Lanzmann, et en même temps...
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Lanzmann, et en même temps...

Dans le déluge d'éloges tellement mérités qui s'abat sur la mémoire de Claude Lanzmann, une fausse note : la journaliste Alice Coffin, co-présidente de l'association des journalistes LGBT, rappelle que deux femmes l'ont accusé d'agression sexuelle. Une policière israélienne, qui avait conduit en 2012 son interrogatoire d'entrée dans le pays, à l'aéroport Ben Gourion. Et une journaliste hollandaise, venue l'interviewer chez lui, à Paris (la date de l'incident n'est pas claire). Lanzmann aurait tenté de les embrasser de force. Les deux épisodes n'ont eu aucune suite judiciaire.

En comparaison de l'oeuvre immense de l'auteur de Shoah, ces deux faits ne sont rien. Lanzmann n'entretenait de rapport hiérarchique avec aucune de ces deux femmes. Ces deux mouvements compulsifs ne mériteraient aucune place dans ses nécrologies, si ces nécrologies, débordant de son oeuvre, ne s'attachaient aussi à décrire sa riche vie amoureuse (que lui-même, c'est vrai, a racontée en détail dans sa délectable autobiographie, Le lièvre de Patagonie). Ce ne sont, dans les journaux, que "séducteur insatiable", "séducteur brusque et enflammé", et autres qualificatifs que l'on croyait définitivement remisés depuis les affaires DSK et #metoo. Dans ce cadre, c'est vrai, on ne comprend pas pourquoi les auteurs des nécros n'ont pas simplement rajouté les mots "a été deux fois accusé d'agressions sexuelles". Huit mots. Pourquoi est-il si difficile de les écrire ? Retirent-ils quoi que ce soit à l'oeuvre de Lanzmann ? Rien. Risquent-ils de donner quelques pauvres munitions à une poignée de négationnistes ? Mais l'apparente omerta en donnera encore davantage.

Penser les deux en même temps. Oui, Lanzmann a produit Shoah. Oui, Lanzmann a été accusé par une policière israélienne et une journaliste hollandaise de ce que l'on qualifie, juridiquement, d'agression sexuelle. Il est aussi absurde de réduire la vie et l'oeuvre de Lanzmann à ces deux accusations, qu'il est idiot de rechigner a les mentionner. Penser les deux en même temps, est-ce si difficile ?

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.