (1990-2005), la France demeure onzième sur dix-huit, avec une conflictualité qui s’est effondrée (0,03 journée de grève par salarié et par an) et demeure toujours inférieure à la moyenne (0,04 journée grevée). Les modèles nordiques – réputés en France pour la qualité du dialogue social qui y régnerait – se situent en tête du classement : le Danemark est premier, la Norvège quatrième et la Finlande septième.
Pays le plus faiblement syndicalisé de l’Union européenne, marqué par un taux de chômage élevé et une hostilité croissante des médias à l’égard des mouvements sociaux, la France n’est pas un pays de grévistes
encore plus d'éléments ici: http://pythacli.chez-alice.fr/manifestations.htm#propagande

---------------------------------------------
Strikes five-year average in days not worked per 1000 employees (1996-2000)
http://www.nationmaster.com/graph/lab_str-labor-strikes

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Sur les retraites, je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ça...

Spécial poisson, qui fait rien qu'à pas cliquer sur les liens qu'on lui donne :

Notre problème, ce n’est pas les retraités
C’est les manifestants !

Notre problème, ce n’est pas les retraités, c’est qu’il y a overdose. C’est peut-être vrai qu’il n’y a pas plus de vieux qu’avant le baby boom, mais ce n’est pas les mêmes et ça fait une différence.
Il est certain que d’avoir des retraités qui font leur jardin, qui s’occupent de leurs petits enfants et qui nourrissent les chats tout en mourrant à petit feu et sans frais devant leur télé, ça pose moins de problèmes que d’avoir des retraités superactifs qui siphonnent les richesses des honnetes travailleurs pour se payer des cures de thalasso en Tunisie ou des sextours au Viagra en Thailande et finissent par agoniser d’un cancer pendant de longs et couteux mois en unité de soins palliatifs.

Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite le 9-3 où je me promenais avec Brice Hortefeux et une trentaine de cars de CRS il y a trois ou quatre jours, qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 3 000 euros, et qui voit sur le quai Voltaire à Paris, entassée dans un duplex de 180m2, une famille avec un père de famille retraité, une épouse, et un chien féroce, et qui gagne 30 000 euros de prestations retraites, sans naturellement travailler !

Si vous ajoutez à cela le bruit qu’ils font quand ils mangent et l’odeur de vieux, eh bien le travailleur français sur le palier devient fou. Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction.
Et ce n’est pas être raciste anti vieux que de dire cela...

Nous n’avons plus les moyens d’honorer la solidarité intergénérationnelle, et il faut enfin ouvrir le grand débat qui s’impose dans notre pays, qui est un vrai débat moral, pour savoir s’il est naturel que les retraités et chômeurs puissent bénéficier, au même titre que les travailleurs, d’une solidarité nationale à laquelle ils ne participent pas puisqu’ils ne travaillent pas ! Il faut que ceux qui manifestent prennent conscience qu’il y a un problème de vieillissement de la population, et que si l’on ne le traite pas­ et, les manifestants étant ce qu’ils sont, ils ne le comprendront que sous la pression de la lance à eau et du tonfa réunis, les choses empireront au profit de ceux qui sont les plus extrémistes.


Bref, si les vieux veulent se payer des wii, y'a pas à chier, z'ont qu'à bosser !
je pense que l'analyse est juste en effet.néanmoins il est sûr que le PS même s'il "s'oppose" au gouvernement ne remet pas du tout en cause
les 42 annuités!Comment partir à 60 ans avec cette saleté de décote qui plombe les années manquantes...le PS s'oppose en proposant ce que Fillon a fait passer en 2003.Cette posture peut être difficile à tenir car de justice même si on repasse à 60 ans il n'y en aura pas.C'est là que le PS doit être sacrèment contortionniste pour être en phase avec "les vrais gens".!!!
A noter que Ségolène Royal n'a pas appelé les jeunes à manifester : elle les a appelés à le faire "pacifiquement", si eux-mêmes jugeaient bon de descendre dans la rue - comme elle l'a bien précisé à Laurence Ferrari sur TF1 (1). Il est vrai qu'une première prononciation un peu maladroite de Ségolène, sorte de mini lapsus, pouvait faire croire qu'elle appelait les jeunes à descendre dans la rue : ce pourquoi Ferrari l'a relancée là-dessus, après quoi les choses étaient parfaitement claires (ce qui n'a pas empêché les rédacteurs de dépêches trop pressés, et surtout les clampins de l'UMP, de répéter sur tous les tons "Ségolène Royal appelle les jeunes à descendre dans la rue").

(1) http://www.dailymotion.com/video/xf6eoh_les-francais-sont-entres-en-resist_news
Depuis la mésaventure de Didier Porte lors de laquelle Thomas Legrand et Demorrand ont fait preuve d'une réelle perfidie,je le trouve un peu,non, franchement faux cul.Je ne m'étonne donc pas de l'ambiguïté de ses chroniques . C'est dur de garder son job ! Avec ça + ça +ça FI perd beaucoup de son aura.
Mais bon malgré tout cela les autres radios sont encore pires,je les ai testées mardi jour de grève.
mais le gouvernement ne maitrise rien .

le pouvoir lui a échappé et ses lois sont aussi inefficaces que si il n'en faisait point .

en politique on apprend à renoncer à gagner par des stratégies.aucune n'est bonne au final .il ne faut pas modifier les textes sur la retraite
Selon Sébastien Fontenelle, y'a pas que Thomas Legrand...
Bravo DS
18:01 le 13/10/2010
Sûr, après la bande sonore d'hier sur Inter - qui m'a semblé beaucoup plus médiocre que celle des grèves précédentes - au lendemain d'une manif plus massive que toutes les autres, entendre le sieur Legrand nous asséner que cette pugnacité va poser problème au... PS, oblige à se pincer fort. Mais oui, tu es bien réveillé, me disais-je dans mon for intérieur.

Que, les jours suivants, après avoir éditorialisé sur les faits eux-mêmes : montée de la mobilisation, entêtement du pouvoir, grèves reconductibles s'étendant ou pas, mouvement lycéen velléitaire ou pas,, etc, il fasse un couplet sur le PS, pourquoi pas ? Mais, ce matin !
Pour le reste, les propositions du PS ne sont certainement pas celles de Sud, ni du NPA.! Mais ce ne sont ni Sud et encore moins le NPA qui ont porté ce mouvement où, à chaque journée, les grands journalistes clamaient que les syndicats jouaient gros. Ce sont la CFDT et la CGT (FO essayant sans grand succès de jouer perso au début). Ces confédérations ne jouent pas au "yaka", "faucon", elles reprochent au pouvoir en place l'absence totale de négociations et des mesures injustes ; elles avancent des contre-propositions pas si éloignées que cela de celles du PS. Donc le grand écart du PS sur ce sujet relève de l'imagination malveillante de Legrand.

Au delà des mesures d'âge, sur lesquelles on focalise l'attention, il y aussi le financement global - à quoi sert par exemple de repousser l'age de la retraite si d'1/5e à 1/4 des 18-24 ans en recherche d'emplois n'en trouvent pas ; si même pas la moitié des plus de 55 ans sont encore employés avec en conséquence une aggravation du déficit de l'assurance chômage ? Est-il normal que le financement des retraites ne soit pas aussi pris en charge par les revenus spéculatifs ? Au moment où le bouclier fiscal est reconnu par un ministre comme injuste ne peut-on s'attaquer à cette totale absurdité qu'est la défiscalisation des heures sup. ?

Comme disait Bergeron, il y aurait du grain à moudre pour une vraie négociation...
Décidément ce Thomas Legrand, quelle déception.... Depuis le dézinguage en direct de D. Porte, à mes yeux, il est petit, tout petit.... et à l'écouter ou le lire sur FI aujoud'hui, il n'est plus rien du tout.

Voilà enfin qu'il a atteint le niveau zéro du blabla éditorialiste et Daniel à le relire j'en vois tellement d'axiomes surprenants mais non dits et des "je te manie le paradoxe creux" en permanence dans cet édito de M. Legrand que j'en reste béat!!!

Comme quoi tout le monde arrive au top niveau du néant avec un bon entraînement (et surtout je pense un bon coach comme P. Val). Il peut maintenant chanter par coeur les refrains les plus célèbres de France sur la gauche responsable qui ne saurait se radicaliser sous peine d'être admonestée par le FMI en personne et d'être obligée de faire le contraire de ce qu'elle dit.

Allons répétons en coeur tous ensemble :

Le PS a intérêt à ce que la réforme de Nicolas passe... parce qu'y en a pas d'autres possibles.

Est-ce que ces conneries me choquent encore???? Oui....
Sur le fond de l'article, je ne dis plus rien, marre de lutter contre ces moulins à vent qui sont tout en haut de la butte et bénéficie de plein d'amplificateurs de leur bruit de fond. Ils ne comprennent rien, sont veules et vils, arrogants, persuadés que leur agenda médiatique équivaut à l'agenda démocratique... bref, des éditocrates.

Par contre je me permets d'ajouter une petite nouvelle-invitation croustillante qui sera j'en suis sûr du goût de beaucoup qui ici aiment les friandises :
À l'occasion de la sortie de l'ouvrage de Cyril Lemieux, Un président élu par les médias ? Regard sociologique sur la présidentielle de 2007, les Presses des Mines et le Centre de sociologie de l'innovation organisent une table ronde avec Jean-Louis Missika, Adjoint au maire de Paris chargé de l'innovation, de la recherche et des universités, sociologue, Thomas Legrand, journaliste à France-Inter, Raphaëlle Bacqué (sous réserve), journaliste au Monde et Cyril Lemieux, sociologue (ehess/cnrs, Institut Marcel Mauss)

Ce débat sera suivi d'un cocktail.


J'ai reçu une invitation par mail avec l'adresse de la personne auprès de qui réserver une place ; manifestement il y a un truc sur Facebook (je n'y suis pas inscrit) qui semble dire que c'est public. Au pire ceux qui veulent discuter peuvent l'attendre à la sortie =). Ceux qui veulent assister au colloque peuvent me MP, je ferai suivre le mail.
Oui ! Mais quand ils n'auront plus de benzène dans leur bagnole, ils y réfléchiront peut-être à deux fois, ces éditorialistes, pour savoir qui est le plus fort, celui qui décide que les autres peuvent bien morfler, tant que ce n'est pas moi..., ou celui pour qui la réalité est déjà difficile, et qui doit tout prendre en pleine poire....
Et que celui qui a le pouvoir sur la parole n'a pas forcément tout le pouvoir...

J'ai vu sur les chaînes de droite de suivi de l'info, Coppé accuser à l'assemblée les socialos de jeter la jeunesse dans la rue pour provoquer des violences. Et il parle d'évènements qui auraient eu lieu à Meaux, chez lui. Là, je crois qu'il a fait l'amalgame de trop.
Jeunesse=délinquance, ça ne le fait pas. Et d'autant moins dans un pays dont l'atout est l'incroyable natalité au coeur du vieillissement européen généralisé.

Remarquez, normal à ceux qui ont été élus par les vieux terrorisés par les jeunes qui vont leur prendre leur place..

Ce qui est extraordinaire dans cette stratégie, c'est que les socialos ont été éjectés il y a huit ans, mais ils sont toujours responsables de ce qui ne va pas. Cela va certainement marcher pour l'électorat de droite, mais ça va bien énerver tout le monde;..

Coppé se plaint de violence dans sa ville alors que non seulement il y est maire, mais chef des grandes instances de l'état et du parti au pouvoir. Et pourtant, ce sont les autres les responsables.

Pas vraiment une mentalité d'adulte......
En fait le problème de la plupart des éditorialistes de nos granmédias, c'est qu'ils sont plus cons que leurs pieds.
Bizarrement et passé inaperçu, l'amendement 249 sur la réforme des retraites, a été rejeté , le 3 septembre 2010, par
l'Assemblée Nationale!!
Cet amendement mettait les députés et membres du gouvernement, sur un pied d'égalité quant aux montants et aux cumuls, avec les autres régimes de retraite!!
Pouvez-vous nous "éclairer" sur ce vote ( droite et gauche) merci !
Ces journalistes ne veulent pas se mouiller. Zon tellement la trouille de se planter dans leurs (pseudo) analyses qu'il vont dans le sens du vent le moins dérangeant. Legrand, que j'ai toujours trouvé surévalué, comme les autres.
Parfaitement d'accord avec cette analyse insidieuse et qui m'exaspère: ceux qui manifestent sont des serviteurs inconscients de Sarkozy. Tout ca maquillant habituellement le souhait de ces journalistes: que les gens restent chez eux.
Daniel, pourquoi faire des billets sur le sujet alors que c'est voté et que c'est fini et qu'on n'en parle plus et qu'il y a longtemps que les Français sont passés à autre chose (les polygames arabes, les attentats arabes, la délinquance arabe)?
à Bogdahn

Intéressant votre analyse sauf que depuis 6 mois et même depuis plusieurs années CGT et CFDT avaient déjà publié des analyses et sont au fait des problèmes des retraites (plus d'une trentaine différentes !) bien plus que la majorité des politiques et des commentateurs média! Si elles se sont lancées dans cette épreuve de force ce n'est certainement pas parce qu'elles sont d'accord avec celle de Sarko, si c'était le cas, de simples protestations verbales auraient suffi et sans unité d'action ! La poursuite de l'action et l'adhésion de la population me semble une réponse plus adaptée que la vôtre dans cette période charnière, de mon point de vue...
Quoi ? Qu'est ce que c'est que ce bordel ? Le Neuf-Quinze n'est même pas en direct de la mine de San José au Chili ? Bah alors les gars, on se dépêche, allez hop Daniel, sur place pour enregistrer l'émission de vendredi ! Sinon je vais être déçuuuuu !!!
Oui. En écoutant cette chronique ce matin, je me suis demandé si j'étais bien réveillé... C'était d'autant plus difficile que je m'étais farcit la veille "c dans l'air" avec des chroniqueurs tout aussi aveugles et méprisant envers ce mouvement social qu'ils ne comprennent pas. Tout ces types me font penser aux médecins de Molière : Bardé de certitudes mais complètement à coté de la plaque.
Daniel,
vous déploriez hier matin le fait de passer d'une station de radio à l'autre (entre Elkkabach sur Europe 1 et Aphatie sur RTL) pour entendre le même discours : "à quoi sert de faire grève puisque le projet a déjà été voté à l'assemblée et qu'il est examiné par le Sénat ?". Et bien soyez rassuré France Inter s'est rattrapé ce matin dans la matinale ; Audrey Pulvar posait exactement la même question à Bernard Thibaud de la CGT invité à répondre par téléphone. On voit bien la différence maintenant ! !
Mais... Mais... Ben alors ? C'est pas vrai ! Je rêve ? Il y en a encore qui écoutent France Inter ? Plus de boycott ? J'ai manqué un épisode ? O tempora ! O mores !
Daniel vous avez mal écouté Legrand.

Vous dites « C'est un paradoxe intéressant, entièrement dicté par un axiome secret, accepté par la quasi-totalité des éditorialistes français : la réforme du gouvernement est la seule imaginable, les socialistes et les syndicalistes le savent bien, et souhaitent secrètement son adoption. »

Mais Thomas Legrand ne dit pas ça :
« Le projet alternatif du PS ne ressemble pas à ce que recommande le FMI de Dominique Strauss-Kahn, mais il ne ressemble pas non plus à l’idée que l’on se fait du projet d’un parti qui accompagnerait une contestation radicale de la réforme des retraites. Le grand écart en politique n’est pas la figure la plus confortable. Martine Aubry n’est pas Rudolf Noureev. »

C’est donc vous qui caricaturez. Je crois qu’affirmer que le PS prendrait un risque à être « condamner » à accompagner les discours les plus durs à la Sud ou NPA, n’est pas expliquer que seule la réforme du gouvernement lui semble raisonnable.
Ha, ha, lemmings, c'est du fan service Geek, j'aime. :-D
Moi quand je regarde l'émission du 24/09/2010, j'entend Daniel dire :

Alors pour être parfaitement clairs, c'est vrai que quand on demande à chéreque quel est l'objectifs numéro un, il est toujours sur...Il est immédiatement sur les soixante deux ans, mais ça dure cinq secondes. Et immédiatement y rippe sur les autres sujets, c'est à dire tout ce qui...C'est ce qu'il vient de dire là : tout ce qui va être gagné sera bon à prendre, la pénibilité et cetera. Alors je voudrais juste comprendre le décalage entre la base des manifestants et les grévistes qui a quand même l'air très catégorique et...

Et là il se fait couper par le représentant de la CFDT qui explique que dans les extraits on entend bien que Chéreque parle de garder la borne des 60 ans, ce qui sera contredit par un autre extrait montré par Sébastien.

Puis Daniel relance le représentant sur le décalage entre le discour des manifestants et celui des directions syndicales.

Je vois bien la différence entre ce que disent les éditorialistes et Daniel, mais dans ce papier d'aujourd'hui, Daniel oublie un peu selon moi qu'il y a une différence entre les directions syndicales CGT et CFDT et leurs bases, et qu'effectivement une question pertinente que l'ont peut se poser est : La direction de ces deux syndicats sont-elles pour la réforme de l'age d'accession à la retraite ?

Personnellement je pense que la CGT (mon ancien syndicat) se CFDTise et suit le courant Chéreque qui a déjà trahit sa base en 2003, donc à mon sens l'analyse des éditorialistes est exagérée et orientée (c'est évident qu'on cherche à faire penser qu'au fond tout le monde est d'accord sur la nécessité de cette réforme), mais elle est largement étayée par le comportement des directions de la CGT et évidement de la CFDT.

Pour conclure, je pense que cette chronique oublie quelque peu cette dichotomie entre la base et la directions de certains syndicats, alors que Daniel l'avait mise en avant il y a peu.
1 pas en avant, 3 pas en arrière, telles sont les chroniques de Thomas Legrand !
mode randal on : comme toujours : bof ... monde randal off.
Thomas Legand ou l'art de ne rien dire, ou tout et son contraire. Cela correspond bien à son lâchage de Didier Porte en public sur Canal +. Ce cher homme est un opportuniste et correspond bien à la ligne rédactionelle de la matinée de FI.Mauvais sons, mauvaises interviews, mauvaises informations.
Bonjour,
Certains parlent de 68 ou de 95. Moi je dirais plutôt 2005 où la minorité bien pensante nous avait fait croire que hors du CPE il n'y avait point de salut.
Aujourd'hui c'est hors de cette réforme là, point de salut et tout ceux (70% de la population) qui pensent le contraire se trompent.
Malgré cela le NON l'a emporté. Il en serait de même si un référendum était organisé sur cette réforme des retraites.
Mettons un terme à cette illégalité organisée et mettons dehors les gouvernants, les députés illégaux (ils n'ont pas été élus pour imposer cette réforme) et leurs journalistes suppôts.
NB: sous mes fenêtres, en province, une manifestation étudiante vient de passer qui n'en pensait pas moins.
Bien vu cher Daniel... ça fait exactement huit ans que ça dure - pas tout à fait quand même. Mais, en ce moment, c'est la rage de vaincre qui les anime tous autour du Nain Jaune : ils nous font une storytelling à croire que le PS règne en maître depuis au moins 2007 et qu'il est la cause de tous les maux - plus une baffe pour Ségolène, au passage, car on ne sait jamais. En tout cas bravo pour l'illustration. Ces demoiselles sont destinées à devenir emblématiques - ou alors c'est que les rédac' chefs sont des nuls.
Bon, je ne sais pas si cet axiome est partagé par tous les éditorialistes si secrètement (certains ne s'en cachent pas trop) mais là ou Legrand n'a pas tort, c'est la position inconfortable du PS par rapport à cette réforme, particulièrement la position des strauss-kahniens...

Quand au machiavélisme de celui dont on ne devrait plus prononcer le nom, n'irait il pas jusqu'à souhaiter un tel durcissement du conflit qu'il lui faudrait alors recourir, avec l'aide des corps constitués (qui comme on le sait sont à sa botte à talonnette), à un état d'urgence, nécessitant pleins pouvoirs, recours à l'armée, couvre feu etc... (je sais c'est de la politique horreur-fiction, mais c'est un genre qui a de l'avenir...)
J'ai pris la peine d'écouter ce matin ce qu'a dit exactement Ségolène Royal sur TF1. Elle n' a jamais appelé les jeunes à manifester: tout au contraire elle a dit qu'ils n'avaient pas besoin du PS pour le faire, qu'ils étaient assez responsables pour faire leurs propres choix MAIS que s'ils manifestaient "elle les appelait à le faire pacifiquement". GROSSE NUANCE! Dommage que Daniel ait repris comme tous les commentateurs ce morceau de phrase qui dénature ce que Ségolène Royal a dit réellement.
"... plus le PS se trouvera embarqué dans un mouvement qu'il ne maitrise pas, environné par les "ultras", cerné par les "surenchères"..."


Mais la réalité est encore pire : figurez-vous que le PS, par la voix de son porte-parole Benoît Hamon, a rejoint l'extrême-gauche ! C'est la grande Nadine, la Momo de l'UMP qui l'a démontré hier soir sur C+ (oui, Nadine n'assène pas des contre-vérités, elle les démontre ! trop forte la Momo !)
Ben oui, quoi, quand Denisot a reçu Hamon et Besancenot, Hamon était assis A COTE du NPA non ? et ça c'est pas une preuve peut-être ?

'tain il est mal le PS, très mal, moi j'vous 'l'dis !
Je trouve que Cohen a bien secoué Barouin ce matin, au point d'être accusé d'être un porte-parole du PS.

Et cherry on the cake, la chronique de Dahan devant ce même Barouin apparemment plutôt crispé. Il faut dire qu'une allusion au statut fiscal de sa compagne s'est glissée au milieu.
c'est bien
F I est rentrée dans le rang par la voix de certains de ses éditorialistes
bienvenue à "radio Vsesoyuznoye" (célèbre radio soviétique)
un axiome secret, accepté par la quasi-totalité des éditorialistes français

Pourquoi il y a t'il selon vous une quasi uniformité de vision chez les éditorialistes ? Est-ce vraiment en constat mathématique ou est-ce lié au choix des éditorialistes observés?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.