53
Commentaires

Hadopi et la consommation : comment le téléphone et Le Monde ont piégé Finkielkraut

Pan sur le bec d'@si ! Suite à un article sur Hadopi 2, @si s'est fait rappeler à l'ordre par un @sinaute consciencieux. Car ce n'est pas au nom de "la liberté d'expression et de consommation", mais bien de "la liberté d'expression et de communication" que la suspension de connexion internet prévue dans la loi a posé un problème au Conseil constitutionnel. La décision des Sages s'est pourtant retrouvée mal retranscrite dans de nombreux médias. Pourquoi ? @si a remonté le fil (du téléphone).

Derniers commentaires

Je suis un peu surpris de ne rien voir sur @si concernant la nomination de Christine Albanel chez France Telecom...
On lui fait rédiger une belle loi liberticide, puis on l'envoie chez l'opérateur "historique" encore un peu public pour y soigner l'image de marque Orange et France Telecom en tant que « Directrice de la communication et du contenu »?
C'est moi, ou bien il y a réellement quelque chose qui coince, qui pue ?
Tout, ils auront tout fait, tout osé...
...mais c'est pas grave, pr ceux qui en ont marre des pubs sur le net, exemple au hasard bakchich.info, et dont leur navigateur est Safari, voici un logiciel sous MAC (the best) à télécharger : Safari AdBlock :
http://burgersoftware.com/en/safariadblock
Finkie est un con qui ne se soucie des droits de l'homme que pour montrer du doigts les ennemis d'israel. Ce monsieur qui a trouvé normal le bombardement de civils au phosphore n'a aucune légitimité pour donner son avis quel que soit le sujet.

Le jour ou les médias seront indépendants ont aura plus à subir ce genre d'énergumène

Sh
Tous fichés !

Les fichiers
Historiquement, le premier fichage français a été "inventé" par Louis XIV au 17ème siècle afin de contrôler les artisans au sein du royaume. Un peu plus tard, au début du 19ème siècle, c'est Napoléon lui-même qui instaura le "Livret ouvrier" destiné à surveiller les déplacements des classes populaires en France. Le concept de "carte d'identité" était né.

Vinrent ensuite les premiers fichiers de police. Le fichier Tulard, établi sous la 3ème République recensait les communistes, et il fut ensuite élargi aux juifs sous le régime de Vichy. Les personnes inscrites dans ces fichiers ont bien sûr subi les foudres de la Gestapo lors de rafles.

Après 1945, une fois la paix retrouvée, les petits fichiers de citoyens ne s'en sont pas allés pour autant... Premier scandale en 1974 avec SAFARI (Système automatisé pour les fichiers administratifs et le répertoire des individus) qui est resté à l'état de projet mais dont l'objectif était de recouper les fichiers administratifs de l'Etat afin de rassembler le plus d'informations nominatives sur les français. Ce choc dans l'opinion public obligea le gouvernement de l'époque à mettre en place la Loi informatique et liberté et à créer la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) sur laquelle je reviendrai plus tard.

En 1991, cette loi informatique et liberté se verra profondément modifiée par un décret d'Edith Cresson, qui autorisera je cite "la collecte, la conservation et le traitement dans les fichiers des services des renseignements généraux d'informations nominatives relatives aux personnes majeures qui font apparaître" les "signes physiques particuliers, objectifs et inaltérables" ainsi que les "activités politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales". La CNIL doit procéder à une mise à jour tous les 5 ans (ce qu'elle fait peu, ou pas) et ces informations peuvent être collectées si elles sont « relatives à des personnes physiques ou morales qui ont sollicité, exercé ou exercent un mandat politique, syndical ou économique ou qui jouent un rôle politique, économique, social ou religieux significatif, sous condition que ces informations soient nécessaires pour donner au Gouvernement ou à ses représentants les moyens d'apprécier la situation politique, économique ou sociale et de prévoir son évolution. ». Ces informations ne sont pas communicable à la police ou à la gendarmerie et sont donc réservées uniquement à l'Etat.


En 2008, la France est équipée de 37 fichiers !!!

JUDEX (gendarmerie) - fusionné avec le STIC dans le fichier ARIANE Système judiciaire de documentation et d’exploitation

2 073 094 fiches ;
Créé en 1986, étendu en 1993 ;
Il contient des données sur les personnes, recueillies dans les procédures établies par les gendarmes ;
En 2007, il a été consulté 12 millions de fois.
STIC (police) – fusionné avec le JUDEX dans le fichier ARIANE Système de traitement des infractions constatées

5 000 000 de personnes ;
Créé en 2001 ;
Il contient des renseignements issus des procès-verbaux sur les auteurs d’infractions et leurs circonstances, les personnes mises en cause et les victimes, les objets volés ;
En 2007, informations sur 35 millions de procédures, 38 millions d’infractions, plus de 10 millions d’objets volés.
FNAEG (gendarmerie et police) Fichier national automatisé des empreintes génétiques

715 000 profils ;
Créé en 1998 ;
Étendu à tous les types de délits depuis la loi du 18 mars 2003 sur la sécurité intérieure ;
Plus de 30 000 traces non imputées ;
177 000 empreintes génétiques correspondant à des personnes condamnées ;
420 000 pour des individus mis en cause...
FAED (gendarmerie et police) Fichier automatisé des empreintes digitales

2 800 000 empreintes
Créé en 1987 ;
Il contient des empreintes digitales et palmaires ;
En 2007, il a été consulté 21 000 fois ;
Le taux d’élucidation des traces était de 16 %.
DST (police) – fusionnerait avec les fiches des RG dans le fichier EDVIGE Direction de la surveillance du territoire

Il contient des informations sur les personnes physiques, les entreprises, des données documentaires, et reçoit des informations classifiées des services étrangers ;
Protégé par le secret défense, il n’est pas soumis au même régime juridique que les autres, aucune donnée n’est communiquée.
RG (police) - fusionnerait avec les fiches de la DST dans le fichier EDVIGE Renseignements généraux

2 600 000 individus ;
Un décret de 1991 autorise les RG à collecter des données nominatives (physiques, activités politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales) si les personnes peuvent porter "atteinte à la sûreté de l’Etat ou à la sécurité publique", ou "jouent un rôle politique, économique, social ou religieux significatif" et que ces informations sont "nécessaires pour donner au gouvernement ou à ses représentants les moyens d’apprécier la situation politique, économique ou sociale et de prévoir son évolution".
SDRF (gendarmerie) Fichier administratif de suivi des titres de circulation délivrés aux personnes sans domicile ni résidence fixe

171 545 fiches ;
Créé en 1994, modifié en 2005
Les informations nominatives sur les SDF sont conservées six mois après leur sédentarisation ou jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de 80 ans
Le SDRF peut être consulté par la police, les services préfectoraux, le trésor et le ministère de la santé.
SALVAC (gendarmerie et police) Système d’analyse et de liens de la violence associée au crime

Créé en 2003 ;
Il vise à mettre en évidence le caractère sériel des crimes, et contient des renseignements sur des infractions graves, meurtres, assassinats, empoisonnements, actes de torture et de barbarie, enlèvements, viols, agressions sexuelles sur mineurs, entraînant un délit puni de plus de cinq ans d’emprisonnement.
FPR (gendarmerie et police) Fichier des personnes recherchées

392 000 noms ;
Créé en 1996, modifié en 2005 pour permettre des connexions avec le système européen Schengen (SIS) ;
Il contient des renseignements sur les personnes sous le coup d’un mandat d’arrêt ou de justice, en fuite, faisant l’objet de recherches de police judiciaire,ou de personnes interdites d’entrée sur le territoire ;
En 2007, il a été consulté 54 millions de fois par la police et les préfectures.

Les "Outils" de fichage
PHAROS (plate-forme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d'orientation des signalements)

Pharos est une plateforme mise en place par le gouvernement le 16 juin 2009. Son but : permettre à n’importe quel internaute, fournisseur d'accès Internet, ou société de services de signaler de façon anonyme "des contenus ou des comportements illicites" à l'Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information.

Après signalement, le traitement de données à caractère personnel est entièrement automatisé : noms et prénoms de l'auteur du signalement, son adresse, son numéro de téléphone et son Email, son IP, les informations relatives au signalement, la date, l'heure et le motif du signalement ainsi que l'identité du ou des agents ayant traité le signalement.

Conservation des données : 10 ans pour les informations relatives au signalement et 2 ans pour celles relative à l'auteur du signalement.

Si l'idée de base peut sembler bonne, sa mise en pratique repose quand même sur l'acte de dénonciation anonyme ... ce qui n'est pas sans rappeler quelques sombres moments de l'histoire de France ...

A ce jour, plus de 650 000 connexions et plus de 18 000 signalements ont été enregistrés.



Cette loi a été votée le 21 juin 2004 dans le but de combattre le terrorisme et le crime organisé via Internet et autres moyens de communication numériques, mais aussi pour légiférer sur le commerce via Internet et elle aurait son décret d'application publié dans le second semestre 2007.

Dès 2007, c'est encore un projet de décret[48] qui obligerait :

Tous les opérateurs du secteur des communications numériques : fournisseurs d'accès Internet, éditeurs de sites Internets, opérateurs de téléphonie, etc...
À archiver durant un an et pour chaque internaute :

les Mots de passe ;
les codes d'accès confidentiels ;
les pseudonymes ;
les numéros de cartes bancaires ;
les contributions aux forums ou blogs ;
etc.
Certaines données pouvant être conservées durant trois ans par le Ministère de l'Intérieur ou celui de la Défense.

Auront accès à ces renseignements, sans demander l'autorisation d'un juge :

les services de la Direction centrale du renseignement intérieur,
les services de contre-espionnage,
ainsi que la police judiciaire et les magistrats instructeurs.
La CNIL n'a pas le pouvoir de s'opposer à ce décret, mais aura le devoir d'en énoncer les limites, ou soit disant...
http://www.facebook.com/group.php?gid=26929630006

cela est plus marant que les délires d'un polichinel!
Je sais bien que taper sur Finkielkraut est devenu un sport national mais il ne faudrait pas en abuser non plus. Finkielkraut n'est pas journaliste, il est normal qu'il s'informe en lisant la presse, comme monsieur tout-le-monde. Si cette dernière raconte des conneries, il est normal qu'il tombe dans le panneau. Ce n'est pas à lui d'aller vérifier...

Il n'a dans cette affaire aucune leçon à recevoir... Pas plus d'ailleurs qu'@si n'en a à donner.
Ce qui m'interpelle dans cette histoire, c'est la vitesse à laquelle une coquille peut se propager sur internet.
Par contre, l'avantage, c'est qu'on peu retrouver où ça a buggé.
Quelle chute depuis Le Nouveau désordre Amoureux qui nous renvoie opportunément aux sujets stars de l'été...

Un excellent livre de plage, amusant, pertinent, spirituel, égrillard... La bible de la révolution sexuelle entre Reich et la tragique apparition du Sida quelques années plus tard ! Une mine pour alimenter le grand dossier "A poils". Les plus timide pourront lui mettre une couverture pour ne pas se faire repérer.

***
Mais est-ce que Finkielkraut peut nous expliquer en quoi le téléchargement nuit aux auteurs déjà et en quoi la coupure de l'accès à internet sachant la place qu'a pris internet de nos jours dans la vie des gens, ainsi que 300000 euros d'amende, ainsi que la surveillance par une officine gouvernementale des communications sur internet ( envisagé dans certains pays pour lutter contre le terrorisme mais jamais osé vu à quel point cela va à l'encontre des libertés ) est-il proportionné avec cette nuisance ?
Ce n'est pas le téléphone qui a piégé Finkielkraut, c'est Finkielkraut qui s'est piégé lui-même, comme quand il critique des films qu'il ne regarde pas (cf Kusturica) ou des émissions qu'il ne voit pas (cf Ligne jaune). Ici, il critique une décision dont il n'a même pas pris la peine de consulter le texte original.
On pourrait penser qu'un philosophe aurait à coeur de se référer aux oeuvres originales quand il en parle. C'est, me semble-t-il, un minimum requis. Il serait bon que Finkielkraut acquière enfin un peu de rigueur intellectuelle.
"Ce droit invraisemblable à l'expression..." (dixit Finkie).

Mon Dieu que ce type est dangereux.
Marrant comme on peut avoir la lecture et l'écoute sélective : comme je savais qu'il s'agissait de la communication, je n'ai même pas capté 'consommation" quand Finkie a éructé.

Mais je suis quand même un peu choquée que tant de personnes croient que le Conseil constitutionnel érige la consommation au niveau d'une liberté publique.
Bon sang, que les celebs du forum ne changent pas *aussi* de pseudo je vais finir par me paumer sévère.
Ou alors, instituons un turn over des pseudos.
Ô bonneuh mèreuh, ça va être un oaï...
Ouah... Je suis une star. On va faire un club avec Hurluberlu.
Merci à Tom et à @si. L'occasion était trop belle pour Finkie de placer sa marchandise.

La conso, la conso, tout le monde y pense .... surtout à sa relance, puisqu'on n'a toujours pas inventé une autre manière de vivre. Vous connaissez tous : "manger pour vivre et non pas vivre pour manger" Ajoutons '"consommer assez pour vivre, et ne pas vivre que pour consommer" et enrichir les riches déjà trop riches. C'était mon couplet perso du jour.


edit pour faute d'orthographe.
Finkie se ridiculise une fois de plus!
Mais il continuera à être consulté pour savoir ce qu'il FAUT penser.
Comme dit Eddy M. ...
droit de consommation : lapsus révélateur, prémisce des lois à venir destinées à sanctionner les non-consommateurs ?
Tiens, mais n'était-ce pas Finkielkraut qui reprochait à @si de ne jamais vérifier son information ? Enfin, sur ce coup, @si n'a pas de leçon à donner... mais Finkielkraut non plus...
Merci de vous être penchée sur cette confusion effectivement regrettable du fait qu'elle donne de mauvais arguments supplémentaires aux imprécateurs comme Finkie-la-menace.

@si fait du bon travail et les @sinautes sont vigilants, c'est heureux pour nous. Par contre, le reste des médias risque de passer à côté de cette précision pourtant essentielle, pour peu qu'elle soit susceptible de les intéresser à la répercuter, ce qui n'est pas garanti. Loin de là. Il y a d'autres priorités, comme l'épidémie de gros rhume, les mollets rasés d'Alberto Contador et les légionnaires un peu bourrins qui voient grand pour leurs barbeuc's.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.