la danse macabre des cadres
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

la danse macabre des cadres

Réservé à nos abonné.e.s

Dans son numéro du 12 au 18 septembre 2009, Marianne publie un dossier intitulé On achève bien les cadres…


Ce titre est très exactement le 82 547ème détournement de On achève bien les chevaux (They shoot horses, don't they ?), roman d'Horace McCoy qui raconte les concours de danse à l'époque de la Grande Dépression. Paru en 1935, le livre avait été adapté au cinéma par Sydney Pollack en 1969 :


A priori plus intéressante est l'illustration choisie pour orner l'ouverture dudit dossier. Un squelette en costume, tenant son propre crâne dans sa main droite :


On pense à Hamlet, au To be or not to be de Laurence Olivier&h...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.