118
Commentaires

La tête de veau et les fumées

Commentaires préférés des abonnés

Commentaire piqué sur Médiapart (merci à Joseph G.) : 


"Lubrizol brûle et nous regardons chirac"

Merci pour la chronique. Espérons vite le retour (classique) de balancier où on pourra rappeler combien on le détestait, lui le chef de meute de la droite, le grand corrupteur de l'Afrique et de la politique française, le menteur, l'homme sans pitié (...)

Certes, le choix de parler de Chirac est révélateur, mais pas seulement de tout ce que DS évoque. 

Il révèle aussi que ces journalistes-là choisissent la facilité.

 La nécro de Chirac devait être prête, les bases de donnés et d’images ont for(...)

Derniers commentaires

Je retiendrai de Chirac une seule chose : "Le bruit et l'odeur".



le plus triste dans l'histoire c'est qu'on ne pourra plus voir " Chirac en prison"...

https://www.youtube.com/watch?v=Qal23tafbeM

mais aillons espoir, on verra peut être Macron au bout d'une corde"

(la chanson n'est pas encore sortie mais elle tourne déjà dans pas mal de tête)

Après les sublimes hommages rendus au  Grand Président Chirac, si tout va bien, à leur disparition,  la Bonne Presse Française, nous invitera à reconnaître que :


- L 'Immense  Président Sarkozy était un Grand Humaniste Désintéressé , à la limite de la Sainteté, entouré de collaborateurs altruistes;


- le Génial Président Hollande était un Grand Economiste , doublé d'un Chef d'Etat Inflexible, Garant des Valeurs de la Gauche, 


et que Pompidou, VGE, et Mitterrand sont déjà à la Droite de Dieu ( s'il existe ) ; j'ai bien dit : à la Droite de Dieu, pas à gauche , il faut rien exagérer)

J'avais préparé un commentaire funèbre depuis des années mais j'ai raté le coche

aussi c'est en retard que j'arrive, les tympans bombardés d'éloges de la part des politiques qui se découvrent les enfants de Chirac


Bon moi-même, je remercie Chirac pour l'Irak et pour le Vél' d'Hiv et pour la Palestine et par voie de fait Israël et pour la claque à Le Pen

mais tout au long de ces éloges, j'ai appris combien Chirac avait la fibre sociale

et je me dis que si j'avais voté, je n'aurais pas eu de meilleur candidat socialiste

et j'ai aussi découvert combien il y avait de gens à droite pour ne penser qu'aux pauvres et aux moins bien nantis

comme quoi, on se laisse prendre par ses propres jugements

alors qu'il suffit d'une disparition pour remettre les choses sous le bon éclairage !!!


Question Lubrizol, il n'y a jamais de fumée sans feu...

feu Chirac bien sûr

A lire ce Matinaute, je me dis que même "Chichi" n'aurait pas espéré une si belle et si juste épitaphe: Le monde brûle tandis que nous ne parlons plus que de feu Chichi

J'ai aujourd'hui une pensée respectueuse pour Jacques Toubon, produit de la Chiraquie, désormais insatiable défenseur des droits des faibles contre les puissants.

Etat français : Le mensonge érigé en mode de communication.

Rouen, les Gilets Jaunes, Steve, Zineb....

Quand je lis les commentaires de cette page, j'ai l'impression de me retrouver sur twitter ou des gens déversent simplement leur haine du personnage.

A vrai dire cela plus raisonable que les éloges des journalistes.

Et bien, soupirez maintenant , monsieur Schneidermann......

Merci encore DS pour ce matinaute tellement juste. Toute petite correction malgré tout: seuls Paris-Normandie et l'Equipe n'ont pas titré sur Chirac. Pour ce dernier, une Une sur nos virevoltants volleyeurs (rarissime!) mais rien sur les dangers du jogging ces jours-ci...

Chirac ?

Il avait un copain d'école : Decaux.

Maire de Paris, il lui avait accordé le monopole pour les panneaux d'affichage, les abri bus, ...


Et ensuite les fameuse sanisettes payantes.


D'où mon fameux slogan d'alors:


QUI CHIE RAQUE !



Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je trouve le reproche un peu à côté : n'y aurait-il pas eu la mort de Chirac, les chaînes d'info continue auraient fait leurs choux gras de cette usine qui brûle. De belles images, un sujet "trendy", ils se seraient gavés.

Chirac n'était rien d'autre qu'un homme prêt à toutes les bassesses et vilénies pour être élu Président de la République.

Un voyou aussi qui a vécu toute sa vie sur la princesse. Jusqu'à sa retraite, hébergé à Paris qu'il était, par un milliardaire.

Un repris de justice que l'on célèbre comme une autorité morale qu'il n'a jamais été.

Pour ma part cela a été une révélation du narcissisme profond de nos "élites" et de leur média.  Cela révèle bien la peopolisation de l'information.  Tout est analysé de façon individuelle, psychologique. 


Un évènement lourd de conséquence pour la globalité de l'humanité n'a  aucune place dans les média dominant (le parti médiatique) s'il n'est pas porté par (au choix) une figure caricaturale, des témoignages individuels, des moqueries ou des outrances.


Il faut bien constaté que le panache de fumée, les centaines de personnes impactées n'avait aucun poids faute de témoignage emblématique à diffuser dans les informations. Quelques morts, un coupable terroriste, des riverains excédés, des mouvements de paniques auraient peut-être eu plus d'écho. Mais rien n'est sur car la primauté du "grand homme" sur les gens ordinaire reste l'imaginaire dominant de nos élites médiatiques.

Incendie tragique rue de Tournon

1 mort

Nostalgie, nostalgie...

Merci pour la chronique. Espérons vite le retour (classique) de balancier où on pourra rappeler combien on le détestait, lui le chef de meute de la droite, le grand corrupteur de l'Afrique et de la politique française, le menteur, l'homme sans pitié devant les sans papiers de Saint Bernard, l'homme qui rencontre le Pen entre 2 tours de présidentielle, l'homme qui a trahi et démoli tous ceux qui se mettaient sur son chemin. Et Boulin, bon sang, Boulin. Tout ça part en fumée pire qu'une usine norlande, dans le storytelling bien rodé des anecdotes à 2 balles sur son appétit de vivre, et sa soit disant culture abyssale qu'il cachait comme un crime, ah mais non c'est de la pudeur, ben voyons. Qu'est-ce qu'on peut se cogner comme tartines de conneries depuis hier, et le pompon avec le grand corrompu Juppé en majesté sur la matinale de France Inter, avec ses petites larmichettes moralisantes. Chirac c'est vraiment le doudou d'une génération d'homme politiques aux petits pieds, et de journalistes qui n'ont rien vécu de plus grand que le duel Balladur-Chirac, bataille pourrie d'egos rassis repeinte en grande reconfiguration de la droite, mais quelle blague. Paix à tes cendres, Jacques Chirac, tu ne nous manqueras pas, je te remercie pour le discours du Vel d'Hiv, qui pourtant fut marquant pas tant en lui même mais plutôt par contraste avec la position délirante de Mitterrand, qu'il fallait dénoncer. Et pour avoir stoppé les fascistes serbes à l'été 1995. Le reste? oui l'Irak, Ok. Sinon presque rien et pas mal de saloperies.

Ils ont fourni aux "gueux", le moyen, illusoire, de se méler des grandes affaires du monde...Il n'ya pourtant que les normands qui s'inquiètent pour la fumée!

Chirac enfin condamné à perpétuité !

Certes, le choix de parler de Chirac est révélateur, mais pas seulement de tout ce que DS évoque. 

Il révèle aussi que ces journalistes-là choisissent la facilité.

 La nécro de Chirac devait être prête, les bases de donnés et d’images ont forcément «  Chirac » comme mot-clé, et des commentateurs politiques y’en a plein leurs contacts. 

Des experts en accidents industriels, en sécurité des populations, en zone Seveso, en pollution, en risques sanitaires, c’est plus difficile. 

Donc plus cher. Donc moins rentable. 

Et puis elle n’est pas dans Paris cette usine. Et y’a même pas morts.  


Un beau concentré de ce qui discrédite cette presse-là. 


Si Chirac était mort le jour de l’incendie de Notre-Dame, z’auraient été bien embêtés ! 


Je me rappelle d'une interview d'un ancien de la chicaquie par Daniel dans les archives d'asi ou l'invite avouait "oui ca deconnaît un peu mais y'en avait c'était vraiment des moutons noir, par exemple Balkany"

Je ne me soucient plus du nom de ce personnage et je retrouve pas l'interview, une idée ?

J'ai 14 ans quand Chirac et élu la première fois. Immédiatement, il relance les essais nucléaires... Et naît chez moi la "conscience politique" qui sera (d'abord) écologique donc. Aujourd'hui, il meurt pendant une catastrophe écologique. C'est étrange non?  

Accessoirement, le débat sur "les barbares" est (pour le moment?) occulté...

"auront au moins échappé au nuage Chirac, que n'a arrêté aucune frontière régionale, ou départementale "


Petite piqure de rappel : "Le nuage s'est arrêté à la frontière " est une invention journalistique ( coucou Libé ) et un bel exemple d'effet Mandela

meme reporterre n'a pas pu resister et en fait sa un ,  





Juste une phrase qu'on lui a soufflée...

"Le bruit et l'odeur", produit d'un mémo....

"Mon ennemi, c'est la finance", imaginée par Hollande


déçu que le bruit et l'odeur ca ne soit pas de lui , ca avait l'air drôlement sincère et spontané ( en bon gros boeuf qui se lâche en fin de repas),  enfin ça aura au moins permis d'inspirer une chanson a zebda.

C'est pas lui qui a écrit le texte, mais quel acteur! idem pour "La maison brûle", les pauses, les gestes, waouh... du grand art. Deux textes qui appartiennent pourtant à des répertoires très opposés. Mais un bon acteur peut tout jouer.

Et vous savez qui a eu ces belles trouvailles ?


Parce que je me souviens du frère de Karl zéro qui écrivait les discours de Pasqua ( notamment "il faut terroriser les terroristes" à propos de la Corse ) et avec l'accent c'était succulent ( et inquiétant à souhait sachant que le bonhomme venait du SAC ) 


Alors j'aimerai bien savoir qui était la plume de Chirac pour le bruit et l'odeur 

car franchement; je pensais que c'était de notre Chichi ! ( ça lui correspondait bien la blague de fin de banquet )

Boudiou, je l'ai su ! C'est un gonze qui a bossé à France Soir après. Mais je ne suis pas sûr. Je dois confondre avec un autre de ses propos. Lui dit que ça lui est venu comme ça, mais bon. le bruit et l'erreur.


Je me rappelle en revanche que Chirac avait affirmé qu'un étranger père de famille nombreuse touchait une somme faramineuse de l'Etat. Du coup, la presse avait vérifié cela et n'avait pas trouvé. Finalement, Matignon avait piteusement donné une exemple de haute prestation... mais bien an deçà des chiffre de Chirac.

Macron n'a rien inventé en terme de démagogie.

Juppe remet une pièce dans le juke box en affirmant hier soir que les chiffres de chirac étaient justes.

"Interrogé au sujet de cette sortie sur le plateau de BFMTV ce jeudi, au soir de la mort de Jacques Chirac, Alain Juppé a justifié les propos de l'ancien président:


"C'était tout simplement la vérité!", a-t-il asséné. "J'ai été élu de ce quartier, et j'ai fait la même constatation. Est-ce que ça veut dire qu'on est racistes? S'il y avait quelque chose qui était profondément étranger à Jacques Chirac, à ses idées, à ses convictions profondes, c'était le racisme et l'antisémitisme. Et il a été l'un des hommes politiques les plus déterminés dans son hostilité au Front national et à ce que représentait l'idéologie de Jean-Marie Le Pen à cette époque-là. Donc lui faire un procès en racisme... (...) Il l'a dit. J'aurais peut-être pu le dire", a confié le président du Conseil constitutionnel."


Cela prouve déjà une chose. Tout Juppé-démocrate-mec-sérieux qu'il est, il peut ressortir des mensonges racistes tranquille.

Secundo, ça reste toujours faux. Ce serait marrant que les fattechéqueursdonneurs-deleçon actuels fouillent dans les archives afin d'enfoncer Juppé droit dans les bottes de la honte.





les repris de justice n'ont aucune morale de toute façon  !

;-))

Surtout qu'il l'a été de justesse !

Juppé est un expert en abus de bien social, et particulièrement en travaux somptuaires au bénéfice de son fils dans une HLM indue. "Le meilleur d'entre nous" doit imaginer que les autres sont aussi filous qu'eux.

Hors sol, rigide : je le vois bien capitaine dans les tranchées de 14-18. On l’aurait appelé "le boucher droit dans ses bottes".

Si je me souviens bien (vérifiez), Hollande dans son discours n'a jamais dit "ennemi", il répétait "mon adversaire, c'est la finance...", ce qui n'a déjà pas le même sens... Qu'on se souvienne de Pétain qualifiant le régime Nazi "d'adversaire", et non "d'ennemi" dans son discours de capitulation de juin 40. 

Curieux ce glissement de mot dans le souvenir de presque tout le monde.

C'est vrai. Merci d'avoir rectifié.

Le "nuage Chirac, que n'a arrêté aucune frontière régionale, ou départementale."


Ah ouais, chez nous ils ont ressorti toutes les vieilles photos locales. La plus "émouvante", quand il était venu pour les victimes du tunnel du Mont Blanc. Décidément, la maison continue de brûler, et on continue de faire du pipeul.

Les mots de Macron : "l'homme d’État que nous aimions autant qu’il nous aimait.."

Le cerveau de Macron :" Mais maintenant, c'est fini, tas de cons ! "

Commentaire piqué sur Médiapart (merci à Joseph G.) : 


"Lubrizol brûle et nous regardons chirac"

Merci Daniel de rompre l'indigestion. 

Evidemment, pour les normands, regarder ailleurs pendant que leur maison brûlait aurait été une étrange référence à Chirac. Mais heureusement, pour les autres, Rouen est en Normandie, pas en France.

Ça me rappelle l’usine AZF qui avait eu le malheur de sauter juste après le 11 septembre 

A ma connaissance, la France va enterrer son premier Président de la Vme  filou et voyou.

BFM, LCI, Salamé et Hanouna vont vanter les louanges d'un boloss à leur mesure et Balkany sera autorisé à sortir de prison pour la mise en bière.

Belle conclusion.


« Ouf, on est sauvé, on va parler de la mort de papi, plus besoin de remuer la merde des industries hyper-polluantes ! »

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.