50
Commentaires

Hôtel Ardisson : les morts en ont vu d'autres...

Commentaires préférés des abonnés

Pendant ce temps, à la radio publique (France Inter), Christine Gonzalez fait pareil sans IA mais simplement  avec des archives, et ça a le mérite d’être drôle sans malaise…

Peut-être si Mère Thérésa fait partie du lot, lui-demandera-t-il, si " sucer, c'est trompé ? "   ??

Réaction de Malraux depuis les Enfers après la convocation à cette émission : " Sors d'ici Ardisson, avec ton risible cortège '' 

Derniers commentaires

Pendant ce temps là, sur Europe, Elkabbach interviewera les vivants... 


Au delà du concept, le malaisant ici s'invite également par un manque de crédibilité visuel, donnant un côté très artificiel aux personnalités décédées.

Et ne parlons pas d'Ardisson qui rajeunit dans l'ascenseur, c'est déjà problématique.


Il y a déjà eu des démonstrations impressionnantes (cherchez "deepfake tom cruise" sur youtube) qui démontrent qu'il est parfaitement possible de faire un deepfake absolument indiscernable du personnage réel. 


A se demander s'il n'y a pas une volonté de ne pas aller trop loin dans le réalisme. 


Quoiqu'il en soit, je m'interroge fortement sur qui est ciblé par cette émission, et si elle fera l'audience souhaitée. Je note qu'Ardisson, au delà du personnage très discutable, a toujours des idées qui parviennent à frapper les esprits. 




 dans quelques mois, sur France 3, Thierry Ardisson dialoguera avec les grands morts.


alors qu'on aurait pu lui suggérer de manger les siens.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

La mise en avant de figures populaires rentrees dans un imaginaire affectif collectif.

Ca me parait etre de la culture doudou pour boomer tout cela.

Projet d'émission à fort potentiel : 


- l'Amour est dans le cimetière

- Mort Boyard

- Touche pas à mes os

- Le meilleur croque-mort

- Recherche concession

Pause littéraire :


Plusieurs auteurs de romans ont réussi cet exercice si particulier ,  jusqu'à s'assimiler totalement - le temps d'un livre -   au défunt .


 Marguerite Yourcenar   a  écrit à la première personne du singulier "les mémoires d'Hadrien".


Elisabeth Gilles également a utilisé le "je" pour faire parler sa mère Irène Némirovsky dans "le mirador"


et en cette rentrée littéraire, Amélie Nothomb fait parler son père dans "premier sang" .





I

N'empêche si ce truc a du succès ça montrera (ou confirmera ?) au moins une chose ; c'est que les gens portent si peu d'intérêt aux discours et points de vue sur le contemporain des personnalités publiques d'aujourd'hui qu'ils en viennent à accepter la résurrection artificielle des idoles consensuelles d'autrefois pour les entendre s'exprimer sur une réalité qu'elles ne connaissent pas...

Devoir faire parler des morts pour occuper le public pose le constat du niveau de médiocrité des vivants incapables d'intéresser les auditeurs. Quant à Ardisson, s'il est obligé de recruter ses interlocuteurs dans les cimetières, c'est qu'il n'est plus capable d'attirer que des morts sur son plateau.

Sous le tweet, quelqu’un dit que le concept n’est pas inédit, Patrick Sébastien avait fait l’émission De l’autre côté du miroir.

Etrange idée d'avoir pris Gérard Collomb pour jouer F. Mitterrand. 


(merci pour cette belle chronique!)

ou quand un connard arrogant et cynique creuse encore plus profond pour chercher des audiences... C'est racoleur, malaisant, trompeur, calibré pour attirer le chaland avec des idoles populaires... 


bientôt il ira à la morgue, interviewer le médecin légiste qui découpe au scalpel la dernière star overdosée, pour qu'on vive les choses "de l'intérieur"... 


Quel intérêt de diffuser des propos déjà tenus par les interviewés, des questions déjà posées mille fois, des star vues et revues des millions de fois??? Aucun, sauf la prouesse technique, seule nouveauté mise en avant pour assurer l'audience et rentabiliser un programme basé sur des images d'archives que n'importe qui peut visionner sur youtube (merci INA). 


je ne sais plus qui a dit "Ardisson moi je l'écrit avec un C, sans la cédille"... 


Cette émission ne parle pas de la mort, elle fait parler des grands noms de la culture populaire morts, connus dans toutes les chaumières, gage d'audience. C'est un peu comme la 100millième redif de la grande vadrouille, version 2.0. La fonction de ce programme est exactement la même. Mais cette fois on fait parler Bourville. 


Après les concerts avec des gens morts, les interviews, et bientôt Koh Lanta des monstres sacrés???

Rien à a jouter :


Nécrophagie, subst. fém.Fait de se nourrir de cadavres. Il semble y avoir ici [à Danané] plus de nécrophagie que d'anthropophagie (Morand, Paris-Tombouctou1929, p.201).Biol. anim. ,,Aptitude à se nourrir d'organismes morts, généralement en état de putréfaction`` (Méd. Biol. t.3 1972). Anton. biophagie.Psych. ,,Habitude qu'ont certains aliénés de manger les cadavres humains`` (Garnier-Del. 1972). 


Si. J'ai souligné la dernière citation.

En essayant de réfléchir à ce qui met effectivement mal à l'aise dans les images qu'on voit, je me dis que ça n'a rien à voir avec l'émission. En effet, comme le dit quelqu'un ici, Gonzalez ne met jamais mal à l'aise, parce qu'elle fait des choix qui soulignent l'absurdité du collage, qui soulignent le dispositif, c'est même de là que découle le comique - elle se moque d'elle-même. Et même la note funèbre qui semble être celle de l'émission ici (par son titre, par sa musique de générique...) pourrait être assez séduisante, vu qu'elle pose un regard sur le côté morbide du dispositif.

Non, en fait ce qui crée le malaise c'est vraiment Ardisson. Ça vient totalement de lui. C'est par exemple l'idée de voir Ardisson choisir (ou en tout cas valider) les mots qui sortiraient de la bouche de Mitterrand. Voir l'idée qu'un mec aussi vulgaire qu'Ardisson se fait de Mitterrand, et nous la voir offerte comme une évidence. J'aurais la même sensation en voyant Ardisson déclamer un poème d'Hugo face caméra. J'ai d'ailleurs un problème en l'imaginant valider un morceau aussi beau que le "Cold Song" de Purcell.... Le problème, ça vient du fait que ce type a toujours été synonyme de cynisme, d'une vulgarité terminale, du fric en dépit de tout état d'âme - et que c'est juste intolérable d'imaginer ce type venir nous parler de choses aussi mystérieuses que la mort, le passé, la mémoire, ou l'âme. Tout le problème vient uniquement de lui.

L'extrait est glauque, un peu ridicule, gênant, on pouvait espérer mieux d'un retour d'Ardisson à la télé. Je ne regarderai pas !

Je suppose que les morts ne demandent pas de salaires ou de droit de regard.

C'est tellement pratique un mort, tellement "rentable".

Amazon fera mieux : interrogatoire des morts par des morts


Le grand Self-service des citations, du Faire-dire-nimporte-quoi


Quand les vivants n'ont plus rien à dire, les morts deviennent le Samu de la pensée


Bon j'arrête de dire des conneries, j'espère que mes commentaires post-mortem seront plus intéressants

Je vois, enfin j'entends ça d'ici ou d'ailleurs- qu'en savez-vou?s- Gabin et des vrais-faux jeux de mots à la Audiard, Mitterrand avec la patine dumasienne  légèrement teintée d'un solutréen lang, Macron et sa menotte trumpiste, chantée par Sheila. 

Mais que dis-je, Macron n'est pas décédé. 

Tapons sur google la rubrique nécro d'Europe N°1...

Je vous laisse tout cela. J'ai toujours macramé à cette heure-ci.

Bien sûr, il serait malséant  de souhaiter qu' " Ardiçon " ( l'inventeur de la cédille )  s'interviewe , lui-même  ....


Quoique ...

Réaction de Malraux depuis les Enfers après la convocation à cette émission : " Sors d'ici Ardisson, avec ton risible cortège '' 

Moi ce que je trouve "malaisant", c'est que gênant semble avoir disparu du langage usuel... 



Et si c'était la tété qui était morte ? 

Ardisson pas encore mais déjà/toujours pourrissant  ? 

Et le "geste artistique"  un pet délibérément obscène destiné à se  payer la tête de ceux qui applaudiront, fascinés par l'imposture ?

Peut-être si Mère Thérésa fait partie du lot, lui-demandera-t-il, si " sucer, c'est trompé ? "   ??

Pendant ce temps, à la radio publique (France Inter), Christine Gonzalez fait pareil sans IA mais simplement  avec des archives, et ça a le mérite d’être drôle sans malaise…

Les '' Dialogues des morts'' sont un classique des humanités et des classiques Larousse. 


Il était temps qu' on nous donne l'avis de Jean Gabin sur le Grand remplacement et de Coluche sur la candidature de Zemmour à la présidentielle. Ça comble un vide 🤔

Oui mais on peut parier qu' Ardisson  ne diffusera que des extraits du vieux Gabin réac  commissaire ronchon du style " tout f ; le camp" . Or , c'est très compliqué . Gabin jouait le jeune ouvrier idéaliste dans les films des années 1930(" la Belle équipe" ,"la Bête humaine "rediffusée dimanche ,  "la Grande illusion ". Puis il combat courageusement dans les forces Françaises Libres .A son retour ,il ne trouve pas de travail ( j'avais écouté une émission sur le sujet) ,et il ne trouve du travail qu'en jouant le rôle du commissaire ronchon et réac.

je crois me souvenir que s'il ne trouve pas de travail après la guerre c'est parce qu'en une nuit lors d'un bombardement il voit sa chevelure devenir totalement blanche malgré son "jeune" âge


Il y a aussi son obsession de la terre ( il voulait être paysan ) qui lui fait mettre tout son argent dans sa ferme de Normandie sans pour autant que les paysans du coin ne lui reconnaissent ce statut; allant même lui faire la guerre de procédures ( ce qui lui fera beaucoup de mal et de peine )


« Un Français nommé Gabin »Un documentaire de Yves Jeuland et François Aymé. 




Oui vous avez raison ,il tenait à sa ferme en Normandie et à la vie paysanne  comme le montrent " la horse" et " ' affaire Dominici" ( pas ses meilleurs films)  ,mais je crois qu'il y a aussi le fait qu'il n'était plus " dans le circuit" Il a eu du mal à retrouver une place dans le cinéma d'après -guerre.

Oui j'ai tout de suite pensé à elle. Ardisson en plus d'être un arrogant , est un pompeur de première. 

Putain , la merde qu'il va leurs faire dire !Et le tout sur l'air de la modernité , elle est bonne celle là.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.