89
Commentaires

Karin Viard, Rémi Gaillard, et le pigeon déféqueur

En toute innocence, Karin Viard vient au Grand journal défendre son film.

Derniers commentaires

Un humour pas bandant.
Ce type est décidément de plus en plus con.
Il me semble que cet article (ainsi que la prestation de Gaillard sur le plateau de Canal Plus) est teinté par le lieu commun suivant: "être proche des "gens", c'est bien" (soit dit en passant, cher DS, Pierre Carles vous a déjà battu à ce petit jeu là (et je pense qu'il s'est trompé...))

Défendre votre site et une certaine idée de l'indépendance de la presse sur internet est une chose (légitime à mon avis). De là à militer pour tout ce qui porte la bannière "Made in web", il y a un pas dont le franchissement demande peut-être une certaine réflexion.

Je n'ai pas trouvé de différence flagrante (en terme de vulgarité, de bêtise et d'inculture décomplexée) entre ce que fait R.Gaillard et les productions de M.Youn (en dehors de l'autocollant YouTube collé sur la caméra qui filme le premier, là où un sticker M6 orne celle du second). A mon sens, si ce Rémi Gaillard n'était pas névrosé (un petit côté moi tout seul contre tout le Monde?), cela ferait longtemps que ses """oeuvres""" dégoulineraient (à l'instar de la fiente de Jean-Claude, mais je m'égare...) sur toutes les chaînes du PAF.

Je ne suis pas certain que le fait que nos chers concitoyens passent de "bienvenue chez les ch'tis" à "n'importe qui" soit un bouleversement susceptible d'entraîner une renaissance intellectuelle de la population française!!!
J’ai regardé en différé l'émission : ce que vous dites sur Viard et Filippetti est ultra subjectif.

Elles ont fait. ce qu’elles ont pu face Apathie (de plus en plus Mr Michu avec des formules Prudhommesques). Mais il n’y a pire sourd que celui qui ne veut entendre.

D’ailleurs Apathie a depuis longtemps cessé de chercher à éclairer, et pourtant quels beaux papier il savait faire quand il travaillait à France-Info.

Il s’est pipolisé : quelle ironie

NB : J’ai vu l’exposition, vous pouvez y aller
Un Daniel Schneidermann des grands jours, ça vaut un bon steak. Roule ma poule !
Il faut reconnaitre un certain courage au mec qui sort de sa bagnole à l'endroit même où il vient prendre sévère quand même...:-)
Je me suis demandé si de Caunes n'avais pas voulu piéger Karin Viard.
Quand on voit les archives de Rémi Gaillard et ses passages à la télé, on peut s'attendre au pire. Et là! Au lieu de monter sur la table et asperger de mousse à raser (qu'il a du se faire confisquer par la sécurité), il nous fait le coup du pigeon qui veut jouer le dauphin (une improvisation de son complice sans doute).
Franchement, c'était brillant. C'est plus efficace que les attaques de Zemmour dénonçant les médias mielleux et complaisants lors des promotions. "Ici on est pas là, pour vous faire mousser! faut accepter la critique blabla". Sans attaquer frontalement le film, Rémi et son pigeon, par un effet de contraste, ridiculisent le discours lisse des promotions de films.

Quant aux vidéos de Rémi Gaillard, elles ont évolué. Les premières étaient plus "violentes": il pouvait physiquement bousculer des personnes anonymes (par exemple shooter sur un cycliste). Je n'aime pas trop cette violence, (je parle de violence et pas d'humour). Je reste bluffé par ses performances au ballon et son "versus" avec Ronaldo vaut le détour. Même si on est pas un fan de foot!
Ses gags restent majoritairement drôles.
Après on est pas obligé d'adhérer à l'irresponsabilité dont il semble faire la promotion.
Je n'ai rien contre Karine Viard, mais à la question de De Caunes sur le titre du monde "la star d'à coté", j'aurais préféré une réponse plus humble. Reconnaitre que l'on est une star, c'est un manque de gout.
De ce que j'ai vu de l'émission, si Karine Viard n'a pas l'air enthousiaste au sketch du pigeon, c'est surtout qu'elle ne l'a pas vu. Pendant la séquence video, elle a le regard sur la liste des films nominés aux Césars pour tenter d'indiquer à Antoine de Caunes, après la séquence, pour lequel elle a voté. Sur l'ensemble de la séquence elle a plutôt été bonne joueuse avec Rémi Gaillard, bien lourdo.
Une dissonance dans le spectacle reste du spectacle... Rémi Gaillard, au demeurant sympathique et anticonformiste d'internet, est en train d'être digéré par le consensuel média tv. amen!
Sur combien il gagne, il a eu raison de se foutre de la gueule de Caunes. C'est pas dans une émission prout-prout-paillettes qu'on peut discuter sérieusement de ça. Et puis est-ce qu'il a demandé à Karin Viard combien elle gagnait ? Je pense que non. (J'ai pas vu l'intégrale mais je suis prêt à parier à 10 contre 1. Les paris sont tout verts).
Milliardaire, jeune, décontracté et pseudo-rebelle à l'intérieur du "système"
une référence pour celleux qui veulent faire la révolution devant leurs écrans...
"En toute innocence, Karin Viard vient au Grand journal défendre son film. "
Je propose de nominer, puisque c'est comme ça qu'on dit, notre lider maximo pour le prix Nobel de la vacherie perverse.
Si ça se trouve, Chaplin ne vous aurait pas fait rire à l'époque.
Ce n'est pas parce @si est sur Internet qu'il faut glorifier le medium internet. L'humour de Gaillard est seulement potache et ne m'a personnellement jamais fait rire; inutile pour le légitimer d'en appeler à Chaplin comme dans l'émission que lui consacra @si ou comme ici d'en faire un emblème de la subversion.
L'humour de Gaillard est seulement potache et ne m'a personnellement jamais fait rire

Moi non plus.
L'embarras de Karin Viard sur le plateau de d'Antoine de Caunes est tout à fait compréhensible.
Que le sketch du pigeon l'ait fait rire ou non, elle ne peut décemment pas dire : "Je n'ai pas envie de rire à ce gag débile" . Cela ne se fait pas. Elle se serait donné le mauvais rôle.
Pourtant Rémi Gaillard vient de lui balancer une belle vacherie (justifiée, à mon sens) et le gag du pigeon n'est pas drôle.
En résumé, un moment de télévision pas drôle du tout (tout le monde est mal à l'aise, y compris le téléspectateur) et intéressant pour ça.
Que le sketch du pigeon l'ait fait rire ou non, elle ne peut décemment pas dire : "Je n'ai pas envie de rire à ce gag débile" . Cela ne se fait pas. Elle se serait donné le mauvais rôle.


Oui, et en femme plus intéressée par son image que par la vérité, elle a préféré donner la réponse consensuelle habituelle que peut-être son agent lui aurait glissé. On tourne pas 5 films par an et on ne devient pas la star d'à côté si on ne fait pas l'effort d'être parfaitement lisse. S'il y a quelqu'un de cruel, c'est le réalisateur qui l'a mise en médaillon le visage fermé et qui a suggéré à De Caune sa remarque "vous êtes atterré" dans l'oreillette.

Et j'ai trouvé ça drôle, perso.
Karin Viard n'est décidément pas très inspirée dans cette interview.
Les "compliments" qu'elle adresse à Catherine Deneuve sont particulièrement maladroits ("Elle arrive à rester Catherine Deneuve dans tous ses rôles", ou quelque chose dans ce goût-là) et constituent sûrement la pire critique qu'on puisse faire à cette star qui ne sait jouer que Catherine Deneuve et pour qui, depuis des années, on écrit sur mesure le seul rôle qu'elle sache jouer (une bourgeoise chic, alcoolique ou non).
Franchement, le cadeau est encore plus empoisonné pour sa copine pour qui elle a voté. Si jamais celle-ci obtient le César, il y a quand même un risque que quelqu'un réutilise ce passage au Grand Journal pour illustrer la signification réelle de cette cérémonie...
Plus que de savoir si Rémi Gaillard est drôle ou non (chacun ses goûts) se pose la question de savoir si on "doit" faire semblant de le trouver drôle quand ce n'est pas le cas. Or, s'il est évident qu'on ne "doit" pas, il semble bien que certains s'y sentent obligés. Et que celui ou celle qui oserait ce dérober à cette injonction non-dite doit s'attendre à en faire les frais.

On trouverait facilement une dizaine de sujets ou de personnes pour illustrer ce scénario.
Quand des amis me montrent un truc que je trouve franchement pas drôle, je dis juste que c'est pas ma tasse de thé, et on change de sujet. Quand un pote me montre une oeuvre qu'il a produit et qui ne me plaît pas, je dis que c'est pas trop mon truc. Je lui dis pas, "ton truc c'est naze est pas drôle" ou "t'as vraiment aucun talent". Et après on parle d'autres choses.

Si Viard s'était contenté de dire : "c'est pas trop ma tasse de thé", il ne se serait pas passé grand chose et je lui aurais trouvé l'air moins stupide (mais c'est qu'un avis perso).
pas drôle du tout
bon, les goûts et les couleurs hein...
Moi je trouve pas mal, dans le genre potache, Rémi Gaillard.
'façon le cinéma français c'est plus que du pipi-quinquas.

Heureux de voir que Rémi Gaillard vient relever le niveau.
Un film de Rémi Gaillard ?
Depuis le temps qu'on ne l'attendait pas...
Grâce à vous Daniel, je regarde le Grand Journal pour la première fois depuis bien longtemps. Et je regarde la télé française pour autre chose que le rugby depuis que j'ai émigré. Je viens d'arrêter l'extrait à la première minute, l'ambiance est détendu à mon travail, mais si je m'écroule de rire sur ma chaise, on va me demander de m'expliquer, et ça sera pas glorieux pour la France. Et depuis qu'on a Montebourg et Filipetti pour nous défendre à l'étranger, je me sens investi par leur aura pour défendre notre beau pays tellement exceptionnel.

Mais là, entre Karine Viard et ses 55 films qui remarque que Rémi Gaillard semble plus "déchaîner les foules" avec son film qu'elle, et De Caune qui lui demande de donner des conseils pour s'inscrire dans la durée au type qui concurrence depuis une dizaine d'années les popstars américaines pour son nombre de vue, il y a déjà trop d'ironie pour ne pas pouffer. Et tout ça en une minute. Qui a dit que la télé française ne pouvait pas encore faire dans le grandiose ?
comme disait Johnny:"ça remet les pendules à leur place".
Merci pour la dose de rigolade matinale !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.