La tête de veau et les fumées
chronique

La tête de veau et les fumées

Un contre tous. Seul de toute la presse française, Paris-Normandie a consacré sa Une à l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen. On imagine les débats, dans la salle de rédaction. Des volutes de 22 kilomètres de long, sur six de large. Une usine Seveso. On est obligés, tout de même ! Oui, mais Chirac ? Ok, le bandeau du haut de la Une, pour Chirac. Mais sinon, nos lecteurs ne comprendraient pas. Ainsi les lecteurs normands, qui suffoquent sous des fumées chimiques dont le préfet a prudemment déclaré que "les molécules connues ne présentaient pas de toxicité aiguë", auront au moins échappé au nuage Chirac, que n'a arrêté aucune frontière régionale, ou départementale.

Car pour le reste, la totalité de la presse nationale, régionale, et des magazines, est consacrée à la mort de Jacques Chirac, avec des choix iconographiques souvent semblables, mettant en valeur la grande main du Grand, dans une sorte d'adieu à la nation -et révélant, incidemment, l'emprise du groupe Ebra sur la PQR. 

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.