30
Commentaires

La presse traditionnelle US (et européenne) prise de court par la victoire de Trump

Donald Trump à la Maison Blanche ? Les médias américains et internationaux ne voulaient pas y croire. Ce mercredi, ils se réveillent avec la gueule de bois. Tour d'horizon des Unes de ce lendemain d'élection.

Derniers commentaires

Rien d'étonnant de la part des merdias de l'oligarchie financière qui sont juste des outils de propagande afin d'influencer l'opinion des citoyens !

Du coup ils auront un Trump incontrôlable et qui n'en fera qu'à sa tête !

Après le grand perdant c'est l'oligarchie financière qui préférait Clinton candidat aux ordres à Sanders l'indépendant et ses valeurs de gauche !
"partisans de Trump comme "déconnectés de la réalité". "En fait, c'était l'inverse", explique le New York Times " Eux au moins font leur mea culpa, mais et en France , les journaux qui nous vendent la facho a longueur de page , d'antenne Tv, vont ils enfin arrêter et parler des casseroles de la droite , du PS u FN, sinon c'est ça qui va arrivé, je me sent encore plus légitime de m'abstenir au second tour s'il n'y a que la droite, je ne sauverais pas les intellos et leur maison de campagne quand je ne pars plus en vacances , meme en week end depuis 10 ans, que je n'ai plus vraiment de secu (RSI). Comme au USA nos universitaires, de la fondation saint simon , nous ont bien ruiné, et eux se sont bien gorgé, et la vous allez vous débrouiller avec la droite. Ou il vont peut être enfin entendre notre voix, celles des infirmières, des travailleuses ... Mais notre zelites est aussi avide qu'en 1933 et ils préfèrent les 'ogres a la gauche, protectionniste, redistributrice, féministes (bon la je reve), avec des loi protectrice des salariés ... Tout ce qu'on a perdu pour le confort des petits intello masculin et égoïste .
Non, je ne pense pas que les médias ont été "pris au dépourvu"...En tous cas pas tous...
Un grand journal US annonçait même, il y a quelques jours, un score de 75% favorable à Hilary (!!!)

A ce stade, cela relève plutôt d'un désir de prendre ses désirs pour des réalités, et les électeurs pour des imbéciles...

Beaucoup savaient, en fait....Il n'y a qu'à voir la facilité, la vitesse, à laquelle le clan Clinton a plié les gaules...
Tout le monde apprécie le sens de l'autocritique de la presse. Sauf la presse, bien entendu.

"les experts se sont trompés!". Mais quels experts ? Qui les a choisi déjà ?
Juillet 2016 >>> Moore donne Trump gagnant ; récemment un soft de trending indien donne Trump gagnant , il y a donc une "Réalité qui n'est pas vue" des médias ... il faut revoir le rôle de l’éviction de Sanders dans l'orientation des votes (environ 55% d'électeurs présents aux urnes seulement) et en tirer les conséquences pour nos prochaines élections qui semblent calquées sur le même principe de refus , par la droite.
On note , au passage , la défaite "heureuse" d'Obama et Clinton , rappelant étrangement celle de Jospin ou de Royal !

Le sondage n'a plus le caractère "performatif" qu'on lui prêtait , c'est la leçon de 2005 , du brexit etc...
Et tous ces gens qui ne voient rien venir, de façon criante depuis le référendum de 2005, continuent de prétendre savoir nous décrypter la réalité.
Quelle jouissance toutes ces poules mouillées sociales-démocrates et vendues à toutes les mafias! les regarder courir effrayées dans les phares, les écouter couiner, comme à chaque fois, sidérées - le traité constitutionnel européen, le brexit, trump.... et les poules ne sont pas au bout de leurs frayeurs!! Elles ne comprennent plus rien... et oui, le libéralisme est vomi par les peuples, qui préfèrent le fascisme plutôt que la "seule politique possible" sans fin, sans horizon, sans espoir -la course vers le bas de la concurrence imbécile.
J'ai pris plaisir à écouter France Cul, comme ils ont peur, comme ils sont ridicules! Un pur plaisir!
Vivement 2017 qu'on se marre une dernière fois avant l'achèvement du désastre!
Le fait que tous les journaux américains et les autres à la suite n'aient pu imaginer la catastrophe est tout à leur honneur. Ils avaient une trop haute estime des électeurs et les croyaient moins débiles que ceux-ci ne sont en réalité.

Avoir élu le plus fou de tous, le plus incompétent, le plus riche mais en même temps dix fois moins riche qu'il ne se vante, le plus éloigné des vrais besoins des gens dans le besoin, le plus fraudeur en matière d'impôts, le plus raciste, le plus misogyne etc, il faut avouer qu'il n'y avait que des gens comme moi pour ne pas s'en étonner, ayant envisagé comme toujours le pire scénario pour être heureusement surpris par un scénario plus heureux, et cela par un besoin inné de croire que l'homme n'est pas aussi fou qu'on pourrait le croire.

Comment en vouloir à ces médias, de quel droit leur en vouloir, eux qui ont donné à leurs citoyens électeurs des sentiments plus élevés, une intelligence plus grande, des réactions moins viscérales.

DT n'a eu de cesse de dire qu'il voulait rendre les USA forts de nouveau. Il vient au contraire de détruire ce pays et sa population aux yeux de tous. Les USA ne sont guère mieux qu'une république ordinaire, une démocratie qui s'est dotée d'un potentat dont les humoristes ont renoncé à faire des caricatures car elels sont bien en deçà de la réalité.

RIP USA
Tiens, ça me fait penser à cette anecdote d'un journal allemand qui avait annoncé la victoire de De Gaulle au premier tour, la fois où il a été mis en ballottage "à la surprise générale".
...ou ce journal français, qui avait annoncé l'arrivée triomphale de Nungesser et Coli à New York, alors que l'on sait toujours pas ce que leur avion est devenu.
J'aime bien la une du New York Post : THEY said...
Cela ne serait-il pas plutôt : WE said it couldn't happen ?
Non le New York Post (à ne pas confondre avec son grand rival le Times) comme les autres médias trumpistes annonçait sa victoire (s'ils n'y croyaient pas nécessairement vraiment ils reprenaient le discours sur les sondages truqués etc..).
La photo grimaçante, noir et blanc contrasté et recadrée d'un personnage pour faire peur au lecteur, ce ne sont pas des pratiques de fachos, ça ?
L'inconscient, toujours.
On peut juste constater que les médias sont vraiment en port à faux avec les électeurs et pas qu'aux USA.

La crise de la presse est surtout un divorce entre les journaux et leur potentiels lecteurs.

Il y a un "politic correct", une morale de l'establishment qui reste aveugle aux souffrances des plus petits et d'une partie de la classe moyenne.

Trump en dehors de la caricature présenté par la plupart des journalistes politiques, est le seul candidat qui s'est adressé justement à cet électorat, et cela explique en bonne partie sa victoire.

Cela inaugure de façon éclatante, les prochaines élections françaises avec le même affrontement entre populistes d'un côté contre anciens candidats usés par leur précédent mandats.
Horreur ! Nos lecteurs sont comme nous !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.