98
Commentaires

Haïti : urgence, transmettre

Une catastrophe majeure, comme semble l'être le tremblement de terre en Haïti, ramène fissa le matinaute aux réflexes reptiliens de sa condition de journaliste : d'abord, transmettre.

Derniers commentaires

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

à propos de Haïti et du débat sur l'identité nationale imposé par l'infâme, juste une question parce que je n'en sais rien du tout : l'Etat Français n'a t il pas accueilli en son temps un sans-papier : Bébé Doc, dans la région de Nice ??
l'Etat français lui a accordé l'asile, mais lui a t il proposé de rendre à son île les sommes sans doute considérables prélevées sur le peuple Haïtien durant de longues années de présidence Papa et Bébé Doc ??
où en est cette famille ??
l'ONU fait evacuer un hopital par peur de securite !
Sur place, un journaliste de CNN qui est medecin est le seul a etre reste avec son equipe de TV pour aider les blesses :

>< en anglais sur CNN ><

conclusion de l'article : " Les gens ont peur des pauvres"
Concernant les messages baveux du sieur Alex, mieux vaut en rire, ou carrément, les ignorer...

Il faut bien un crétin congénital dans les forums, qui ne fait joyeusement qu'exprimer l'avis des autres, lus ici.. Bref, le roi du copier-coller ...

Pauvre garçon, il a l'impression d'exister derrière son clavier, faut le comprendre...
Est-ce que vraiment ce texte doit rester ici?
Est-ce qu'il serait autorisé à la publication sur papier?
C'est insupportable.
Putain, personne pour faire enlever cette bouse !!!!!!!!!!!!!
La guerre de sécession a été déclenchée 15 ans après l'indépendance du Liberia mais bon, on va pas chipoter.
Sinon Jim Goad, c'est bien le gars qui a fait de la taule pour avoir tabassé sa petite amie, et qui a quelques incitations au suicide et au viol à son actif, une référence en effet.
Ce à quoi j'adhère le plus, c'est le commentaire sous l'article qui dit:

"you’re unbelievably fucking retarded"
Il me semble faire un sacré contre-sens sur la notion d'inconscient collectif.
Mais pas que.
Allez ! Je vais me laver les yeux et prendre un Motilium.
Et après un tel événement dramatique c'est le moment de rappeler ce qui s'est passé il y a 200 ans sinon c'est de l'hypocrisie?

Nous on s'est construit sur ça : Étant l'un des vingt-huit fermiers généraux, Lavoisier est stigmatisé comme traître par les révolutionnaires en 1794 et guillotiné lors de la Terreur à Paris le 8 mai 1794, à l'âge de cinquante ans, en même temps que l'ensemble de ses collègues. Ayant demandé un sursis pour pouvoir achever une expérience, il s’entend répondre par Jean-Baptiste Coffinhal, le président du tribunal révolutionnaire : « La République n'a pas besoin de savants ni de chimistes ; le cours de la justice ne peut être suspendu. » (cette célérité s'explique par le fait que les biens des condamnés étaient confisqués au profit de l'État et les fermiers généraux possédaient les plus grosses fortunes de France.)

C'est pas non plus très éclairé et glorieux.

Une petite trêve de votre haine vous coûterait tant que ça? Par respect pour les gens qui n'ont rien demandé et sont innocents des crimes que vous nous exposez.

Les reportages nous montrent sans le vouloir une injustice dans l'organisation des secours, on sort des blancs des décombres.. C'est pas très réglo, de ne pas dire ouvertement qu'on va aider non pas les haïtiens nombreux mais surtout quelques ressortissants.
On notera quand même que de ce que j'ai vu sur France 2 smidi, on a commencé les reportages sur les recherches dans les décombres du Montana (je crois), l'hôtel de luxe de Port-au-Prince où séjournent les occidentaux. Charité bien ordonnée...
A. Césaire : « Haïti est la première colonie noire à s’être battue pour son indépendance puis, une fois son indépendance conquise, à prendre le régime de république. Cela se passait à la fin du 18è s. Actuellement, le peuple haïtien est l’un des peuples les plus malheureux, à cause de la situation que vous connaissez. J’ai été fasciné par Haïti, parce que c’est une sorte « d’œil grossissant » pour toutes les Antilles, et pour l’Afrique aussi, et en étudiant l’histoire d’Haïti, on pourrait avoir une idée de tous les problèmes du Tiers-Monde. » (Extraits d’un entretien avec A. Césaire réalisé par K. Chraibi)
A propos de sa pièce de théâtre : La tragédie du roi Christophe.
Dans le vite-dit consacré au chapardage d'image de vidéo-surveillance, la commentatrice de l'une des vidéos parle à 0 min 33 s d'un hôtel où logent habituellement les occidentaux.

Haïti, c'est dans les Caraïbes. C'est bien à l'Ouest, en occident. C'est curieux de désigner les riches par des occidentaux.
2 choses m'énervent depuis près de 48 heures :

1) Ras-le-bol d'entendre les journalistes employer l'adjectif "maudit(e)"! Haïti serait maudite? par qui, par quoi? Par Dieu? Et cette malédiction ferait-elle que les haïtiens doivent "accepter" leur sort? Haïti n'est pas maudite. Haïti a été victime d'un tremblement de terre.

2) Les journalistes (le monde) y prêteraient-ils autant d'attention si le nombre de victimes non-haïtiennes risquait d'être très élevé?
une petite réflexion comme ça en passant

à voir la promptitude avec laquelle on envoie des secours lorsqu'il y a des catastrophes naturelles (tremblements de terre, inondations, tsunamis, éruptions volcaniques etc)
à voir comment tout le monde s'émerveille devant la capacité de solidarité de la race humaine dans ces moments difficiles.

on se dit la majorité des gouvernants et des citoyens estiment qu'il est beau et normal de s'unir lorsque la nature nous fait des crasses monstrueuses.

ensuite on se dit qu'aujourd'hui tous les dirigeants ou presque ainsi qu'une majorité des citoyens des pays développés et émergents est favorable à al thèse que le libéralisme est naturel.

ainsi on se dit que lorsque des milliers de salariés sont licenciés, lorsque des milliers de gens perdent leur maison et sont jetés à la rue, lorsque des milliers de retraités perdent leur retraite par capitalisation, lorsque des millions de gens meurrent de faim à cause du libéralisme, logiquement on va considérer que c'est comme un catastrophe naturelle, puisque le libéralisme est une loi de la nature....ha oui mais non, là ! ça marche pas ! Là ben y a plus besoin de solidarité face aux catastrophes naturelles....tiens la crise des subprimes c'est une catastrophe naturelle oui ou non???? pourtant on a aidé les banques, pas ceux qui se retrouvent à la rue !

Elle est où la logique dans tout ça???? c'est peut être que finalement au fond de nous on sait que le libéralisme n'a absolument rien de naturel?
La France suspend les procédures de reconduite vers Haïti

PARIS, 14 jan 2010-[09:33] (AFP)
Le ministre de l'immigration, , "a donné, mercredi 13 janvier 2010, instruction à ses services de suspendre immédiatement toutes procédures de reconduite dans leur pays d’origine des ressortissants haïtiens en situation irrégulière sur le territoire national", selon un communiqué du ministère.

[s]Savent pas au ministère que[/s] Eric Besson ne sait pas que les liaisons aériennes sont interrompues ?
[quote=Annie Sétoualé]As-t-on vu quelque part un journaliste s'étonner de la somme de 3 millions d'euros débloqués par la commission européenne ?
Quand j'ai lu ça, je me suis posé la question. Ça m'a paru peanut par rapport à ce qui se fait d'habitude.Je suis allée relire ce qui s'est fait pour le tsunami. On est plutôt sur des chiffres à deux zéros de plus. Est-ce parce qu'il s'agit d'un montant "immédiat" d'aide d'urgence ..

Disons que c'est certainement une première aide d'urgence. Débloquer de l'argent c'est bien mais çà ne fait pas tout, derrière il faut une énorme logistique pour gérer les secours. Je me souviens d'un reportage après le Tsunami ou on montrait plusieurs associations humanitaires qui étaient au même endroit pour porter secours, ils étaient presque trop nombreux sur les lieux, alors que dans d'autres endroits ravagés par le tsunami, il n'y avait aucune association humanitaire pour porter secours au même moment.

Bref, il ne faut pas croire que signer un chèque de 500 millions d'euros va sauver Haiti du jour au lendemain comme par miracle.
As-t-on vu quelque part un journaliste s'étonner de la somme de 3 millions d'euros débloqués par la commission européenne ?
Quand j'ai lu ça, je me suis posé la question. Ça m'a paru peanut par rapport à ce qui se fait d'habitude.
Je suis allée relire ce qui s'est fait pour le tsunami. On est plutôt sur des chiffres à deux zéros de plus. Est-ce parce qu'il s'agit d'un montant "immédiat" d'aide d'urgence ...
J'ai lu des horreurs dans le forum de libération hier à ce sujet. Quelqu'un a calculé que ça faisait quelque chose comme 0,06 centime par européen ...
Je vous trouve tous un peu petits. Tout est sujet à la polémique, tout est pretexte à tapper sur le journalisme, sur le politique, sur l'émotion du citoyen lambda ...
Il n'empêche par moment, il y a des situations où l'utilité du journalisme est de faire voir avant de faire comprendre tout simplement parce qu'il n'y a rien à comprendre. Dieu sait que je suis contre la récupération de l'émotion, contre l'utilisation du fait divers, contre les images chocs et simplistes plutot que les explications ... mais là, là on n'est pas dans le fait divers, là on n'est pas dans le détournement d'émotions, on n'est pas dans l'image choc. On est dans la tragédie et il n'y pas besoin d'explication pour comprendre la catastrophe qui surgit dans ce pays maudit.

Alors un peu d'humanité, laissez un peu de côté vos analyses et vos critiques. A un moment il faut arrêter de tout rationaliser et à un moment il faut accepter de rentrer dans le rang parce que là bas ils s'en foutent de vos gérémiades sur les journalistes et sur les vanités humaines.

Je comprends tout ce qui est dit ici, j'y adhère pour la plupart, mais là ça n'est pas le moment.

Alors encore une fois, je vais déroger à mes valeurs, et moi qui ai en horreur la logique du don, je vais donner... Pour une larme versée devant ma tv, pour une larme que je moque souvent, que je méprise presque tout le temps, dans les yeux de ces pauvres abusés.
Ah oui au fait,

Qui se souvient du coup d'état en 2004 qui à renversé le président élu Aristide avec la [s]bénédiction[/s] complicité de la France et des Etats Unis ?

C'est vrai quand il s'agit de catastrophe naturelle, c'est plus facile d'en parler, émotion garantie mais la c'est juré, c'est pas nous, c'est la Nature (voire le chatiment divin)

La passion de transmettre à tout de même des limites.
[quote=DS]D'où vient-elle, cette passion de transmettre, de montrer ?

De l'amour du pognon. Ca vient de ce que ça fait vendre, et très bien, même.
[quote=Daniel Schneidermann]... D'où vient-elle, cette passion de transmettre, de montrer ? Ce serait à chaque journaliste de répondre, sur le divan, dans le secret d'un cabinet. En tout cas, elle survit à tout. A la démonstration si fréquente de son inutilité. A l'indifférence structurelle du monde, ce mammouth à cul de plomb, qui parfois, quelle victoire ! soulève seulement sa lourde paupière. Elle survit à tout, et tant mieux. Quelle tristesse simplement, qu'il faille un séisme, un tsunami, un raz de marée, pour que le journalisme retrouve épisodiquement sa nécessité ensevelie.

Un petit coup de blues ?

Il doit venir du fin fonds des temps, ce réflexe de dire les choses. Ceux qui dessinaient ces merveilleuses figures dans leurs drôles de cavernes le faisaient pour dire certainement quelque chose. Nous sommes comme ça, nous transmettons, à partir du moment où ce qu'il y a à transmettre ne touche pas trop à notre essence intime, évidemment. Il n'y a probablement rien à comprendre.

Maintenant un peu de flagornerie : je trouve votre style d'écriture très élégant.
Au risque de faire une comparaison foireuse, Quand un pays est touché par une catastrophe comme celle-ci, la France n'hésite pas à envoyer tout un tas de matériel de premiers secours, des vivres et des dizaines d'hommes sur place, et c'est bien normal ; par contre quand des réfugiés d'un pays en guerre (afghanistan...) demandent l'asile politique à la France, ils sont renvoyés chez eux au péril de leurs vies.

Comme quoi l'aide international à ses limites.....
Au sujet de la transmission "...pour que le journalisme retrouve épisodiquement sa nécessité ..."
je pense aux Escarres Awards

Et +1 aux posts de Mona, Byson, pow wow...
Ce qui m'inquiète, c'est le futur "rush" médiatique en Haïti, pour nous montrer la misère, la mort, la douleur... de l'"émotion" dont il semblerait que nous ayions grand besoin et que nous soyions dévoreurs (???? pas moi en tout cas)...
A quel prix ? Ce rush médiatique ? On va nous la montrer, l'horreur... et est-ce que les équipes de télé vont aller aider les Haïtiens à éviter de résider au-dessus d'une faille ? Est-ce qu'elles vont contribuer un peu à l'aide humanitaire ?
Tout d'un coup, je pense à la petite Onisha (?), cette petite Colombienne dont une caméra (avec un caméraman derrière) a assisté à l'agonie, lors d'un glissement de terrain en Colombie ! Cette image m'avait scandalisée : comment peut-on filmer l'épuisement, la mort qui vient en direct, recueillir le dernier souffle d'une enfant ? Ca n'est pas l'image qui m'avait scandalisée, ça avait été la volonté du caméraman de faire pleurer dans les chaumières du monde entier.
Je crois bien que c'est depuis cet événement que les journalistes se pourlèchent les babines des "faits divers" naturels ! On ne peut blâmer personne... donc allez, on va montrer un peu d'émotion...
Il semblerait que les photos [images fixes] en provenance de Haïti sont rares et difficiles à transmettre (basse déf.).
Mais alors d'ou provient les images vidéos vu ce matin sur canal + (qualité broadcast) ?

Qui et comment ont-elles été transmises ?
- Liaison vidéo satellite ? (la qualité et la fluidité montre que ce n'est pas une liaison satellite téléphonique).
- Support voyageant par avion ?
- Equipe et transmission vidéo-satellite effective sur place ?

Qui peut / veut répondre !
Si l'argent qui est dépensé par les médias pour ramener toujours plus d'images de pareilles catastrophes (cout pour envoyer des journalistes sur place, achat d'image, etc....) était plutôt '"converti" en dons pour aider les populations, çà serait plus sain.
Ouais. Le scoop est au journalisme ce que Goebbels était à la culture...

On transmet quoi, finalement ? Seulement les faits bruts, les images brutes, mais aucune analyse. On est "objectif"...

Mais bien loin d'Albert Londres, qui lui, s'est engagé.
Voilà une question qui ferait bien un sujet d'émission, et que l'on pourrait étendre à cette mode journalistico-médiatique à placer l'émotion avant toute réflexion. J'en sais quelque chose, ma petite sœur à la "chance" d'être scolarisée dans le lycée où Akim s'est fait tuer. Depuis je vois un certains nombre de journaliste comme des pornographes de l'émotion, des pornographes nécrophiles souillant de leur foutre médiatique les cadavres encore fumants.
"Un drame majeur, comme semble l'être le putsch au Honduras, ramène fissa le matinaute aux réflexes reptiliens de sa condition de journaliste : d'abord, transmettre. D'urgence, transmettre. Transmettre le premier ? Oui, pour les acharnés de la compétition, ou les âpres au gain. Mais surtout, pour tous les autres, transmettre le plus vite possible. Transmettre avant d'expliquer. Transmettre avant même de penser à expliquer. Transmettre, pour que le monde voie."

Etc, etc...
Oui Daniel, et en même temps, c'est typiquement le type d'événements où l'internaute lambda, le "citoyen du monde", a une longueur d'avance sur le journaliste, à coups de clics répétés de photos numériques, facebookisation, twiter, etc. Voir les manifs en Iran. Le fait que ce soit, ce coup-ci, un journaliste, ne change pas grand chose à l'affaire, il me semble.
Haïti est un des pays les plus pauvres du monde . Malheureusement
force est de constater que la misère s'ajoute à la misère . C'est terrible
de constater que cette population qui déjà essaie de survivre malgré
tout est une fois de plus accablé par un seisme dévastateur .
Daniel je ne comprend pas votre billet d'humeur . Il y a des journalistes
qui n'ont pas besoin de catastrophe pour faire leur travail . Peut être
pas assez nombreux mais il y en a tout de même .
"pour que le journalisme retrouve épisodiquement sa nécessité ensevelie". Par delà le lyrisme indéniable de la formule, j'avoue ne pas très bien comprendre cette histoire de nécessité ensevelie. Ensevelie par qui, ou par quoi ? Qui a dit que l'information était moins nécessaire ? Et qui a constaté qu'elle ne passait plus ? L'information, les informations, nous en sommes largement abreuvés, au point même de nous y noyer parfois, et de ne plus avoir le temps de faire le tri et de prendre du recul. Ce dont nous avons besoin, ce qui nous manque, ce qui a été enseveli, c'est ce recul, cette réflexion, ce tri que les journaux ne font plus guère, anxieux de ne rien rater. Et qu'une photo, même bien choisie, ne pourra jamais remplacer, si elle constitue à elle seule le coeur de l'information.
Quelle tristesse, surtout, qu'il faille un tremblement de terre de cette magnitude pour qu'on reparle d'Haïti, ce pays maudit avec lequel pourtant, nous avons, nous Français, un certain cousinage.
Ce matin, "La Matinale" de Canal +, a montré des images [vidéos] de cette catastrophe :
Bâtiments écroulés ; Palais présidentiel en feu ; personnes à la dérive ; (pas d'images trashs).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.