72
Commentaires

Lanzmann, et en même temps...

Commentaires préférés des abonnés

"En comparaison de l’œuvre immense de l'auteur de Shoah, ces deux faits ne sont rien." Quel est l’intérêt de cette phrase dans l'article ? Elle n'apporte rien à l'argumentation et on pourrait même argumenter quelle vas dans le sens inverse de la conc(...)

Votre "en même temps" qui rapproche ici  deux actions sans autre rapport que la perssonne de leur auteur  n'a pas du tout le même sens que celui qui est entendu par Macron. Pour lui il sagit de corréler des actions politiques :: donner de l(...)

Merci pour la chronique. Ce pan de la personnalité (je ne sais pas si c'est le bon mot) de C. Lanzmann affleure dans un un de ses derniers films, Napalm, récit à la première personne de ses voyages en Corée du Nord. De son premier voayge (années 1960(...)

Derniers commentaires

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Disponible jusqu'au 11 juillet https://www.arte.tv/fr/videos/068408-004-A/les-quatre-soeurs-4-4/


Cette quatrième partie, contrairement aux trois premières, montre des situations ambiguës. Claude Lanzmann n'a rien éludé, me semble-t-il.

Wauquiez sur Lanzmann : Claude Lanzmann nous a quittés, mais son œuvre et le devoir de mémoire demeurent. Il y a trente-trois ans, son film Shoah nous a ouvert les yeux. Le meilleur hommage qu'on puisse lui rendre est de les garder ouverts.

Il ose le faux-cul, lui qui, comme le rappelle un journaliste sur Twitter, a baissé de 40 000 € la subvention de la région à la Maison d'IZIEU, mémorial des enfants juifs exterminés, considérant qu'il s'agissait d'"une association comme une autre".

Bien que cela n'intéresse personne, je tiens à clamer tout fort une bonne nouvelle : Boris Johnson a démissionné


L'homme qui dans sa jeunesse passa ses loisirs avec d'autres à brûler des billets de 50 livres devant les yeux de gens dans la rue vient de recevoir dans la tronche le boomerang tout en croyant s’aménager un futur

Eh oui, à l’avenir les nécrologies de personnages publics risquent de susciter ce genre de révélations. C’est inévitable, et c’est à ce prix qu’un mouvement comme metoo pourra s’enorgueillir d’avoir contribuer à modifier certains comportements masculins. C’est à ce prix que l'on pourra dire un jour comme une évidence : la maîtrise de ses pulsions et le respect de l'autre, ça ne fait peut-être pas de vous un génie, mais ça fait au moins un homme (ou une femme !) Et c'est déjà pas mal !


Merci à Daniel Schneidermann de faire la part des choses : "Il est aussi absurde de réduire la vie et l’œuvre de Lanzmann а ces deux accusations qu'il est idiot de rechigner a les mentionner. Penser les deux en même temps, est-ce si difficile ? » Ce « en même temps », cette façon de traiter l’abcès, devrait permettre de continuer à célébrer sereinement l’œuvre puissante et nécessaire d’un homme comme Lanzmann.

a écouter voir sur le MLF, et sur ce que je dis dis depuis des années, que mai 68 a été une libération des mecs et une appropriation de nos corps, comme l'est la prostitution , payer pour violer une femme, qui ne vous désire aucunement , et est meme dégoûté . courage instruisez vous, les femmes sont 52% de l'humanité  ... https://youtu.be/AuIhidC_U88

Evidement que c'est difficile, le machisme dit que les mecs sont parfait, nos responsables politique n'ont aucune responsabilité, si les mecs sont mal eduqués c'est de la faute des mères (meme les py le disent, horreur, que les mâles donnent le bon exemple, les petits garçons imitent les mecs , pas le femmes) ... le patriarcat sacralise les mâles . Et pour nous les femmes, que les types ne puisent avoir une oeuvre sans faire de violence sexuelle , c'est un problème .. La société consacre t'elle la violence ou le talent ? Picasso a rendu folles ses femmes, détestait certain de ses enfants , pourquoi ne pas en parler ? Par contre que S Veil sois, a l'aube de sa mort ,et  malade , aller saluer les dingues, contre le mariage pour tous, ça on l'entend .. mais c'est une femme .

Penser les deux en même temps, est-ce si difficile ?

 


Cela ne présente en effet de difficulté que pour qui se soucie de ce que  penser signifie. Dont vous apparaissez ne pas soupçonner, négligeant en l'occurrence ce souci ouvertement, que cela contredit la vocation que vous revendiquez pour @si de s'inscrire à l'enseigne de la déconstruction. 


Déconstruction provient en effet de la traduction - par Granel et Derrida indépendamment proposée, et différemment illustrée - du terme allemand Abbau choisi par Heidegger pour caractériser la tâche désormais de la pensée à l'égard de la tradition dont nos héritons. Bénéfice d'inventaire consistant en l'assomption par renversement de son enseignement.


Assomption par renversement dépendant de la claire aperception de la différence sans fond (abyssale donc) entre l'identique ou le pareil (Das Gleiche) et le même (Das Selbe) qui se donne, lui, toujours autrement*. Or le si consensuel stéréotype présidentiel  en même temps auquel vous souscrivez inconsidérément n'est jamais que l'abusive traduction de l'adverbe allemand zugleich signifiant littéralement pareillement. De ce  zugleich au demeurant Kant avait - dans la Critique de la raison pure - établi l'illégitimité dans la formulation du principe de contradiction. Se vérifie ainsi qu'il n'est pas d'abusif gouvernant qui ne soit d'abord faussement instruit philosophiquement.


Ce qui est à devoir penser étant toujours aussi pareillementqu'abusivement en même temps, épargnez  donc le site de déconstruction que nous consultons de cette mauvaise traduction d'un adverbe allemand.  




*Autrement qu'être ou au-delà de l'essence est le titre d'un ouvrage d'Emmanuel Levinas qui en a consacré un autre à L'humanisme de l'autre homme. Vérifiant leur disponibilité je découvre que Ricoeur de son côté  a(urait) consacré un livre au premier. Ricoeur dont notre actuel président fut, en un plus jeune temps, dit-on assistant... Emmanuel pour Emmanuel cependant... 



   

ça commence  à puer sérieusement la pudibonderie dans notre siècle ambiant ! plus graves sont les accusations de sionisme qui traînent chez les excités du forum de mediapart


C'est quoi ce bazar ?


Claude Lanzmann avait du caractère, son caractère.


Déjà, sur un forum de Télérama, le trollisme agit  malveillant.


La thèse du Troll en chef :  "Lanzmann est méprisant"

Comprendre  "Lanzmann est méprisant envers les non juifs" 


Et voilà, on est en plein dedans jusqu'aux dents !




Une chronique et "en même temps" le matinaute.

L'une réservée aux abonné.e.s et "en même temps" l'autre en libre service !

Quelle belle illustration de la macronerie galopante ;-)

Outre le fait qu’il n’arrive pas à garder ses mains dans ses poches, Lanzmann n’est pas très apprécié dans les milieux cinéphiles, notamment à cause de sa ragerie de rageux sur la liste de Schindler, qualifiant les larmes que l’on verse devant de « jouissance », de « mélodrame kitsch » et autres inepties visibles ici : http://nuageneuf.over-blog.com/article-claude-lanzmann-extrait-117972394.html

Galant et séducteur avec les femmes (Le Parisien).

Galant, ça excuse beaucoup de choses. On peut supposer que le baise-main précédait toujours le baiser non consenti. Qu'un "après vous, je vous en prie" constituait un préalable à une main au cul.

Et puis merde, de quoi elles se plaignaient ces deux meufs ? Même pas conscientes de l'honneur que leur faisait ce grand homme en les harcelant ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je suis personnellement bien plus choqué par un autre de ses films controversés qu'on oublie souvent, Tsahal. Mon "et en même temps" irait complètement sur celui la. Il y aurait beaucoup plus à creusé la dessus, sur l'aveuglement de ce que peut être la politique israélienne pour lui. Mais j'imagine que cela fait sujet à marcher sur des œufs. :p 

Les "vilenies" qui casserolisent les "grands" hommes ne sont-elles pas inhérentes à l'Etre Humain.

Faire une recherche d'une quelconque Pureté ne serait-elle pas plus dangereuse?


L'immaculée pureté. Pffft!!

Le pur est satanique, non?

Vade retro satana!

Qui signe cet édito?

L'obsessionnel "me too" a ses effets pervers. Lanzmann était un fort tempérament et un sacré caractère. Cela transpire du "Lièvre de Patagonie" comme de toutes ses interviews, aussi bien que du moindre de ses portraits-photos. C'est ainsi et c'est ce qui lui a permis de réaliser Shoah, comme tous les défauts de Rousseau, Voltaire, Chateaubriand, Céline et tous les autres sont d'une certaine manière indissociables de leur création. L'histoire de la policière et de la journaliste sont anecdotiques. Rien à voir en tout cas avec Weinstein. C'est toute la différence entre les excès regrettables d'un mâle un peu chaud et un système de pouvoir profondément pervers.

Il ne faut surtout pas oublier que ces comportements de prédateur, aujourd'hui -et à juste tire-vilipendés étaient alors considérés comme "normaux", pire, glorieux. Quand le viol, de simple délit, est devenu passible des assises, nombre d'honorables pères de famille ont été diablement surpris. Les plus corrects ont rapidement rectifié leur comportement (la peur du gendarme est le commencement de la sagesse). Les autres... ont simplement été plus prudents.


Et l'ensemble de la société a quand même continué à euphémiser avec des mots codés qu'on peut ne pas comprendre. Ou feindre de ne pas comprendre. Quand une copine vous dit qu'un homme a été incorrect avec elle, laquelle d'entre nous lui demande "Qu'est-ce qu'il a fait exactement?" 

Merci pour la chronique. Ce pan de la personnalité (je ne sais pas si c'est le bon mot) de C. Lanzmann affleure dans un un de ses derniers films, Napalm, récit à la première personne de ses voyages en Corée du Nord. De son premier voayge (années 1960) il ne retient que ses souvenirs d'une aventure cachée avec une infirmière coréenne (années 1960), nimbés de son propre désir étouffant que rien ne semblait devoir arrêter et qu'il se complait à relater avec la fierté de l'homme vigoureux qu'il s'honore d'avoir été. Une aventure n'est évidemment pas une agression sexuelle, mais disons que le voir se décrire comme un fleuve impétueux et à qui rien ne doit résister éclaire d'un jour différent les informations que vous rapportez. 

Par ailleurs ce film comporte des envolées lyriques sur la Corée du Nord d'aujourd'hui, aveugles à quasiment toute critique (contrairement à ce qu'il faisait mine de dire quand il évoquait ce pays dans l'émission de J. Bernard), avec moultes images complaisantes de sa propre personne, et sans nous épargner plusieurs remarques faites à des interlocutrices sur leur charme. L'ensemble qui, j'imagine, se veut iconoclaste et rebelle aux conventions produit en fait un très grand moment de malaise, voire de naufrage sénile.

Qu'un homme, même important, puisse avoir ses côtés sombres, c'est dérisoire de ne pas le dire parce qu'on sait tous que c'est forcément le cas...

En effet, il ne manque pas de faces cachées de la vie d'un auteur ou artiste qui n'ont rien à voir avec la qualité de l’œuvre qu'il ou elle a produite

Woody Allen et ses tristes histoires insupportables, Rousseau et son piètre comportement paternel, etc...


Mais parfois, la face cachée n'arrive à dissimuler l'immensité de l’œuvre comme c'est le cas avec Céline

et à chaque mot résonne encore le bruit du couperet qui a emporté, indirectement, les vies de milliers de personnes, ce qui nous ramène au chef d’œuvre de Lanzmann


Dans le cas de Lanzmann, la nécrologie aurait peut-être due en faire mention. J'ai vérifié : celle du ou de la Guardian, s'en est dispensé aussi.

C'est peut-être aussi, qu'il ne sert à rien de vraiment essentiel de se souvenir des excréments qui accompagnent la vie d'un grand artiste quand, ce que l'on commémore à sa mort, c'est sa création plutôt que le créateur. On se souvient d'elle à travers lui au jour du grand départ.


ça s'appelle refaire l'historique  (ou l' histoire:en politique par exemple )

quand on ne peut plus rien rajouter dans le sens choisi 

on travaille à gommer définitivement ce qui pourrait susciter une quelconque question !! 

c'est vieux comme ....vous avez le choix


Sûr de lui et dominateur dans sa conduite auprès des femmes,, Lanzmann, secrétaire de Sartre, aurait les mains sales ? ça donne la nausée !

Il est si difficile de penser les 2 en même temps car Lanzmann a été sanctifié par le Saint-Siège médiatique.  Le Saint-Siège est infaillible. Il ne peut se dédire.

"En comparaison de l’œuvre immense de l'auteur de Shoah, ces deux faits ne sont rien." Quel est l’intérêt de cette phrase dans l'article ? Elle n'apporte rien à l'argumentation et on pourrait même argumenter quelle vas dans le sens inverse de la conclusion.


Par ailleurs il me semble fallacieux de comparer l’œuvre et les accusations/délits/crimes (rayez la mention inutile) d'une personne. La portée d'une œuvre ne donne pas de bon points face à la justice.

Votre "en même temps" qui rapproche ici  deux actions sans autre rapport que la perssonne de leur auteur  n'a pas du tout le même sens que celui qui est entendu par Macron. Pour lui il sagit de corréler des actions politiques :: donner de l'argent aux riches et "en même temps' 'en retirer aux pauvres

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.