179
Commentaires

Honduras : Zelaya, démocrate ou "putsch-au-crime" ?

Loin des caméras, mais aussi faussement présentée par la presse ? Depuis le coup d'état du 28 juin, la crise au Honduras n'a pas eu les honneurs des télés françaises. Mais a-t-elle, en outre, été présentée de façon biaisée par la presse écrite, comme l'affirmait Jean-Luc Mélenchon sur le plateau de notre émission de la semaine dernière ?

Derniers commentaires

Merci Dan pour ce sujet très intéressant et qui était très important à traîter.

Rien à voir, mais seriez-vous en train de planquer votre argent en Suisse ? Je vous ai aperçu à la gare de Lausanne !
Communiqué de l'UNICEF : plus de 1600 mineurs auraient été tués depuis le 28 juin, début du putsch militaire.
hier encore, la répression faisait rage dans la capitale. source : TeleSur
Pour info : le Honduras vient de déposer une requête introductive d'instance devant la cour internationale de justice contre le Brésil, sur le fondement de la convention de Vienne de 1963 sur les relations consulaires.

Le Honduras reproche au Brésil de violer la dite convention, le Brésil mettant à la disposition de Zelaya et ses partisans son ambassade de Tegucigalpa pour y organiser leur résistance face aux putschistes.

Plusieurs autres règles sont en cause : l'ingérence du Brésil dans les affaires intérieures du Honduras via le prêt de l'ambassade, ce qui dépasse le cadre de la stricte violation de la convention en question.

Un argument devrait être avancé par le Brésil au cours de la procédure pour plaider le caractère irrecevable de la requête, et donc son rejet : le fait que le gouvernement putschiste ne soit pas le gouvernement de jure (de droit donc) du honduras et sa non reconnaissance par la plupart des Etats de la société internationale rendrait la requête sans fondement, le gouvernement n'ayant pas autorité pour engager le Honduras sur la voie d'une réclamation internationale.

Problème : les gouvernements putschistes, s'ils sont "effectifs" (contrôlant effectivement le territoire) peuvent très bien faire l'objet d'une reconnaissance par des Etats tiers.

Bref, je crois que l'histoire est loin d'être terminée. de quoi envenimer les rapports entre le Honduras et les géants de la région pour longtemps, en tous cas...
*flood on*

AHAHAH j'ai gagné, j'ai battu fan de canard !

*flood off*

et ce jour est tout trouvé puisque le président putschiste, Micheletti a accepté de remettre entre les mains du Congrès hondurien la décision de remettre ou non au pouvoir Zelaya. De source officieuse, on attend le retour au pouvoir de Manuel Zelaya dans la journée.

Et au passage, c'est aussi le jour qu'ont choisi les américains et les colombiens pour finaliser l'accord sur les 7 nouvelles bases américaines en Colombie.
quelle coincidence.

j'attends l'article de Libé : "La grande victoire de la diplomatie US au Honduras". Puisque évidemment c'est Washington qui a tout fait, certainement pas la population qui manifeste depuis trois mois et qui a massivement annoncé qu'elle ne soutiendrais pas le scrutin organisé par les putschistes.

Bref, après 2002 et le coup d'Etat raté contre Chavez, 2007 et la tentative avortée de scission par les autonomistes en Bolivie, si ce conflit se résout, ce sera le troisième en 10 ans où les faucons de l'administration américaine auront perdu le contrôle su les Amériques.
Au prix de quelques morts malheureusement (une trentaine au Honduras et une centaine de blessés graves).

AH mais ... OUPS
non, c'est pas fini. Quoi qu'en en dira, c'est absolument pas terminé.
Pourquoi ? parce que l'accord signé par Zelaya et Micheletti prévoit le renoncement à la convocation d'une Assemblée Constituante.
Et que le retour de Zelaya est suspendu à l'approbation du Congrès, le même congrès qui l'avait condamné pour violation de la Constitution.

Or le front de résistance et la population ont bien déclaré que retour ou pas de Zelaya, le mouvement se poursuivrait jusqu'à la convocation de la constituante.

Bref, wait and see and not read Liberation ! :)
Fan de canard, je suis dans une dictature sanguinaire ou tous les droits humains élémentaires sont bafoués à faire passer la corée du nord pour un modèle démocratique, alors jouer le petit dictateur sur les forums ne ne semble que plus logique :)

C'est juste que à force c'est répétitif de rencontrer sur tous les forums une évocation de l'iran et d'ahmadinedjad.
tiens, solution, @si fait une emission sur le sujet et tout le monde va faire la fete dedans ;)
Bref rendons aux forumeurs (et aux forumeuses) ce qui est a goodwin (et à goodwineuse),
tt vive le glissement de terrain des forums vers mahmoudoumichounet.
(c'est juste que je sais jamais comme ecrire ahmadinedjad)

ps : ceci est de l'humour ! (tout comme la premiere ligne de mon post précédent)

et pour le budget presidentiel,
De ce que j'en sais, avec la crise réduction du train de vie des hauts fonctionnaires, coupe dans tous les budgets, sauf celui du social qui encore augmenté, avec un plan de relance des missions, notamment barrio adentro (santé gratuite)
pour le budget présidentiel, ici l'information n'avait jusqu'à aujourd'hui pas encore atteint les oreilles sourdes des chavistes durs aux dents longues (et rouges) à croire que ca n'avait pas d'importance.

je me renseigne dessus et vous donne les infos un de ces jours, a moins que je me fasse rattraper par la police politique et envoyé en pleine foret amazonienne .... JE PLAISANTE (ah bon ?)
Ouf !

Très bon forum, très lisible, avec nombre de brillants intervenants de part et d'autres :-)
Ça méritait d'être dit, allez savoir pourquoi
A l'equipe d'Asi, serait il possible de rougir les posts qui atteignent le point goodwin, ca simplifierait la lecture des forums

bref plus sérieusement sur le Honduras parce que je sais pas ce que mahmoud est venu faire par ici, et vu que ce n'est pas le sujet ...

je continue à diffuser des informations / de la propagande sur ce qui s'y passe histoire d'avoir un minimum de suivi :

Ce dimanche, le front de resistance a communiqué après son assemblée générale

Le mouvement y a clairement déclaré que retour ou pas de Zelaya, la mobilisation continuerais pour une assemblée nationale constituante et pour un changement global de systeme, la declaration de ce dimanche ici :

http://www.larevolucionvive.org.ve/spip.php?article557

et pour les hispanophones, une longue interview du leader de la résistance hondurienne, Marvn Ponce par Dick Emanuelsson avec enregistrement audio qui dure 62 minutes. on moins la il y a le temps du traitement journalistique.

http://www.radiomundial.com.ve/yvke/noticia.php?34947
D'après Libé.fr "La crise au Honduras tourne au Carnaval"
Pourquoi au Carnaval ?
Parce que Manuel Zelaya est retranché dans l'ambassade du Brésil, et que le Brésil... Rio... c'est le Carnaval. Imparable.
Zelaya aurait trouvé refuge à l'ambassade porto-ricaine, on aurait eu droit à : "la crise tourne à la Salsa", ou un truc du genre.
Ils sont comme ça chez Libé.
C'est pas le compte-rendu fidèle et honnête d'un évènement qui les intéresse. L'essentiel est dans le titre. Avec un bon gros cliché, ou mieux, un jeu de mots qui tue.

Extraits d'une réunion de rédaction fin juin, au lendemain du coup d'état au Honduras :

- Hé les gars, je viens d'en trouver une bien bonne ! Ecoutez ça : "Zelaya le putsch-au-crime." Fabuleux, non ?
- Ah ouiii, pas mal, mais tu es sûr que ça correspond à la réalité hondurienne ? En aparté : Tiens, on doit pouvoir faire quelque chose avec Honduras ou hondurien... à creuser.
- Mais on s'en fout, vieux, on s'en fout ! On tient le titre. Reste plus qu'à adapter le contenu.
- OK, vendu... sujet suivant : la disparition de Pina Bausch. Quelqu'un a une idée ?
- Oui, moi. J'avais pensé à "Pina Bausch se fige" (authentique).
- ???... Y a une contrepèterie ?
- Non, et même pas la queue d'un calembour. Mais on peut pas être génial à tous les coups... etc.
Zelaya, c' est un peu comme Chavez il a une forte tendance à croire aux théories du complot.
bref nous sommes d'accord. Quand au comportement sur les forums, j'avoue que c'est la première fois que j'y passe autant de temps, mes interventions sur d'autres sujets ayant été très rares, et encore plus la lecture des réponses des autres forumeurs

Mais en tout cas, j'aime beaucoup imaginer joffrin en bernard l'hermite, une idée pour els prochaines illustrations du plan B peut etre :)

Sur ce, je m'en vais, à bientot !
Suis encore trop caricatural ou ais-je déjà franchi la ligne jaune et donc à mon dépassement des bornes vous me renvoyez une autre exagération ?

Le problème en cause n'est pas que Laurent Joffrin défende un point de vue contraire au mien, sans ça je pourrais tout aussi bien m'attaquer au Figaro. Mais le Figaro, on sait d'où il parle, comme dirait notre ami Didier Porte avec lequel je suis entièrement d'accord sur cette question.
Libération, on ne sait plus.
Le Monde pareil.

Et puis mon problème n'est pas que Joffrin soit de droite, pardon, social-démocrate, sans ça je devrais critiquer tous les patrons de presse de France à quelques exceptions près.
le problème n'est pas ses opinions politiques de droite pardon, social-démocrate mais qu'il ne fasse pas son travail de journaliste !

tenez, par exemple : cette interview d'etienne mougeotte
http://www.lefigaro.fr/international/2009/09/08/01003-20090908ARTFIG00580-ma-main-reste-tendue-vers-obama-et-son-peuple-.php


On peut critiquer largement; les questions sont orientées d'une manière assez flagrante. "mais vous etes sur que vous etes pas un négationniste antisémite ?" je caricature évidemment. Mais au moins Mougeotte a pris la peine d'interviewer, un acteur du processus, même si c'est un acteur de l'élite, soit Chavez.

Donc je répète au risque de radoter, je n'ai aucun problème avec le fait Libération soit un journal de plus en plus à droite, mais j'ai un problème avec l'utilisation politique qu'en font certains de ses journalistes ... qu'elle soit conscience ou non de leur part, même si je ne peux pas croire qu'un patron de journal n'ai pas conscience des effets politiques de son rôle d'éditorialiste.

Un mot sur les attaques ad hominem. Je n'attaque pas l'homme Joffrin mais sa fonction et l'utilisation qu'il fait de sa fonction. ET je pense qu'une critique réelle d'un système (que je porte mais qui n'est pas la vocation d'arret sur images, bien entendu) se doit de nommer l'adversaire. On ne peut pas parler de classe dominante sans nommer des personnalités, des familles d'entrepreneurs. Il ne s'agit pas d'aller les pendre par des crocs de boucher comme aime le faire notre président (ligne jaune encore ?) mais de savoir qui est en face.
Dans le domaines de l'élite médiatique française il faut les nommer : Lagardère, Rotschild, Pinault, Dassault. ça fait partie du travail d'information critique de savoir qui possède quoi.

Comme je l'ai dit le processus dépasse largement Joffrin, qui, j'ai fait un erreur dans ma tentative d'argumentation
Ce n'est pas un pion mais un acteur.
Un acteur mineur, acteur d'un système, mais un acteur quand même. Et qui a donc une responsabilité de ses actes.
Tout ce que je demande à Libé c'est d'être journalistes et non porte parole politique, est-ce trop demander ?


Quand aux alliances du chavisme, elles ne me plaisent pas plus qu'à vous, mais pour ne citer qu'un exemple, savez vous à qui a chavez a demandé des technologies agricole en tout premier lieu ? Les Etats Unis. Sauf qu'ils ont dit non. Alors il est allé vers d'autres : UE. qu a dit non.
Alors il est allé vers ceux qui ont accepté, Russie, Iran.

je vous donne en prime les justifications des chavistes (dont je ne suis pas quoi qu'il en paraisse) : selon eux, s'ingérer dans les affaires intérieures iraniennes serait de l'impérialisme. Comme c'est ce qu'ils dénoncent en permanence à l'égard des USA, c'est normal pour eux de ne pas reproduire le même schéma. Ca a la mérite de la "cohérence" même si c'est pour partie hypocrite. realpolitik diront certains. Mais c'est dans tous les cas plus compliqué que "Chavez l'antisémite ami du négationniste."

Et quand aux alliances en général, elles ne sont pas le fruit de Chavez mais d'une large recomposition des rapports sud sud vis à vis d'un nord en actuelle déroute

en témoignent par exemple le récent sommet Amérique Latine Afrique
http://www.larevolucionvive.org.ve/spip.php?article302&lang=fr

ou plus récemment encore le VIIe sommet de l'ALBA : http://www.courrierinternational.com/breve/2009/10/19/le-sucre-plutot-que-le-dollar

et pour en revenir au Honduras, info toute fraiche : encore un dirigeant syndicaliste assassiné par la junte :
http://www.larevolucionvive.org.ve/spip.php?article475&lang=fr

Et enfin encore un lien, interview de jesus Suarez, de la télé communautaire Catia TV sur la démocratisation des ondes au Venezuela :
http://www.larevolucionvive.org.ve/spip.php?article483&lang=fr

En espérant ne pas être une fois de plus trop caricatural, mais en n'espérant sous aucun prétexte être objectif.
Merci Grégoire pour la réponse argumentée, (Laurent Joffrin = petit pion du néo maccarthisme) même si je n'y adhère pas. Joffrin a le droit de défendre dans son canard un point de vue globalement social-démocrate sans être tout de suite classé comme petit soldat stipendié par le Grand Satan qui se cache derrière toute opinion non conforme à vos vues.
En ce qui concerne précisément le Honduras, j'essaie de m'informer, vos liens sont utiles...mais j'avoue que le chavisme me pose problème entre-autres à cause de ses alliances en politique étrangère.
Conclusion: Pas de procès d'intention, pas d'anathèmes haineux, ni d'attaques ad hominem ( je fais allusion à d'autres interventions sur de nombreux sujets dans les forums d'ASI ) juste des points de vue étayés et vous parviendrez peut-être à faire évoluer mon point de vue.
Salut Grégoire, merci pour le boulot entrepris sur www.larevolucionvive.org.
Et merci pour le lien qui mène à "Le signal est à nous". Si tu en as d'autres dans le genre...
en complément :

Sur le journalisme d´imputation pratiqué par Libération contre Hugo Chavez : http://www.acrimed.org/rubrique355.html

Sur Chavez président à vie :http://www.vive-fr.org/blog/index.php?2009/02/17/45-liberation-et-le-venezuela-desinformation-a-vie

Sur les statistiques sociales du venezuela : Latinbarometro : http://www.latinobarometro.org

Et enfin, deux films à voir

Sur le mouvement étudiant de 2005 : Nouveaux visages, memes objectifs : http://www.dailymotion.com/video/x4l6iy_venezuela-nouveaux-visages-meme-obj_news

ET enfin sur RCTV et la situation des médias au venezuela : Le signal est à nous : http://video.google.fr/videoplay?docid=-3138104855919136585

et pour de l'information de terrain sur els processus en cours au venezuela en espagnol anglais et français (faut bien que je fasse ma pub non ?) : http://www.larevolucionvive.org.ve/
"Mais peut-être pourrez vous me prouver que Joffrin est en train d'organiser une chasse aux sorcières ? Le bougre, il cache bien son jeu pervers, masqué derrière sa barbe!"

veuillez m'excuser le raccourci non explicité, j'ai à la fois écrit par provocation et sur le coup de la colère après la vidéo en lien.

Il se trouve que je suis actuellement au Venezuela, ou j'ai décidé de venir pour voir plus concrètement ce qui se passe sur le terrain.
Il n'y a pas de liberté de la presse dans ce pays car 80% des médias sont aux mains de l'opposition. cette opposition est minoritaire dans le pays mais elle déteint le pouvoir économique et médiatique et s'en sert à de nombreux égards. Et pour elle, tout ce que peut faire Chavez est forcément mal, il y a une crainte épidermique de tout ce qui peut être fait dans ce pays. ET les médias jouent un véritable rôle d'opposition, même les programmes pour enfants contiennent des évocations anti chavez. c'est proprement hallucinant à voir sur le terrain.

Or, tous les acteurs internationaux sont d'accord pour le dire, Chavez a été élu légalement, à une large majorité. Et à chaque élection il confirme ceci. Il faudrait s'intéresser au pourquoi, au taux de pauvreté qui est passé de 15 à 7%, l'inflation de 40 à 20%, ainsi que toutes les missions, comme Barrio Adentro qui a donné des soins médicaux à 15 millions de vénézueliens n'aynt pas les moyens de financer des soins dans les cliniques privées, tout cela bien entendu avec l'argent du pétrole, nationalisé et redistribué.
On m'objectera que c'est une information propagandiste, faux, car à la différence à de la propagande, je vois tout les jours la réalité de ces avancées sociales indéniables. Et on oublie de parler du processus extrêmement important de redistribution du pouvoir localement, via les conseils communaux et les communes socialistes. Libération de tout ça n'en a bien spur jamais aprlé, pourtant malheureusement, ça existe.

Il faudrait revenir également sur l'histoire du Venezuela qui a amené ce pays où il en est aujourd'hui. mais pour cela il faudrait s'y intéresser et que les journalistes concernés viennent sur place, sur le terrain, et pas seulement dans un appartement dans les quartiers riches dans un entre soi corporatiste, sans contact avec la population. ce ne sont pas ici des accusations mais un constat : en ce qui concerne le Venezuela, les journalistes français qui traitent le sujet ne connaissent pas ce dont ils parlent. je vous renvoie aux articles de Thierry Deronne, de la chaine de télévision Vive TV : http://www.vive-fr.org/blog/

Bien, maintenant quel rapport avec Mr Joffrin ?

Si vous vous intéressez au médias, vous connaissez surement "les petits soldats du journalisme" de François Ruffin qui démontre avec argument (et sans raccourci "stalinien" ) comment les grandes écoles de journalisme formatent par le fond et par la forme à un journalisme de complaisance avec le modèle néolibéral. Sur ce point je pense que nous tomberons d'accord.

Laurent Joffrin a été formé à cette école néolibérale et le Honduras n'est pas le premier sujet sur lequel le directeur de Libération essuie des critiques. Que ce soit sur les grèves des cheminots, sur le Non à la constitution européenne ou de nombreux autres sujets Laurent Joffrin s'est maintes fois illustré en donnant des points de vue non étayés et proprement politique, sans aucune justification qu'idéologique.
@si a bien montré ces écarts de traitement de l'information, om l'objectivité, le pragmatisme, la modernité ne sont que masque d'une réalité politique partisane.

je n'ai pas le courage de détailler chacune de ses prises de positions mais je vous renvoie à l'excellent site ACRIMED ou encore au plus humoristique Plan B qui s'il n'est pas le moins provocant en parlant du "journaliste le plus bête de france" à propos de ce même Joffrin, effectue par ailleurs un travail énorme de décorticage des manipulations médiatiques.

Mr Joffrin est depuis de nombreuses années une figure emblématique de la conversion au néo-libéralisme d'une partie de la "gauche" qui a commencé il y a déjà plus de 20 ans, avec notre cher Yves Montand et "vive la crise", en 1983, déjà acclamé par ... Libération.
Laurent Joffrin n'a fait que reprendre la suite.

Maintenant donc sur le Honduras, outre les mensonges bien décrits par ASI, il se trouve que Laurent Joffrin a quand même réussi dans un de ses éditorial faisant suite au putsch à mettre sur un pied d'égalité un militaire putschiste avec un président démocratiquement élu. ce qui est à mon sens pas caractéristique d'un traitement journalistique sinon politique.

On parle également de prochaines élections organisées par les putschistes; Sait-on seulement que Zelaya ne pourra pas s'y présenter ?

Et n'oublions pas que Laurent Joffrin est patron de presse, et de là défend des intérêts économiques propres, il défend l'intéret de son entreprise soit de faire du bénéfice en terme marxiste (et donc politique) il défend un intérêt de classe.

je ne crois donc pas aux coincidences, ni aux complots.

Simplement, en faisant la synthèse de tout ce que je viens de dire, on peut affirmer sans paraitre stalinien que Laurent Joffrin a un traitement idéologique de l'information concernant l'amérique latine ( et d'autres sujets bien entendu). Il n'exerce pas son rôle de journaliste mais est porte voix politique. ET là encore c'est un CONSTAT. je précise au risque de paraitre excessif.

Son idéologie le poussant de plus en plus à droite, il est presque logique qu'il porte un ressentiment fort à tout ce qui vient de plus à gauche que lui.
Sauf que sa parole n'est pas isolée, elle participe d'un mouvement médiatique, politique et économique mondial décrédibilisant toutes les tentatives d'alternatives qui sont en cours en Amérique Latine.

que ce soit dans les médias privés américains, français ou vénézueliens pour mener une lutte (car il s'agit de cela, souvenez vous l'implication des médias vénézueliens et de la CIA et de l'administration américaine dans le coup d'Etat de 2002, implication reconnue par l'ancien président Carter il y a quelques semaines) contre les processus en cours en Amérique Latine, même s'ils sont démocratiques.

De là à dire qu'il y a une peur viscérale de tout ce qui ressemble à quelque chose de socialiste dans ce monde, peur qui a énormément à voir avec la peur des années 50, soit le maccartysme, il y n'y a qu'un pas, ... que je franchis. Joffrin n'organise rien, il n'est qu'un pion, mais il a une responsabilité en tant que figure emblématique du paysage médiatique français.

et pour reste, sur le honduras, Joffrin n'est pas le seul, loin de là :

http://www.vive-fr.org/blog/index.php?2009/10/12/56-chantal-rayes-piegee-a-sao-paulo-a-propos-de-lula-piege-a-tegucigalpa-liberation-et-de-lula-critique-pour-sa-gestion-de-la-crise-hondurienne-le-monde

Sans rancune stalinienne ni procès de moscou aucun,

amitiés contre médiatiques

Grégoire SouchAY ;)

ps : veuillez excuser les éventuelles fautes, dues à la pratique quotidienne de deux langues.
la presse française semble avoir choisi :
un exemple parmi mille autres
(tiré de "la provence" de la semaine dernière, grand quotidien du sud-est de 44 "grandes pages de l'ancien format" avec une seule page réservée à "MEDITERRANEE-MONDE" - 1/4 de page méditerranée (?) 3/4 de page MONDE)
Au centre de la page "Monde", nous trouvons bien en évidence :
titre : "LES 3 QUESTIONS... à Dominique Paillé / porte parole de l'UMP"
gros sous-titre "UN PRIX D'ENCOURAGEMENT"
La Journaliste va donc questionner sur le nobel de Obama
1/ Quelle est votre réaction ? :
Si le prix nobel est un prix d'encouragement alors le remettre à Barack Obama est logique. Mais je croyais que cette distinction était décernée à ceux qui avaient des résultats tangibles. Ce n'est pas le cas du Président Américain même si ses efforts en matière de dénucléarisation et sur le proche-Orient sont à saluer.
2/ C'est discutable selon vous ?
C'est une nouveauté et je m'en réjouis. Mais on aurait pu, alors, couronner les efforts entrepris par l'UE notamment lorsqu'elle était présidée par le Président Nicolas SARKOZY.
3/ Vous auriez souhaité que le Nobel lui soit attribué ?
IL A EVITE UN CONFLIT EN GEORGIE,
IL A ETE LE LEADER POUR EVITER LA FAILLITE FINANCIERE ET ECONOMIQUE INTERNATIONALE,
IL S'EST INVESTI AVEC L'UE DANS LA RECHERCHE DE LA PAIX AU PROCHE-ORIENT OU DE LA DENUCLEARISATION DE L'IRAN.
IL AURAIT PU AVOIR LE NOBEL DE LA PAIX

Nota : 1/Les couleurs sont de moi 2/Le porte-parole a fait son boulot (il aurait même pu demander le prix Nobel d'économie vu la brillante et rapide résorbsion de tous nos déficits... légués par les "Ministres des Finances Incapables" du précédent quinquennat) mais... 3/des journalistes français ON commence à saturer... et si on les échangeait avec ceux du Honduras ? Que risquerait-on puisque de toute façon, IL EST IMPOSSIBLE DE PERDRE AU CHANGE !
Réponse à grégoire Souchet

" le maccarthisme a la vie dure"....que vous critiquiez le traitement de l'info sur le Honduras par Libé, soit! Mais utiliser des comparaisons historiques hors sujet et à mauvais escient simplement pour déconsiderer définitivement le Directeur du journal qui, dans ses colonnes, exprime un avis différent du vôtre, voilà l'exemple même des dérives maintes fois, hélas, constatées dans ce forum.
Cher Grégoire, argumentez, c'est tout ce dont nous avons besoin pour faire avancer le schmilblick... N'insultez pas gratuitement sinon je vous traiterai de vieille crapule stalinienne et on n'aura pas progressé!
(Mais peut-être pourrez vous me prouver que Joffrin est en train d'organiser une chasse aux sorcières ? Le bougre, il cache bien son jeu pervers, masqué derrière sa barbe!)
Si les personnes qui osent encore se prétendre "journalistes" à libération veulent bien se donner la peine, un militaire putschiste a explicitement reconnu le coup d'Etat.

http://www.primitivi.org/spip.php?article69

Mais sieur joffrin pourra encore dire que c'est un montage par les bolchéviques, soviétiques, enfin les "chavistes" BOUH !

le maccarthisme a la vie dure, mais encore si c'était au figaro ...
et si c'était:

comment: ce demi continent de retardés qui à réussi à ce libéré, tout seul,des juntes, malgré les sale coup des états-unis, nous montrerait maintenant qu'il y a peut-être une autre voie à explorer entre le stalinisme qui a échoué et ultra-libéralisme qui n'a pas fait mieux et qui lui,continue à accomplir ses ravage.

merci Dan et @si
Cet article m'en évoque un autre, du Monde Diplomatique (ça devait être "Tous les Colombiens ne s'appellent pas Ingrid"...), qui faisait état des dysfonctionnements de la presse française et européenne lorsqu'il s'agit de traiter l'actualité politique en Amérique du Sud. En particulier sur le cas de la Colombie, où l'auteur soutenait que l'information venait toujours de deux quotidiens, El Tiempo et El Pais (l'un colombien et l'autre espagnol). Mes souvenirs sont peut-êtres inexacts mais ont été ravivés par une discussion récente avec ma petite amie, qui est colombienne. J'ai trouvé très intéressant de voir qu'elle et ses amis sont très critiques envers la politique de Chavez, qui est fréquemment tourné en ridicule. De même, la politique d'Uribe lui semble être très positive et quand je lui parle des assassinats politiques elle me soutient qu'il ne s'agit que de personnages affiliés à la guerilla, qui semble avoir bon dos (et très mauvaise presse).
Ajoutons à cela le traitement à l'évidence inégal des médias quand il s'agit de parler de Chavez...Le Monde Diplo lui est clairement favorable, mais peut-on leur faire confiance ? Pourquoi notre presse est-elle à ce point divisée sur ces questions ? Ca mériterait bien un petit plateau @si, avec en vrac des gens de Libé, du Figaro, du Monde Diplo, des pro-Chavez, des pro-Uribe...

Tant qu'on y est, on pourrait même parler du Rwanda avec l'opposition Patrick de Saint Exupéry (partisan de la responsabilité française dans le génocide, soutenu par Le Monde, Le Figaro et Libé) et de Pierre Péan (doutant de l'implication française et parlant de génocideS, soutenu presque exclusivement par Marianne2) ...
Si un jour, vous voulez faire un dossier sur les étranges différences de traitement médiatique des conflits, vous pouvez aussi faire appel à Jean Bricmont. LE Bricmont, celui de "Impostures intellectuelles" en 1997. Qui nous montre par exemple que le Honduras n'est pas si éloigné de la Géorgie (contrairement au Kosovo).
Merci pour ce sujet Dan, et merci à vous d'avoir entendu nos appels.
Il m'avait aussi semblé que Sarkozy avait mis du temps à condamner le putsch...me trompe-je ?

merci pour l'article.
très bonne chronique sur la situation (bien compliquée tout de même !) au Honduras...
euhh, on y retrouve Hillary Clinton = la patte des US comme un vieux relent des années 1970-80 en amérique latine ?!..

si on lit le communiqué d'amnesty international sur la presse au Honduras, http://www.amnestyinternational.be/doc/IMG/article_PDF/article15340.pdf, on comprend mieux que les média internationaux n'aient pas plus d'informations ; tout à l'air bien étouffé par les militaires !!

il est tout de même étonnant qu'il n'y ait pas plus de discours en france sur la situation au Honduras, un putsch est un évènement suffisamment grave pour que l'on s'en occupe ! que fait le quai d'Orsay ??
et pourquoi ne pas s'interroger également sur le silence incompréhensible de nos média sur ce qui est tout de même un déni de démocratie.....même si, et j'en conviens, Tegucigalpa est bien loin de Paris !
merci pour cet article ; Ils se sont qualifiés pour le mondial 2010.
La base de la negociación :
1) Establecer un Gobierno de unidad y reconciliación nacional. (Aprobado)
2) Amnistía para los delitos políticos. (Rechazado)
3) Renuncia a convocatoria a Asamblea Constituyente. (Aprobado)
4) Adelantamiento de las elecciones. (Rechazado)
5) Las Fuerzas Armadas quedan a disposición del Tribunal Supremo Electoral. (Aprobado)
6) Retorno de Poderes a su integración previa al 28 de junio. (Por aprobar)
7) Se dispone la creación de una Comisión de Verificación de los compromisos asumidos en este Acuerdo. (Aprobado)
8) Normalización de las relaciones de Honduras con la comunidad internacional. (Aprobado)


Base des négociations (entre Zelaya et Micheletti à ce jour) et état des lieux :
1) Etablir un gouvernement d'unité et de réconciliation nationale : approuvé
2) Amnistier les responsables du putsch : rejeté
3) Renoncer à convoquer une Assemblée Constituante : approuvé
4) Reculer la date des élections : rejeté
5) Laisser les Forces Armées à la disposition du Tribunal Suprême Electoral : approuvé
6) Rétablir le pouvoir tel qu'il était avant le coup d'Etat : en discussion
7) Créer une Commission de Vérification qui contrôle la mise en pratique de ces accords : approuvé
8) Normaliser les relacions du Honduras avec la communauté internationale : approuvé

“Elecciones sin restitución del presidente constitucional sería una legitimación, un permiso para dar más golpes de Estado”, comentó el depuesto presidente Manuel Zelaya
Selon Zelaya, "ne pas rétablir le président dans ses fonctions serait une légitimation du coup d'état, et un encouragement à de telles pratiques."

"La cercanía del desenlace aumentó la tensión. El secretario general de la Organización de las Naciones Unidas (ONU), Ban Ki-moon, llamó a las partes a “evitar distracciones en este momento crítico de las negociaciones”, tras aclarar que su posición sobre la restitución de Zelaya es “estrictamente” la misma de “condena al golpe de Estado”."
"L'approche d'un dénouement accroît la tension. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a invité les deux parties à "éviter toute distraction à ce stade critique des négociations", après avoir précisé qu'émettre son avis sur la restitution de Zelaya au pouvoir équivaudrait à condamner le coup d'Etat"."

"“Yo soy optimista por naturaleza”, dijo Meza, quien recordó que Zelaya puso un plazo que termina hoy, jueves, a la medianoche local para arribar a un acuerdo, sin precisar lo que hará en caso de que no se logre."

"Meza (un proche de Zelaya) se dit optimiste, en rappelant que Zelaya a imposé une durée aux négociations, censées donc se terminer aujourd'hui jeudi dans les environs de minuit (heure locale), mais sans préciser ce qui se passerait si ce délai n'était pas tenu."

Traduction d'extraits choisis dans un article de http://www.nacion.com/ln_ee/2009/octubre/15/mundo2123206.html , journal Costa Ricain équivalent du Monde (pour pas dire un peu de droite).


Donc demain matin, soit Zelaya a gagné une grosse bataille (pas la guerre) et peut reprendre sa place de président, soit Zelaya pense très fort à demander au peuple de se soulever contre les militaires (ou fait un compromis sur le délai qu'il imposait pour trouver un accord, mais ça jouerait en la faveur de Micheletti, ou demande à l'ONU d'intervenir).
Merci Dan pour cet article qui correspond parfaitement a ce que j'attends d'@si!

Le journal du banquier Rothshild aura a répondre de sa désinformation sur tous les grands sujets internationaux, de la Géorgie au Honduras, en passant par l'Iran et le Vénézuela.

Que Libé puisse écrire l'expression "néopopulisme socialisant" en 2009 montre a quel point le journal dont BHL est actionnaire et membre du conseil de surveillance est loin d'etre de gauche.
Je me suis un peu intéressé (en tant que citoyen) au sujet du biais présent dans les médias français dès qu'on aborde ces sujets, lecture de livres, assisté à des conférences, et j'ai quelques idées sur les causes de ces biais, je prétends pas que ce soit exhaustif et 100% juste

- Circulation circulaire de l'info : quand les "dominants" s'expriment, les autres (petits journalistes) suivent et recopient idées, formules
- Petit clan de spécialistes de cette zone : se connaissent entre eux, répètent les mêmes choses
- Lobby faisant de la propagande : ainsi des grandes multinationales des médias Sud-Américains implantées (sièges) à Miami, aussi foyer anti-castriste, jusqu'à RSF qui est contaminée
- Tradition pro-US/OTAN : se souvenir de la façon dont Libé traitait du Nicaragua dans les années 80. Les mêmes journalistes sont toujours en place aujourd'hui (http://www.rue89.com/panamericana)
- Parti-pris anti Castro : l'un des journalistes spécialisé du Monde qui anime la propagande anti-chavez est lui même un ancien militant révolutionnaire dans ces pays, a fait un retournement à la Finkelkraut/Glucksman
- Classe sociale des journalistes spécialisés Am. Sud, plutôt aisée, et blanche : or, quand ils vont dans ces pays (Vénézuela, Brésil) ils se trouvent dans les mêmes milieus sociaux qu'eux, aisés, blancs, et bien plus proches des USA que de Castro/Chavez, se désintéressent des réformes sociales entreprises au Vénézuela, Bolivie,etc.. sauf pour en dire du mal...
Aaaaah ! Merci M. Dan ;o)).
Merci de vous être penché sur ce bizarroïde traitement (ou absence totale de traitement souvent) de l'évolution du Honduras par les media français. Et d'avoir (enfin) cédé à nos + ou - douces pressions ;o)).
La façon dont les media français traitent ce qui se passe en Amérique Latine montre, en général qu'ils n'y connaissent pas grand chose à ce continent, dont le voisin du Nord a été (et essaie encore) le plus grand déstabilisateur de gouvernements du Sud. Quels sont les quotidiens ou les media français qui ont des correspondants au Vénézuela, au Brésil ou au Mexique ? S'ils en ont, quels sont les sujets traités ?
Pour Libé, je ne suis pas étonnée qu'ils aient repris la version officielle : ça fait très longtemps que Libé n'est plus "à gauche". Je ne le lis plus, n'étant pas abonnée, je ne vais plus sur ses forums, mais je ne suis pas surprise du traitement de l'info hondurienne par-dessus la jambe par Libé. Libé et beaucoup d'autres media ont décrété que Chavez était un populiste, sans même voir de plus près ce que ses réformes ont apporté de bon au "petit peuple vénézuélien", que les "opposants" étaient des gens très bien sans même savoir par qui les "étudiants opposants" étaient aidés, que Chavez voulait un monopole de tous les media (sauf que les media vénézuéliens étaient une plaie à la botte du pouvoir corrompu). Lorsque les étudiants ont manifesté, personne en France n'a précisé que ces étudiants (fils de familles aisées, avaient bloqué l'université et qu'ils tiraient sur les étudiants -pauvres- qui voulaient forcer le blocus et aller en cours).
Si le journalisme actuel, c'est retraiter les dépêches AFP et surtout ne pas faire de vagues pour ne pas déplaire aux propriétaires de journaux, alors il vaut mieux que les journaux soient gratuits.
Y'a plus d'argent, donc on n'envoie plus de journaliste sur place. Enquêter sur un pays comme le Honduras, ça veut dire lire une pelletée de bouquins (dont la "bible" que je vous recommande "les veines ouvertes de l'Amérique Latine" d'E. Galleano), d'archives, aller sur place, y rester longtemps, enquêter, rencontrer des gens... trouver des interlocuteurs valables.
Epoque révolue que celle où les journalistes avaient, dans un, deux voire trois pays étrangers, une liste de "contacts". Fini le journalisme de réseaux. On va droit à l'AFP, on fait une petite recherche sur le net, on se trouve deux ou trois images arrivées des agences à l'étranger (souvent américaines pour ce qui concerne l'Amérique Latine)... y ... basta ya !
Donc il ne nous reste guère que les sites alternatifs, le Monde Diplo, et les autres réseaux alter pour être informés de ce qui se passe réellement. Mais, dans ces réseaux alter, il faut fouiller, analyser, digérer, prendre le bon et rejeter l'ivraie...
Pendant ce temps, notre président populiste (parce qu'on ne m'enlèvera pas de l'idée que c'est un PPP -petit populiste pourri-) voit ses faits, gestes et paroles reprises systématiquement par nos media, jamais avec le ton méprisant utilisé pour traiter des présidents vénézuelien, bolivien ou hondurien.
Merci Monsieur Israel
Excellent article, d'ailleurs je m'étonne un peu de la pertinence de celui-ci quand Arrêt Sur Images prend souvent pour exemple différents articles de Libé et de Rue89, qui, comme se l'interrogeait Djac Baweur, semble plus défendre les intérêts libéraux et occidentaux depuis quelques temps.
A quand un vrai décryptage des médias quand il s'agira de dossiers plus brulants comme les actualités au proche orient ou la diabolisation poussées a l'extrême de quelques personnages sois disant "peu recommandables" (Le Pen, Dieudonné et j'en passe...)
Encore un grand merci pour cet article!
Waouw !!!
A.S.I. a fait son travail d'étude des media !
Je commençais à m'inquiéter...
Manifestement, la petite réprimande de Mélenchon a fonctionné (pour ceux qui n'auraient pas vu la dernière émission, il s'est élevé contre les approximations faites dans les médias sur le Honduras) : vous vous êtes documenté à fond sur le sujet, et merci, du coup de nous faire partager ces recherches !
Ha, et ma copine (voir plus haut) me fait penser qu'inviter Patrick de Saint-Exupéry, qu'elle a aussi rencontré, pour discuter des pratiques journalistiques françaises vis-à-vis de l'étranger (en général), ce serait une merveilleuse idée... (et on peut pas lui reprocher d'être gauchiste, lui).
Alleluyah! Merci Dan Israël. Un article très complet, synthétique. Bravo.

Après ce rappel des faits, j'espère que tout le monde (y compris le capitaine) comprendra que ce sujet mérite que l'on se pose quelques questions complémentaires :
- est-ce que l'Administration étatsunienne pouvait ne pas être informée de la préparation du putsch?
- si oui : que valent leurs (nombreux et pléthoriques) services de renseignements?
- si non : pourquoi ne pas l'avoir empêché?
- plus généralement : quel est le poids des Etats-Unis au Honduras?

Et aussi en France :
- pourquoi ce quasi silence médiatique?
- pourquoi Libération et l'AFP (et donc Le Monde, le Nouvel Obs et tous les autres) désinforment-ils aussi grossièrement?
- peut-on comparer le traitement médiatique de cet évènement avec d'autres évènements récents, en Amérique latine (Uribe en Colombie qui fait voter une loi l'autorisant à se représenter au-delà de 2 mandats dans l'indifférence générale, Chavez faisant un référendum - et le perdant - sur le même sujet, ...) ou ailleurs (allégations de fraude en Iran, Israël piétinant le droit international depuis des décennies, ...)
- est-ce que cela confirme les thèses de Chomsky (La fabrique du consentement)?

Vous avez là la matière d'un dossier encore plus épais que celui sur Frédo.

En complément : un site sur lequel on peut avoir des informations (avec un point de vue de - vraie - gauche) sur l'Amérique latine, et plus si affinités.
Je connaissais le parti-pris systématiquement anti-Chavez du Monde, et voilà Libé qui rejoint le camp de ceux qui ne comprenent rien à ce qui se passe en Amérique du Sud.

Disons plutôt qu'ils prennent pour outil d'analyse les lunettes des ploutocrates outrés de se voir dépossédés de leur pouvoir et d'une partie de leurs immenses richesses. L'Amérique Latine est une des régions où les inégalités sont les plus criantes : énormes propriétés terriennes, misères des favellas, etc... Alors quand un gouvernement , enfin, ose s'en prendre à ces gens-là, ils hurlent à l'atteinte aux libertés, évidemment. Et au Honduras, ils ont même renoué avec la tradition lugubre des coups d'état,

Et voilà nos deux journaux français qui leur emboitent le pas, sans état d'âme ...

Merci à vous d'en faire une démonstration rigoureuse.
C'est amusant, cette orientation systématique de Libé contre Zelaya, Chavez, et les accords qui se passent dans la région. On a l'impression que cette boîte roule pour les USA. Libé = la voix de l'Amérique ? Les temps ont singulièrement changé, s'ils trouvent que les Lula, que les Morales sont trop révolutionnaires !
Pantoufles !!!

J'aimerais bien ne plus jamais entendre parler d'impartialité dans la bouche d'un journaliste ; c'est trop se foutre de la gueule du monde.
Déontologie, hein ? Laissez donc ce grand mot aux zozos du Figaro, et faites comme notre bon roi, messieurs les libérateurs : charognez franchement et sincèrement ! Lula = caca, Zelaya = tourista. Au moins c'est clair, et vous n'aurez plus besoin de farcir vos articles avec des arguments biaisés, puisqu'on n'en lira que les titres ! D'où une notable économie de papier. Voyez où ça nous mène : au journalisme durable, celui qui sauve les arbres et toute la planète et que même il protège les gentils dauphins, merci Nicolo Hula !
Haa, Dan, merci, vraiment.
(Et DS aussi, au passage, merci de votre écoute).

On voit là que ça pose quand même de drôles de questions.

Par exemple, il apparaîtrait que le Figaro (!) traite généralement mieux les problèmes d'Amérique du Sud (et Centrale) que Libération, notamment en étant beaucoup plus pondéré et équilibré à propos de Chavez (par exemple, sur les allégations totalement inventées d'antisémitisme imputé à Chavez).
C'est quand même grandement curieux. Un gouvernant "gauchiste" et anti-capitaliste, on s'attendrait qu'un journal classé à droite le descende en flêche - hé bien apparemment non.
Par contre, Libération, prétendument de gauche (hu hu hu), les voilà qui flinguent Chavez dès qu'ils peuvent. Dès qu'ils peuvent, c'est-à-dire, jamais pour décrire vraiment ce qui se passe au quotidien au Vénézuela (et on peut sûrement trouver à critiquer Chavez, comme à le louer, rien n'est blanc et noir, encore faut-il véritablement enquêter), mais par des allégations, genre, "antisémitisme", ou bien qu'il veut être "président à vie "(entendez, "dictateur", bien entendu).

Ma copine m'a souvent raconté combien l'a marquée sa rencontre avec un envoyé spécial à Moscou, alors qu'elle était en stage à l'étranger (vers l'Est, donc), envoyé spécial cumulant à la fois pour une grande chaîne, une grande rédaction française et une grande radio (France Culture, je crois bien - les autres je sais plus, mais c'est du même topo). Ce type l'avait marqué parce que, en poste depuis huit ans à Moscou, il ne parlait même pas le Russe... Ça vous laisse imaginer d'où il tirait ses infos.
(Depuis, ma copine n'écoute plus la radio, ne regarde plus la télé, et ne lit plus la presse, quand, après avoir pas mal voyagé, elle s'est rendu compte de l'écart incroyable qu'il pouvait y avoir entre la réalité des rouages d'un pays quand on y vit au quotidien, et ce qu'en disent les médias dominants en France).

D'ailleurs, y a t-il seulement encore de l'argent consacré à des envoyés spéciaux à l'étranger pour rendre compte en profondeur de ce qui s'y passe ?

Moi, ces questions-là m'inquiètent, parce que les médias sont quand même nos yeux et nos oreilles sur ce qui se passe dans le reste du monde - et s'il n'y a personne (sauf encore le Monde Diplomatique, alors ?) pour vraiment rapporter des faits complets et les analyser, que reste-t-il, sinon de la pure idéologie - et même seulement de purs a priori, qui prennent toute la place ?
Dan, ce n'est pas bien d'avoir profité que le chef ait le dos tourné (sans doute le comptage des lemmings) pour faire un article sur le front chaviste qui a trouvé une violente résistance en Amérique Centrale.

Cela va lui faire des embrouilles avec son chef à lui, Laurent Joffrin, surtout que vous avez montré que son journaliste n'avait pas d'arguments.

Alors là, ça va chauffer !

Merci pour nous, ça nous évitera d'avoir à lire ce site gauchiste qu'est Politis, et ces longs articles du Monde Diplo !

Bon article, comme d'habitude.

Mais je suppose que le vote n'est pas obligatoire au Vénézuéla mais au Honduras.... Peut-être que c'est le cas aussi au Vénézuéla, mais ça n'aurait pas vraiment d'intérêt dans l'article.
A rectifier s'il vous plaît.

Merci encore !
Pas mal Dan, mais vous vous êtes trompé, vous avez mis une photo de Saddam Hussein pour illustrer l'article.
Merci pour ce billet nécessaire et bien fourni.
Ainsi d'ailleurs que pour le travail de recherche conséquent, vu la sous-médiatisation du sujet, et la citation d'Acrimed.
Alors heureux?
Quoi ???
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.