28
Commentaires

La Samaritaine : les médias au diapason de LVMH

Bernard Arnault, président du groupe LVMH, vient de voir le permis de construire de la Samaritaine, un grand magasin parisien qu'il souhaitait rénover et moderniser, annulé par le tribunal administratif de Paris, saisi par des associations de protection du patrimoine. Depuis le début, dans cette affaire, de nombreux journaux prennent le parti du premier annonceur français.

Derniers commentaires

Je viens de tomber (boum) sur ce petit article de la Boite Verte concernant l’architecture fofolle de maisons à Tokyo.
Le commentaire d’okapi07 dessous explique les raisons de ces architectures par l’impermanence qui règne là-bas.

Paris est l’inverse, magnifique ville immarcescible.
Les échos et le fig' encourant une peine de 3750 euros et trois mois de prison, qu'est-ce à dire ??? Ces feuilles de chous seront elles distribuées gratos aux prisonniers ?
Excellent article, bien sourcé.
2 bémols toutefois :
- "en décidant en mai 2014 l’annulation du permis de construire du nouveau bâtiment, au prétexte qu’il n’était pas conforme au plan local d’urbanisme" écrit l'auteur. Qu'est-ce qui lui fait penser qu'il s'agit d'un prétexte, et pas d'un motif légitime?
- Pourquoi citer si souvent la feuille confidentielle L'opinion?
Que L’Opinion, journal d’obédience libérale, en vienne à féliciter la maire PS de Paris, est particulièrement remarquable.

Que d'ironie !
le communiqué de presse et le jugement du TA c'est

considérants n° 7 à 11
Oui enfin, si on retrouve toujpours les mêmes aguments c'est peut-être aussi qu'ils veulent dire quelque chose, non ?
Ca vous semble naturel vous que le tribunal juge qu'esthétiquement le projet n'a pas sa place à cet endoit ?
J'aurais aimé dans cet article une argumentation plus sérieuse que "si ils disent tous pareil c'est qu'ils récitent des éléments de langage."

Beaucoup des avis donnés sont des architectes ou des journalistes suivant l'architecture, en quoi il seraient particulièrement inféodés à LVMH ? L'argumentation semblerait plus solides si on assistait à une levée de boucliers d'éditorialistes ou de "grandes plumes" pas particulièrement liées aux question du débat architectural.

Potassez les attendus, et revenez discuter.
Vous pouvez aimer ou pas ce qui va remplacer les maisons anciennes, la question n'est pas là. Si vous étudiez le PLU, comme je l'ai fait et comme les juges l'on fait, vous constaterez que leurs arguments, très factuels, s'attachent simplement à vérifier que le bâtiment le respecte. Ce qui n'est pas le cas, c'est un fait. Ils jugent par rapport à cela, ils n'ont jamais dit "le bâtiment n'est pas beau". Lisez les articles que j'ai consacrés à ces sujets, notamment celui-ci.
L'un des principaux architectes à avoir donné son avis est Christian de Portzamparc (dans Paris-Match et le Monde). Il oublie juste de préciser qu'il a construit la tour LVMH à New York... LVMH est un grand constructeur, les architectes n'ont donc pas intérêt à se le mettre à dos, et encore moins la Mairie de Paris ou le minstère de la Culture, qui sont à fond derrière LVMH. Et beaucoup d'entre eux aimeraient faire un peu ce qu'ils veulent dans Paris, ce qui suffit à les mettre vent debout contre ce type de décision. Vous pouvez aussi lire ces deux sites : Archicool et L'Abeille et l'Architecte dirigés par des architectes, vous verrez que tous ne sont pas d'accord. Mais encore une fois, on ne juge pas ici l'esthétique du bâtiment Sanaa, simplement sa conformité par rapport au PLU.
Bon ok, j'avais lu les attendus (les "considérant"), et seulement repéré le nombre de fois où il est fait mention que le projet n'était pas similaire à un bâtiment en pierre de taille, ce que je trouvais un peu extrème comme façon de juger, mais qui peut se comprendre au regard du PLU.

Par contre je continue à dire qu'il n s'gait pas d'inféodalisation aux arguments des promoteurs ou des annonceurs ("analyse" que je continue à trouver tirée par les cheveux et méprisante), mais de la crainte que Paris ne devienne un ville musée d'où l'innovation serait bannie.

On peut à la rigueur voir dans tout ça la propension française à l'entre-soi, voire au passe-droit, et en l'occurrence le fait d'être choqué qu'on puisse refuser quoi que ce soit à un architecte de renom, même si c'est parfaitement fondé en droit.
"Par contre je continue à dire qu'il n s'gait pas d'inféodalisation aux arguments des promoteurs ou des annonceurs ("analyse" que je continue à trouver tirée par les cheveux et méprisante)"

(Bon je ne suis pas sûr que le lien soit le bon, parce qu'avec IE8, ben je ne peux plus accéder aux vite dits qui ne sont pas en haut de la liste.)
normal si tu utilses cette bouse de ie8 ;-)
gamma
Je peux transmettre ton avis à Toyota Motors Europe stp? Moi ils veulent pas m'entendre...
Comment définissez-vous "intégration" ou "dénaturation" que vous employez dans votre article ?
C'est quoi la "nature" de Paris pour vous ? L'architecture du XVIIIe ? fin XIXe-début XXe ? Les "belles façades notamment une datant de 1725" ? Ca veut dire quoi "aimer Paris" quand vous dites "Christian de Portzamparc n’aime pas Paris" ?

Au demeurant, vous ne cachez pas votre engagement ("Jean-Jacques Larrochelle a le droit de faire du journalisme engagé pour le projet, comme nous en faisons également dans le sens inverse") mais j'ai du mal à saisir de quel genre d'engagement il s'agit.

A part ça, dans une vidéo de présentation du concept, les architectes disent que les façades alentour se reflèteront dans leur "façade" de verre. Difficile de déterminer l'effet final surtout que sur les images le verre semble dépoli mais je trouverais l'astuce intéressante pour être vraiment dans l'environnement sans être homogène à cet environnement.

Faut dire que je suis de ceux qui apprécient la pyramide du Louvre et plus généralement qu'il y ait de-ci de-là des bâtiments en rupture de ton, sortes d'ovnis offrant une porte vers des ailleurs au sein d'un urbanisme à peu près homogène, y compris quand seule survit une ambiance d'un autre temps au sein de la "modernité" comme la cathédrale St-Patrick à Manhattan.

P.S. : je n'ai aucun lien avec LVMH, je ne suis pas parisien, j'avoue avoir un respect très relatif pour le "patrimoine" et penser l'urbanisme en termes de "vitalité", des villes vivantes pour l'habitant (même si les ruines et les bâtiments abandonnés ont leur charme...) et vivante pour le visiteur, avec des surprises.
Les parisiens n'ont pas trop l'esprit de clocher, mais aiment la pérennité des lieux, comme tout le monde. Parfois des quartiers sont ratiboisés, comme partout et de tout temps, il faut l'accepter. Mais la question n'est pas là, ce n'est pas du conservatisme, du bon goût contre le mauvais goût: ce site est classé aux monuments historiques (et pas pas Didier Rykner).
LVMH est propriétaire depuis 2001 et essaye d'avoir raison à l'usure, face à l'adversité ils comptent sur "le temps" qui passe et fait son oeuvre.
La ville de Paris ne tient aucun compte de la valeur de son patrimoine par les temps qui courent. Globalement la sensibilité a changé et le respect accordé aux monuments, fussent-ils ceux du commerce, mais aussi aux autres (dont on fait des commerces), est très très décomplexé.
Par exemple, j'aime beaucoup sur la tour saint jacques les petites bandes noires et jaunes, en haut de portes, pour ne pas se cogner la tête?, qui se voient bien d'en bas. Ça met bien en valeur les vitraux nouveaux :-).
Pourquoi n'y-a-t-il qu'une seule tour Montparnasse ?
Je vois bien la Sainte Chapelle transformée en bureau open-space.
Des bureaux, on en manque. Alors que des chapelles..., elles pullulent!
Disons qu'au départ il n'y avait qu'une seule tour Eiffel, donc on comprend que c'était un petit peu compliqué quoi.

La jumellité est porte de Bagnolet.
D'ailleurs il y a grosso modo 13 ans, suite à des visions télévisuelles répétitives, j'ai rêvé qu'un avion rentrait dans la tour Montparnasse et boum elle s'écroulait. Un sursaut de conscience m'a fait pensé "ga" "brodoufdoufdoufploc", et quelques jours plus tard j'ai refait le rêve avec les tours de la porte de Bagnolet. Véridique.
« Disons qu'au départ il n'y avait qu'une seule tour Eiffel, donc on comprend que c'était un petit peu compliqué quoi. »

:-D

Les parisiens n'ont pas trop l'esprit de clocher, mais aiment la pérennité des lieux, comme tout le monde. (...)


Ca dépend sans doute des lieux et des personnes...
Mais c'est sans doute un paradoxe que de voir l'esprit un rien "futuriste" de la fin XIXe-début XXe, à la Jules Verne, devenir un souci de "pérennité des lieux". L'étrangeté de la tour Eiffel a disparu, l'Art Nouveau est devenu art ancien, et faire un voile de verre autour d'un grand magasin une hérésie patrimoniale...

Ceci étant, ça m'intéresserait de savoir à quoi correspond la conception de Didier Rykner et comment, inscription ou pas au patrimoine, on pourrait prétendre à une quelconque objectivité en ces matières.
Il écrit "Comment peut-on oser prétendre qu’il ne s’agit pas ici de critères objectifs ? Comment peut-on oser affirmer que la façade est intégrée dans le tissu urbain (ill.) ?". J'ai l'impression que "intégration" signifie ici "homogénéité" comme si la règle d'or était une sorte de camaïeux de style sans rien qui détonne, surprenne.
J'sais pas, que ce soit dans les arts de manière générale, en architecture ou en urbanisme, il me semble que "intégration" peut avoir un sens plus subtil que ça.
Tiens, dans le genre, pour de la musique d'époque, pas vraiment "lisse", un peu de Stravinsky.
Il y a de nombreux projets architecturaux qui ont vu le jour pour prouver que le combat que vous imaginez à propos de mener pour le projet de la samaritaine est ridicule. Paris n'est pas une ville figée, ni homogène. Il n'y a aucun risque:
Musée de la mode, institut du monde arabe, musée du quai Branly, immeubles d'habitation qui marquent leur époque, à la décennie près parfois pour la fin du siècle dernier, les exemples ne manquent pas pour montrer que Paris n'est pas le "petit joueur" que vous dites.

Par contre il y a un risque si on laisse faire les coups immobiliers de ce style de voir Paris perdre son âme. La base du projet est de s'emparer d'un lieu "rare", centre de Paris, bord de Seine, des m2, de la hauteur de façade, et en plus pour bien se sentir tout puissant on grapille encore des m2 sur l'espace urbain, trottoirs de la rue de Rivoli, en ajoutant une façade de verre (super nouveau le coup du reflet..., ils ont eu une mention "innovation" dans une pochette surprise, les architectes?). J'avoue que je ne suis pas apte à comprendre tout du projet et à l'éplucher, ça tombe bien puisqu'il y a des tribunaux avec des gens compétents!
Bien sûr qu'il se fait des choses, mais j'interrogeais Didier Rykner sur ses conceptions, pour savoir si sa montée au créneau correspondait à une école de pensée, une manière générale de concevoir l'urbanisme, le patrimonial, si c'était un rapport affectif particulier à Paris, à une certaine image de cette ville-là etc.

Je ne suis guère spécialiste d'urbanisme mais, par exemple, j'ai tendance à y retrouver des polarités bien exprimées dans les jardins : géométrie à la française vs "pittoresque" à l'anglaise.
De Versailles aux "grands ensembles" des années 60 en passant par Hausmann ou dans l'idée de grandes lignes de façades homogènes, je verrais à l'œuvre l'esprit "jardin français" et même si ce n'est pas vraiment ma tasse de thé en matière d'urbanisme, ça se défend.

Pour tout dire, j'ai déjà envie de défendre le projet japonais par pure curiosité, savoir ce que ça donnerait en taille réelle, et par goût pour l'esthétique "zen", cette espèce de géométrie souple qui ferait une synthèse entre le "français" et l'"anglais" mais ça m'intéresse qu'on m'explique d'autres perceptions, d'autres sensibilités que la mienne.

Au passage, je ne sais pas si il y a eu quelque part une application à l'échelle d'un quartier ou d'une ville de l'esprit "Art Nouveau" ou "Art Déco", mais, pour le plaisir, petit regard sur le travail de Gaudi qui détonnerait dans tout quartier historique malgré ses références historiques.
Désolé de ne répondre que si tard, mais je n'étais plus revenu sur cet article. Je ne vais pas, ce serait trop long, vous décrire mes conceptions du patrimoine. Il y a tout un site où j'ai publié suffisamment d'articles pour que cela soit assez facile à comprendre. Je préciserai simplement que je suis parisien, né à Paris, que mes parents sont nés à Paris et que j'aime cette ville. La voir démolir peu à peu, la plupart du temps pour le seul esprit du lucre, et sans aucune considération pour son histoire me rend littéralement furieux.
Mais bon, vous admettez avoir un "respect très relatif du patrimoine". C'est votre droit, mais ce n'est pas mon cas. Je crains qu'il soit impossible de nous comprendre.
À la base, je réagis de manière épidermique concernant la Samaritaine, j’étais triste lors de sa fermeture.

Mais dans cette histoire, je comprends assez bien un argument des commanditaires :
Jourdain et Sauvage ont apporté leurs talents dans l’architecture du magasin à certaines époques, pourquoi des architectes contemporains ne participeraient-ils pas à leur tour à enrichir le site ?
a voté comme utilité publique
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.