105
Commentaires

Jacques Tardi, raconté au ministère français de la Culture

Le dessinateur Jacques Tardi a refusé la Légion d'honneur, que lui avait attribuée le Ministère de la Culture le 1er janvier. Il est probable que les fonctionnaires du ministère à l'origine de cette brillante idée ne connaissent qu'imparfaitement l'oeuvre de Tardi. Rattrapage.

Derniers commentaires

Comment oublier "Griffu" d'après un scénario de JP Manchette?

Gros oubli à mon sens.
Pour moi, plus que son antimilitarisme, c'est le côté anar ou ultra gauche de tardi qui aurait pu faire penser qu'il ne voulait pas de médaille. Tardi est l'illustrateur qui a dessiné le titre de l'hebdo "le monde libertaire" et en creusant du côté de sa compagne, Dominique Grange, on trouve des petits bijoux de chansons maoïstes.

Mais en fait, il est probable que ceux qui ont pensé à lui sont au courant de qui il est et pensaient seulement récupérer un fleuron de la culture de gauche pour l'associer aux saloperies du gouvernement. C'est la saison, apparemment, avec l'histoire de Porte du neuf-quinze de ce matin.
A propos de ce vite dit sur les gratte-ciels chinois :
Même si le shanzaï est un art chinois, il faudrait éviter de les accabler injustement, ces pauvres zaziatiques de l'Empire du Milieu.
Parce que la chaîne Costa Coffee, avec son enseigne à Shangaï, elle est tout ce qu'il y a de plus britannique.
Et pour avoir testé récemment quelques uns de ses produits à Jaipur, je suis en mesure de témoigner que les Anglais n'ont aucune leçon à recevoir de la Chine. Leurs contrefaçons de Starbuck sont aussi dégueulasses que les originaux.
La légion d'honneur à un anarchiste ... ça nous a bien amusés quand même ...

Vous me direz ils ont bien offert un ministère aux verts qui eux l'ont accepté (sans rire) ...
Comme quoi la "récup" ça ne marche pas à tous les coups ...

Bon maintenant, vraiment sans rire,
il faudrait que le parti au pouvoir retire son nom de "socialiste"
parce qu'il y a escroquerie sur la marchandise ...

Etre "socialiste" ce n'est pas mettre des pansements sur les blessés de la guerre de classe
en protégeant systématiquement les intérêts de la classe dominante ...

ça ne pourrait pas être une autre raison du refus de Mr Tardi, par hasard ?
Merci Alain pour cette chronique mais par pitié, je vous en prie, cessez d'écrire le mot "bédé" qui est laid et stupide alors que vos chroniques sont éclairées et intelligentes. Pourquoi vous obstinez-vous à utiliser cette orthographe puérile, bien souvent méprisante ? Imaginez-vous un article sur Godard qui commencerait par "Dans son cinoche, le réalisateur suisse exprime..." ? Pourquoi ne pas simplement écrire le diminutif B.D. ? Quel besoin de rajouter ces deux e accent aigu qui sont complètement inutiles et régressifs ? Sachez que c'est pour moi la seule chose agaçante dans vos articles sur le médium, vous ne trouvez pas que c'est bête de passer à côté de la perfection à cause d'un tic incompréhensible ?

Avec toute ma sympathie,

un lecteur fidèle
J'ai acheté C'était la guerre des tranchées sur un vide-grenier, à un gosse de neuf ans.

Pas osé lui dire que c'était pas maintenant (non, jamais) qu'il fallait le vendre.

Il faut dire qu'il était sur le stand familial, d'une famille plutôt Le Quesnoy que Groseille.

Famille où ce livre, si ça se trouve, faisait tache.

PS A ma connaissance, aucune réaction du Miniministère de la Cuculture. Comme aucun pujadasse ne lui a posé la question, ça risquait pas !
Merci de m'avoir fait découvrir la dernière BD de Tardi. Le hasard fait que mon grand oncle est resté un temps au stalag 2B en "Poméranie", ce nom qui me semblait tout droit sorti d'une aventure de Tintin. Trop rarement, il nous a raconté leur rapide capture derrière l'invincible ligne Maginot, la récolte des patates gelées dans les champs (les paysans faisaient geler les patates pour qu'elles ne soient pas réquisitionnées, et faisaient du schnaps avec), les évasions, les tablettes de chocolat comme monnaie d'échange... Mais surtout, pas un gâteau n'a été partagé en sa présence sans qu'il évoque la cérémonie de la découpe du pain en parts égales, à la miette près, et "celui qui coupe est celui qui se sert le dernier". Entre les rescapés de la 1ère guerre, et les martyrs de la seconde, la vie de ces 1,6 millions de prisonniers est restée dans l'ombre. La BD de Tardi donne envie d'en savoir plus, car comme lui je regrette de n'avoir été plus curieuse!
ouf, un homme encore vivant
Merci pour cet article! Je me sens moins bête!
Merci Alain !
Superbe chronique qui justifie le refus de Tardi...
Bravo à lui aussi, exemple de probité morale, politique !
Ils sont si rares aujourd'hui ceusses qui ne se déculottent pas devant la hiérarchie, la gloire, les "puissants" ou supposés "puissants", le pognon.
Depardieu refusera-t-il la nationnalité russe ? Ce serait la classe.
Je me souviens avoir manifesté (1971 ?) pour réclamer la libération de Dominique Grange.
Émouvante et superbe chronique !
Et le serpent se mord la queue : sans cette nomination Tardi n aurait pas pu justifier son refus et clamer son indignation et Alain Korlos n aurait pas fait cette chronique pour epingler cette jolie médaille à Tardi
Heureux celui qui peut refuser la legion d honneur il aura les honneurs de la presse et des commentateurs !!
Mille fois merci à Tardi, de la part de mes deux grands-oncles qui n'ont malheureusement pas eu le choix de refuser leurs légions d'honneur, décernées à titre posthume pendant l'avant-dernière des dernières.
Et merci à Alain Korkos pour cette jolie chronique.
très remarquable chronique.Je me permets de la compléter en signalant le compte -rendu par l'historien Pascal Ory ( revue l'histoire janvier 2013) du dernier livre de Tardi consacré à son père ,prisonnier dans un stalag.
http://blogs.rue89.com/balagan/2013/01/03/ahmed-sohail-le-nom-dont-le-gouvernement-francais-est-la-honte-229318

Faites tourner.

Je ne savais pas que la merde pouvait être rose.
" de la docte ignorance des experts" ( Edouard Morin)
Sans doute les mêmes qui hantent les ministères de l'économie, du redressement toussi toussa....
Pourquoi diable Alain Korkos fait-il l'impasse sur Jean-Patrick Manchette, ennemi déclaré de la société spectaculaire-marchande (de l'Etat, de toutes les breloques, les tricolores et les autres, etc.) ?

http://www.bedetheque.com/album-26479-BD-Griffu.html
Quel dessin ce Tardi! Et refuser la légion d'honneur, la claaaaasse!

Il devrait y avoir une décoration pour ceux qui la refusent.

Merci Alain pour cette belle chronique.
Une légion d'honneur est en effet ridicule pour Tardi (elle l'est pour tout le monde d'ailleurs, surtout dans ces promotions anuelles), mais plusieurs choses quand même à relever dans son argumentation :

- Il y a eu des fusillés "pour l'exemple" réhabilités, on ne peut pas dire que l'Etat français n'est jamais revenu sur cette honte.

- Je ne vois pas en quoi accepter cette décoration pourrait réduire sa liberté de parole, ou alors c'est qu'il craint de s'auto-censurer pour avoir été distingué un jour pour la qualité de son travail ? Je ne vois pas bien la logique...

Il ne faut quand même pas "idéaliser" une légion d'honneur ! Ca ne reste qu'une décoration, on ne devient pas un demi Dieu nourri-logé (et surveillé !) dans une sorte de Panthéon d'Etat.
« Il était temps que vînt la guerre pour ressusciter, en France, le sens de l'idéal et du divin. » Général Rebillot

On voit bien que le bon général se tenait soigneusement dans son QG trèèèèèèèèèèèès loin de la ligne de front, où il décidait en sirotant son cognac quels bataillons allaient se faire massacrer pour gagner cent mètres de terrain qui seraient perdus le lendemain. Le sens de l'idéal et du divin, c'est plus simple de l'avoir bien au chaud dans son lit de plumes, l'estomac plein, à l'abri des gaz et de la mitraille...
Sûr que vouloir décerner la Breloque à Tardi, "ça relève de la claque dans le pif" comme disait M.Audiard.

Merci, et honneur (..tout court...) à Tardi, homme précieux, exemple de probité intellectuelle.

De la trempe d'un Zola.

Encore merci, M'sieur Tardi...
Quelle superbe chronique !!
Une question pour Mata-Hari.. : quand quelqu'un a la légion d'honneur, puis fait quelque chose de très vilain ( genre détournement de bien public, fraude électorale, fraude fiscale, etc, etc ) est-ce qu'on lui retire sa décoration ?
Vous pensez à Depardieu qui a (aurait ?) rendu son passeport français. Sauvé ! Il en a un russe !
M'a semblé lire, y a kèk jours/semaines/mois, que Paul-Loup Sulitzer avait dû rendre sa médaille de chevalier des zarzélettres, la faute à son implication dans l'une des nombreuses magouilles politico-frico-africano-etcétéro de ces dernières années, mais j'ai la flemme de quitter mes pantoufles pour partir à la chasse à l'info. Voilou, j'dis ça j'dis rien...

Ben tiens, en v'là un qui devra attendre qu'il y ait plusieurs morts simultanés sous la coupole avant d'entrer à l'Agagadémie françouaise - et ce n'est pas la faute à son gros Q (il a bien maigri ces derniers temps), mais s'il doit tabler sur un fauteuil suffisamment large pour toutes ses plumes fantômes (ça prend autant de place que des nègres, hein), faudra qu'il en fasse écrire encore des kilomètres pour patienter...
Oui, quand quelqu'un est condamné, on peut lui retirer sa breloque. Ça a été le cas pour Papon, sauf que le bougre a fait un pied de nez à tout le monde en souhaitant se faire enterrer avec sa légion d'honneur. Bien entendu, il n'a pas été possible de s'y opposer, sauf à profaner le cercueil.
Et pourquoi pas? On profane des cercueils pour toutes sortes de raisons légitimes. On aurait d'ailleurs pu en profiter pour jeter son cadavre à la Seine...
superbe chronique
faut dire que j'adore Tardi......je ne suis pas trop BD mais j'adore Tardi (et d'ailleurs j'avoue avoir lu Céline grâce à lui et son Voyage au bout de la nuit illustré humppf)
les bouquins sur l'histoire de la Commune sont tout à faits épatants !

Je mendierai ma vie
Sur les routes de France
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:
Refusez d'obéir
Refusez de la faire
N'allez pas à la guerre
Refusez de partir
S'il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le Président
Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer


perso je pense qu'il a bien fait de refuser, il serait resté au bout du compte, parmi toute une liste de noms inconnus, un des noms connus.....au côté de celui de Mireille Mathieu, légionnarisée pour son interprétation de Mille Colombes !!
(ahem moi ôssi j'ai bientôt toute une vie de bons et loyaux services à la nation reconnaissante et tout l'tintouin alors gggrhumpfff )
C'est vrai qu'il faut vraiment être con(*) méconnaître Tardi(*) pour oser lui remettre la légion d'honneur, décoration qui a commencé être une distinction militaire ;o((
Aux 600 et quelques autres [s]légionnaires[/s] réceptionnaires de cette Légion d'Honneur, on peut s'adresser en citant Jean Yanne :
«La Légion d'honneur, c'est comme les hémorroïdes, aujourd'hui n'importe quel trou du cul peut l'avoir.»

(*) biffer la mention inutile
Il y a dû avoir de la transmission de pensée, car voici ce que j'ai posté hier :

PS Puis-je inviter notre Korkos préféré à donner une leçon Tarditionnelle à cette pauvre Filipetti ?

Ainsi donc ces messieurs-dames du ministère ne vous ont pas répondu? Deux hypothèses :

- Soit ils sont morts de honte

- Soit ils s'en foutent.

D'après vous ?

Pour remercier Korkos et Tardi :

Mutins de 1917
Jacques Debronckart

Vous n'êtes pas aux Monuments aux Morts
Vous n'êtes même plus dans les mémoires
Comme vos compagnons de la Mer Noire :
Vous êtes morts et deux fois morts.
A vos petits enfants l'on ne répète
Jamais comment finit leur grand-papa :
Il y a des choses dont on ne parle pas,
Mutins de mil neuf cent dix-sept

Sur votre dos, les Joffre et les Nivelle
Faisaient carrièr' dans les états-majors,
Leur humeur décidait de votre sort :
Aujourd'hui qui se le rappelle ?
Au lieu de s'emmerder en garnison,
Au lieu de piétiner au même grade,
C'était le temps béni de l'empoignade,
Vous parlez d'une belle occasion...

Vous aviez fait tant d'assauts inutiles,
Juste pour corser le communiqué,
Vous vous sentiez tellement cocufiés,
Tellement pris pour des imbéciles,
Que vous avez voulu que ça s'arrête,
Cet abattoir tenu par la patrie,
Cette nationale charcuterie,
Mutins de mil neuf cent dix-sept

Avant l'attaque arrivaient les cercueils
Et vous coupiez votre pain sur leurs planches,
Tout juste si le crêpe à votre manche
N'annonçait votre propre deuil.
Par malheur, la France n'était pas prête,
Se révolter lui paraissait énorme,
Elle bavait encore devant l'uniforme,
Mutins de mil neuf cent dix-sept

L'Histoire vous a jetés dans ses égouts,
Cachant sous les flots de ses Marseillaise
Qu'une bonne moitié de l'armée française
Brûlait de faire comme vous.
Un jour, sortirez-vous des oubliettes ?
Un jour verrons-nous gagner votre cause ?
J'en doute, à voir le train où vont les choses
Mutins de mil neuf cent dix-sept,
Mutins de mil neuf cent dix-sept.

http://www.youtube.com/watch?v=462oq4hBACA
Mis à part, dans certains cas, la proximité politique réelle ou supposée des récipiendaires avec le Pouvoir en place, on se demande bien sur quels critères la Légion d'Honneur est attribuée. Dans la plupart des cas, ceux qui la reçoivent ont déjà été récompensés par leurs gains ou la célébrité. C'est malheureux de le dire, mais ce sont ceux qui la refusent qui s'honorent.
Quel insomniaque, çui-là.
Merci pour ce super billet nocturne, Alain.
Je sens que la matinée va être plutôt abstraite :)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.