60
Commentaires

Hollande, Sarkozy, BFM, et l'affaire "sale mec"

Alerte "sale mec" ! Pendant toute la matinée de mercredi 4 janvier, le journalisme politique français a consacré une bonne partie de son énergie à recenser les réactions indignées des responsables de l'UMP contre François Hollande, qui aurait déclaré selon Le Parisien que Sarkozy est un "sale mec" au cours d'un déjeuner off avec des journalistes. Sauf que selon d'autres participants à ce déjeuner, notamment Thomas Legrand (France Inter), Sylvie Pierre-Brossolette (Le Point) et Sylvie Maligorne (AFP) Hollande n'a pas traité Sarkozy de sale mec, il le parodiait. Une nuance qu'apportait dès 11h50 l'AFP. Cas d'école du traitement de l'info en continu, à travers l'exemple de la chaîne BFM TV.

Derniers commentaires

Il est encore temps de créer un observatoire de la campagne, pour mesurer de façon rigoureuse la place que les médias accordent respectivement à la mise en scène du débat politique et au débat de fond lui-même. On disposera peut-être ainsi de données fiables pour montrer qui, des politiques ou des médias, contribue le plus au discrédit du politique.
Vraiment infréquentable bfm
Bonjour
Amusez-vous à remplacer PS par UMP et Hollande par $$y dans les déclarations des neu neus qui occupent l'écran de BFMTV dans le zapping de cet article et là vous aurez une vérité. Du genre "Hollande n'est pas digne du poste de président …"
"Sarkozy, sale mec". Une insulte ? Non, un constat.
Disons pauv'pt'tit mec et n'en parlons plus.

On pourrait aussi dire "pauv'p'tit mac puisqu'il prostitue la France en la ridiculisant à l'étranger , quoiqu'il en dise

Mais quoiqu'il en soit, que font ces journaliste de leur charte professionnelle internationale dite de Munich ?


Sur la première page d'ASI, comme sur celle de tous les honnêtes médias informatisés, devrait figurer un lien bien visible vers une page reprenant cette Charte pour l'édification de tous

Chiche, Daniel ?
"Casse-toi pauv'con" vu - aujourd'hui - par le caricaturiste (belge) Pierre Kroll (où il est question de l'instrumentalisation de Jeanne d'Arc...)
http://www.pierrekroll.be/index.php

sarkozy, salle mec, hollande, polémique, ça commence bien la campagne... >
et tout ça pour faire diversion. on s'attarde de long en large sur cette petite expression, pour faire oublier le fond de la discussion. mais ce battage de la part de l'UMP ne fait que rappeller de façon subliminale ce qu'avait dit l'autre ("casse toi, pauv'con"), autrement plus grave...
Ou comment occuper l'actualité et réduire les débats avec des âneries et ainsi conforter les français dans leur ignorance des idées défendues par les uns et les autres.

Ce genre d'article ne devrait pas apparaître sur @si je trouve.

Je préfèrerais largement qu'@si sur penche sur la mascarade de débat public qui consiste à faire chacun dans son coin sa propagande sans contradicteur.
Et surtout à l'inégalité flagrante qui consiste à permettre à Sarkozy et à Hollande de faire inviter des portes paroles ( des lieutenants / des snipers ) à sa place dans les médias pour les protéger des débats contradictoires, tandis que les autres partis politique n'ont pas une telle chance et se voient systématiquement refuser les invitations si ce n'est pas le candidat lui-même qui vient, pratiquement toujours invités en face de contradicteurs qui eux ne sont pas candidats.
Merci à vous et à Daniel Schneidermann.Je ne peux pas toujours suivre l'actualité et j'ai vraiment cru que Hollande avait traité Sarkozy de "sale mec" .Il n'en n'était rien en fait , et c'était une parodie.merci à vous et àceux qui ont assisté au dejeuner ( Sylvie pierre -Brossolette ) d'avoir rétabli la vérité;
À voir la délectation de Pujadas ouvrant le 20h sur le sujet, c'est un "coup".
Après Ridet la rosette essayant de persuader tout le monde dans "ce soir ou jamais" que Sarkozy est un homme victime d'un déluge de propos l'injuriant à longueur de temps, il fallait une touche de pinceau finale au "portrait" sur mesure. Les français prennent le parti de la victime, qu'à cela ne tienne, voilà la belle occasion comme au judo d'utiliser la force de l'adversaire à ses fins à soi. Il refait le coup de se positionner comme le faible attaqué, comme dans le débat avec Ségolène Royal.

Mais ce coup, minable, le fait ressembler à l'homme à la mer qui mouline les bras, prouvant aux témoins que la situation est désespérée question savoir nager, et meilleur moyen de réduire encore mieux son espérance de vie.

On en a marre du cirque de ce clown blanc (le visage de Sarkozy: deux accents circonflexes chapeautant deux yeux tombant vers les bords du 8, front sur mâchoire, bouche comme pulpeuse mais rétrécie par l'étirement des commissures se repoussant).

Mettre Hollande dans le rôle de l'Auguste: bonne idée pour le rendre populaire. Le coup pour l'abattre est raté. Je vous dis qu'il s'enfonce le président candidat qui veut sauver sa peau!
Rien à battre de cette polémique stérile, si ce n'est qu'elle révèle la profonde nullité du journalisme politique, prompt à lancer des petites phrases et des débats qui tournent autour du vide.

Mais enfin, merde, nous sommes dans une crise noire de chez noire, on ne sait pas combien de mois va durer l'euro, ce qu'il en sera de la situation aux Etats Unis dans les mois qui viennent, combien de nouveaux chômeurs iront pointer chaque jour à Paulamploi, etc. ... et au lieu d'évoquer ces questions, ces c**s s'enflamment sur une éventuelle insulte qu'aurait prononcé Hollande? Ils seront les premiers à pleurer des larmes de crocodile si Le Pen passe au second tour, et ils refusent de voir qu'ils font tout pour décrédibiliser la parole politique en parlant de questions qui n'apportent pas le moindre éclairage au citoyen. Vivement que la crise économique les touche aussi, comme elle touche beaucoup de médias, je ne pleurerai pas sur leurs licenciements.

Et je dis ça alors que je n'aime pas les propositions politiques de Hollande et que je ne compte donc pas voter pour lui.
Pour une fois, je vais prendre la défense du "Petit NICOLAS".
Comment penser qu'un Président de la République Française, qui apostrophe un quidam [quels que soit les raisons ou le contexte], par un "Casse toi pov'con", ne peut être un Sale Mec (qui à une connotation de sale mETec)... tout au plus est-il un "Pauvre Mec" ! comme certains Français, à qui il veut ressembler, qui sont des tocards
Trouvé sur lemonde.fr : //La ministre de l'apprentissage, Nadine Morano, a exigé "des excuses publiques" de M. Hollande, estimant ces propos"intolérables et inqualifiables". "C'est une perte de sang-froid" de la part du candidat PS, selon elle.//

En matière de perte de sang-froid, la harengère de Toul est vraiment la poutre qui se fout de la paille !

Des qui ont bine pris la mesure du sale mec, ce sont les salariés de Seafrance, qui viennent de lui smasher une réponse tiptop. Polie et tout, mais qui démonte avec précision le coup de pute qu'il voulait leur jouer.
Franchement, on en a rien à battre. Par contre d'un point de vue bassement électoraliste, Hollande aurait dû assumer. Parce que les gens de leur côté ont depuis longtemps dépassé le stade du "sale mec" pour qualifier Sarkozy. Et je m'inclus dedans.
Croissandeau dit : "Le candidat socialiste n’a donc pas officiellement traité le chef de l’Etat de «sale mec». Mais le choix de ce qualificatif pour appuyer son raisonnement en dit long sur l’estime qu’il porte à son adversaire. Raison pour laquelle nous avons décidé, ce matin, de le publier".

Oui mon chou, mais il fallait titrer : "Hollande fait dire à Sarkozy qu'il est un sale mec".

Je sais, tu vas me dire : trop compliqué...

A part ça, Hollande dit la vérité.

Ajoutons que le chœur des vierges umpistes oublie bien vite qu'en matière d'injures, il est aussi la chorale des gros dégueulasses. Avec des solistes genre Lellouche, Balkany voire Devedjian l'élégant traiteur de salopes, hein...
Je me demande si Hollande n'aurait pas fait exprès de traiter en off Sarkozy de sale mec et que ce soit repris.

En effet, cela nous *rappelle* la phrase de Sarkozy à un Français : "casse toi pauv'con !". Phrase qui avait incontestablement été néfaste à la popularité de Sarkozy. Chaque Français avait pu se sentir insulté par cette phrase. Du coup, en insultant Sarkozy à demi-mot, Hollande se fait notre porte-voix :-)

En effet, ce sont les membres de l'UMP qui aujourd'hui disent que ce n'est pas acceptable alors qu'on ne les a pas autant entendu quand Sarkozy insultait un Français...

Hollande procède beaucoup par suggestions, non-dit. En voilà un exemple supplémentaire. C'est un moyen pour lui de nous suggérer ou rappeler les points faibles de son adversaire (affaire du yacht de Bolloré, le "petit garçon" vexé par PPDA, etc :-). Comme si Hollande voulait gagner sur la forme avant de passer au fond, si tant est qu'on y vienne.
Merci de nous détailler ce suivi.
Sauf qu'entre dire de quelqu'un qu'il est un "sale mec" et parler pour lui en se présentant comme un sale mec, je trouve que la différence est de l'épaisseur d'un papier à cigarette. Hollande a été imprudent sur ce coup-là.

Enfin, c'est imprudent s'il n'assume pas. Après tout, ce n'est pas un tel problème. La plupart des gens ont cette opinion de Sarko, qu'ils le justifient ou pas. Alors que Hollande le sorte en off, ce n'est pas si problématique. Surtout s'il le fait dire par un de ses lieutenants, et en des termes plus choisis. C'est la technique de Sarko. Envoyer ses aboyeurs, relayés par les journaux de droite qui y trouvent leur compte, et pas qu'eux, avec les éléments de langage. Pourquoi Hollande ne ferait-il pas la même chose ? De toutes façons, il va en prendre plein la gueule, alors qu'il se lance dans la bataille. On va enfin rigoler.

De toutes façons, il n'y aura pas de débat ni de programme défini. On va assister à la fête des Sarkos qui vont lancer des boules puantes sur Hollande pendant qu'il s'érodera lentement dans les sondages. Le tout est que cette érosion atteigne 50 après le second tour.
Cet article est un bon contre-feu contre les feux de broussailles du Sarko aux abois.
Après les non-informations Beckam et les faux lingots d'or, ils sont très forts en ce moment au Parisien...
un bon contre feu pour éviter des sujets qui fâchent? Karachi, Nucléaire....
Si je devais écrire un roman dans lequel évoluerait les journalistes politiques français et leurs préoccupations du moment, je l'intitulerais :

"l'enculage de mouches" (ou l'acculage s'ils parlent de la TVA "antisociale").
Moi je dirais "la gomorrhisation des drosophiles", ça fait moins "sale mec".
ou encore ( plus explicite ) "la sodomisation des diptères"
Plus alambiqué : déshonorer le fondement des muscidés"
Si Hollande avait dit, en parodiant le Nain jaune : "... Casse toi pov' con..." ça seraiti un blasphème ? Perso, c'est ce que je vais dire en avril. Quand je vois l'escadron des janissaires umpistes et leurs trolls se lancer dans la plaine en déformant ce qui a été dit réellement ça me rappelle, je sais pas pourquoi, le "juif allemand" reproché jadis à Marchais. En fait, il avait dit "anarchiste allemand" pour parler de Dany-le-Rouge... Tout de suite cela avait été surinterprêté. La rumeur, c'est comme ça que ça fonctionne... Et si, par exemple, ce raffut avait été bien préparé pour avoir un "buzz" chaque jour ? Décidément c'est bien parti (la télé, ce soir, va être inregardable... comme d'hab').
Donc en clair, c'est reparti pour une présidentielle centrée sur les petits mots et les fusées éclairantes (diversion sur tel ou tel sujet rameutant les voix extrêmes mais sans lien avec les problèmes du pays).

Bon, je crois que je vais demander l'asile politique en Belgique.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Dans un déjeuner réunissant un candidat à la présidentielle et 6 journalistes de 6 titres différents, il y aurait des propos que certains pourraient qualifier de "off" ... ça laisse rêveur !

Déjeuner dans quel restaurant ? Payé par qui ? Journalistes choisis comment ? Quelles questions posées ?
j'ai envie d'pleurer, vous avez pas un mouchoir?
François n'a pas dit que le président était un sale mec... c'est malvenu.
Quand les élites des palais dorés mettent toutes leurs énergies pour nous faire une campagne de caniveau.
Pour une fois que Flamby a failli prendre un risque en disant quelque chose d'intelligent...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.