66
Commentaires

La bise au bureau, injonction sexiste ? Comment la télé a évité le sujet

C'est un mail, envoyé par une élue EELV à ses 73 collègues, pour leur signifier qu'elle ne leur ferait plus la bise systématiquement et qu'elle avait "envie de serrer la main, comme les hommes." Cela aurait pu être l'occasion d'un débat sur le caractère, sexiste ou non, des manières de se saluer entre hommes et femmes. Mais la télé en a décidé autrement...

Derniers commentaires

M'est avis que tout contact physique obligatoire et non nécessaire à l'activité professionnelle (ex: masseur kinésithérapeute) est une erreur.
Bise ou serrage de main, ça devrait être l'objet de consentement mutuel.
Moi, je m'en fous assez.
Je viens d'une famille où hommes comme femmes se font la bise sur la joue, c'est un signe d'appartenance, de reconnaissance.
Au boulot le serrage de main est le plus courant, mais au besoin un salut de la tête convient. Un "bonjour", c'est bien aussi.

Je ne trouve pas totalement inutile le rappel des journaliste sur les bises suivant les régions (même si c'est une astuce pour dévier de la polémique principale). Si Mathilde Larrère passe dans le coin, si elle peut nous faire un petit rappel historique sur la bise et la manière de saluer... Sachant que si les anglo-saxons se limitent au serrage de main, le baiser de paix se pratiquait traditionnellement sur la bouche (échange du "souffle de vie", je crois).
"et si @si s'y engage, je contribuerais à ma petite échelle (et avec tristesse) à y dire non avec mon portefeuille."
Same player shoot again!
Si ASI se laisse infecter, comme une partie de la gauche, par le féminisme radical venant des US, c'est fini, je me désabonne.

Waouh! un macho intégriste, un vrai de vrai!
Mais je me désabonne pas, tous les goûts sont dans la nature, et en plus c'est rigolo.
discuter du potentiel sexisme des codes sociaux auxquels on adhère depuis tous petits, d'accord;
par contre faire des réglements qui régimentent entièrement la manière appropriée de se saluer et par extension tous les comportements, bien sur que non, c'est du bullshit corporate, comme les réglements sur la longueur des cheveux ou les tenus réglementaires.
Si ASI se laisse infecter, comme une partie de la gauche, par le féminisme radical venant des US, c'est fini, je me désabonne. Il y a déjà eu le numéro sur le moteur narratif masculin de Star Wars (The Last Jedi était très féministe, j'espère que vous êtes contents...), et là c'est la deuxième alerte.

Le message éditorial de cet article (il faudrait un débat de fond sur ce sujet traité, supposément à tort, à la légère) est à la fois ridicule est alarmant. Il est pour moi encore un signe (avec la campagne sur la manspreading, l'écriture inclusive) que le délire féministe de troisième vague US est entrain de prendre pied en France, et qu'il risque, comme aux US, de rendre la gauche inéligible (les gender politics des démocrates ayant contribué à en repousser les électeurs).
Autre pays, autre moeurs.
En Belgique, les hommes aussi bien que les femmes se font la bises en se disant bonjour (ou au revoir)

Le Kunik (bisou esquimau) est une forme d'affection entre membres de la même famille ou amants. Elle consiste à presser le nez et la lèvre supérieure contre la peau du front : torride !
Je pense, également, qu'il est absolument nécessaire de se pencher sur l'utilisation des gels hydroalcooliques dans les toilettes des entreprises ou de continuer à se laver les mains avec le simple savon de Marseille qui va droit au but à défaut de celui d'Alep qui ressemble plus à du fromage de gruyère qu'autre chose.
La question est plus qu'essentielle.

Ne faudrait-il pas commencer par un sondage et demander à l'équipe de " c ans l'air " d'en débattre?
Le barbier est tout désigné pour nous parler du savon et les autres des rasoirs..
Qu'il est dur d'attendre?

Ne pas oublier que dans les garages la question primordiale est, pour les hommes, doit-on se laver les mains avant ou après la mission de miction.

En cas de miction impossible le message s'effacera dans les 5 secondes.
Voilà une année qui démarre fort : tout de suite à l’essentiel !
Le danger quand même, après ça, c’est que les autres sujets semblent futiles…
Heureusement comme vous le signalez fort justement: « Pour un (éventuel) vrai débat sur le sujet, prière de repasser ! ». Nous attendons donc avec impatience que DS prenne les choses en main et nous éclaire. Les français veulent savoir.
le pire restant la bise à la cantine...
Rien que ce matin sur France Culture j'ai entendu trois fois ce mot en une demi-heure.
C'est disruptif !
Je propose " La controverse de Lombez (32)"

Les "biseurs" ont-ils une âme?
Doit-on considérer les "biseurs" comme humain?
Doit-on, organiser un commerce triangulaire et utiliser les migrants comme succédané ? ( le commerce triangulaire et donc la traite des esclaves est une résultante "involontaire" de la reconnaissance "humaine" des indiens d'Amérique du Sud- Las Casas vs Sepulveda))

Tout ceci est en attente d'écriture.
Deux extraits d'un article paru récemment sur le site d'Elisabeth Levy Causeur.fr :

Les campagnes #Balancetonporc, les cris d’indignation contre Tex, miss France et Antoine Griezmann ne sont qu’un début. Lorsque tout le Mal aura été expurgé de notre société, notre beau pays pourra enfin respirer. Bienvenue dans la France d’après, féministe, égalitaire et parfaite.
[...]
Un jeune homme timide a enfin invité sa collègue à dîner. Comme c’est un premier rendez-vous, les deux jeunes gens sont escortés par des agents du service de Prévention du harcèlement. Si tout se passe bien, ils iront peut-être au cinéma. Cette semaine à l’affiche : une comédie musicale inclusive racontant le combat d’un groupe de sourds-muets pour le bien-être animal et contre la vaccination obligatoire. Ça fera une bonne soirée.
Je ne sais pas ce qui s'est écrit ici mais je soutiens l'élue EELV qui refuse de claquer la bise à toute occasion.

Je m'étais fait une honteuse réputation chez mes collègues : celui qui ne fait la bise qu'une fois par an, au choix, pour la rentrée ou pour le nouvel an.

Je n'ai jamais vraiment compris que l'on se livre à ce rituel totalement hypocrite dans beaucoup de cas.
La bise, par ses effets, est le principal responsable de l’aridité des Alpes méridionales du Dauphiné.
Sur le plan purement hygiénico-pratique, c'est beaucoup plus risqué de serrer des mains que de faire des bises.
En tout cas, j'ai contrarié beaucoup de monde durant plus de 30 ans en tendant ostensiblement une main cordiale (enfin bon faut voir, je me fais peut-être quelques illusions ;-) ) à celles qui bisaient depuis longtemps. Mais socialement ça passait mal, j'ai cessé de faire du genre (idéal). Ouf, maintenant c'est sexiste. Ah, faut reconnaître que 18 commence comme 17 finissait. Je soupçonne Macron d'être en cause, je ne sais pas encore pourquoi ni comment. Un prochain développement sur ASI en partant de cette hypothèse me ferait un bien fou.
Article dont:
"Pour un (éventuel) vrai débat sur le sujet, prière de repasser !"
enchaîné sur le forum par:
"Un coucou de la main en arrivant est aussi sympathique et BEAUCOUP plus hygiénique."

Donc, on est bien d'accord, ce jour, aucun autre débat concernant 'lesmédias' à signaler où que ce soit sur la planète....
Daniel, le renouvellement d'abonnement est pour bientôt.....va falloir qu'on cause!
Bises. PhilV76
Daniel est en vacances. Lien de causes à effets?
Le nouveau site, c'est pour lundi. Vous croyez que ça sort comme ça ?
Ah, c'est pour ça........! quel c..!
Daniel bosse....
Comment n'y ai-je pas pensé en effet!
zut, zut et rezut!
bon, ben, je m'excuse, hein....je sors!
Normal, il n'y a effectivement pas d'autres problèmes. Nous vivons dans le beau pays d'Eden, où Adam et Eve n'ont qu'à jouir de paix, d'extase. Mais comme disait (à peu près) Kant, qu'est-ce qu'ils devaient s'emm...der en n'ayant qu'à se regarder dans le blanc des yeux et chanter des chansons douces.
Non à la bise au bureau, ainsi qu'à la poignée de main, d'ailleurs. C'est dégueulasse, et c'est un des meilleurs moyens de transmettre divers virus - dont celui de la grippe et des gastro-entérites en ce moment. Un coucou de la main en arrivant est aussi sympathique et BEAUCOUP plus hygiénique.
La bise entre amis, et en dehors des périodes épidémiques, c'est tout autre chose, et cela, nonobstant le sexe des protagonistes.
Le niveau global des chroniques du site commence à devenir vraiment pointu...
Là tout de suite, sur le tableau des forums (articles de la rédaction, émissions, chroniques) la signature de Capucine Truong apparaît quatre fois*, de Daniel Schneidermann trois fois, Manuel Vicuña et Juliette Gramaglia deux fois.
C'est donc vraissemblalement elle qui a le plus bossé pendant cette quinzaine.
La bise, Capucine !
*de plus, elle a participé à deux émissions sur les cinq.
Il faudrait en effet cessez cette "coutume" des filles qui doivent faire la bise au bureau et entre connaissances professionnelles, ça n'a aucun sens.... En revanche, entre ami(e)s je trouve ça bien car justement cela témoigne de la-dite amitiée y compris, bien sûr, entre garçons. Bref, ce n'est que mon avis.
Maroilles 4, ailloli 3 !
A Lille comme à Marseille, je préfère serrer les mains.
Tiens, en attendant la réaction de Finkielkraut sur le thème des offenses à la culture française :

il y avait eu cet article de 20 minutes en novembre : Metz: La SNCF préconise de ne plus faire la bise aux stagiaires ou sous-traitants puis s'excuse.
Mais pourquoi donc se sont-ils excusés ?
A priori parce que c'était une interdiction et que "La CGT, entre autres, s’offusque et envisage de porter l’affaire devant la justice".

Mais ça a fait réagir la très (riposte) laïque Christine Tasin : SNCF Lorraine : le personnel sous-traitant qui refuse les bises est-il musulman ?.
Dans sa brillante analyse, on a : "Soit il y a en Lorraine quelques mâles concupiscents qui bisouillent à tout va pour avoir l’occasion d’approcher de la chair fraîche et de s’y frotter…
Soit il y a en Lorraine quelques féministes hystero-dingues qui n’ont pas voulu être en reste dans l’opération « balance ton porc »…
Soit il y a parmi le personnel sous-traitant des musulmanes ne supportant pas que des hommes qui ne sont pas de leur famille leur fassent une bise amicale.
"
Si on pouvait éviter l'argument "je serre la main pour éviter d'être infecté ou d'infecter" vu que c'est juste l'inverse, la bise propage moins les infections : ici
Les sujets sur le sexisme, le machisme et le agressions sexuelles ne sont pas assez nombreux sur le site d'arret sur images.
Le bon rythme serait de un par jour.
Idéalement deux, bien sûr.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.