92
Commentaires

"Je souhaite un procès Tarnac !"

Ce sont deux logiques qui s’affrontent : dans l’affaire Bettencourt comme dans l’affaire Kerviel, la justice est apparue très en retrait sur les investigations de la presse en poursuivant, condamnant ou relaxant sans tenir aucun compte de ce qui avait été claironné pendant des mois. Est-ce la presse qui, dans toutes ces affaires, s’est avancée sans preuve, lynchant des innocents en place publique ou est-ce la justice qui reste irrémédiablement dure aux faibles et douce aux forts, dans la logique éternelle du "suivant que vous soyez puissant ou misérable" ? C’est l’occasion d’en débattre avec François Bonnet, directeur de la rédaction de Médiapart, Olivia Dufour, alias Aliocha, journaliste et blogueuse très sévère sur les révélations de Mediapart à propos de l’affaire Kerviel et auteure du livre Kerviel retour sur un séisme financier mais aussi maître Eolas, avocat précieux pour comprendre de l’intérieur la logique judiciaire.

Derniers commentaires

Nostalgie! Grâce à @si je me remémore ce temps où notre vaillante police épaulée par les meilleurs éléments de l'Intelligence Service avec tout le matériel ad hoc (balises,caméras,écoutes,...) ratissaient l'Allier et autres territoires exotiques pour éradiquer des terroristes super dangereux. C'était il y a...Il y a...
on comprend pourquoi la droite veut casser les prud'hommes:

Dans une décision spectaculaire qui signe le premier succès judiciaire de Jérôme Kerviel, le conseil des prud'hommes de Paris a condamné mardi la banque Société Générale à payer quelque 455.000 euros à son ancien trader.

http://www.lepoint.fr/societe/kerviel-la-societe-generale-lourdement-condamnee-par-les-prud-hommes-07-06-2016-2044987_23.php
"l'affaire Kerviel" est très intéressante et mettra sans doute du temps à se conclure ...
Kerviel a montré toute la "folie" d'un certain système; il était très bien noté ...
et pourtant il a mis une banque en l'air;
son procès a de + suggéré que les hauts cadres de banque étaient absolumment nuls et qu'en fait ils étaient là par
accouintance avec le pouvoir;
le PDG de la SG, Bouton, est parti en retraite avec un paquet de fric peu après;
le monde à l'envers: + on est incompétent, + on se fait du fric: pourquoi ?
il suffit d'être complice avec le pouvoir;

tout le problème de la justice est là:
le pouvoir est gagnant mais dénoncer cette accouintance est malheureusement
bien souvent difficile à prouver; surtout avec une justice sans moyens;

et ceux et celles qui connaissent bien la loi peuvent obtenir 1 résultat qui leur convient;
d'ailleurs marrant lors de l'émission: au sujet d'une affaire qui ne peut pas être jugée par 2 juridictions différentes:
pour l'EADS l'AMF a primé, pour le délit du client de maître Eolas, le mitard a pu être lui évité en invoquant
cette loi;
une erreur de la part d'Aliocha pas relevée par maitre Eolas sur les transactions entre les cadres
de la Société Générale et leur RH lors d'un départ de salarié(e) ;
Aliocha parle du droit du travail :oui et non;
toute transaction entre une direction et un salarié n'impacte pas QUE le droit du travail;
une transaction matérielle de départ =
licenciement encadré par le droit du travail
+
transaction c.a.d. une somme négociée entre les 2 parties ( salarié(e), direction ) qui est du droit commun !
cette dernière somme dépend en général "des bons services rendus": + le salarié a de "pouvoir"
+ cette somme est importante;
la réalité c'est ça;
et il y peut y avoir aussi une clause de confidentialité ( réglement intérieur de la boîte ?), voire d'autres clauses;
en tous les cas, d'une façon générale, il y a mille et une façon de faire taire quelqu'un !
Aliocha n'est pas objective: elle se lance des fleurs en disant qu'il n'y a qu'elle qui travaille bien ( DS l'a remise à sa
place ), et elle a tendance à invoquer constamment le complot lorsqu'elle évoque médiapart;
De cette émission, j'en conclue que la justice fait assez bien son travail avec les moyens qu'elle a à sa disposition.

Le problème de la justice française, c'est qu'elle ne met pas assez de moyens pour apporter des preuves irréfutables qui permettraient de coincer les grands escrocs présumés comme Woerth, Sarkozy, Pasqua, Balkany, Dassault, Chirac, Guéant, ... . C'est seulement avec des coups de chance incroyables qu'on peut en éliminer certains (Cahuzac par exemple).

Je pense qu'il faudrait que les nouveaux moyens de surveillance généralisés soient essentiellement utilisés pour surveiller les politiques, les multinationales et les milliardaires. Il est plus facile de coincer le voleur de pomme que celui qui possède un compte non déclaré au Liechtenstein, et donc les moyens de répression doivent être inversement proportionnels.
Alors de nombreuses preuves pourraient être utilisés par la justice pour coincer ces gens.
Et on aurait l'impression que le riche et le pauvre sont à égalité devant la justice.

Mais comme ce sont eux qui font les lois, on peut toujours rêver.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Dans certains cas il est de peu d'intérêt d'aller au procès. On connaît ici les procès de truands corses où les témoins perdent la mémoire et on sait que des pièces essentielles peuvent être ôtées des dossiers, sur demande des avocats, parce que obtenues "illégalement" (cassettes magnétiques de domestiques et de collaborateurs de chefs d'états par exemple). Lorsqu'un personnage réapparaît souvent devant la justice sans que les procès on parle en Italie "d'odeur de mafia"... A ce sujet,au vu des affaires récentes,je me demande si les limiers de la presse ont cherché combien d'affaires concernent des anciens de l'ENA. Montants des sommes mises en jeu,classement par promotion...Odeur de mafia.
Meilleure émission depuis longtemps. Je trouve absolument nécessaire ce questionnement des approximations de Mediapart (je suis toujours abonné, parce qu'il y a des bonnes choses, au milieu d'articles merdiques , de titraille putassière et d'auto-glorification lyrique à la sauce Plenel...) J'avoue que quand j'entends Bonnet dire que le boulot de Mediapart c'est de "produire de l'information", mon petit coeur naïf tressaute. Merci à la dame, à Eolas, et à Anne-Sophie.
Pas aimé cette émission : il s’agit du procès de Médiatpart et non du sujet initialement annoncé (4 contre 1). On pourrait penser que Médiapart ne publie pas suffisamment d’articles contradictoires mais, à la limite, ils ont le droit d’avoir une ligne éditoriale ; mais là, voir le débat à charge contre ce média, c’était passer à côté des vrais sujets. Déçue !
Pas aimé cette émission : il s’agit du procès de Médiatpart et non du sujet initialement annoncé (4 contre 1). On pourrait penser que Médiapart ne publie pas suffisamment d’articles contradictoires mais, à la limite, ils ont le droit d’avoir une ligne éditoriale ; mais là, voir le débat à charge contre ce média, c’était passer à côté es vrais sujets. Déçue !
Il suffit de voir le nombre de personnes en détention préventive en France (des innocents, donc, en droit) pour comprendre que la fameuse "présomption d'innocence" dont on nous rebat les oreilles n'est qu'une vaste plaisanterie!

... ou bien, qu'elle n'est valable que pour les puissants, ce qui nous ramène à la fable de La Fontaine: "selon que vous serez puissant ou misérable..."
Ce qui m'a moi le plus choqué c'est que, si j'ai bien compris, quand Woerth se pavane sur les plateaux télés et les radios, aucun des pseudo journalistes (à en croire les extraits présentés par @si) n'a fait état des fameux attendus du procès qui sont dévastateurs pour lui puisqu'ils indiquent clairement que les juges sont convaincus qu'il a commis des délits mais qu'ils ne sont pas en mesure de le prouver.
j'ai beaucoup aimé les interventions de monsieur Bonnet par contre j'ai beaucoup de mal à supporter les personnes qui pensent qu'elles sont les seules à énormément travailler et que les autres ne font rien. Ils me font penser à des extra-terrestres peut-être parce que je ne crois pas aux êtres supérieurs!!!
Bonjour,

A ceux qui ici me traitent de petite soeur des riches, de procédurière dépolitisant les affaires, et autres douceurs, je n'ai qu'une réponse à faire, le métier de journaliste ne consiste pas à crier à l'injustice dès qu'une cause séduisante se présente en bricolant une petite histoire mal ficelée qui va flatter le lectorat, mais à rapporter le plus fidèlement possible les faits pour que les citoyens prennent des décisions éclairées.


“Les faits sont la matière des opinions, et les opinions, inspirées par différents intérêts et différentes passions, peuvent différer largement et demeurer légitimes aussi longtemps qu’elles respectent la vérité de fait. La liberté d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l’objet du débat” (H. Arendt).

Bonne journée.
Bonjour
Je ne veux pas plomber l'ambiance mais il manque un jugement dans l'analyse faite par cette émission : c'est celui concernant les faux tracts FN des élections législatives à Henin-Beaumont.
Il est vrai que ce n'est pas le grand amour entre Bonnet et JLM.
Si on reprend les arguments cités par les "juristes" les non lieu et relaxes proviennent de l'absence de preuves concrètes (dit avec humour, photos de la remise d'argent liquide) or pour cette affaire il y'a tout : éléments matériels, aveux de LaPen, témoins. Eh bien au bout du compte il y a relaxe.
Ajoutons que ce jugement peut conduire à des jurisprudences dangerueses pour la démocratie dans le futur.
Il faudrait arrêter d'utiliser le mot "justice" pour parler de l'institution judiciaire.

Le terme "légalité" est plus adapté.

(Ministère de la Légalité. Cela me semble beaucoup plus... juste.)
Je ne sais pas pourquoi, mais je m'étais mis en tête que l'émission de la semaine serait consacrée au 10 ans du NON au référendum de 2005 portant sur le TCE, son traitement médiatique de l'époque, l'évolution du rapport à l'UE et à l'Euro des français, des politiques et des médias. Cet anniversaire a été "fêté" sur de bien nombreux blogs.

Alors même si le sujet de l'émission, que je n'ai pas encore vue, est intéressant, je déplore qu'ASI n'ait pas préparé une émission sur le sujet du référendum sur le TCE, avec une perspective historique et médiatique, et cherché à comprendre ce que ce NON a pu changé et influé dans la vie politique et médiatique en France.

Enfin, parce que je n'étais plus téléspectateur d'ASI à l'époque, je serais bien curieux de voir l'émission de 2005 consacrée à ce référendum.
librairie Eyrolles, présentation de Olivia Dufour : " Après avoir exercé trois ans en tant que juriste dans un cabinet d'avocats d'affaires, Olivia Dufour est devenue journaliste en 1995. Ancienne chef de service à L'Agefi, elle collabore aujourd'hui régulièrement à une dizaine de titres de la presse juridique et économique, dont La Tribune, Option Finance, les Petites Affiches."
Finalement on comprend mieux sa dialectique procédurière et son insistance à dépolitiser les affaires.Bien que n'étant pas un fan de Médiapart, il me semble malgré tout que l'intervention en fin de débat de son représentant est judicieuse quand il souligne la perversion de décisions judiciaires qui s'exonèrent des règles de justice ordinaire. Cela renvoie aux tribunaux d'arbitrage genre affaire Tapie et ceux qui sont prévus dans le fameux accord transatlantique.
Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom)
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n'en voyait point d'occupés
A chercher le soutien d'une mourante vie ;
Nul mets n'excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d'amour, partant plus de joie.
Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune ;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux,
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents
On fait de pareils dévouements :
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
L'état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons
J'ai dévoré force moutons.
Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense :
Même il m'est arrivé quelquefois de manger
Le Berger.
Je me dévouerai donc, s'il le faut ; mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi :
Car on doit souhaiter selon toute justice
Que le plus coupable périsse.
- Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
Et bien, manger moutons, canaille, sotte espèce,
Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur
En les croquant beaucoup d'honneur.
Et quant au Berger l'on peut dire
Qu'il était digne de tous maux,
Etant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire.
Ainsi dit le Renard, et flatteurs d'applaudir.
On n'osa trop approfondir
Du Tigre, ni de l'Ours, ni des autres puissances,
Les moins pardonnables offenses.
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L'Ane vint à son tour et dit : J'ai souvenance
Qu'en un pré de Moines passant,
La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n'était capable
D'expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.
Un beau dialogue de sourds.
Médiapart parle de justice.
Sa contradictrice parle du droit. Avec une petite réserve à son sujet, déjà rélevée par Pablito. Elle donne l'mpression d'être une journaliste "embedded" à la bourse et à l'Amf.
Je suis assez effondré par les interventions de Aliosha, qui prend fait et cause pour les explications de la banque sans tenir compte du déroulé total de l'affaire kerviel. Pour noi cela évoque une forme de mytridatisation : trop de contacts entre elle et les professionnels de la finance.

Par ailleurs dire “le juge d'instruction” a pris l'enquête en main ça révèle une connaissance très limitée du fonctionnement des instructions, où le service enquêteur accomplit tous les actes et peut mettre gravement en difficulté une instruction.
C'est la première fois qu'une quelconque émission me perd à ce point là.
Forcé de constater que je me retrouve sans les outils pour en décrypter les tenants et aboutissants. Totalement impuissant sur le plan juridique.
Peut-être qu'ASI n'a pas les moyens de les fournir. Ou que l'accent a été mis sur le déroulement des procédures, enfermant le plateau dans un débat de juristes, sans doute passionnant.

Alors peut-être que ma grille de lecture n'est pas apte à donner du sens à ce débat. Mais en le regardant comme un spectacle, je finis par voir une pièce. Avec ces acteurs touchants, parfois mauvais, souvent émouvants.

Et puis cette bouffonnerie finit par éreinter, et là toute mon éducation cripto-néo-marxiste stalino-trotskiste tenant du djihadisme vert surgit.
Alors peut-être que les jugements sont tous valables et au mieux. Mais quelle horrible sentiment avons-nous, là. Toutes ces décisions qui s'inscrivent symboliquement comme victoire de la Droite. La justice serait de droite ?
Alors moi asinaute gôcho, je n'attends pas à la justice d'être juste. Visiblement, elle ne peut pas l'être de par la nature de sa structure sociale. Alors les procédures...
Entièrement d’accord. Après avoir vu E. Woerth, invité par toute la médiacratie frémissante, jouer à la fois les martyrs et les grands seigneurs et voyant le thème de l’émission je me suis dit : enfin !! Chouette enfin voici un bout de la partie immergée de l’iceberg.
Raté. Que d’eau, que d’eau ! De la procédure, encore de la procédure et tout ça pour faire en prime passer Mediapart pour des charlots. Et d’accord avec Yanne, aucun relais avec la problématique politique pourtant bien la plus déterminante.
J’ai tenu le coup jusqu’au bout mais j’aurais bien besoin d’un bouche à bouche. Mais bon on ne perd pas son temps : on apprend que la justice manque de moyens. Chut ! ne le dites à personne ….
Etant un Gôcho Anarcho Marxiste tendance Groucho, je souscris en partie mais grande à votre commentaire cripto-néo-marxiste stalino-trotskiste tenant du djihadisme vert.
La question de la raison d'être des attendus a été posée mais aucun des juristes présents sur le plateau ne lui a donné une réponse éclairante.

Le juge statue sur des faits en fonction de son intime conviction.
De même qu'il ne peut pas condamner simplement parce qu'il est convaincu que le prévenu est coupable, de même il ne peut pas relaxer sans examiner tous les éléments de preuve qui lui ont été soumis.
Par conséquent, le juge est techniquement obligé d'apprécier tous les éléments de fait à charge et à décharge avant de conclure sur la matérialité de l'infraction. Si cette analyse est incomplète ou incohérente, son jugement pourra être censuré en appel.

A cet égard, le jugement de Zyed & Bouna est plutôt contestable. Un policier poursuivi pour non assistance à personnes en danger. L'élément moral selon le juge n'est pas établi parce que s'il avait su que les deux gamins étaient entrés dans le transformateur, le policier n'aurait pas manqué d'intervenir. Sur la base non de faits mais de sa croyance personnelle dans la moralité absolue de la police, le juge rejette a priori la thèse de l'accusation.

Pour l'affaire Bettencout, même s'ils n'ont pas permis au juge de caractériser l'infraction pénale dans tous ses éléments, les éléments établis contre Eric Woerth me semblent pour le moins troublants.
Les délinquants relaxés pour insuffisance de preuves ont au moins le bon goût de ne pas se poser en victimes.
Et même s'il le faisaient, ils ne bénéficieraient pas de la complicité des médias.
Si Eric Woerth n'a vraiment rien à se reprocher, il devrait engager la responsabilité de l'Etat et poursuivre tous ceux qui ont publié des informations par définition calomnieuses.
Faux , des le départ l'explication du pourquoi des attendu est donnée . C'est juste la loi qui demande a chaque juge de motiver ses jugements … C'est tout , la loi .
Je me référais à la question telle qu'elle est posée à la 21ème minute par Daniel. La réponse est que les juges doivent motiver leur décision.
Mais à la rigueur cette évidence ne signifie rien. Même les jugements des procès stalininiens étaient légalement motivés.
Pourquoi la motivation dans la procédure pénale française moderne ne peut pas se se borner à constater que la preuve directe de la remise d'une enveloppe n'est pas apportée (sans devoir en plus évoquer les éléments à charge) ?
C'est le point sur lequel j'ai souhaité réagir car à ce moment de l'émission, j'ai ressenti que l'explication dominante était plus psychologique que technique (les juges se font plaisir, ils ont l'ego chatouilleux, ils font de l'ironie). Autrement dit ils auraient pu se dispenser d'évoquer ces éléments mais ils ont tenu à dire qu'ils n'étaient pas dupes.
Or, à mon avis, ils ne pouvaient pas légalement se dispenser d'évoquer les éléments à charge. Un juge convaincu de l'innocence d'EW l'aurait fait aussi, quoique sans doute d'une manière plus neutre.
Que cela leur a fourni l'occasion de dire qu'ils n'étaient pas dupes, j'en suis bien d'accord mais c'est une autre question.
On peut être asinaute gaucho et ne pas se sentir du même bord qu'un mec aussi nul que François Bonnet qui parasite la gauche avec des fantasmes qui volent en éclat dés que l'on met en face de lui quelqu'un de compétent dans le domaine qu'il prétend couvrir.
Plus vous êtes compétent plus vous défendez le système. Quand on a compris ça on comprend mieux tout un tas de choses.
En aucun moment, je me préoccupe de M.Bonnet. Je regrette simplement le traitement du sujet, d'un point de vue de technicien, alors qu'il est évidemment politique. Et s'inscrit pleinement dans un conflit de classe. Les études de droit et sa mise en application étant chasse gardé des classes dominantes. De là rien d'étonnant que les jugements statuant sur la légalité, ou même la définition de la légalité soit à leur avantage. Ou plutôt au désavantage des classes populaires.
Effectivement, Bonnet a eu fort à faire.
Mais je pense que plus que le terrain politique proprement dit, Mediapart met les choses sur le terrain de l'éthique seulement.
Et la justice est le résultat d'un compromis éthique, historique, social et politique, c'est-à-dire qu'elle se trouve dans un ensemble de rapports de forces complexe.
Et ce n'est pas parce que la justice au bout du compte ne sanctionne pas que pour autant il n'y a pas de condamnation morale générale qui s'abatte. DKS en sait quelque chose, et Woerth va l'apprendre à ses dépens.
Pas vu, pas pris, ce n'est pas seulement un problème juridique, c'est une problématique hautement politique.
Mediapart s'acharne sans doute, et ses journalistes sont déçus quand ça fait des flops de ce genre, mais ces gens sont des voyous et savent parfaitement couvrir leurs forfaits.
Sans Mediapart, imaginez dans quel état serait ce pays avec Sarko toujours au pouvoir. On pouvait mettre la clef sous la porte définitivement, et même jeter la clef. Notre pays aurait connu et commis toutes les turpitudes qu'il n'avait pas eu le temps de faire pendant ces 5 ans, aidé par des technocrates avides du genre de Woerth.

Et je trouve que le terrain de Kerviel est très mouvant, parce qu'au bout du compte, personne, en droit et au niveau moral, ne peut se défendre en disant : oui ! J'ai fauté ! Mais on m'a laissé faire.... La base même de l'éthique, c'est que nous sommes responsables de nos actes, individuellement. C'est une limite. Le fait de ne pas avoir été empêché ne constitue en aucun cas un argument.
Et il reste qu'une banque qui est tellement peu suspicieuse, et si peu regardante, surtout, quand ça l'arrange, mérite de couler... La main invisible du marché devrait y suppléer...

Oui ! Je rigole, parce que la main invisible du marché chère à Adam Smith, elle est pour les riches et contre les pauvres, en général. Ce n'est pas une idée, c'est une constatation....
Aliocha : elle a tout compris du fonctionnement réaliste des institutions, j'adhère à 100% à ses propos.

Médiapart ne fait que faire monter la sauce sur de l'idéologie fumeuse en pensant que la mayonnaise va prendre, ce qui n'a pas lieu d'être ici, car malheureusement la justice rendue n'est que celle des hommes, faillible avec des moyens dignes de l'avant saint louis. C'est bien un problème politique, celui de maintenir le budget d'un ministère régalien à une portion congrue.
Il est clair que François Bonnet n'est pas à la hauteur dans le débat, un peu léger.
J'adore cette émission: Mediapart apparait comme un bande charlots sur le plan de la rigueur des faits et de l'analyse juridique et motivés par leurs biais idéologiques...what did you expect?!?!

Et surtout merci d'avoir invité Aliocha (Eolas aussi mais elle en particulier est très efficace pour démonter les enfumages de notre ami Bonnet)!!
Le sujet de l'émission n'est pas de savoir si la justice est malade. Le vrai titre de l'émission : "Médiapart mis sur la sellette par la justice d'@si".
notre magistrat anonyme préféré : maître Eolas
han l'impair ! Depêche-toi de corriger malheureuse ;-p
<3 à vous pour le nouveau format d'encodage qui ne nécessite plus VLC sous OSX !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.