56
Commentaires

La fin des rémunérations abusives en Suisse ?

Trop forts les Suisses ! Dimanche, le texte interdisant les parachutes dorés et autres indemnités des dirigeants des entreprises cotées en Bourse a largement été approuvé. Cette initiative était portée par l’entrepreneur et sénateur Thomas Minder qui lutte depuis dix ans contre les "profiteurs". Est-ce pour autant une victoire du peuple contre les grands patrons ? En regardant de près, les Suisses - et ceux qui les imiteront - risquent pourtant d’être chocolat.

Derniers commentaires

A propos d'initiative, référendum, etc. Pourquoi est-ce que lémédias français ne s'intéressent pas plus à ce droit de référendum qui aurait dû ou devrait faire son apparition en France ? (J'ai lu ça il y a peu sur ce forum, me semble-t-il. Et le grand méchant mou n'a pas l'air de se presser pour acter le truc.)

Parce que entre donner son vote à un guignol (qui retourne sa veste plus vite que l'éclair) une fois tous les tremblements de terre et pouvoir voter sur un objet précis plusieurs fois par année, c'est pas la même bibine.
Ben je vous trouve un peu chipoteux...Sur le chocolat suisse, ya pas c'était mieux avant du temps de Cailler enfin du Cailler d'avant. Perso j'ai un petit faible pour Van Dender à Bruxelles. Publicité gratuite.
Sur la votation. Voilà des gens qui votent à 68% un texte qui met sous contrôle les rémunérations des patrons. On aurait eu la même chose ici, chez nous ? Vous imaginez ça dans un pays où quand des syndicalistes poussés à bout bousculent les plantes vertes du patron, le ban et l'arrière ban démédia monte au créneau en criant au loup ? Vous imaginez ça dans un pays où le gouvernement de gôgoche vous concocte un pacte de compétitivité qui consiste à se faire b… debout et sans vaseline par le patronat (là, je vais me faire modo, c’est sûr).
Alors pas trop de fine bouche, svp. Si vous avez besoin de faire monter la colère, je vous conseille l’écoute du catéchisme de Philippe Manière ce matin sur France Culture. Une fois de plus l’histoire du renard libre dans le poulailler libre.
Mais revenons à nos moutons suisses.
Voilà de gens comme vous et moi, surtout comme vous, of course, qui prennent la peine d’aller mettre dans une urne un bout de papier sur le quel il y a écrit qu’ils veulent que ça cesse. Chez ces gens il y a de tout. Des gros, des maigres des idiots des intelligents ( ?) des réacs, des progressistes, des pauvres et des riches. Comme on est bientôt le 8 mars, vous mettez tout ça au féminin. J’veux pas avoir d’ennuis.

Alors pas trop de fine bouche, svp Il y a maintenant en Suisse un texte voté par une majorité qualifiée qui dit que ça suffit. On ne peut pas en dire autant.
Méa culpa, j'ai regardé le "journal" de BFM TV aujourd'hui.

Carlos Ghosn semble en accord avec une loi qui donnerait le pouvoir aux actionnaires de choisir le patron et sa rémunération.
Ça me parait une raison suffisante de s'en méfier.
Transposé à la France, de toute façon, un texte de loi assorti de décrets plus ou moins édulcorants restera une passoire
pour ce genre de sujet : la créativité des juristes d'entreprises et autres avocats fiscalistes permettra toujours de trouver une
finasserie, non explicitement prévue par les textes, permettant d'en contourner l'esprit. Tant qu'on ne disposera pas d'une forme
"d'abus d'interprétation de la loi" à l'instar de "l'abus de droit" fiscal, on continuera de distribuer des coups d'épée dans l'eau.
Bonjour Anne-Sophie
Qu'est ce que vous nous racontez là ?
Il y a un référendum et son résultat n'est pas dans la ligne de l'oligarchie. Résultat, on ne l'applique pas. Comme cela s'est passé en France pour le référendum de 2005.
Ah elle est belle notre démocratie. Et après les mêmes font la leçon, par exemple aux pays arabes, sur les droits de l'homme et l'application des règles démocratiques…
Ce qui me frappe surtout c'est que la part du lion de la ponction, ce sont plutôt les actionnaires qui la prélève. La patronat négocie des clauses énormes qui sont acceptées parce qu'en fait elles ne pèsent pas grand chose sur le revenu de l'action et que celle ci pâtit facilement d'une instabilité dans la direction, décourageant l'assemblée des actionnaires de se montrer trop sévère. Il arrive aussi qu'à l'année, surtout une année de déroute, les directions qui savent qu'elles vont sauter vident les coffres avant fermeture, et la votation est au moins bonne à ce niveau là: un patron viré l'est parfois pour déroute financière, est ce vraiment bien le moment de lui verser une fortune ?

Il n'en reste pas moins que pour les 99%, la grosse affaire, ce sont les actions. D'une part parce que les dividendes, ce n'est pas comme les intérêts, certes on ne les paye pas à coup sûr mais par contre ça ne s'arrête jamais et parfois c'est particulièrement cher payé. Ensuite parce que les actions rapportent en plus par l'augmentation de leur valeur, et là dessus correspondent à la possession des moyens de productions. C'est vraiment beaucoup trop par apport à l'utilité réelle à l'activité, qui n'est en fait pas différente d'un prêt.

Dire ça, c'est dire une chose très simple, mais les discussions en sont très loin, et particulièrement à droite où certains jeunes entrepreneurs, qui en cas de succès reverseront l'équivalent de dix fois des taux d'usures à leurs "business angels", en sont à dire que ce serait la collectivité qui les pigeonne. Non seulement la collectivité (l'état) leur prend beaucoup moins, mais en plus quand il leur prend, il y a une forme de retour sur la constitution d'une société pacifiée, éduquée, médicalisées, avec des réseaux de transports etc. Coté actionnaire, ça part dans des paris spéculatifs ou dans du rachat de part à des tiers qui n'ont absolument aucun impact sur la vie de l'entreprise et l'activité.
Les actionnaires seront toujours enclins à payer très cher les dirigeants qui leur assurent une forte rentabilité de leurs investissements, soit : diminution du "coût" du travail, licenciements, fermeture de sites pas assez rentables , augmentation de la pression sur les salariés etc ...
Pourquoi ne pas soumettre plutôt la rémunération des dirigeants à l'accord des salariés?
Si Ayrault et Désir trouvent ça génial il y a un loup quelque part... On sait depuis la campagne présidentielle quels adversaires terribles ils sont pour le monde de la finance...
Bettencourt est la femme la plus riche du monde (classement Forbes), Valls a déclaré son scepticisme quand à l'amnistie sociale; les rupins peuvent dormir sur leurs deux oreilles, le grand soir ce n'est pas pour demain...
Merci Anne-Sophie pour cet article qui nuance un peu "l'euphorie" générale hier soir sur les réseaux sociaux (cf tweets de Filoche par exemple).

Vous auriez tout de même pu signaler que l'UDC, ce parti auquel a décidé de se rallier T.Minder, n'est pas seulement un parti de droite conservatrice, mais clairement un parti d'extrême-droite dont les positions xénophobes sont carrément assumées.

Sinon en ce qui concerne le fond du sujet... On s'en remet une nouvelle fois à la vertu des actionnaires pour freiner l'envolée des rémunérations des dirigeants... Et pardonnez-moi, mais je n'ai pas confiance en leur vertu.
Pour une fois que je me réjouis d'un résultat de votation suisse, je vous trouve bien rabat-joie, Anne-Sophie !

Chocolat, chocolat... Ne vous êtes-vous pas trop laissée convaincre par les détracteurs de l'initiative ? Il me semble que cette très nette majorité obtenue par l'initiative Minder établit sans discussion une tendance que le politique ne pourra plus ignorer, quel que soit son bord : un appel appuyé à la régulation et à la modération. Daniel Vasella, le patron le mieux payé de Suisse, a dû être sincèrement surpris de voir que sa retraite de 72 millions de francs suisses ne passait pas comme une lettre à la poste (même s'il a affirmé qu'elle devait être - en partie ou en totalité ? - reversée à des œuvres de bienfaisance). Moi-même, en tant que Suissesse, je suis surprise du succès aussi franc de cette initiative, qui date certes de l'époque d'avant-crise, mais, connaissant le contexte libéral et conservateur suisse, on ne peut que se réjouir de cette prise de conscience, sur ce point symbolique au moins.

Autre chose : quand vous relevez la mollesse des actionnaires qui jouissent, dans d'autres pays, de droits de regard plus étendus, vous omettez de distinguer petits actionnaires, majoritairement pour la pleine application des mesures régulatrices, et actionnaires étrangers majoritaires, souvent des fonds de pension opposés à ces mesures anti-libérales. Il existe des rapports de force entre actionnaires qui méritent une analyse individuelle des entreprises concernées.

Et puis, surtout, vous oubliez que l'outil démocratique unique que constitue le droit d'initiative populaire permettra, le cas échéant, aux Suisses de renforcer la législation, si elle s’avérait inefficace ou détournée. Certes pas dans l'immédiat, mais l'historique des votations prouve que ce genre de vote correctif est courant.
J'ajoute que le contre-projet indirect présenté était loin d'être applicable immédiatement : il aurait fallu attendre 2016 pour que les premières assemblées chargées d'appliquer les mesures prévues se réunissent. Pour ce qui est de l'initiative Minder, ses partisans visent une mise en œuvre en 2014.
Peut être pour la Suisse, et encore ! quel optimisme. ( naïve )
Bibi Français, heureusement que j'adore le chocolat...
gamma
Pas de quoi s'attrister, Gamma, le chocolat suisse est bourré de lécithine de soja (transgénique) ... tout comme le belge...
;o))
pas tous !
suffit de lire "les spécifications" ;-)
gamma
Ouai, faut aller chez les chocolatiers spécialisés... Et encore, à Bruxelles, même chez un chocolatier hyper classieux et hyper cher, on m'a dit qu'il y avait de la lécithine de soja...
Et faut avoir ses lunettes pour lire ce qui est écrit en tout petit derrière...
Mais le Frigor, qui était mon délice quand j'étais môme, main'nant, il est émulsionné avec de la lécithine de soja ;o((
Mpfff...
Tu as le don pour me casser le moral !
mpfff... ;-)
gamma
Ze seul vrai tchocolèïte: Valrhôna. Ené ozer iz a pity.
Elle existe en bio, mais c'est vraiment "l'ingrédient" qui par défaut, est OGM si ce n'est pas expressément indiqué AB sur le produit.
Bonjour Ellis,

zut alors ! A vouloir contrebalancer l’enthousiasme ambiant de la presse ce matin, j'en suis devenue rabat-joie ! Alors que, vous avez raison, ce vote est tout de même réjouissant, ne serait-ce que pour la suppression des parachutes dorés et autres joyeusetés. Mais un texte qui s'intitule "contre les rémunérations abusives" doit, selon moi, vraiment s'attaquer aux rémunérations, or ce n'est pas franchement le cas.

Cela dit, j’applaudis votre prise de conscience collective. Et non, je ne crois pas avoir cédé aux arguments des opposants, j'ai juste essayé de ne pas les nier.
Moi je vous aime rabat-joie, déprimez moi Anne-Sophie, oui, déprimez moi!!!
J'ai cru comprendre que la dépression pouvait être une forme de psychotérapie, dixit l'illustre professeur Schtroupf-Heidegger.
Du coup, dites moi combien je vous dois pour cette excellente consultation.
Mais c'est précisément un texte contre les rémunérations abusives ! Elles sont abusives dans le sens où c'est le PDG, ou éventuellement le conseil d'adminisatration, qui fixe le salaire alors que l'argent distribué ne lui appartient pas. L'argent appartient aux actionnaires.
Le texte lutte donc contre les rémunérations abusives dans le sens où il redonne le pouvoir aux actionnaires. En effet, les rémunérations ne peuvent plus être abusive, peu importe le montant, puisque c'est ceux à qui appartient l'argent qui l'ont distribuées.
Anne-Sophie se méfie des mesures non contraignantes... mais elle n'est pas Suissesse, et ne partage donc pas ma confiance en la vigilance des Suisses et en leur capacité d'alourdir la sanction (car c'en est une), si besoin.
Cette illustration me donne des idées ... et si quand un patron se tapait un parachute doré, ou le faisait vraiment sauter en parachute, muni dans un sac à dos du paquet d'or correspondant au montant de son indemnité de départ ? S'il arrive au sol en vie, on le laisse partir ...

De toute façon cette histoire a une fâcheuse odeur de monnaie de singe : la confédération helvésuisse ne consentira à rien de bien fou tant qu'elle sera un puits à exil fiscal.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.