35
Commentaires

La grève des cheminots dans les JT : dépolitisation, mode d'emploi

Pour le premier jour de grève à la SNCF, les journaux télévisés de France 2 et TF1 ont fait la part belle aux galères des usagers, laissant peu de place au point de vue des cheminots, ou à tout décryptage du mouvement social. Comment un sujet politique s'est transformé en sujet conso.

Commentaires préférés des abonnés

le marronier "grève des trains-on-nous-prend-en-otage" au journal tv c'est sacré. ça fait double emploi: ça sert les intérêts du pouvoir (évidemment) en dépolitisant les luttes, et ça permet aussi de meubler des heures et des heures d'antenne, comme (...)

bonjour; puisque "lémédias" n'en parlent pas, peut-être pouvez-vous ajouter un lien vers la cagnotte de solidarité mise en place ? 6702 personnes ont déjà donné 224 166 euros.

https://www.leetchi.com/fr/Cagnotte/31978353/a8a95db7

merci

(...)

En revanche sur le JT Arte ce mercredi 4 avril il est dit : "depuis la libéralisation des chemins de fer britannique , les abonnements Cambridge -Londres sont à 6000 € annuels , les Anglais souhaitent massivement une renationalisation du rail."...un (...)

Derniers commentaires

Vous remarquez comme on nous ressort en ce moment : "les gens ont voté Macron, ils veulent cette réforme" ? alors qu'au 2e tour des présidentielles on nous disait de voter Macron car :

- "Au 1er tour on choisit, au 2e tour on élimine, c'est ça l'élection présidentielle".
- "Vous ne votez pas Macron? donc vous êtes pour Marine Le Pen.".
- "Vous n'appelez pas à voter Macron ? Est-ce que ce n'est pas irresponsable ? Vous n'êtes pas républicain ?"


Ce qui est marrant, c'est que moi perso je suis un peu entre Macron et Mélenchon (ui, c'est possible). Idéalement je trouve la position JLM plus humaniste et c'est un modèle qui me plait plus. Je trouve que le modèle Macron n'a pas que des désavantages. Et sur certains points j'en comprends la logique.

Mais le simple fait d'entendre ces mecs à la TV/Radio, payés 15K€ / mois nous dire que la réforme est "nécessaire", que c'est du "pragmatisme", etc. et à les entendre mentir sur certains faits (ex: le fait qu'en Allemagne ça irait mieux, le fait que les cheminots seraient en retraite à 50 ans, etc.) me pousse à soutenir les grévistes.
Je me fiche bien de quel modèle est le mieux au final, je ne peux plus supporter ces bourges qui tapent sur les pauvres en gardant leurs privilèges à eux. Ma seule conviction est qu'il ne faut pas leur donner raison.

C'est tout de même terrible. C'est les suisses qui vont nous donner des leçons de journalisme.

Merci pour cet article qui m'ôterait, si j'en avais encore, le moindre regret d'avoir déserté ces programmes "d'information"  depuis de nombreuses années déjà...

Je tiens à redonner ici le lien de l'intervention à Tolbiac de Friot et Lordon que nous donnait Evemarie plus bas car, outre son intérêt, je viens de découvrir dans les propos de Lordon à la minute 11 l’affirmation du sentiment que j'ai depuis hier : il y a panique à bord, le gouvernement a peur et la confirmation d'un vague sentiment qui me faisait trouver étrange la rapidité avec laquelle le recteur de la faculté de Droit de Montpellier avait été poussé à démissionner et le renvoi de son collègue tout aussi fasciste par la Justice si prompte à cette occasion


La Macronie qui nous a habitué à faire sonner ses convictions comme s'il s'agissait de vérités écrites dans le marbre est désormais contrainte de faux-fuyants, de rectifications, de dépêches adressées aux autorités locales, dans la crainte croissante qu'elle ne maîtriserait plus rien.


La façon dont les médias viennent au secours du branle-bas le combat (ce que Lordon appelle les "petites ignominies ordinaires des médias") en transformant un mouvement social et politique en simple problème de consommateur est le signe flagrant que l'on s'alarme en plus haut lieu


Je continue: ci-dessous dans le cahier n°13 de l'OCDE il est dit qu'il serait dangereux de restreindre le nombre d'élèves ou d'étudiants, les familles risquant de réagir violemment à un refus d'inscription de leur enfant. Mais c'est précisément une nouvelle marche qui était prudemment évitée jusqu'ici par nos"élites" qui vient d'être franchie; maintenant ils ne se gênent plus et le mécontentement des familles devant les difficultés d'inscription en fac ne leur fait pas peur.


Jusqu'ici tout va bien, se disent-ils.


" Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement.» Cahier de politique de l’OCDE n°13 (1996)


  Cette baisse graduelle de la qualité des services publics depuis bientôt trois décennies est devenue telle dans tous les secteurs, comme le dit Curieux plus bas, que la plupart des familles sont touchées. L'ouverture à la concurence de la SNCF en est un aspect parmi tant d'autres qui ont produit leurs effets néfastes : déserts médicaux, urgences surchargées, personnel soignant et résidents en souffrance dans les EHPAD, postes non pourvus  dans les établissements scolaires, diminution constante des horaires, contenus appauvris, difficultés à s'inscrire en fac...des plus jeunes aux plus âgés la plupart des familles sont concernées. Sauf les Arnault, Pinault, Sarko, Macron et compagnie qui bien sûr ne risquent pas de mourir dans un couloir aux urgences, de passer la nuit dans une couche souillée parce qu'on ne sera pas venu les changer... Et si un train déraille comme ce fut plusieurs fois le cas en Angleterre au moment de la privatisation, ils s'en moquent: ils ne seront pas dedans.


Et il faudra que le cheminot gagne le moins possible pour que l'actionnaire en empoche un max.

Les avocats sont en grève un peu partout en France depuis plusieurs jours. Là aussi c'est une grève "perlée". Et presque pas un mot dans les médias.

C'est trop bon quand @si fait vraiment ce pour quoi il est né: "lesmédias"!

La question de la dépolitisation ou non du mouvement social des cheminots par le traitement des JT est affaire de grille de lecture, et, in fine, aux intentions que l'on prête aux équipes de rédaction de France 2 et de TF1.


La première grille de lecture est celle de cet article, et j'y adhère. Dans cette représentation du monde "classique", les équipes de rédaction sont motivées par l'audimat de leur JT. Dès lors, elles produisent "ce qui intéresse les français": eux-mêmes, des "vrais gens", leur sous-sous dans leurs po-poches, et autant que possible, du sensationnalisme pour agrémenter la tête de veau quotidienne. Cela explique pourquoi les JT ont largement recours aux micro-trottoirs, ne rentrent pas dans les détails "ennuyeux" des statuts juridiques des cheminots, et se concentrent sur les difficultés "des nombreux français usagers de la SNCF, les clients". Si l'on épouse cette grille de lecture, alors, le traitement médiatique opère bien à une dépolitisation du mouvement social.


La seconde grille de lecture prête d'autres intentions aux équipes de rédaction que le seul audimat de leur JT. Et ces autres intentions sont de "cacher la vérité", et "de défendre secrètement et de manière organisée la politique du gouvernement". Pardon, "du pouvoir et des élites politiciennes". Cette grille de lecture conspirationniste est embrassée par des militants politiques, et si on l'épouse, alors le traitement médiatique n'opère pas à une dépolitisation du mouvement social, mais au contraire, en constitue une "arme de communication massive au service des puissants".


En fait, la seconde grille de lecture découle indirectement de la première. Car en effet, un quatrième pouvoir qui abandonne sa mission d'information au profit de son audimat altère les équilibres du pouvoir: l'audimat se gonfle au détriment de la qualité d'information; et un citoyen mal informé n'a plus autant de pouvoir qu'un citoyen bien informé. C'est tout à fait juste, et de nombreux intellectuels, d'Halimi à Lordon en passant par des politiques comme Ruffin ou Mélenchon l'ont très bien expliqué. Très bien expliqué ? Peut-être pas tant que ça au regard des militants conspirationnistes qui épouse la seconde grille de lecture. Car considérer que les équipes de rédaction ne font pas bien leur boulot en se focalisant sur l'audimat (et indirectement servent une grande partie des politiques gouvernementales) n'a rien à voir avec le fait d'accuser les équipes de rédaction d'avoir et de servir intentionnellement un projet politique.


Prenons un autre exemple: le différend commercial entre Free et TF1. Si les médias avaient voulu faire leur travail correctement, ils auraient creusé les statuts, les contrats, le droit commercial, la jurisprudence, etc. Au lieu de cela, ils se sont concentrés sur "ce qui intéresse les français, les usagers, les clients": la coupure du service et la potentielle majoration de l'abonnement. Bref, je pense que si l'on veut faire un peu de politique, il convient d'être un peu plus subtil que les slogans et les petites phrases des militants politiques qui, par simplification exagérée, versent dans le conspirationnisme poujadiste. Ces JT procèdent bel et bien à une dépolitisation du mouvement social des cheminots, et également, les militants politiques versant dans la simplification exagérée, se dépolitisent eux-mêmes.

La privatisation de la SNCF à marche forcée est suspecte. Quand en Angleterre une renationalisation du train est en cours. L’expérience anglaise devrait faire réfléchir: « les vaches folles qui regardent les trains qui déraillent ».


Ces dernières années la SNCF a subit une désorganisation orchestrée du service Public, les trains qui déraillent, les horaires aléatoires, la diminution des effectifs de maintenance, le non renouvellement du matériel.

Dans le même temps un investissement hors réalité commerciale pour les TGV. Le fromage à venir n’était il pas assez gros ?


Pourquoi autant d’intérêt à démolir ce qui marchait bien depuis des années.


La SNCF que nous proposent les politiques est la suivante :

1__Les lignes TGV bénéficiaires seraient privatisées au profit des actionnaires.  

2__Les lignes TGV dernièrement construites ou à construire le serait en P.P.P. (Partenariat Public Privé) : la ligne Paris-Bordeau est un bon exemple P.P.P. Profits pour le Privé pertes pour le Public. Qui signe de tels contrats ?

3__les lignes régionales et les désertes locales TER et autres restent à la charge du contribuable.

4__les lignes qui ne peuvent pas être à la charge des régions seront supprimées

5__Le réseau ferré existant reste à la charge des contribuables.



La même méthode est à l’œuvre avec les hôpitaux (cliniques),

l’enseignement (écoles privées religieuses ou pas),

les retraites (retraites complémentaires)

etc..


La vente de la France par appartement, est en marche depuis des années.


Alsthom est déjà vendu à l’américain Général Électric


Les politiques ne devrait il pas être jugés pour trahison de la France?

  

  

Tous parlent de la dette de la SNCF( 47 milliards d'euros?).

Mais aucun ne parle de son origine. La création des lignes TGV a transféré des milliards d'euros du public, vers les entreprises( Bouygues, Alsthom, etc.).

La force du rail c'était d'avoir des gares en centre ville, donc un moyen de transport très concurrentiel. La création des gares TGV hors les villes, outre une aberration commerciale qui rajoute un transport routier avant le train avec manipulation des bagages, a été l’occasion d’achat et de revente de terrains, de constructions pharaoniques, pour la plus grande joie des architectes, pour qui l’adaptation des quais des gares n’était pas une réalisation gratifiante.

Ces politiques qui ont utilisé les sociétés nationales selon leur bon vouloir, sont les mêmes qui nous expliquent qu’en distribuant des milliards aux actionnaires, l’usager paiera moins cher, avec un meilleur service et une sécurité accrue.

Ce matin pas d'article a 9h ??? j'ai tracté a gare du nord pour la protection des services public au nom de la FI, super accueil , les gens veulent manifester, il y'avait le PC et pareil, bon tractage pour eux . Prochaine manif le 19 (syndicats) et le 5 mai tous ensemble (proposé hier le 4/04 a la bourse du travail par Lordon et Ruffin , j'ai pas la video) . ET mardi 3 a Tolbiac un débat Lordon Friot de la haute volé politique  https://youtu.be/0PcHA7-hAAU

Encore une fois, je suis ravie de ne plus payer ma contribution à l'audiovisuel public et que ces JT ne soient plus ma principale source d'information.


Un des gros enjeux dans des moments tels que ceux-ci est comment faire parvenir une autre information aux millions de personnes qui continuent encore à s'abreuver de JT ou télés...


Comment faire en sorte que ces informations soient une caisse de résonance suffisamment forte pour aller au-delà de l'entre-soi militant, convaincu, peut-être de profil homogène et minoritaire...


Vaste sujet...

Je ne vais pas commenter sur cet article qui reflète certainement la vérité des JT (à nuancer par ce que dit plus bas Bruanne) mais comme je ne regarde pas les JT, je lis cet article d'Hélène Assekour et Lynda Zekour sans aucun étonnement car aux radios que j'écoute il en va de même sauf qu'ils ne gênent pas pour faire entendre en plus la voix des pauvres ministres concernés qui déplorent - à juste titre - le manque de dialogue, sauf qu'ils en sont les principaux fautifs


Mais non je vais commenter sur autre chose (outre dire au passage que les OuiBus et FlixBus en profitent pour tripler leurs prix, la libre concurrence si chère à notre soft dictateur), je vais commenter sur les Universités :


C'est la PANIQUE au sein des universités. Faudrait pas que les étudiants aillent les occuper car le pouvoir McRon a PEUR. Ils ont PEUR ils sont EFFRAYÉS, ils paniquent. 


Hier soir, ordre donné à l'Université de Strasbourg de fermer vers 21h00 les bâtiments et de les évacuer (salles de lecture, concerts stoppés...)


Il y aurait des menaces d'occupation : problème il n'y avait aucune menace


La PEUR les gagne. Ils essayent de créer l'inquiétude à longueur de JT mais c'est en fait leur propre inquiétude qu'ils dévoilent


Alors ils caviardent la réalité des faits.


Plus ils ont l'air assurés, plus en fait ils sont effrayés. C'est aussi ça la soft dictature

Difficile de parler de dépolitisation alors que l'on est en pleine bataille des mots et que le vocabulaire employé dans les médias est loin d'être innocent. Sans aller jusqu'à demander à Arrêt sur Image la publication d'un petit dictionnaire de la fausse monnaie politique qui du reste existe déjà,il n'est pas inutile de proposer la lecture du lexique pour temps de grèves et de manifestations proposé sur le site d'ACRIMED.


Le JT du Média a consacré les 9 premières minutes à nalyser ET DEMENTIR les propos d'autres JT, on trouve dans leur traitement des arguments similaires à ceux que vous avancez, mais leur angle n'est pas la " dépolitisation"...et j'avoue que j'ai du mal à partager votre point de vue... c'est tout sauf de la dépolitisation ce à quoi on assiste ! 


 Appelez cela manipulation, propagande, fake-news, mensonge ou grosse merde, mais c'est extrêmement politique. Il n'y a pas d'illustration plus parfaite de la façon dont un  discours politique dominant s'étale  dans les médias mainstream.


A vrai dire, je ne comprends même pas comment sur ce site, ici, on peut avoir un exposé comme celui que vous faites ET la qualification de " dépolitisation". 


Par ailleurs, il n'y a rien de bien nouveau dans tout cela, et j'apprecierais un autre article, mettant en lumière quels médias tiennent un autre discours, ce qu'ils disent, comment ils le disent, comment ils l'illustrent, à qui ils appartiennent. 

 Il y a peu de commentaires sur ce fil, mais au moins 2 media proposant une autre information y sont déjà cités.

Je comprends bien que votre propos était de voir comment certains JT présentaient les choses, et ce propos est légitime, j'espère que d'autres articles viendront. 


C'est vraiment scandaleux ces méthodes de journaleux.On peut les comprendre car leurs patrons ce sont des oligarques milliardaires. Les Bouygue Bolloré,Drahi et consorts. Des esclaves grassement payés par leurs maitres,et France télé,pas mieux , c'est un banquier aux manettes..Un député LR gueulait car les cheminots ne payaient pas le train,un privilège inadmissible pour lui.Mais quand un auditeur lui a dit que les dépités ne payaient pas le train..là silence radio..

En revanche sur le JT Arte ce mercredi 4 avril il est dit : "depuis la libéralisation des chemins de fer britannique , les abonnements Cambridge -Londres sont à 6000 € annuels , les Anglais souhaitent massivement une renationalisation du rail."...un caillou dans la soupe des JT "pure-manipulations".

 

le marronier "grève des trains-on-nous-prend-en-otage" au journal tv c'est sacré. ça fait double emploi: ça sert les intérêts du pouvoir (évidemment) en dépolitisant les luttes, et ça permet aussi de meubler des heures et des heures d'antenne, comme les sujets météo . On attend bien sur le sujet sur ceux qui habitent dans des patelins paumés qui aimeraient prendre le train et pour qui la "galère" c'est toute l'année avec de moins en moins de trains, de gares, de guichets, des voies jamais entretenues, le tout remplacé si on est chanceux par des cars qui mettent trois fois le temps du train.

Il y a un JT qui traite du sujet, en long et en large...

https://www.lemediatv.fr/video/le-journal-du-3-avril-2018-cheminots-facs-winnie-mandela-eboueurs-04032018-1935

bonjour; puisque "lémédias" n'en parlent pas, peut-être pouvez-vous ajouter un lien vers la cagnotte de solidarité mise en place ? 6702 personnes ont déjà donné 224 166 euros.

https://www.leetchi.com/fr/Cagnotte/31978353/a8a95db7

merci

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.