47
Commentaires

Journalistes : non à la haine, oui à la critique

Commentaires préférés des abonnés

Pour avoir personnellement assister à des belles "manipulations/fake news" de la part de BFM, M6 et quelques autres cette semaine... je dois dire que la profession devrait se remettre sérieusement en question. Les gens ont de bonne raison de les déte(...)

Et donc plus personne ne joue le jeu


Le gouvernement ne fait plus semblant d'écouter le message de la rue

La rue ne fait plus semblant de croire le gouvernement

Les politiques ne font plus semblant de respecter la liberté de la presse

La rue ne croie plu(...)

d'où le risque de la prise de position, obligatoirement mal interprétée . quand on réduit les gilets jaunes aux fachos par exemple . Les gens ne se sentent pas fachos , ils expriment souvent mal leur malaise . Et il arrive un connard prétentieux avec(...)

Derniers commentaires

ça fait bien longtemps que la confiance est rompue entre "média mainstream" et le bas peuple, malgré les tentatives de demander des comptes sur la hiérarchisation de l'information et sur le traitement même de l'information. Toute parole "critique" est taxée de populiste, aucune remise en cause et un réflexe corporatiste bloque toute remise en cause.
Entre cette défiance coté peuple et cette surdité coté journaliste, la colère a pris place et comme tout sentiment destructeur elle ne fait pas le tri.
Généralisation (tous pourri) et aveuglement (faut tout bruler)
Je vous suis depuis longtemps, force est de constater que vos remarques sur le traitement de l'information n'a pas permis d'améliorer les choses (je parle de la musique générale)
Il sera toujours possible de trouver l'information alibi, la bonne la vrai au fin fond d'un article caché en page 12

« Toute agression physique de journaliste, toute menace, toute insulte même, doit être condamnée, y compris pénalement le cas échéant (…) », écrivez vous Daniel. Et aussi que « la haine de la presse en général, et des journalistes en particulier, n'est ni juste ni saine ».


Des phrases qui font écho à celles de l’un de vos confrères : « Ce n’est pas à celui qui doit répondre de remettre la légitimité des questions en cause, ou plus grave encore, d’agresser le journaliste, ne serait-ce que verbalement ». Et d’un avocat : « On ne peut pas tout bonnement blesser quelqu’un, surtout pas une femme et encore bien moins une journaliste. »


Ces dernières ont été prononcées en octobre 2016 au Luxembourg, après que la chaîne télévisée RTL ait diffusé un reportage accusant le directeur général du Musée d’art moderne de « coups et blessures volontaires » sur la personne d’une pigiste qui l’interviewait.


La presse et le Premier ministre s’en sont allés en pâmoison, « forcément ». Avant qu’une avalanche de réactions indignées de la part du monde de la culture et des musées nationaux et internationaux ne les ait contraint à se demander s’il n’y avait pas trucage, qui sait ? Ce que la diffusion de l’enregistrement complet de l’entretien un mois plus tard, a fait apparaître au grand jour, entraînant la convocation du Premier ministre devant une commission parlementaire, la démission du directeur général de RTL Télé Luxembourg et une plainte contre X de la part du directeur du musée.


Une affaire « qui, en tant que critique professionnel de la profession », devrait vous « interpeler » me semble-t-il. C’est bien pourquoi je vous ai envoyé le livre qui en fait le récit : Lynchage médiatique et abus de pouvoir: Chronique de l’affaire « Lunghi/RTL/Bettel .


On le trouve aussi en version numérique sur Amazon.

Peut etre que les journalistes devraient se réveiller. Si je ne m'abuse ils font partie des professions les plus detestées, un signe non? Simplement depuis quelques temps je regarde un peu plus les émissions de plateau avec des invités politiques et je lis les journaux.

La partialité des journalistes pour tout ce qui n'est pas dans la ligne (comme en 2005) est sidérante. Ils ne se rendent meme pas compte.

Les éditorialistes sont eux absolument partiaux et soutiens inconditionnels de l'ordre établi (dans tous les domaines sauf les moeurs). 

Ils ne s'en rendent pas compte tellement ils vivent dans un autre monde d'entre soi au contact de la france qui ne va pas trop mal. Mais ici la france moyenne et celle qui va mal se révoltent et ils n'y comprennent plus rien. Comme en plus ils ont fait la campagne de Macron, pour la meme raison (ordre établi), et celle de Marine Le Pen ( pour avoir le mauvais qui va bien) leur discrédit actuel devient géneral. Etre manipulés, voir un traitement partiel et partial fait naitre la colère. Si les journalistes ne changent pas au bout il peut advenir la haine.

" Couvrant dans les années 80 ...ni créé de groupe Facebook. "

Facebook été créé en 2004 et ouvert au public en 2006.

"Toute agression physique de journaliste, toute menace, toute insulte même, doit être condamnée, " Quand t'as oublié de te relire et d'ajouter: Toute agression physique de journaliste et de toute autre personne qu'elle soit journaliste ou non, toute menace, toute insulte même, doit être condamnée, y compris pénalement le cas échéant


"Les journalistes" cela ne veut rien dire. Quel rapport y a t- il entre les journalistes d'ASI ou Mediapart et ceux de Valeurs Actuelles ou BFM TV ? Répétons que la haine de tous les journalistes n'est ni juste ni saine. Une incitation à la haine est toujours contre productive.

BHL est entarté ; le journaliste est agressé.

un journaliste n'a pas a donner son avis ! des faits des faits  . L'analyse nous pouvons la faire et si jamais on ira la chercher

Il n'est pas interdit de s'interroger sur la meilleur attitude à adopter avec les médias : trop gentil et ils détournent votre message ou vous écrasent sur les plateaux ; trop méchant et ils vous conspuent ou vous désignent à la vindicte de leurs téléspectateurs. La ligne de crête n'est pas facile à tenir...


Mais au-delà, il faut arrêter avec ces réflexes corporatistes, avec Le Journaliste INDÉPENDANT, qui INFORME, etc. victime des beaufs et des Gros Dégueulasses... 


Le journaliste indépendant n'existe plus depuis belle lurette. Les journalistes, sont des salariés (ou quasi-salariés) et donc tenus par un lien de subordination. Leurs patrons, sont des oligarques qui ont fait main basse sur la presse pour influencer l'opinion, la convaincre ou à défaut l'anesthésier.


On ne récolte que ce que l'on sème !

donc vous nous donnez Daniel les methodes autorisées pour nous defendre des mensonges des journalistes a notre encontre. De votre incompetance, quand le seul partie d'opposition se fait prendre son fichier par l'etat et que vous hurlez sur celui qui le defend , quand pendant les deux dernieres presidentielle vous avez sans aucune raison, a part la haine que JLM ai compris avant vous tous, le mepris de classe, et s'en est eloigné au point de creer, le PG.. Quand mm Arte nous meprise au point de passer des documentaires mensongés, sur le sciences, sur les pesticides , sur les vegan , qui ne sont en générale que des femmes bobo facho coincé.e.s qui attaquent des boucheries ... par contre les femmen elle sont de bonne clientes bien dans le boboisme, seins nues et inutile, comme la manif contre le violence . Et si vous etiez egalitaire Daniel, vous auriez porté plainte lors de votre course dans les bois, c'est bien votre mepris de classe qui estime que des prolos violent avec l'alcool c'est bien normale.. Ha bon ? Vous croyez qu'on apprecie ca , lisez Edouard Louis, et son pere et l'alcool qui ne plait a personne ... l'egalité c'est de ne pas accepter ca, ces p'ov cons qui vous ont coursé, doivent peut etre aussi tabasser leur femme, et porter plainte de violence physique est le minimum quand on vie en société et qu'on moralise a tout va. Si ca avait ete une femme, vous l'auriez racontez en rigolant de mepris.

Et donc plus personne ne joue le jeu


Le gouvernement ne fait plus semblant d'écouter le message de la rue

La rue ne fait plus semblant de croire le gouvernement

Les politiques ne font plus semblant de respecter la liberté de la presse

La rue ne croie plus que la liberté d'informer sert à quelque chose si l'information se retourne contre elle


Le coupable est Murdoch ou son frère

c'est à dire ceux qui ont aggloméré des empires de communication et les ont mis au service d'un seul bien commun : celui des possédants

Bien sûr avant Murdoch, la presse était déjà au service des puissants mais avec les délires de la démocratie et cette idée que le bien commun était celui de tous, il a fallu contourner la démocratie qui allait priver les puissants de leur propre bien primordial : celui de multiplier leur richesse et leur puissance


Quant aux journalistes, ils sont ravalés au rang de simples engrenages tout comme la police


Enfin voilà comment je m'explique ces moments difficiles

Il était une fois en Belgique

d'où le risque de la prise de position, obligatoirement mal interprétée . quand on réduit les gilets jaunes aux fachos par exemple . Les gens ne se sentent pas fachos , ils expriment souvent mal leur malaise . Et il arrive un connard prétentieux avec 4000 de salaire qui vient nous dire qu'on est heureux  , que notre président fait des cadeaux monstrueux aux riches et nous prend pour des imbéciles en nous racontant que la hausse du carburant c'est pour vivre dans un monde meilleur où les riches pourront acheter un yatch et polluer a outrance en voyageant en première classe , détruire la sécu  car la santé doit se mériter aussi , d'ailleurs , ou place t on la méritocratie quand un enfant malade ne peut être soigné parce que son père n'a pas les moyens de se payer une mutuelle , elle se situe où la méritocratie de cet enfant ?

Hors-sujet de cette chronique (mais sujet d'une autre?) : la réforme en cours de la justice, aux enjeux résumés ici, et ce que disent les avocats de la couverture média de leur journée "justice morte", par exemple sur les fils twitter de Maître Eolas (jadis reçu par ASI) ou de Maître Mô.

" Le comble pour un journaliste , c'est d'être à l'article de sa mort ".

Pour avoir personnellement assister à des belles "manipulations/fake news" de la part de BFM, M6 et quelques autres cette semaine... je dois dire que la profession devrait se remettre sérieusement en question. Les gens ont de bonne raison de les détester.


En gros par ici, petit village tranquille du Gard, il a été plusieurs fois fait mention de menaces de morts à l'encontre d'un député ... des propos diffamants sans aucun fondement qui sont parti d'un simple photo sur un réseau social.


Un média en ligne (objectif gard) qui a diffusé l'info du député sans aucune vérification... info reprise par BFM et M6 sans aucune autre vérification non plus (alors qu'ils sont venu prendre des images sur place).


Croyez bien qu'ici les gens sont très énervés ... d'autant plus que le mouvement est des plus pacifiques.

Même si moi même je suis averti en la matière je dois avouer que je suis secoué... sachant qu'il s'agit de personnes que je connais très bien... des gens à 1000 lieux de l'extrême droite ou de mouvances "radicalisées".


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.