85
Commentaires

Hanouna humilie Delormeau : s'indigner ou pas ?

Les réseaux sociaux sont ainsi faits, qu'on est d'abord impactés par l'indignation

Derniers commentaires

Au fait, Delormeau pourrait il porter plainte pour harcèlement ?
Si, comme je le soupçonne, il y a des Français pour regarder cette émission dont on se demande ce qui l'emporte de l'imbécilité ou de l'ignominie...

Panem et circences ! Dormez, bon peuple, nous veillons sur vous, vos cerveaux minuscule et votre argent qui finira dans nos poches !

On n'est pas surpris que vous ayez Hollande après avoir eu Sarkozy !

Tout se tient...

PG
"comme tous les spectacles se proclamant transgressifs, on le sait depuis quinze ans,
la télé-réalité se nourrit de l'indignation qu'elle suscite."


L'indignation et la transgression qui font vendre, cela ferait donc un point commun entre Hanouna et Riss.

Quoique mettre des nouilles dans le slip d'un comparse payé pour ça, c'est tout de même moins rigolo et transgressif
que faire des dessins rigolos avec un enfant mort.
Pas de quoi s'indigner.
Personnellement, quand je pense "humiliation", je pense à l'attitude de la troïka vis à vis des élus du peuple, en Grèce, et maintenant au Portugal (entre autres). Je pense aux abus de pouvoir, de défiance et d'assujettissement des organismes qui oublient que les chômeurs et les "assistés" de tout poil sont, en principe, des ayant DROIT. Je pense aux témoignages sur les "bavures" de l'état d'urgence. Je pense aux procédures ubuesques auxquelles sont soumis les réfugiés, qui doivent demander à leurs bourreaux les preuves de leur persécution. Je pense à plein de trucs mais pas à des histoires de nouilles dans le slip.

Je pense à plein de truc parce que j'ai une assez grande capacité d'indignation. Mais c'est peut-être parce que je ne la gaspille pas à des conneries pareilles. On peut ne pas goûter le comique troupier, ni même la comedia dell'arte ou la scatologie rabelaisienne, de là à voir dans ce spectacle (c'est un spectacle, les "animateurs" sont des comédiens) de "l'humiliation"... ou croire que la farce et la gaudriole sont une invention récente et un signe de dégénérescence, et un danger pour la société !


C'est quand même un des phénomènes les plus effarants, pour moi, dans les réseaux sociaux et autres lieux de débat, cette indignation hyperbolique qui surgit à tout propos. Ce débordement d'indignation, qui finit pas noyer toute colère légitime dans un flot d'insignifiance.
C’est de l’humour potage.
il faut voir le clown" chocolat"...L'humour sadique du clown blanc contre l'auguste , ce n'est pas nouveau ... Je pense que tout ces gens sont bien payés pour faire ce cirque. ... Si on n'aime pas Hanouna ( comme moi ) on regarde pas . Attention à la censure bien pensante...
on en s'intéressait à des questions de fond comme l'euro, le climat, la réforme des banques... un peu chiant je sais (et encore ça dépend des intervenants... cela fait longtemps que nous n'avons plus vu Lordon traîner ici d'ailleurs) mais bon peut être quand même un peu plus intéressant que les dernières flatulences de Hanouna non ?
Delormeau est un crétin pour qui la vraie humiliation serait la fin de sa présence à la TV. Si pour ça il doit se verser un seau de merde sur la tête avec une plume dans le cul, il n'hésitera pas une seconde.

Et l'autre bécasse qui compare avec Nulle Part Ailleurs...

Au final, un pays qui a fait de Hanouna une star mérite tout ce qui lui arrive.
Je ne suis pas fan d'Hanouna, mais si j'avais à expliquer le sens du mot " vitalité" , je prendrais peut-être son exemple. Dans un contexte de plus en plus mortifère, toute affirmation de la vie, même la plus...primaire, est bonne à prendre. Hanouna est loin, très loin d'être le pire. Il me rappelle Louis de Funès, et les critiques qu'il suscitait.
je n ai pas lu tous les commentaires, donc quelqu un a peut etre relevé la chose, mais que se dit on si à la place de ce Mr Delormeau se trouvait une mademoiselle
si on faisait la meme chose à uen fille se contenterait on de parler d indignation ou on irait dans des choses plus aigues et avec un malaide plus grand
Il paraît que les djeunes adorent ce type imbuvable et ses faire-valoir payés cher pour se laisser humilier. Et la bêtise, la vulgarité , la veulerie envahissent le paysage, et pas seulement celui de la fenêtre qu'il vaudrait donc mieux laisser fermée. J'aimerais qu'un jour Charline V ou Daniel M se paie la tronche du grossier de D8
Des nouilles, encore ?
Et si c'était Hanouna qui s'humiliait à faire une émission si stupide, et les téléspectateurs à la regarder ?
" S'il n'y avait pas le mauvais goût, nous ignorerions jusqu'à la notion de " bon goût" ( Parméclite).
On sous estime le mal que font ces gens au pays.
Je dois avouer que ça m'a fait rigoler.
Ah c'est ça quand on dit que quelqu'un a le cul bordé de nouilles? Grâce à Hanounalormeau j'ai enfin compris.

(Ne vous indignez pas! C'était juste pour détendre l'atmosphère.)
La question du "consentement" de la victime est une fausse et une mauvaise question. On trouvera toujours des gens pour "consentir" à tous les traitements inhumains en échange d'argent (vendre ses organes, ses enfants, être cobaye pour des expérimentations scientifiques...) et dans les cas pré-cités c'est précisément parce que le consentement des victimes n'est pas une caution qu'il existe une législation. On se contrefiche que vous soyez disposé à vendre votre rein, on interdit à quiconque de vous l'acheter.

On peut s'indigner dites-vous. Comme vous le sous-entendez cette indignation est jolie mais inutile et sera même contre-productive. Mais que peut-on faire ? Comment faire en sorte que, comme pour le bizutage ou d'autres pratiques "ancestrales" ou "traditionnelles" - j'entends quelqu'un dire "excision" ? - soit enfin clairement posé le principe que non, l'humiliation et l'usage de violence ou l'instrumentalisation de l'individu ne soit plus considérés comme acceptable ou drôle ou même comme un aléas regrettable de l'humanité ?
What the fuck ?
C'est bien commode d'être vulgaire dans un idiome exotique
[quote=Daniel Schneidermann : Il n'est pas pour autant interdit de s'indigner, bien entendu, mais encore faut-il être conscient de l'utilisation qui sera faite de cette indignation.]

Bon d'accord, mais l'utilisation par ce genre de médias de l'indignation "des médias bien pensants" n'a d'intérêt que pour le petit monde médiatique car les téléspectateurs des émissions de Hanouna par exemple n'ont jamais été encouragés à les regarder, ils s'y complaisent avec autant de délices qu'ils ont d'envie de fuir les programmes où il n'y a pas un ratio de rires stupides et de mots style "enc...lés" à chaque intervention.

Si l'indignation est accessoire, il est par contre utile de décrypter certains agissements sur ces émissions car en effet ils répondent à des besoins de ces téléspectateurs, et nous devons être au courant d'un épisode comme celui des nouilles (que l'INA conservera certainement en mémoire pour les générations à venir) car il en dit long sur ceux qui regardent ces émissions, et sur notre société.

Dans sa chronique, Didier Porte a parfaitement décrit les mérites de Hanouna. Il a à cet effet usé de mots relatifs aux numéros de cirque si en vogue au XIXème siècle où l'humour consistait à rire des malformations physiques etc. D'ailleurs, ce matin France Info parlait du lancement du film Chocolat avec Omar Sy. A cette occasion, il nous a été rappelé la merveilleuse utilisation de "l'humour" au service du racisme (dont nous avons eu encore récemment des soubresauts avec les quolibets à l'encontre de madame Taubira), une utilisation faite par un grand dessinateur et peintre Toulouse Lautrec

Il est normal que dans une civilisation qui retourne petit à petit aux conditions qui prévalaient au XIXème siècle, on retrouve ces mêmes réflexes.
absolument sans intérêt.
La seule indignation possible, c'est le constat que l'être humain n'a pas évolué d'un millimètre depuis la Préhistoire, et que ses bas instincts primitifs sont toujours aussi à fleur de peau et si faciles à exploiter.
Le déluge de mauvais goût qui inonde les médias français et occidentaux en général, ce n'est que l'exploitation commerciale de cette bassesse humaine par des petits malins qui ont tout compris, et notamment que ça peut rapporter beaucoup d'argent.
Il faut s'indigner contre les indignes qui utilisent les bas instincts humains pour faire de l'argent et qui sont désormais partout dans les médias.
Le nombre impressionnant d'heures d'antenne qui sont attribuées à tous les histrions de mauvais goût de la télé réalité, c'est ça qui est indigne. La bassesse humaine a toujours existé et existera toujours, on n'y peut sans doute strictement rien. Le problème c'est que des milliers d'années de "civilisation" doivent permettre que cette bassesse soit reléguée au fond des cagibis, en dernière page, en dernière ligne, en dehors si possible de l'espace public. Or c'est l'inverse qui se passe, qui se généralise et qui a envahi tout l'espace public.
On a le nom des coupables : les grands, les moyens, les petits. Les grands sont dans l'ombre et encaissent les dividendes pour les actionnaires des grands groupes. Les moyens organisent le spectacle de caniveau et les petits le présentent.
Il faudra peut-être un jour faire le procès public de ces gens-là, et dire haut et fort qu'ils ne sont pas les représentants d'une majorité quelconque.
Ils sont les fabricants et les diffuseurs de la bassesse humaine. Ils la prennent à l'état brut et il la cisèlent quotidiennement, avec des méthodes quasiment scientifiques, pour fabriquer des abrutis complets à partir de ce qui n'était au départ que des incultes moyens ou des intelligents limités.
Bouygues, Le Lay, et les autres, tôt ou tard devront se justifier, et même subir publiquement le procès de leur idéologie nauséabonde. C'est une des choses absolument nécessaires si l'on ne veut pas que notre pays continue à plonger.
Bonjour,
Mais franchement, on s'en fiche complètement ! Passer du temps à regarder, à lire, et à transmettre ce genre d'ânerie, c'est consternant.
Marie
C'est les gens qui regarde un type se faire mettre des nouilles dans le slip qui devraient se sentir humiliés je trouve.
Jolie mise en abîme de la critique des médias, qui ne fait qu'illustrer la fameuse phrase attribuée à Léon Zitrone (pour les plus jeunes, c'est ici): "Qu'on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L'essentiel, c'est qu'on parle de moi !".
On peut s'en foutre ?
[quote=Daniel]Pour pertinentes qu'elles soient, l'ensemble de ces questions...

... hé bé pas tellement en fait. Vous seriez surpris.
Ouais, bah quand les Robins des Bois faisaient un shampooing aux oeufs à Nagui sous le regard amusé d'Alain de Greef, à France Inter on trouvait ça très classe.
Et d'ailleurs à Nulle Part Ailleurs, on était très content d'inviter Aziz, du Loft, dès sa sortie, ce qui n'en faisait pas une émission de télé réalité.

Franchement... On ferait pas mieux de s'interroger sur "pourquoi ça marche, Cyril Hanouna ?", plutôt que de s'en indigner ? On serait plus dans le décryptage, non ?
Une enquête pour journalistes sur ces émissions: il n'y aurait pas plus de gens qui en parlent ou qui en entendent parler que de gens qui les regardent?

Apparemment ça occupe la moitié des articles du HuufPost, une grande partie de la twittosphère et même de sites qu'on croirait par moment sérieux comme @Si, et je ne dois pas vivre dans le même monde parce que je n'arrive pas à mettre la main sur quelqu'un qui regarde vraiment ces bouffonneries, les gens qui en parlent ne connaîtraient que les teasers et les séquences vedettes reprises pour faire mousser la chose?

Cela ressemble un peu aux bouquins-dont-on-cause, deux ou trois phrases résument (ou développent c'est selon, voir l'exemple Copé ci-dessus) l'ensemble de la réflexion de l'auteur, et 12000 personnes en causent pour 80 exemplaires vendus en librairie.

Finalement si le mémorable de l'émission c'est un bol de nouilles dans un slip, j'aurais mis l'indignation sur la qualité de la soupe servie au spectateur plus que sur le consentement réel ou supposé de l'acteur en fonction de sa rémunération ou de son contrat.
La vraie indignation ça ne serait pas qu'on prenne le spectateur à ce point pour un demeuré et qu'il devienne un souffre-douleur à regarder ça sans être payé plutôt que le chroniqueur rémunéré et content (ou même fier?) de faire ça?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

En décembre 2014, Didier Porte avait déjà évoqué le cas d'un autre chroniqueur de TPMP, Gilles Verdez, "hypnotisé et humilié".
Les guignols de chez Hanouna savent à quoi ils s'exposent. Ils sont (très bien) payés pour leur qualité de victimes consentantes.
Merci. L'humiliation gratuite qui donne des euros sonnant et trébuchants : Chapeau les artistes....
(Sauf à se souvenir du 'truc' : en fait rien n'est jamais gratuit venant de ce monde-là, tout se paye au bout du compte)
Erf, Hanouna...
Sinon ce matin, y'avait Copé sur France Q. Aucune idée de ce qu'il a pu raconter, quand j'ai entendu le nom de l'invité j'ai éteint la radio. Juste sidéré qu'on puisse encore tendre un micro à des types qui devraient être décridibilisés de façon irrémédiable.
Et pour ceux que ça intéresse, des chercheurs grand-bretons ont eu l'autorisation de manipuler le génome d'embryons humains (the guardian). Dans un but de recherche fondamentale et absolument pas pour les réimplanter. Mais on n'a pas fini d'entendre parler de ces questions éthiques.
Ah bonus, qui rejoint les centres d'intérêt d'@SI : l'édition du génome fait appel à la technique Cripsr-Cas9. La technique fait l'objet d'une bataille entre deux universités américaines, MIT et Berkeley, pour savoir qui décrochera le brevet (qui se chiffrera à plusieurs milliards au bas mot). Il y a 2-3 semaines, une controverse est partie d'une revue dans le journal Cell (paywall), par Eric Lander, chercheur au MIT. Lander et Cell furent accusés de ne pas avoir présenté clairement le conflit d'intérêt manifeste, et d'avoir minimisé le rôle d'autres chercheurs à Berkeley. Y'a même une bataille par tweets interposés. Un résumé de l'affaire (en anglais) chez wired.
Aaaah ! Enfin un vrai sujet d'indignation !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.