217
Commentaires

"Il faut des victimes emblématiques"

Les pilules de 3e et 4e génération sont-elles potentiellement dangereuses pour les femmes qui les prennent ? Si oui, une poignée de gynécologues médiatiques a-t-elle pendant des années occulté les dangers, du fait de ses liens étroits avec les laboratoires. Ce sont les questions redoutables que pose une série d'enquêtes publiée depuis mi-décembre par Le Monde. Questions posées à Pascale Krémer, journaliste au Monde, auteur des enquêtes. Mais aussi à Jean-Yves Nau, médecin, ancien journaliste au Monde, qui dans ses chroniques pour Slate.fr s'est demandé si nous n'étions pas en train de céder à la panique. Et enfin, Nathalie Bajos - directrice de recherche à l'Inserm, spécialiste de santé sexuelle, qui s'inquiète du traitement alarmiste des médias sur le sujet.

Derniers commentaires

Impunité emblèmatique et récurrente : http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/02/09/amiante-le-non-lieu-dans-l-affaire-amisol-ravive-la-colere-des-anciens-salaries_1829641_3224.html#xtor=AL-32280308

avec la complicité de la Justice .
Je fais partie des femmes dont l'acné très sévère résiste à tous les autres traitements. Dès que j'arrête la Diane je suis complètement défigurée.
Pour moi les bénéfices justifient complètement les risques (minimes... 4 décès en 25 ans, ce n'est quand même pas énorme)

Y a-t-il sur ce forum d'autres femmes dans mon cas ? Merci de me contacter afin d'envoyer une protestation groupée à l'ANSM marie@pas-sages.org

Cet emballement médiatique aboutit à des décisions complètement idiotes. Madame Kremer a peut-être sauvé une jeune fille, mais de combien de femmes la vie va-t-elle devenir un enfer, pour une décision prise manifestement pour l'exemple, pour montrer qu'on fait quelque chose !
A quand une émission sur le coïtus interrompus ?
Je crois qu'il serait aussi tres interressant de se pencher sur un médicament tres largement utilisé qui nous vient des USA :
La ritaline que l'on donne largement pourque nos gamins restent sage à l'école.....
Il faut rappeler qu'il est dénommé amphetamine -like .
Il y a du boulot pour les lanceurs d'alerte
Bonjour,
Est-ce que vous êtes au courant qu'il n'y a pas que quelques femmes qui sont victimes de ces hormones synthétiques ? Après être passées dans le corps des femmes qui en prennent, ces hormones sont éliminées par l'urine et se retrouvent dans les eaux usées et ensuite dans les rivières, car les stations d'épuration ne les filtrent pas du tout. Résultat, on note une féminisation des mâles des poissons des rivières (il y a des tas d'études là-dessus, il suffit de chercher un peu dans la littérature scientifique). Et ça, ça ne touche pas 4 poissons sur 25 ans, c'est l'ensemble des poissons (pour ne parler que d'eux, mais ce n'est pas mon domaine et je ne peux pas affirmer trop de choses) et tous les jours. C'était la rubrique: l'homme est seul sur terre et peut faire tout et n'importe quoi pour son petit confort personnel sans se préoccuper des millions d'autres êtres vivants qui se partagent l'oxygène avec lui. J'aurais aimé que vous l'évoquiez dans votre lecture critique des medias habituels (néanmoins, je vous aime bien quand même, c'est pourquoi je me permets aussi de vous critiquer ..).
Amitiés
bravo à Mme Kremer. Voilà du journalisme, je ne reconnais plus le Monde dont je me suis désabonné peu après Colombani et Pleynel dont je reconnais l'ancien collaborateur dans votre émission.
A propos de la loi sur les liens/conflits d'interet, je note qu'aucun des participants n'a déclaré quoi que ce soit sur le plateau. Serait-il possible de nous informer la dessus ? Qui des 5 participants à ce débat a un lien avec un quelconque labo pharmaceutique ?
Merci
David Medioni est arrivé. Quelqu'un est parti ?
je suis trés satisfaite de ce débat.j'ai été attentive à toutes les approchent et j'ai beaucoup appris .merci
La prochaine fois, faites une émission sur un sujet unisexe*, les habitués masculins du forum sont quasi tous absents et ont séché le cours de sciences-nat' (perso je n'ai pas regardé l'émission)...
*Par exemple euuuuh le préservatif féminin !
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/01/26/une-majorite-de-francais-favorable-a-la-sortie-du-royaume-uni-de-l-ue_1823086_3214.html

52 + 48 + 3 = 103%

54+46+4 = 104%

52+48+1 = 101%

Faut vraiment qu'on me réexplique la méthodologie des sondage là.
(et désolé si c'est hors-sujet).
http://www.martinwinckler.com/spip.php?article1116
article très complet pour faire retomber les pressions !
merci Mme Pascale Krémer;
mr Schneiderman, j'eusse aimé que vous nous donniez l'information suivante:
le contact de l'organisme à joindre lorsqu'un médicament nous provoque de graves
dégâts collatéraux, puisque maintenant nous avons le droit de lui remonter cette info;
aussi ce fait que les médicaments soignant Alzheimer sont inefficaces et nocifs;
quand même bizarre : ni les toubibs, ni les pharmaciens, ni les pouvoirs publics,
ni les organismes de veille n'ont fait leur boulot;
quand on ne veut pas savoir ou voir !
qui fait encore son boulot ?
je ne suis pas gynécologue mais Mesdames je vous préconise le STERILET; c'est ce que
j'ai eu; même sans enfant on peut vous le prescrire, battez vous pour l'avoir; oui, cela
dérange sans doute les gynécologues car ça leur fait faire une manip et pour la cliente
c'est quand même moins bien qu'un bon massage mais rendez-vous compte: vous
n'avez à le changer que tous les 5 ans au minimum !
dans l'émission, à la question "pourquoi n'est-il pas prescrit ?" , la réponse est "parce-ce qu'il est moins cher";
autre remarque:
y en a marre sur les plateaux de voir toujours les mêmes experts incompétents ! C dans l'air est spécialiste
pour réunir sur son plateau ce genre d'énergumènes ! la désinformation pour ne pas voir et savoir est aussi
un système qui arrange qui ...
Merci pour cette émission et bienvenue à David Médioni.

Dommage Daniel, vous souhaitiez relancer vos invités sur le sujet du design des boites de pilules, ça n'a pas marché.

Le docteur Nau a raison quand il indique que les autorités pourraient durcir les conditions légales de design.
Des contraintes existent et sont appliquées !

Le marketing ne touche pas que les produits de la vie courante, les médicaments sont très fortement concernés.

En gros - un médecin ou pharmacien qui passera dans le coin me contredira peut-être - il existe plusieurs types de médicaments :

• 1 ceux qui sont utilisés en hôpital ou clinique,
• 2 les médicaments sur ordonnance, vendus en pharmacie
• 3 les médicaments sans ordonnance, vendus en pharmacie (derrière le comptoir)
• 4 les produits divers vendus en pharmacie (avant le comptoir).

Nos pilules font partie de la deuxième catégorie.

Il faut d'une part savoir qu'aucun de ces médicaments / produits n'est épargné par le marketing :
prenons un exemple «extrême», un médicament anti-cancer :
contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, il y a un énorme travail de marketing de la part des laboratoires.
Un traitement en oncologie a :
• un logo, une image de marque : http://www.oncologia-la.com/en-us/product_info/herceptin/Pages/HomeHerceptin.aspx,
• un emballage bien étudié : http://www.pharmafile.com/news/nice-seeks-compromise-over-glivec-approval

Précisons ici que la France ( l’Europe ?) impose une contrainte assez forte en matière de design d'emballage de médicaments de ce type.
Les traitements anti-cancer français n'ont pas le droit d'avoir de symbole associé à leur logo sur les emballages.
Ex. : «Glivec» (l'espèce de seringue qui va dans une cible disparait en France) :
http://www.journaldunet.com/economie/sante/classement/quels-sont-les-medicaments-les-plus-vendus-en-france/n-9-glivec-118-millions-d-euros.shtml
Sans doute pour limiter, justement, les «promesses» marketing d'efficacité et de résultats.
Et pour garder une bonne lisibilité (dans le cas des perfusions, par exemple).

Continuons sur cet exemple du Glivec, voici sa «communication», quelques argumentaires de vente,
brochures, site internet, stand d'exposition et vidéos :
http://www.behance.net/gallery/GLIVEC-(Novartis-Oncology)/1996387

Mais ! nul besoin de marketing ! ces médicaments ne sont pas vendus au grand public ! me direz-vous.
Non, la communication s'adresse à l'acheteur, le médecin !

Notons ici la magnifique idée du «paquet cadeau» : le principe de communication est basé sur un paquet cadeau
qui grossit, grossit, grossit ! (voir la dernière vidéo) De manière évidente, il s'agit d'une métaphore de la progression de santé du malade.
Mais le médecin, à qui s'adresse cette communication, appréciera sans doute une autre interprétation qui lui fera chaud au cœur…

_________________

Revenons à nos pilules, que nous avons classées dans la deuxième catégorie (les médicaments sur ordonnance, vendus en pharmacie).

Depuis plusieurs années, certains laboratoires misent sur les médicaments de la troisième catégorie - ceux sans ordonnance.
Ceux-ci demandent peu de recherche et beaucoup de baratin, d'où gains aisés (je simplifie éhonteusement !).
Leurs designs ont évolué vers de plus en plus de couleurs, de séduction, de promesses.
Exemple :
Fervex avant : http://apoteka.2chooz.com/product_images/j/096/9107Fervex%252520v__05959_zoom__95301_zoom.jpg
Fervex après : http://www.onlyhappyinthesun.fr/wp-content/uploads/2011/02/fervex.jpg

Et, c'est là où je voulais en venir, les médicaments sur ordonnance prennent légèrement le même chemin.
Voici une pilule de deuxième génération et de première intention, Leeloo (joli prénom à la mode de petite fille !) :
http://www.jemesensbien.fr/wp-content/uploads/2010/09/contraception-3.jpg?61ca2d
Personnellement, comme dit Daniel, c'est trop mignon, j'ai envie de l'acheter !

C'est même plus choupinou que Fervex !

Pour moi, nous sommes bien dans l'univers visuel des produits sans ordonnance.

C'est donc aux autorités de remédier à cette surenchère, oui.
Comme d'habitude la frontière est ténue entre :

J'ai droit à une juste rémunération pour le travail que je fournis.

Et

Je me sert d'un marché pour mon enrichissement personnel.

Pourquoi y aurait-il besoin d'une jolie présentation pour des médicaments ?
L'esthétique de la boite serait-elle un critère de choix pour un médicament ?
Pourquoi ne pas normaliser les boites en fonction du type de médicament (pour être certain de ne pas se tromper et pour limiter les variations marketing) ?
Actuellement, certains designs graphiques de boites de médicaments (comme de tout autre produit) ne sont pas tant une question de joliesse et d'esthétique qu'une question de «voyez mes qualités, mon efficacité, achetez-moi».

Sauf que le patient ne remplit pas lui-même les ordonnances.
Sauf que ces dépenses marketing sont prises en charge par la collectivité. C'est la Sécu qui rembourse.

Donc, oui, pour ma part, je serais pour des trucs simples et normalisés.
Juste une question, parce que tous ces fantasmes sur comment les médecins choisissent les médicaments qu'ils prescrivent, ça m'amuse beaucoup : vous imaginez quoi exactement ? Que les médecins vont a des foires du médicament ou dans des supermarchés fait exprès et se baladent dans les rayons ? "Ho, comme elle est jolie cette boîtes toute rose, je suis sur que ça fera plaisir a mes patientes si je leur prescrit ça !" ?

Dans 99% des cas les médecins n'ont aucune idée de ce a quoi ressemble la boîte... Et ils s'en tapent totalement.
Mais si vous pensez sincèrement que le fait qu'il y ai une jolie silhouette rose sur fond mauve va faire choisir ce médicament plutôt que celui ou y'a une jolie silhouette jaune sur fond bleu, libre a vous !
Les emballages de médicaments sur ordonnance sont faits, en premier lieu, pour les pharmaciens (pour qu'ils s'y retrouvent
dans leur rangement), en deuxième lieu, ils finissent entre les mains des patients.

Ils ne passent pas dans les mains des médecins, sauf dans le cas des hôpitaux / cliniques.
Donc, pas trop de fantasme de mon côté.

Sauf si… vous souhaitez nous révéler si le visiteur médical arrive les mains vides
ou si il sort de son cartable des argumentaires de ventes, brochures et autres échantillons (trois occasions de voir
l'emballage…).
assez bien vu
juste une précision dans la catégorie devant le comptoir vous avez aussi, parmi les "produits", des médicaments... ça s'appelle d'un joli nom "libre-accès"! le beau Fervex nouveau en fait partie... ces médicaments, avec des risques comme tout médoc, sont maintenanant autorisés à la vente (par des pharmacies) par internet... des beaux jours pour le marketing
En effet, le marketing n'a d'effet que pour les médicaments sans prescription.
D'autant que maintenant, a moins d'écrire lisiblement / a la main / devant le nom du médicament, la mention "non substituable", le pharmacien doit utiliser son droit de substitution et donner ... un générique. Et oui, ça existe aussi pour les pilules (même si pas pour toutes). Bref, je crois sincèrement que les manœuvres des labo peuvent influencer les prescriptions.. Mais clairement pas avec des histoires de marketing et de couleurs de boîtes.
Alors dans ce cas c'est pire: c'est les pubeux qui feraient CROIRE aux labos que leurs médicaments plairont plus aux médecins si l'emballage, etc...
[quote=A.B-A]Bref, je crois sincèrement que les manœuvres des labo peuvent influencer les prescriptions.. Mais clairement pas avec des histoires de marketing et de couleurs de boîtes.

Bien sûr que si: on rencontre encore des médecins que ça énerve que la patiente arrive avec déjà dans la tête ce qu'elle veut se faire prescrire, mais beaucoup d'autres ont jeté l'éponge: elle veut Jasmine, why not? Auprès des femmes, ça marche par copines interposées, et très bien. Même les antidépresseurs, on se les repasse, alors, les pilules, hein?

Par ailleurs, pourquoi les toubibs seraient-ils (ou elles) insensibles à la gracieuseté d'un nom ou d'une boîte? J'en connais qui collectionnent les mignons petits cadeaux gadgets que leur font les labos, c'est certainement pas pour leur utilité, très proche de zéro, et même de moins quelque chose, vu comme ça encombre leur bureau.

Ceci dit, l'hypothèse de Florence Arié, que les pubeux feraient CROIRE à l'efficacité de leurs daubes, n'est pas à dédaigner. Si ça se révélait exact, et que ça se sache, ça pourrait nous débarrasser de pas mal de nuisances. Suffirait qu'on n'achète plus pour que ça se vende pas, c'est valable aussi pour les campagnes publicitaires!

J'avais essayé de suggérer à @si une autre piste, celle des magazines féminins. Ils avaient été très efficaces dans la "prescription" de la péridurale, aucune clinique ne pouvait plus se permettre de ne pas obéir: les injonctions étaient claires: assurez vous avant de choisir votre lieu d'accouchement que la péridurale y sera possible à toute heure du jour et de la nuit, sinon allez voir ailleurs. Ça avait d'ailleurs mis en difficulté les structures où la péridurale était certes possible, mais où on ne pouvait pas assurer à 100% qu'elle soit disponible à la demande.
Je précise que, outre les petits gadgets, il y a, bien sûr, des boîtes de médoc "gratuites".
Oui, histoire que les médecins testent sur eux les chimiothérapie & co.
Des échantillons gratuit ? C'est chouette, mais on est sensé en faire quoi ?
"On est censé en faire quoi?"

Par exemple, offrir à une cliente désargentée, qui renouvellera plus tard à ses frais. Les fabricants de lait font pareil, fidélisant les mères à partir des "cadeaux" de la maternité. J'ai même connu une crèche qui a eu UN AN de "lait de croissance" gratuit. Cinq ans après, elle était fidélisée à ce lait, mais l'achetait désormais, sans compter tous les parents qui, voyant la jolie petite brique sur la table du goûter, en devenaient les clients et les propagandistes.

La technique est d'ailleurs bien connue des dealers.
Oui dans vos fantasmes.
Mais dans le monde réel un médecin n'a pas le droit (legalement) de faire ça.
Même a l'hôpital. Un médecin prescrit mais les médicaments sont délivrés par la pharmacie hospitalière (avec un contrôle assez serré)

On est pas loin de la théorie du complot avec vos histoires la ... Non ?
Complots ? A ce niveau je me pose moi-même des questions sur "l'éthique étrange" dont sont capables les laboratoires pharmaceutiques.

A ce niveau les médecins peuvent se laisser acheter mais pas tous dieu merci mais ne pas s'illusionner sur les bons labos qui sont là pour sauver le monde.

Voir les tests fait "in vivo" en Afrique ou Inde pays ou les pauvres n'ont aucun droit et les labos outre qu'ils peuvent acheter des ministres ou des médecins ou envoyez des équipes spéciales sous la bannière de l'USAID, l'ONU, en tant qu'ONG en arriver là :

essais vaccinaux sur cobayes humains et les conflits d'intérêts entre le fait d'être ministre comme Roselyne Bachelot et avoir un passé de travail pour les laboratoires big-pharma. On a vu au niveau de la H1N1 ce que cela a donné.

Que font les ONG payés par des grands philantropes qui veulent vacciner la planète des pauvres mais qui servent de vecteurs à d'autres tests comme faire cadeaux a ces pays pauvres des semences MONSANTO :

Ethique vaccinal et enjeux économiques ?

Pfizer, Baxter et de nombreux labos font là-bas ce qu'ils oseraient pas faire chez nous mais qu'ils ont fait sur les pauvres dans nos pays démocratiques du début de l'Eugénisme jusqu'à la fin des années 1980 :

Vaccins et stérilisations par des ONG

En Israel qui vient de reconnaitre d'avoir abusé du Depo-Provéra sur les "yéménites" car noirs après l'Opération Salomon :

Abus de Depo-Provera en Israel

Je peux encore continuer comme cela mais il y a trop d'exemples hélas ou l'on voit des connexions douloureuses et non éthiques contre les droits de l'homme. Ces fameux droits dont apparemment on bafoue tous les jours les voeux pieux et nous faire croire que nous sommes en Démocratie.
Comme expliqué plus haut, les labos ne visent pas que les médecins. Ils visent tout le monde à différents degrés,
de différentes manières comme tous grands industriels qui souhaitent vendre leurs produits.

Et les équipes marketing des laboratoires sont… des équipes marketing. Pas des naïfs victimes de méchants publicitaires,
mais des personnes formées aux techniques et aux outils de vente qui peuvent, par exemple, faire un test consommateur
pour évaluer la future réussite d'un emballage, d'un nom.
Je comprends. Mais je ne comprends pas en même temps, que sur ce genre de produits, les acheteurs (médecins ou autres) n'arrivent pas à faire consciemment l'effort de mettre ces considérations de présentation de côté.
Encore une émission très intéressante...
Si vous vous demandez encore comment un labo arrive a peser sur quelqu'un comme Nizand,
Demandez vous comment lorsque on est responsable du département gyneco-obstétrique on fait pour avoir plus de lits, repeindre les couloirs, avoir plus de médicaments … lorsque l'on a plus de budget ?

1/ Ou on crie au scandale, mais on ne passe plus nulle part et lorsque on veut faire de la politique c'est un handicap, surtout lorsque l'on cherche a être ministre et que l'on est déjà conseillé municipal.
2/ Ou on fait un deal avec ceux qui ont de l'argent.

Bref, rien de nouveau là-dedans
Comment se fait il que ces grands profs des hospices publics puissent cumuler tant d'emplois, ne sont ils pas des fonctionnaires. Ou bien sont ils si indispensables comme les grands patrons du CAC 40 ,qui sont irremplaçables.
À quand une industrie pharmaceutique d,'état et une recherche indépendante .
un autre scandale sanitaire se prépare et de tout autre envergure : l'AMIANTE, la juge d'instruction va être dessaissi sur instruction du Parquet, je crois, ...il est vrai qu'entre autres Martine AUBRY est inculpée...100.000 morts à la trappe !!
http://ban-asbestos-france.com/
J'ai bien aimé l'intervention du Dr Nau. Le doute l'habite et sa réflexivité élève le débat. Pour moi les responsabilités sont partagées
1/3 pour les autorités politiques qui ne prennent pas leurs responsabilités
1/3 pour l'industrie qui pousse le bouchon un peu loin en profitant des carences du systeme de surveillance.
1/3 pour les professionnels de santé qui ont le devoir et LA POSSIBILITE de se former correctement

Pour l'alzheimer lien ci dessous pour prise de position du CNGE (college national des généraliste enseignants)
Vous pouvez inviter son brillant président, Vincent RENARD, leader d'opinion non reconnu par l'industrie
http://www.cnge.fr/conseil_scientifique/productions_du_conseil_scientifique/maladies_dalzheimer_et_apparentees_des_recommandat/
Aucune blague sur le Docteur Nau !
Allons Ulysse, Pow wow... j'attends.
Je souhaites apporter une precision a propos du traitement mediatique des medicaments contre la maladie d'alzheimer, ce sujet fut aborde il y a environ deux ans dans une emission de "C dans l'air" sur les medicaments. Il est assez surprennant que monsieur Nau que le sujet "interesse beaucoup" ne soit pas aux courrant.
Le prochain scandale pourrait être celui des vaccins.
Car là pour le coup on sait (plusieurs livres sont sortis sur le sujet) ; inefficaces, inutiles et dangeureux.
Ce sujet concerne tout le monde, en particulier tous les parents.
On pent penser que ce secret de Polichinelle va très bientôt, enfin, percer le mur des médias.
@ Daniel S.

Je retrouve une émission comme je les aime. Celle-ci va d' ailleurs marquer votre carrière, Daniel, puisqu' après celle-ci, vous ne pourrez tergiverser : il va vous falloir batailler contre les labos et user de tout votre poids contre ces pilules Alzheimer qui sont inefficaces et nocives !

Bien malin* ce journaliste barbu: il révèle en fin d' émission un scandale et dit qu' il a tout essayé pour le faire connaître : belle façon de vous repasser la patate chaude, à vous qui aimez parfois, malicieusement, donner des leçons de morale à vos invités.
Daniel, vous avez l' audience nécessaire que le pauvre bougre poivre et sel n' a pas : alors foncez !

En tant qu' abonné de la première heure, je ne comprendrai pas que la prochaine émission ne soit pas consacrée à ces pilules Alzheimer et à ce scandale. daniel, faites en votre combat... de fin de vie (!) ;)



* Il vous a en effet piégé : imaginez que sachant ce qu' il vous a dit publiquement vous ne fassiez rien, c' est toute votre personne (et pas seulement votre image) qui en serait ébranlée. VOUS VOUS DEVEZ D' AGIR, DANIEL !
Il y a eu une petite couverture médiatique qu'après l'annonce de déremboursement des pilules de 3ème génération, le planning familial s'était offusqué de ce fait... Mais aucun journal ne s'était pas plus penché la dessus à l'époque...
Là, on parle des pilules, mais on ne s'interroge pas sur un sujet qui n'est pas si éloigné et qui annonce un potentiel scandale sanitaire : le Gardasil, annoncé à grand renfort de publicité comme le vaccin contre le cancer du col de l'utérus alors que c'est un vaccin contre certains papillomavirus, ce qui n'est pas tout à fait pareil... Voir à ce sujet l'article de Martin Winckler : http://martinwinckler.com/spip.php?article908

Le traitement hollandais de la crise des pilules de 3ème génération a été rapidement évoqué, mais il serait intéressant de comparer la façon dont la gynécologie existe aux Pays-Bas. La contraception est très peu prescrite par des gynécologues là-bas. L'importance de la gynécologie en France est présentée souvent comme un grand atout pour les femmes. Est-ce vraiment le cas ? On a entendu les annonces catastrophistes quand les sages-femmes ont eu le droit de prescrire des contraceptifs hors de la période périnatale. Les sages-femmes étaient trop incompétences pour détecter les femmes à risque, la prescription de contraceptifs était un exercice délicat etc. Au regard de l'affaire des pilules 3G, je ne sais pas si cela fait aujourd'hui rire ou pleurer. Je me demande si au delà des conflits d'intérêts, un des plus gros problèmes de la gynécologie et même de la médecine française n'est pas l'arrogance. Ils sont formés à considérer comme "l'élite de la nation", à se voir au dessus et plus intelligents que les autres, et donc à ne pas remettre en question (l'Académie de Médecine ne me semble d'ailleurs pas être la seule à former de la sorte).
Toutes ces informations sont très bien connu de tous les étudiants en médecine, tout simplement car tout nos bouquin de gynécologies en font mention...

Si vous voulez d'autres idées de "scandal" sanitaire, je vous conseil d'aller faire un tour dans une librairie médicale, d'acheter un vidal, de prendre un médicament au pif, de chercher un effet secondaire grave, de trouver la petite centaine de patient qui l'ont eut, de les interviewer et de relancer le débat. Exemple de médicament : paracétamol ("alerte ! le paracétamol donnerait des hépatites !"), aspirine ("alerte ! l'aspirine serait responsable d'hémorragies graves"), ibuprofène ("alerte ! l'ibuprofène fait des trous dans l'estomac !").
Les journalistes prennent vraiment les gens pour des cons, c'est ça qui est dangereux...

Triste de voir ASI tomber aussi bas que ce qu'il dénoncait il y a quelques années de ça...

Oui, les pilules ont des effets secondaires graves. MAIS, ces effets sont très très faible en absence de facteur de risque (tabac, coagulopathie, age > 35 ans, etc.). Tous les médicaments ont des effets secondaires. TOUS. C'est ça le scoop ??
Bravo !

Ps : Martin Winckler dit aussi pas mal de bêtises, sur pas mal de sujet. Il a une dent contre les médecins français, question personnelle.
point de vue d'un generaliste avec plein de chiffres dedans
http://docteurdu16.blogspot.fr/2013/01/pilules-quand-lansm-montre-sa-triple.html
Il faut arrêter de dire que les pilules de 3° et 4° génération vont être déremboursées
Il n'y a qu'UNE seule pilule de 3° génération qui soit actuellement remboursée (Varnoline et ses génériques) aucune 4° n'est remboursée

Le remboursement de Varnoline est récent ( et ce malgré les recommandations de l'HAS ,?!)
Auparavant ces pilules étaient très peu prescrites par les généralistes car la plupart des patientes ne voulaient pas de pilule payante
Par contre les gynécologues les ont toujours plus prescrites (les patientes n'ayant pas les même demandes et n'osaient pas toujours parler du prix .... et de retour chez leur généraliste elles demandaient une pilule remboursée )
Voilà pourquoi (à partir du remboursement ) il y a eu une augmentation des prescriptions (de 39% à plus de 50%)

A propos des médicaments pour la maladie d'alzheimer,depuis longtemps les médecins de "Prescrire" demandent que ces médicaments ne soient plus autorisés mais ça n'intéresse pas grand monde ( peut être que la chute avec des conséquences dramatiques d'une personne âgée ne fera pas un aussi bel article qu'une jeune fille "sauvée" avant Noël )
Une constatation bien inquiétante : la majorité des médecins , y compris les gynécologues, sont incompetants en matière de contraception.... Les femmes ne savent pas quelle est la génération de la pilule qui leur est prescrite, dit la chercheuse de l'Inserm.... Et vous croyez que leur médecin le sait ? Allez faire un tour sur le site de Martin Winckler, vous serez édifiés... Toute notre formation est à revoir. ( je dis "notre" parce que je suis médecin, retraitée maintenant )
Les quelques minutes de la fin d'émission ont vraiment attisé ma curiosité concernant les médicaments prescrits pour les malades Alzheimer. Espérons que ce scandale sera, lui aussi, bientôt signalé au grand public.

Un prochain sujet d'@si ?
NB : je suis frustré, JY Nau a été interrompu lors de l'échange vers 30', et on ne sait toujours pas pourquoi il avait été décidé de dérembourser les pilules de génération 3/4.
Si qqun a l'info sur le forum...
"Pourquoi ces informations de 1995 (vache folle, pilules 3e/4e génération) n'arrivent pas d'angleterre jusqu'en France ?"

Rappelons quand même qu'il y eu une époque où Internet n'était pas ce qu'il est, et j'imagine facilement que la diffusion d'infos à l'international (qui plus est, dans une langue étrangère) ne passait que par un nombre limité de personnes.
Aujourd'hui, la courroie de transmission "transfrontalière" des informations est assurée par une masse énorme de citoyens lambdas qui sont facilement connectés aux infos à la source.
En Suisse aussi, le sujet est d'actualité.
Voici des liens vers un article récent (10.01.2013) et vers un reportage dans l'émission fameuse "Temps Présent" (08.12.2011) :

1) www.amge.ch/2013/01/10/pilules-quels-risques/

glossaire :
AMGE = Association des Médecins du Canton de Genève
HUG = Hôpitaux Universitaires de Genève
CHUV = Centre Hospitalo-Universitaire Vaudois
CSS : l'une des caisses d'assurance maladie (en Suisse, il n'y a pas de Sécu, mais une multitude d'assurances privées)

2) www.rts.ch/emissions/temps-present/sante/3543070-attention-cette-pilule-peut-nuire-a-votre-sante.html

on y voit aussi une victime emblématique (Céline), un procès, des questionnements sur l'objectivité d'une étude ...
Un complément sur le débat des liens et conflits d'intérêt dans le monde de la santé, je recommande le passage de D. Dupagne dans la tête au carré de cet après-midi : par ici, qui reprend en partie l'affaire des traitements anti-alzeihmer

Vis-à-vis des réactions des experts "indépendants", on peut les retrouver dans cette anecdote et excellement résumé ainsi : 10 choses à savoir sur les liens d'influences par la même personne

Désolé, je suis fan... mais il est rarement décevant !
La première fois ou j'en ai entndu parler c'est sur... @si !
Il y a quelques mois vous avez recu un journaliste de "Prescrire" qui a abordé le sujet. Vos avez du oublier c'est bête.
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3680
Je viens de me réabonner à RSI , je le regrette aprés avoir vu cette émission médiocre sur un sujet si grave.
Le risque thrombotique des oestroprogestatifs est certain mais il n'est un danger réel que quand il est associé avec le tabac, avec une maladie de la coagulation ou avec une situation à risque......C'EST CE QU'IL FAUT DIRE ET REPÉTER .

Et ca qu'il aurait falllu dire, et arreter de faire peur aux femmes qui en dehors de ces cas peuvent et doivent prendre la pilllule 2eme , 3eme ou 4eme generation, peu importe. Par contre, la montée du taux d'avortement en France est elle , une REELLE CATASTROPHE, et cela risque de s'aggraver dans les mois à venir du fait de l'incurie de certains journalistes.
Oui toutes les pillules comme tous les autres Oestro progestatifs représentent un risque thrombotique calculé, tous les médecins et toutes autorités le savent depuis 30 ans. les journalistes ne le découvrent que maintenant et sont incapables d'en tirer un profit pédagogique.
Je considère que les émissions d'Arrêt sur images devraient signaler leurs liens d'intérêt, ou conflits d'intérêt, avec Le Monde ! Le nom du journal est trop cité pour qu'on ne l'achète pas (au cas où ayant l'abonnement à @si, on ne se sente pas forcé de s'abonner au Monde), et le fait que Daniel Schneidermann y ait travaillé pendant tant d'années, devrait être mentionné.

Mes excuses, c'était dans le ton de l'émission, toujours aussi fameuse !


merci @si, encore !
Je n'achète plus "Le Monde " qu'irrégulièrement justement à cause de ce genre de titre
et ce jour là c'est consciemment que je ne l'ai pas acheté.

Sur "lemonde.fr" il porte le titre "Alerte sur la pilule de 3ième et 4ième génération ".
bienvenue monsieur medioni !!!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.