55
Commentaires

"Ils ne doivent pas avoir la peau de Charlie Hebdo"

Après l'attentat contre Charlie Hebdo, qui a provoqué la mort de 12 personnes le 7 janvier à Paris, plusieurs medias, réunis au siège de Mediapart, ont diffusé une émission commune de solidarité, "Avec Charlie Hebdo". La soirée était animée par Edwy Plenel, président de Mediapart, et Frédéric Bonnaud, directeur des Inrockuptibles. Daniel Schneidermann y participait, parmi bien d'autres (Politis, L'Humanité, Le Figaro, La vie, Arte Radio, oumma.com, La Revue dessinée, etc)       

Derniers commentaires

Rendez-vous au prochain attentat.
Tribune de Roberto Saviano dans Libé.
De quoi-t-est-ce que je m'aperçois-je avec stupeur ?
Que dans la photo de présentation de cette émission, DS arbore une écharpe aussi rouge que celle de Christophe Barbier ?
Bon, tant qu'il lui pique pas ses idées...
Il me parait évident que si leur volonté était de détruire Charlie Hebdo, qu'il ne faut surtout pas leur démontrer que des actes de terreur peuvent y parvenir. Le journal doit continuer avec d'autres personnes.
N'oublions surtout pas de nous poser les bonnes question : Qui les a financé ? Et pour quelle raison?
Depuis 2008 quand Charlie Hebdo a gagné (difficilement) son procès en France pour avoir caricaturé le prophète, les médias et les politiques français l'ont abandonné, lui reprochant son islamophobie, le désignant comme cible aux islamistes. Les mêmes médias et politiques ont beaucoup de mal à faire leur auto-critique maintenant. Tous ont préféré depuis longtemps s'écarter voir désigner les cibles potentielles, juifs, blasphèmateurs, et grand satan capitaliste. Mais tous ont aussi laissé les islamistes éduquer les jeunes générations. Cà tombait bien, l'islam répond bien aux inquiétudes que fait naître la liberté de penser et aux excès du système capitaliste. Maintenant, depuis 2 jours, après 17 morts dont nos meilleurs journalistes, nos policiers républicains et des juifs français, notre classe politico-médiatique peut sans risque prendre la "roue" du peuple français. En deux jours j'ai vu "à la télé" plus de musulmans qui savent de quoi ils parlent que depuis 10 ans. Si quasiment aucun journaliste en France n'arrive encore à citer l'islam salafiste au cours d'heures entières de commentaires, les rédactions ont eu la sagesse d'inviter des musulmans qui eux osent le faire, de laisser parler les jeunes musulmans qui traitent leurs coreligionnaires meurtriers de "bigots", de faire entrer les caméras dans les mosquées pour montrer autre chose que des barbes et des burquas. Reste à expliquer pourquoi çà n'arrive que maintenant après la "décapitation" de Charlie Hebdo. Depuis l'impulsion donnée par Jospin, la France a confié aux salafistes le soin de faire la police et d'éduquer les cités, plus recemment la gauche est allé défiler avec le Hamas à Paris, les députés français se sont empressés toutes autres affaires cessantes de reconnaître l'Etat Palestinien, depuis au moins le dernier quinquennat les élites françaises font la danse du ventre au Quatar qui finance le terrorisme islamique. Il faut 17 morts symboliques de nos valeurs pour que tout le petit monde parisien rallie "Je suis Charlie". C'est bien. Mais un peu d'autocritique de nos journalistes serait aussi salutaire. Ce sont les médias et les politiques français qui sont les acteurs de cette tragédie. A eux maintenant de mettre en oeuvre ce qu'Hollande a rêvé hier. Quite à perdre de leur pouvoir et de leurs fonds de commerce, même idéologique. Nous, on peut juste aller défiler Dimanche, eux peuvent faire très vite passer aux oubliettes NOS "martyrs" .
S'ils avaient été fous de littérature, mathématiques, histoire, sciences, arts plastiques... leurs neurones et leur sensibilité auraient peut-être un peu mieux fonctionné. En ce moment on entend parler nos zélites de refondation de l'école. C'est donc que les fondations ont été détruites. Par qui, sinon par ces mêmes dirigeants? Tout a été fait pour saborder l'école depuis le début des années 90- et même avant avec la fameuse méthode globale. Et maintenant, la réforme des rythmes scolaires qui sert à caser des jeunes souvent sans formation ni qualification pour s'occuper des enfants et qui diminue encore les heures d'enseignement. Ceux qui ont cassé l'école sont des criminels.
Le soir d'après

Après avoir entendu ces dernières années tellement de critiques acerbes, hypocrites et fallacieuses à l'encontre de Charlie Hebdo, je dois dire qu'un tel mouvement de solidarité me fait chaud au cœur et quelque part, me réconforte.

Ils ont perdu. Aujourd'hui la France et le monde sont Charlie Hebdo.

Mais je ne suis pas dupe et je ne me laisserai pas berner. Cet évènement ne fait que décupler mes convictions anti-militaristes, anti-dogmatiques et pacifistes. Desproges et Coluche sont partis beaucoup trop tôt. Honoré, Cabu, Tignous, Wolinski et Charb aussi. Mais là, tout est différent. La cause de leur mort et l'époque. Je resterai donc sur mes gardes, dès demain et pour longtemps. Je ne me laisserai pas avoir par quelconque récupération de droite, de gauche, d'extrême droite ou d'extrême gauche. Mais avant tout, je n'oublierai pas tous ceux qui, à un moment donné, avaient décidé de tirer sur Charlie Hebdo à coup de lignes dans les journaux ou de diatribes à la radio et qui aujourd'hui jouent les vierges éplorées. Lorsque certains les traitaient d'"irresponsables", de "fous", d'"inconscients", de "cons" ou de que-sais-je-encore. A condamner leur ligne éditoriale, à condamner leurs décisions, à condamner leurs publications...

Ils ont perdu. Aujourd'hui, la France et le monde sont Charlie Hebdo.

Je n'oublierai pas et dès demain, je reprendrai la lutte pour ces valeurs que portaient haut, très haut, ces glorieux journalistes.

Pour qu'ils ne soient pas morts en vain, c'est à nous de reprendre le flambeau. A nous de faire vivre et de diffuser ces valeurs aux quatre coins du monde.

Ni Dieu, ni Maître.

Liberté. Égalité. Fraternité.
j'ai survolé assez largement... Belle intro de Plenel et Bonneau, ensuite de l'émotion mais beaucoup de confusion, j'ai vraiment beaucoup de mal avec Delaporte et Bourmeau complètement largués... La conclusion de Plenel est plus que discutable mais rien de neuf...
Intervention miraculeuse du gars de arte radio dans ce contexte.
On assassine la libre pensée et pour lui rendre hommage, on s'inquiète des états d'âme des croyants. Très belle oraison funèbre, je dois le reconnaître.

Il y a eu le chevalier de la Barre sous Louis XV et en 2015 il y a Charlie Hebdo. Tués pour la même raison : l'irrévérence envers la religion. C'était bien la peine de faire la révolution.
De nombreux intervenants ont peur de l'amalgame, notamment avec les prochains discours de haine du FN.
Mais ne pourrait-on pas penser , au contraire, que les français vont enfin se réveiller et défendre cette " cause commune " dont parle E. Plennel ?
Oui merci à Sylvain Gire de Arte Radio, deux minutes d'oxygène
Il y a une vingtaine d'années, j'intervenais en banlieue pour faire des ateliers vidéo avec les jeunes. Je me souviens que j'avais le sentiment de changer de monde. Je me souviens qu'à Saint Denis, une balle avait traversé le mur du logement du principal du collège où j'intervenais et était venue se ficher dans sa salle de bain. Il y a vingt ans déjà, la fille du proviseur pouvait se prendre une balle et avait intérêt à ne pas mettre une jupe trop courte, on avait bient quitté le monde du grand duduche... Je me souviens de ce climat de violence ordinaire, dont les premières victimes étaient les enfants de l'immigration qui habitaient là. Je me souviens de m'être dit que lorsque l'on a peur de croiser un regard parce que cela peut être interprété immédiatement comme un défi. Lorsque l'on fait attention à la façon de s'habiller pour ne pas provoquer, la liberté, ce n'est pas vraiment ça. Bien sûr les gens survivent, font avec, parfois s'en sortent (en rêvant de s'arracher à ces merveilleux quartiers et en craignant de les trahir en les abandonnant).Je me souviens de ma colère devant tout ce déni de la gauche: non, les quartiers c'est sympa.Je me souviens aussi de tous ces gens de gauche engagés pour faire baisser le climat de tension et transmettre, aussi, des valeurs. Je me souviens de cette schizophrénie. Je me souviens avoir compris alors qu'il n'y a pas de liberté sans sécurité, et que c'est bien pourquoi celle-ci fait partie des droits de l'homme. Mais partout règnait le discours simpliste: le besoin de "sécurité" c'est la dérive "sécuritaire" est c'est l'ennemi de la liberté... et c'est encore ce discours, qui me fout en colère, qu'on entend ici. Oui, il faut craindre la dérive sécuritaire. Mais il faut craindre aussi son opposé, l'abandon, les municipalités qui "dealent" l'ordre avec les voyous pour avoir la paix, parce que l'Etat n'assure plus ses missions, qu'il s'est appauvri, qu'il ne sait plus faire. Et regarder en face ce fait sidérant: Charb, de Charlie hebdo, le journal le plus anti-flic de France, était protégé par un policier qui est mort avec lui. Essayer de comprendre ce que cela nous raconte. Merci à Sylvain Gire d'Arte radio pour son intervention, sa belle absence de certitudes.
Aujourd'hui, en même temps que de la violence, je me souviens aussi de l'humour qui régnait là-bas, si loin, dans les banlieues dites "dures", de l'énergie et de la créativité des adolescents, malgré tout. Ou à cause de. Parce que l'humour, c'est vraiment la thérapie de la violence. L'humour sur soi, l'humour sur les autres, sans fard, sans précautions, brutal et sain, comme l'était, comme le sera celui de Charlie.
J'ai raté le direct et l'accès à l'émission n'est plus possible. J'aurais aimé entendre les mots de ceux qui étaient là non pour être consolée, c'est impossible, mais pour essayer de comprendre cette sorte de Saint-Barthélemy 5 siècles plus tard et parvenir à réaliser que l'indicible est possible et définitif.
l'émission semble géobloquée.
Pourriez vous la rendre accessible pour les asinautes résidant à l'étranger?
merci!
J'ai raté le direct, j'étais au rassemblement. Comment on fait pour avoir l'émission ?
Un grand merci à Sylvain Gire de Arte Radio qui amène un peu de bon sens après 2h de délire (a part aussi DS que j'ai trouvé plutôt émouvant dans sa sincérité face à son désarroi et questionnement par rapport à sa propre réaction et son utilisation du mot "ennemi" (qui en l'occurence me paraît tout à fait justifié)).

Je ne comprends pas comment on peut en arriver à un tel naufrage intellectuel et moral qui amène à mettre la responsabilité de cette tragédie sur le dos de Zemmour ou Houellebecq ou je ne sais qui d'autre (Finkielkraut, E. Levy,...). Surtout que ce sont souvent les mêmes qui dans la phrase d'après ou d'avant prédisent que cet évènement va être récupéré par le FN et tous les islamophobes.

Mais leur récupération pour taper sur Houllebecq & co sans avoir la décence d'attendre un minimum, ça c'est ok, pas de problème....
voir ICI la copie d'écran.
Amitiés.
L'émission sera-t-elle visible en vidéo standard (je viens d'arriver devant mon écran et le direct a l'air terminé) ?
Mince, pas possible de voir le direct depuis l'etranger... Il y aurait il moyen de remedier a cela ? Merci!
Les ASInautes semblent concentrés sur la vidéo en direct, ou bien alors personne n'est là ?!

Pardon d'avance de poser des questions dérangeantes, mais :
- peut-t'on vraiment se lancer les yeux fermés sur l'idée que les auteurs sont de réels islamistes ?
- pourquoi ne serait-ce pas des personnes qui on voulu se faire passer pour des islamistes ?
- à qui profite le crime ?
- Charlie-Hebdo n'avait donc que les islamistes comme "ennemis" ?

J'espère que les réponses seront évidentes, mais je n'en sais rien.
Et c'est rendre hommage à entre autre Bernard Maris que de poser ces questions, car le parallèle avec le 11 septembre est assez épatant, car lui-même avait su dès le début poser des questions dérangeantes au sujet du 11 septembre, en publiant en février 2002 le livre "Malheur aux vaincus" coécrit avec Philippe Labarde : http://www.albin-michel.fr/Malheur-aux-vaincus-EAN=9782226131461
Je suis comme Strumfenberg. Je ne veux discuter de rien, mais uniquement participer à un gigantesque concours national de blasphèmes. Oui, Allah est une grosse truie et Mahomet il prohite.
Trois suspects interpellés.

Au vu de leurs noms, pourvu que ça ne fasse pas grossir les zémourroïdes...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.