8
Commentaires

La bataille de com' d'Amazon France

Matinales à la télé et à la radio, pleines pages de publicité dans Le Monde... La direction d'Amazon n'a pas lésiné sur la communication pour dénoncer la décision judiciaire lui enjoignant de limiter son activité aux commerces essentiels. Et a finalement obtenu un assouplissement en appel.

Commentaires préférés des abonnés

Cette publicité dans Le Monde repose une nouvelle fois l'indépendance de la presse vis à vis des grands groupes : ce "journal de référence" pourra-t-il enquêter sur Amazon et risquer de faire l'impasse sur une potentielle future pleine page? 

(...)

Il y a une constante à bien faire pénétrer dans nos chères têtes blondes (même si elles sont brune ou rousses): chaque fois qu'on te "facilite la vie", on te fait perdre un savoir-faire. Tu appuies sur le bouton "chauffage", et tu ne sais plus allume(...)

Ne serions-nous pas un tantinet veaux, dans cette histoire d'Amazon ? En quoi cette entreprise prédatrice et symbole de la souffrance au travail,  et qui de surcroit ne réchigne pas, pour préserver ses bénéfices colossaux, de faire du chantage d(...)

Derniers commentaires

L'idéal, ce serait qu'Amazon se jette dans l'Atlantique ...


Ce serait plus naturel.

Ne serions-nous pas un tantinet veaux, dans cette histoire d'Amazon ? En quoi cette entreprise prédatrice et symbole de la souffrance au travail,  et qui de surcroit ne réchigne pas, pour préserver ses bénéfices colossaux, de faire du chantage direct à l'emploi, nous est-elle indispensable ? Qu'attend-on pour appeler à son boycott ? Qu'elle ait tué tout le restant de ses concurrents ? Je viens de commander des bouquins sur un site de libraires indépendants. Livres reçus en trois jours. Et on pourrait multiplier les exemples. On peut très bien se passer d'Amazon. A ce train-là, justement, on ne pourra bientôt plus s'en passer. Et ça signifiera plein de choses pas bien sympathiques.

"un tantinet" ? Vous êtes modeste... dans une toute petit ville la libraire a 'photographié' une partie de ses rayonnages nous permettant de commander et livre à un point fixe....toutes règles de sécurité respectées ! Qu'a-t-on 'besoin' d'amazon bien qu'ils soient les seuls à m'avoir procuré, il y a quelques années, des livres très spécifiques que mon libraire a renoncé à chercher ou trouver. Mais là ils vont trop loin et leurs clients avec !

Il y a une constante à bien faire pénétrer dans nos chères têtes blondes (même si elles sont brune ou rousses): chaque fois qu'on te "facilite la vie", on te fait perdre un savoir-faire. Tu appuies sur le bouton "chauffage", et tu ne sais plus allumer un feu. 


Je pense aux enfants, je crains que ce ne soit râpé pour pas mal d'adultes, trop conditionnés que nous sommes. C'est "tellement simple!" clic, clic, clac, clop, merci Amazon! 


Un jour, mon fils m'avait dit: tu dis toujours du mal des supermarchés, mais où on fait ses courses s'il n'y en a plus? Dans mon enfance, il y avait une épicerie en face, une autre 200 mètres à droite, une troisième 500 mètres à gauche. Deux boucheries, une boulangerie. Plus une mercerie... qui vendait aussi des livres. Dans un quartier populaire! Et je compte pas la bibliothèque municipale qui m'a appris la vie au moment de la guerre d'Algérie.


Ça, c'est le second élément du problème. Sauvegardons ce qu'on a encore, créons des circuits neufs (pour les livres anciens par exemple). Sinon, quand il n'y aura plus qu'Amazon, on fera comment?


 

Oui, il faut apprendre à cultiver son jardin.

J'utilise systématiquement le site direct du fabricant, ou la FNAC (encore que, pour le traitement de ses salariés.... j'ai des doutes)

Cette publicité dans Le Monde repose une nouvelle fois l'indépendance de la presse vis à vis des grands groupes : ce "journal de référence" pourra-t-il enquêter sur Amazon et risquer de faire l'impasse sur une potentielle future pleine page? 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.