81
Commentaires

la danse macabre des cadres

Derniers commentaires

Judith décapitant holopherne n'est pas une décollation* mais un accouchement ( l'auteur du tableau n'est il pas Artemisia une femme?)
la tête d'Holopherne est celle du nouveau-né et ses bras les cuisses tendues de la parturiente les deux femmes des sages-femmes.
* le terme de décollation est utilisé en obstétrique lorsqu'il y a détachement de la tête du tronc dans un accouchement difficile.
Mais qu'est-ce qu'il se passe ?
Pas de chronique d'Anne-Sophie ? Pas de chronique d'Alain ?

Je suis toute perdue. Ne les aurais-je point vues ? Je ne crois pas, j'ai cherché partout...

C'est les vacances à @si ?

Ou alors les émissions au détriment des chroniques ?

A choisir, je préfère les chroniques (même si j'aime beaucoup les émissions). Mais je préfèrerais ne pas avoir à choisir....

Ou la grippe A ?

Bon. Bon courage à tous en tous cas, et à très très très très bientôt j'espère !!!
Merci pour ce superbe article.
En lisant la liste des personnages entourant le Christ, je me suis rappelé qu'à l'époque du moyen âge, le sieur Charlemagne avait été canonisé. J'imagine que sa canonisation était toujours reconnue au XVe siècle. Elle a disparu des listes canoniques vers le XVIIIe. Nous avons donc une belle brochette de saints sur cette peinturlure.
Des seins et des Saints, voire des seins de Saintes: voilà clairement cerné les desseins du scribe de la peinturlure.

Saint-Saëns sauve le reste. Nostalgiques du cathé' jetez-vous à crâne perdu dans cette chronique. Surfeurs de succés passés, décidez-vous à rider l'ancienne et talentueuse prose sur une pub d'un vuiton vendu par un rocker épuisé et sérieusement photographié par celle qui pourrait être l'épouse d'un autre zombi.

Requiem et danses macabres... J'étais parti pour m'ouvrir au monde de l'art. Mais à force, force est de constater que je m'enferme dans un carcan cultuel. Cultuel, ce n'est pas une faute de petite frappe.

Immondices [s]s[/s]cathos, tels sont les alibis de blancs franchouillards pour jouir d'une reconnaissance de ses pairs: des voisins blancs que l'ont retrouve sur copaindavant.com, rubrique nous sommes tous allés au cathé'.
ouhouhouhouhouh...... c'est pas juste pour faire peur c'est le bravo pour cette nouvelle chronique -:) dans laquelle le texte est aussi jouissif que l'image ("aux cothurnes de laquelle il s'écroula, las. " etc...) le squelette inspire...

des danses macabres plus récentes et particulièrement joyeuses sont celles de Tim Burton (faut dire que j'ai un faible pour ce réalisateur...) avec des têtes sur des plateaux itou, dans Noces funèbres par exemple
des squelettes comme on aimerait en voir plus souvent...... contrairement à ceux des cadres, ou autres salariés, victimes expiatoires d'une sale période !
en plus d'être bienaimé et talentueux (bon, il suffit), notre chroniqueur est habile à fiotte-o-shop, et nous dézingue la cigarette de not'vieux sage en 3mn et des au lieu d'un mois, parfait.

mais voilà peut être le nœud du problème chiraquien (tête de chien) (aucune insulte voyons, je fais appel là à son mandat de maire de paris, dont les habitants sont aussi parigots, tête de veaux) : une fois le clope disparu, la photo est moche.

on passe d'un bel homme pensif encadré par le V gaullien de la victoire habilement composé par micro et clope à un homme maussade qui se fait clairement ch. en meeting...

ce qui au vu de sa carrière semble valider l'adage de peillon (de mémoire) dans un docu-politique : "En politique, il faut apprendre à s'emmerder... Parce que finalement, celui qui réussit en politique, c'est celui qui s'est emmerdé le plus longtemps pour attendre que ses adversaires partent d'eux-même").

mais qui n'est pas glorieux.

donc un mois pour trouver une nouvelle image me semble un minimum... peut-être à l'époque du bruit et de l'odeur ? allez, musique !
Formidable chronique qui devrait figurer dans le top 5, ou au moins dans le top 10, en tous cas largement dans le top 100 ;-)
Allez un peu de musique.
RÉPONSES EN VRAC DU SAMEDI SOIR


MEBAHEL : L'illus du 45 tours fait penser à du Picasso mâtiné de Pierre-Yves Trémois. Je serais curieux de savoir qui en est l'auteur. Si jamais son nom est crédité au dos de la pochette…

POISSON : Le curieux mélange titre/illustration s'explique : d'abord, ya l'article. Puis vient le titre. Pas forcément pondu par l'auteur de l'article. Enfin vient l'illustration, qu'il faut souvent dégotter en quatrième vitesse parce qu'on est déjà à la bourre.
Le directeur artistique, qui ne veut pas mettre une photo du film On achève bien les chevaux pasque ça ferait vraiment trop naze (et ptêtre qu'en plus il n'a pas envie de courir après les droits de repro), consulte sur internet la base de données d'une banque d'images, en l'occurrence Corbis. Il tape comme mot-clé un truc du genre "mort" ou "cadavre", et dégotte cette photo pas gore qui a un vague rapport avec le titre, à défaut d'en avoir un avec l'article. Et hop ! emballez c'est pesé.

TITI : Merci pour l'info !

ELLIS : Willy Ronis ayant eu la mauvaise idée de décéder samedi dernier, on en a parlé dans la presse toute la semaine. Aussi j'me suis dit que ce n'était pas la peine d'en remettre une couche. Les photographes géniaux qui ont pour projet de mourir bientôt et qui voudraient que j'cause de leur oeuvre sont priés de décéder le jeudi, merci d'avance.
Moi la photo me fait penser à "mon macabre", une chanson :

"Squelette, mon chéri,
Tu es logé, tu es nourri,
Squelette, tu es blanchi,
...


Le squelette est un genre d'employé, et là il s'est fait licencié, mis à la porte. Il prend ses clics et ses clacs (sa tête) et il s'en va un point c'est tout.

Parce que le squelette tout seul, d'accord, le crâne tout seul, ok, la phrase qui les compare à du bétail, ok.
Mais c'est quoi ce mélange deux-temps, trois mouvement? J'imagine qu'un squelette habillé en cadre aurai eu l'air rigolo, alors on lui coupe la tête et comme ça, ça rigole plus du tout. Et un cadre normal avec un crâne à côté, personne n'aurait compris l'allusion, Shakespeare, les vanités, ça reste très confidentiel, qui peut penser que c'est de mort qu'il s'agit quand un gus en costard à un crâne dans la main? Sont-ce les raisons de ce mélange inédit, avec ce titre en plus, qui crée un sens confus et flou? Chacun se sert dans l'image comme dans un buffet? Ou c'est pour que ça ressemble à un cauchemar sans logique, pour nous laisser un espoir : se réveiller et voir que rien n'est réel.
Comme squelette en costar qui tiens sa tête dans sa main, il y a aussi Jack Skellington, de l'Etrange Noel de M Jack, film de Tim Burton. En plus il s'en sert pour réciter des citations de Shakespeare...
Prochainement (du 14 octobre au 28 mars), la Cinémathèque française va exposer une partie de sa collection de plaque de lanterne magique et l'image du squelette qui joue avec sa tête est une des représentations que l'on retrouve sur certaines plaques animées.
Une Kro ?????
Y a de la bière sur le site !!!!!
Alain une dernière pour la route !
Ouhahou.
(C'est le cri de l'étêté le soir au fond des bois).
(C'est aussi le cri de l'@sinaute diurne lisant une kro du maître Korkos sur son arbre perché - j'ai pas dit barré, hein-)
Et la première fois que j'ai ouï la Danse Macabre de St Saëns, c'était avec un de ces toupiti vinyles 45 t longue durée, chez Deutsche Grammophon, et dont l'image de couv me reste encore parce que je ne la comprenais pas à l'époque.
Si j'arrive à la pécher sulnet, je mets un lien.
...
Ben je viens de le retrouver, dans une étagère, je le croyais à la cave.
Ce que vous me faites faire, Maître K. Tsss.
J'ai retrouvé d'autres choses aussi.
(genre a whiter shade of paaaaaaale - tous en chœur)
Au fait , bien vue la coordination de la PAGE D'ACCUEIL : "Variations sur un croc de boucher" , "La danse macabre des cadres" , et Cécile Duflot qui imite "Der Vampyr" (célèbre??? opéra du non moins célèbre??? Heinrich August Marschner).
Effet garanti . Pourtant ce n'est pas encore à Halloween ;-)
On s'est bien marré sur le cliché du Président qui joue les Aldo Maccione, mais j'ai pas pu m'empêcher de penser à l'affiche de La Petite Sirène de Disney en voyant la pose si naturelle de Carla Bruni. Bruni, Sarkozy, Mickey... Une longue histoire.
Très très chouette chronique. On entendrait presque un chalumeau en fond, et la voix aigrelette d'un ménestrel...

Mais euh et Willy Ronis ?
Un autre personnage mythologique qui a perdu sa tête : Orphée !
Orphée négligea d‘honorer Dionysos ; celui-ci le livra aux Ménades qui le décapitèrent. Elles jetèrent ensuite sa tête dans le fleuve Hébros mais la tête continua à flotter en chantant Eurydice, Eurydice.

Une représentation de cette scène par Odilon Redon
Quel talent cet Alain : en plus d'être cultivé, il sait faire des retouches sous Photoshop. Trop balèze
pour les amateurs de danses macabres, .... et de ruralité . : http://www.chartres.tw/2009_02_07_MLG.html
[ fatal flatteur off ]


[large]clap, clap, clap ![/large]
Ça me fait penser à une pique de Lordon dans son livre de 2008 (citation approximative de mémoire): Si les banquiers protestent qu'il serait brutal de supprimer d'un coup bonus et compagnie, qu'ils se rappellent que l'Histoire enseigne qu'il est des méthodes encore plus brutales pour réduire les privilèges: réduire les privilégiés!
Je ne sais où donner de la tête pour lire cette chronique et regarder les belles images...

Il y a une légende concernant les statues céphalophores (du grec, « qui porte leur tête ») : cela symboliserait que le bourreau n'a pas ôté la vie à sa victime et que Denis par exemple continuerait de vivre et d'agir spirituellement...

Il valait mieux ne pas être une forte tête à cette époque...

P.S. : « Sur la police de l'apparence » :

http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2009/09/17/1054-pour-une-police-de-l-apparence
Afin d’éviter toute accusation d’ethnocentrisme à la chronique de M.Korkos, en effet certains esprits malintentionnés pourraient faire remarquer qu’il n’y a que des œuvres occidentales, pensons tous très fort à un personnage égyptien, qui, lui, n’a pas perdu sa tête, contrairement à tous ces saints, mais son nez. L’explication de cette douloureuse perte est en image ici.


Toutes ces combinaisons égyptiennes de têtes humaines sur des corps d’animaux et de têtes animales sur des corps humains ont du être pour les égyptologues, une vraie prise de tête, avant qu’ils ne saisissent enfin, que ces tous ces assemblages, hé bien, ils ont un sens.
Mages-tueuse chronique, Alain, qui va chercher dans l'antiquité, au Moyen âge, chez nos contemporains, y compris sur le bidon du pdt.

Dans mon enfance, une danse macabre m'a éveillée les neurones, c'était sur un pont à Bâles, lors d'un carnaval où mes parents m'avaient trainée, j'ai découvert ces squelettes peints à toutes les sauces, et surtout La Grande Faucheuse, j'ai découvert la mort, et je ne m'en suis pas encore consolée. Une oeuvre vous tombe dessus littéralement, il fallait lever la tête pour distinguer dans le soir obscur les scènes brutales, plus fortes que Les Experts ou que Bones, je vous le dis, et ce que j'ai compris c'est que la danse macabre ne va pas sans une certaine mise en scène burlesque, contrairement aux Experts, justement, qui se prennent tant au sérieux, parce que la mort, ça se danse, ça se bouffe, ça se ritualise, ça se peint, c'est ça que toute cette histoire de l'art nous serine.

http://anthropia.blogg.org
Sur le thème On achève bien les cadres, j'ai commis ça il y a quelques temps.

PatriceNoDRM
Pour illustrer avec des mots ... votre mélancolique chronique ...qui n'est pas "sans queue ni tête" -

La danse macabre de Salomé par M. Apollinaire Guillaume

Salomé

Pour que sourie encore une fois Jean-Baptiste
Sire je danserais mieux que les séraphins
Ma mère dites-moi pourquoi vous êtes triste
En robe de comtesse à côté du Dauphin
Mon coeur battait battait très fort à sa parole
Quand je dansais dans le fenouil en écoutant
Et je brodais des lys sur une banderole
Destinée à flotter au bout de son bâton
Et pour qui voulez-vous qu'à présent je la brode
Son bâton refleurit sur les bords du Jourdain
Et tous les lys quand vos soldats ô roi Hérode
L'emmenèrent se sont flétris dans mon jardin
Venez tous avec moi là-bas sous les quinconces
Ne pleure pas ô joli fou du roi
Prends cette tête au lieu de ta marotte et danse
N'y touchez pas son front ma mère est déjà froid
Sire marchez devant trabans marchez derrière
Nous creuserons un trou et l'y enterrerons
Nous planterons des fleurs et danserons en rond
Jusqu'à l'heure où j'aurai perdu ma jarretière
Le roi sa tabatière
L'infante son rosaire
Le curé son bréviaire



Et n'allez pas toute la nuit danser dans les guinguettes jusqu'à y perdre votre tête ...
Je n'ai pas encore tout lu, mais Holopherne a non seulement perdu sa tête, mais le "h" de son nom;)

Une petite musique la danse macabre de Saint-Saëns
Ouaouuuh !!! Ça c'est de la chronique grand cru. Quelle érudition et quel talent ! Puis-je vous appeler Maestro ?
Bravo Alain, une de vos grandes chroniques !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.