43
Commentaires

Grandes Gueules : "On achète notre liberté de parole pour créer le clash"

"Grande gueule" de RMC pendant 12 ans, l'enseignant Sylvain Grandserre a décidé d'analyser l'envers du décor de l'émission de débat emblématique de RMC. Dans une série d'articles de blogs publiés sur Mediapart, il revient sur cette décennie de coups de gueule en direct. Entretien dans notre émission de la semaine.

Commentaires préférés des abonnés

Cette émission est emblématique, je trouve, de la transformation de la plupart des débats télévisés en réunions de beaufs réactionnaires plutôt rase-bitume au niveau de la réflexion. Les rares fois où je m'y suis arrêté, non seulement j'ai été atterr(...)

Je n'ai jamais écouté les "GG", comme Sylvain Grandserre je suis un enfant de Radio France, France Culture, France Info, France Int... non, celle-ci c'est fini. Après avoir vu l'émission, je me dis que je n'ai vraiment rien raté ! 

Merci ASI de m(...)

J'ai écouté les gg pendant une longue période il y a quelques années. 

Puis j'ai décidé de faire la paix avec mon poste de radio et d'arrêter de lui gueuler dessus pour des propos qu'il ne faisait que rapporter.

On s'entend bien depuis...

(...)

Derniers commentaires

A peine l'émission signalée sur internet et sur Twitter (18h10), les commentaires sont tombés, le plus souvent orduriers avant que les premières nuances apparaissent. Personne n'avait donc pu voir l'interview d'une heure, pas même Alain MARSCHALL qui commente à 18h38, ni Olivier TRUCHOT qui réagit à 19h14. Aucun ne répond à mes affirmations. Rien.


Les commentaires sont révélateurs de tous ceux qui ont besoin de commenter sans même prendre la peine de visionner ou lire. Ai-je été payé par Médiapart s'interroge l'un. Combien m'a versé ASI, demande un autre.  C'est sans doute pour vendre mon bouquin, affirme un troisième.... qui n'a même pas compris que tout ce travail est mis en ligne gratuitement et en accès libre sur le blog.

S'agissant des nombreuses réactions que mon texte et cette interview ont provoquées, certains reproches sont récurrents.


1/ "Cracher dans la soupe". C'est intéressant car nulle part je n'ai vu mon propos remis en cause malgré des affirmations parfois à l'encontre de la promotion officielle de ce média en général ou de cette émission en particulier. Non, ce qui est avancé, c'est l'attaque sur la forme, pas sur le fond. On se demande après ça pourquoi les témoignages sont si difficiles à recueillir...


2/ "Pourquoi il a mis douze ans à s'en rendre compte". Je traite déjà de cette question dans mes billets. Mais j'étais conscient du risque avant même ma première émission. J'ai hésité à y aller, j'ai demandé du temps, notamment pour écouter une émission que nous ne recevions pas en Normandie en 2007. Après, tout est affaire de graduation dans ce que l'on tolère, ce qu'on peut accepter, négocier, toujours la question du compromis et de la compromission.


J'ai été invité à venir participer à des débats dans lesquels je gardais ma liberté de parole. C'est donnant-donnant. D'ailleurs, j'ai croisé de nombreuses personnalités qui semblaient en faire autant : Alexis Corbière, Olivier Besancenot, André Chassaigne, François Ruffin, Yannick Jadot, Gérard Filoche, François Bégaudeau... Une année le prix de la Grande gueule de l'année a été attribué à JL Mélenchon, une autre fois à L214 et même aux Gilets jaunes. Bref, ce n'est pas CNEWS.


Comme déjà précisé, quand on m'appelle la première fois, SARKOZY a été élu quatre mois plus tôt et ça s'annonce infernal pour les écoles. J'ai donc pris ça comme une opportunité extraordinaire de faire entendre une autre voix, d'autres arguments que ceux qui avaient porté SARKOZY à l'Elysée.

Je me permets de participer aux commentaires de l'émission à laquelle j'ai participé.


D'emblée, je souhaite apporter deux précisions qui pourraient vous intéresser :


=> Abonné à Télérama, j'ai bien lu l'article : "BFM a-t-elle été financée par de la fraude fiscale ?" Or, celui-ci date du 9 juillet 2019, soit deux semaines après mon éviction. Même une fois sortie, l'enquête initialement menée par Denis Robert n'avait pas trouvé d'écho, ce que constatait ASI dans un article du 24 juillet 2019 :

https://www.arretsurimages.net/articles/bfm-et-levasion-fiscale-a-la-recherche-des-reprises-de-lenquete-du-media


A l'époque de ma participation, la question de l'évasion fiscale ne semblait pas encore concerner le groupe de P. DRAHI.



=> Il m'est arrivé d'essayer d'aborder cette question de l'évasion fiscale même quand elle n'était pas prévue au menu. J'ai retrouvé ce court passage - deux mois avant mon éviction - où j'évoquais le yacht de Bernard ARNAULT, acheté via une société créée à Malte, mis sous pavillon des Îles Caïmans, avec une transaction par un cabinet domicilié à Guernesey. Qui va intervenir dans cet échange avec Daniel RIOLO pour voler au secours de l'homme le plus riche de France honteusement mis en cause par un petit instit ? Olivier TRUCHOT ! Bernard ARNAULT n'est alors plus la plus grande fortune de France, il devient "le premier contribuable français" ! 


https://www.facebook.com/GGRMC/videos/les-grandes-fortunes-donnent-pour-notredame-pourquoi-quand-bernard-arnault-ach%C3%A8t/2197776950265912/



Très bonne émission, merci !

J'avais commencé à écouter les Grandes Gueules dans les années 2000 peu avant l'élection de Sarkozy, sur les conseils d'un ami qui m'avait affirmé que la parole y était "plus libre" et couvrait un éventail politique assez large.

Mais très vite, j'ai constaté que le spectre était orienté sur une approche libérale avec une droite patronale "decomplexée" très sarkozyste (Pascal Perri, Sophie de Menthon, etc..) et une gauche social-libérale sarko-compatible (Jacques Mailhot entre autres)...

Les têtes de turcs habituels étaient les fonctionnaires et les syndicalistes tandis que les patrons entrepreneurs, créateurs de richesses étaient montés au pinacle.


Il y avait quelques rares GG qui avaient un discours alternatif (Christian Lehman, Leila Chaibi). Mais ils étaient relativement peu présents et surtout, ils servaient de faire-valoir et étaient traités avec un certain paternalisme (il faut bien que jeunesse se passe...). Ils ont assez vite disparu de l'antenne, d'ailleurs.


Mais les vrais sachants de la vraie économie pouvaient se montrés péremptoire en moquant et déconsidérant ces interventions avec la morgue de ceux qui savent ce qu'est l'entreprise (avaient-il jamais mis les pieds dans une usine ou accompagnés le personnel de nettoyage dans les grandes tours de la Défense, tôt le matin ou tard le soir....).


Bref, une pluralité de façade avec un fond idéologique très clair que les animateurs n'hésitaient pas à afficher en s'estimant (beaucoup) plus Sarko que Ségo...


Dernier point, les interventions d'auditeurs pouvaient être intéressantes et prendre le contrepied du climat général mais plus le temps avançait, plus celles-ci s'apparentaient à une complainte "poujadiste" (qui pouvait prendre à partie les "patrons") sans prise de distance. 


J'ai donc cessé d'écouter de manière régulière et me branche de temps en temps, histoire de prendre une bouffée de "libéralisme décomplexé" mais je ne peux guère écouter plus de 15 minutes sans m'agacer voir m'énerver (les pubs permettent de déconnecter...). Et j'ai constaté une dérive vers l'extrême droite de plus en plus forte avec des figures de proue comme Gilbert Collard ou GW Goldnadel voire Barbara Lefevre ainsi que des choix éditoriaux et de traitement (l'exemple des repas végétariens évoqué dans l'émission est édifiant).


Quant à l'invité du jour, Sylvain Grandserre, je l'avais déjà entendu et trouvé ses interventions plutôt intéressantes mais noyés dans les vociférations générales. Et sa présence pouvait être perçu comme un alibi de pluralisme.

Le seul qui ait eu une voix dissonante fut Anas Kazib (Syndicaliste Cheminot et d'origine maghrebine) mais il a vite été remercié.


Pour résumer, les GG, un bel exemple de propagande néolibérale très droitière avec l'apparence de la démocratie directe et de la pluralité.

A comparer avec une forme plus policé (C dans l'air) et une autre trash, Cnews qui ne se cache plus de sa vision extrême droitière.

  

Belle émission, bravo !

12 ans chez les Grandes Gueules avant de dénoncer le concept ? pas très vif, quand-même, l'instit !

43'17" : "Tiens Sylvain, puisque tu es venu en train, qu'est-ce que tu as repéré ?


Le niveau ! 


Merci beaucoup pour cette émission, un invité très intéressant, clair et lucide y compris sur ses propres contradictions.  

Emission très intéressante pour moi qui ai longtemps écouté les GG, mais qui ai arrêté il y a plusieurs années, et en entendant tout cela, je comprends mieux pourquoi. Sympa de ré-entendre Sylvain Grandserre (mais j'ajoute que vous avez aussi déjà reçu une autre "ancienne GG": Christian Lehmann!)


Je suis de gauche, et prof, donc autour de moi ça n'écoute que France Inter et France Culture et bien souvent, les gens étaient sidérés quand je disais que j'écoutais Bourdin et les GG. "Mais comment peux-tu écouter cette radio de m...?", me disait-on tout le temps. Mais vraiment, à une époque, j'y trouvais un intérêt. Plutôt que d'être bien au chaud dans une "bulle" où on n'entend que des bobos et des gens du milieu dans lequel je gravitais, je trouvais qu'il y avait vraiment un plus à entendre des opinions de droite, formulées par des gens "normaux" (issus de divers professions). On pouvait se moquer du coté "café du commerce", et clairement il y avait énormément d'interventions qui me mettaient hors de moi, mais il y avait vraiment un côté pluraliste et original (par rapport aux autres radios) que je trouvais intéressant. Ca m'obligeait à me confronter à des opinions qui étaient répandues dans la population, mais avec lesquelles je n'étais que très rarement en contact dans la "vraie vie". Je trouvais ça assez sain.


Et il était réellement possible d'intervenir: une fois, j'avais envoyé un message pour critiquer une intervention d'une GG et on m'avait appelée pour savoir si je voulais passer à l'antenne (je m'étais dégonflée, j'étais super jeune à l'époque et pas assez "grande gueule" moi-même pour me mettre face à ces gens - j'avais préféré envoyer un message écrit pour cette raison).


Cependant, il y a peut-être 7-8 ans, j'ai commencé à ne plus supporter du tout les GG. Leur "pluralisme" est devenu une blague: il n'y avait plus QUE de la droite. Quasiment aucune voix de gauche, et quand il y en avait, elle était noyée dans la masse (et je trouve la description "dîner de cons" vraiment parfaite - c'est exactement l'impression que j'avais). L'émission prétendait représenter "les Français", mais c'était juste de la droite à l'extrême-droite, concrètement. Ils avaient perdu ou viré les seules personnes "écoutables", et avaient recruté des personnes ignobles et insupportables comme Consigny, Goldnadel ou Collard. Ca devenait aussi de plus en plus crétin et de plus en plus gueulard. Ils avaient aussi ajouté l'émission de Brunet, entre temps, ce qui ajoutait à ce sentiment que la droite représentait désormais une ligne très majoritaire sur RMC.


Bref, je n'y voyais plus aucun intérêt. Ca me donnait juste des ulcères, et ça n'apportait strictement plus rien. Votre émission, avec l'intervention de Sylvain Grandserre (dont je me rappelle bien), ainsi que certains écrits de Christian Lehmann (qui lui aussi, a été aux GG avant de s'en barrer), me font comprendre pourquoi j'ai fini par saturer et abandonner complètement cette émission. Aujourd'hui, je ne supporte plus de voir les tronches de Truchot ou Marshall, je zappe direct.

Ils ont supprimé la seule émission qui était de gauche : Lahaye, l'Amour et Vous.
:)

Vous pouvez désormais vous contentez des extraits d'@si pour écouter et voir ces émissions à audimat. C'est moins agressif.

Merci pour le thème de cette émission qui sort de « l’ordinaire », ainsi que pour la qualité de son déroulement.

DS qui se plaint de l'entre soi des médias...

Tournebroche.  A la maison,  le barbecue  chauffe le croisillon pour des grillades croustillantes ...l’estomac attend ce qui va aller droit à l'estomac.


A midi, quasi midi. Vous ne vous étonnez jamais que l'heure soit à l'heure? Moi si.


Et une pensée pour notre directeur en chef des pompes-funèbres (qui emploie Léo dans la série sur la 6 "scènes de ménages", ceci-dit Leslie, un jeu du tonnerre..) qui ne veut pas d'attroupements autour des barbecues. Il y avait tous les chats du quartier  autour du barbecue,  désolé Castex on était plus de 4 ou 6 bon Brassens a dit mieux, 


Je pense là aux costumes de monsieur Castex; Un vrai cass-tête d'habiller cet homme j'imagine.


Retour aux grandes gueules.


Notre invité, blog sur Médiapart, 

Perso, toujours pas digéré l'arnaque criminelle du fondateur de ce site envers un élu de la région Paca. Une lourde erreur, plus exactement une faute professionnelle qu'il aurait fallu sanctionner par le retrait de la carte de presse. Le tribunal médiatique avant la lettre, tout a commencé avec ce cuistre. Mais à l'époque, ce monsieur dirigeait le journal de référence. Alors..   


Les émissions dont on parle existent à partir de concept : il faut faire relax, ou au contraire corrida, cool ou ring, enfin la mélasse fée-néant-e dans laquelle on plonge le téléspectateur ou l'auditeur, pour lequel on a  développé, justement "ce concept" , on imagine qu'il attend ça.    


Il attend quoi? ce qu'on a imaginé qu'il attend.  Tout est dans l'imagination des animateurs, des responsables de tranches d'antenne  qui se demandent comment gonfler ou maintenir l'audimat, pour maintenir les ressources publicitaires. Et ils pensent et repensent. Questions, nuits blanches. 

 Ils se disent  que ce bon peuple aime la "daube",  la franche rigolade, la gamelle assurée du plus petit, enfin il n'aime rien que lui-même. Donc, il aime que l'on le fasse vivre par procuration, alors  "connerie emballée" au menu.


Et "on" a raison. puisque tout fonctionne. Et tout se ressemble. Et tout se rassemble.


Rassemble tout se rassemble. Rassemble ressemble à ressemble. L'issue? le rassemblement...national est et sera de la partie,  avec ces présupposés idéologiques des médias.   MLP arrivera au  pouvoir. Un autre virus succèdera au virus covid. Méchants tous deux.

Je suis tombé par hasard sur l'émission "la grande librairie" . 

L'animateur parle et parle et reparle et fatigue souvent. .

L'autre jour un invité,  Henri Gougaud (vous ne le connaissez pas?, cherchez ses disques, magiques, il fut un grand chanteur, une pochette même dessinée par Folon qui l'adorait, Folon n'aimait que les gens qu'il aimait,  Folon)  


Depuis raccroché les gants comme chanteur. Il écrit Gougaud; 

Les contes; passionné par les contes, ces sentinelles de l'imaginaire que l'on déforme à chaque récit, la vraie création populaire.


 Et Gougaud s'exécute quand l'animateur lui demande de réciter un conte.. 


Silence, attente, bon il le fait, Henri, la classe toujours, l'accent modéré du midi bien rodé.  

Hop on part. 

Une histoire pas loin d'un autre conte absolument inégalé, le Petit Prince du grand St Ex, 


et tornade de  silence parmi les invités,  les mot qui tombent des échafaudages, le vent qui se lève, la pluie qu'on entend même plus, la cadence du récit comme dans la grande poésie., les invités sonnés. ko,  

Gougaud n'en revient pas lui même, il s'excuse... "oh j'étais pas bon.." mais non Henri, faut pas, tu les as surpris, ils ont oublié que les contes se disaient..c'est tout.    


Pourquoi je dis ça? quand une personne, d'un coup, se met à la portée de tous, au service de tout,  de toutes, de tous, la magie opère. Comment se fait-il? Simple: respect de l'autre, empathie, rêve, amours de mots..  


Que diable (j'adore le Diable, les Diablesses aussi)  messieurs, mesdames dans et des  médias, bottez-vous les fesses pour nous raconter une culture populaire, c'est simple, peu onéreux, les annonceurs sont assez cons pour payer encore avec ça, ils se diront, les annonceurs, qu'est ce qu'il sont idiots de croire à ces trucs là; 


Messieurs les annonceurs, on ne vous croit plus depuis longtemps.. Alors, la ferme.

 

.Ma grillage a cramé.....la faute à ..Gougaud.



   



J'ai l'impression qu'il n'y a que ça sur les chaînes d'information en continu. 

GGRC, HDpros, TPMP, 24HPujadas, Les Experts : des machines à polémiques, avec toujours une dynamique de fond réactionnaire. Je ne sais pas si elle ont une idéologie réactionnaire au départ (même si j'ai un doute), mais dans leurs effets, dans ce qui en résulte, une idéologie indubitablement réactionnaire se dégage. 


Souvent dans cette machine, le type de gauche - qui est souvent celui qui est invité - se retrouve inévitablement broyé, on sent qu'il est sur la sellette et qu'il va tôt ou tard se retrouver à l'eau quand on en aura un peu marre de jouer avec lui. 


J'écoute souvent l'émission "Les Experts" sur BFM Business, ils invitent toujours un entrepreneur (de droite), un vague expert financier (de droite) avec face à lui un chercheur en économie, seul vrai sachant du plateau, seul à formuler une analyse soutenue par des données. On sent que c'est la pièce rapportée dans la dynamique des échanges. On sent toute la condescendance des deux autres qui le toisent du haut de leur capital économique. On les entend presque penser qu'au fond tu n'es qu'un gratte-papier, un gagne-petit, pire un type de gauche, qui se la ramène avec son savoir théorique et rêve de nous faire les poches, alors que nous on a réussi des choses, on s'est heurté au réel, ton savoir n'est rien. (oui, j'ai une bonne ouïe). 


Au fond, je pense qu'indépendamment des intentions des journalistes qui organisent ces shows, le format est à l'origine du résultat réactionnaire. Toute pensée critique, nuancée, tâtonnante, non figée, toujours en quête de s'affiner, de se remettre en question, qui s'oppose à ce qui s'est déjà fait, n'a pas l'espace sur ces plateaux. Seuls des avis tranchés, définitifs : du pain béni pour la non-pensée, le propos de café de commerce. Simple à dire, simple à comprendre,  toute chose qui aura déjà au moins une fois, dans un moment de faiblesse traversé l'esprit des auditeurs. 


Heureusement il existe d'autres formats comme ici, sur YouTube, dans les livres, dans la presse écrite. Mais ce format semble si bien réussir qu'il semble contaminer et structurer tout l'espace médiatique. Toutes les thématiques identitaires, sécuritaires, sanitaires, et les angles polémiques, s'imposent au détriment de réelles questions politiques. 


Peut-être faudrait-il une chaine résolument progressiste (comme essaie de le faire MSNBC ou CNN aux US face à Fox News) qui crée de nouveaux formats?

La clameur de la vindicte dévoyée et ensevelie par l'hystérisation.


Tout ça pour lôdimate, un plongeon dans une eau marécageuse puante.


Résultat :  les cents paroles de l'extrême droite via RMC !!!


Sylvain Grandserre  a essayé de faire entendre sa différence d'opinion, en vain.

Le match était truqué.


PS M'enfin, l'alphabet français est plus long que je ne le croyais.

Il y aurait entre 30 et 40 K de plus !

Avec "le Téléphone sonne" et la matinale de France inter, c'était l'une des rares émissions qui donnaient la parole à l'auditeur, qui prenait en compte la réalité de terrain et les questions du "public". Or depuis plusieurs années, les médias audiovisuels sont devenus de "l'entre-soi" comme le raconte Sylvain Grandserre au sujet des "Grandes Gueules".


Moi, j'aimais bien ce côté "talk, à l'américaine", franc du collier. Ca débattait vraiment de l'actualité. Maintenant, j'écoute de temps en temps quelques radios locales,  je lis surtout quelques journaux locaux "indépendants" parce que le national et l'international pour moi est devenu trop lointain et anxiogène et complètement déconnecté des préoccupations du terrain. Les médias nationaux sont tous à Paris, ils décrètent l'info, ils parlent, commentent, s'indignent de choses qui me sont complètement étrangères. C'est du média social audiovisuel pour faire le buzz sur les médias sociaux (Facebook était déjà la fabrique du conscentement, Twitter est la chambre d'écho de la TV française éthnocentrée dans des bureaux parisiens).

personnellement, je regardais l'émission quand il y avait Anas Kazib, depuis beaucoup moins, parfois quand il y a Etienne Liebig et Elina Dumont mais ils sont assez décevants peut-être pour les raisons déjà données par un asinaute. Même si cette émission est devenue le rendez-vous de chantres d'une droite très forte elle n'atteint pas le bas niveau de celle de Hanouna(que, j'avoue, je n'ai jamais suivie, sauf, des extraits, souvent ici)

Merci à Vous profondément pour l'analyse et le décryptage de cette émission. 


J'ai juste regretté que la séquence du Grand Oral ne soit pas plus développée.

Dans tous les cas, la présente émission me fait penser à l'émission d'ASI "L'ère des clashs ?" du 7 juin 2019 avec les excellents Christian SALMON et André GUNTHERT expliquant la fabrication du clash et les conséquences juridiques et économiques pour les êtres qui les composent.

J'ai écouté les gg pendant une longue période il y a quelques années. 

Puis j'ai décidé de faire la paix avec mon poste de radio et d'arrêter de lui gueuler dessus pour des propos qu'il ne faisait que rapporter.

On s'entend bien depuis...

Je n'ai jamais écouté les "GG", comme Sylvain Grandserre je suis un enfant de Radio France, France Culture, France Info, France Int... non, celle-ci c'est fini. Après avoir vu l'émission, je me dis que je n'ai vraiment rien raté ! 

Merci ASI de me dévoiler tout un pan du PAF, que je ne connais et qui me scotche par sa nullité crasse chaque fois qu'il est évoqué. Cette émission en fait partie, mais on peut ajouter les émission type Hanouna et autres...

Franchement ce nivellement par le bas qui ne fait que jouer sur les plus bas instincts primaires des auditeurs / téléspectateurs me sidère à chaque fois. Je n'arrive pas à m'y faire.

Reste un mystère pourquoi Sylvain Grandserre pendant 12 ans a t il accepté de cautionner cette mascarade.

A propos d'une émission initialement " à la radio", ce serait bien de traiter une fois de la tonalité des chaînes TV ou Radio, voire peut-être aussi des émissions elles-mêmes. La qualité d'une voix passée à la technique de mixage maison influe aussi sur la réception du message…  Ainsi, le "son" de SudRadio ou de RMC se distingue nettement de celui de France-culture, par exemple…  A la télévision, c'est peut-être moins le timbre que la puissance sonore qui est en jeu (notamment lors des coupures de pub).

Cette émission est emblématique, je trouve, de la transformation de la plupart des débats télévisés en réunions de beaufs réactionnaires plutôt rase-bitume au niveau de la réflexion. Les rares fois où je m'y suis arrêté, non seulement j'ai été atterré par le niveau des arguments échangés, mais j'ai vite été découragé par le foutoir énorme rendant la compréhension des échanges très difficile, voire impossible. Mais cela semble être le dernier des soucis de ses animateurs. Il s'agit ici moins de réfléchir ou de faire réfléchir, que d'exprimer en "gueulant" le plus fort possible les idées les plus nauséabondes, pour flatter notre cerveau le plus reptilien.

Je me demande ce que viennent y faire les quelques rares invités un peu "progressistes" qu'on y rencontre. A part pour servir de punching-ball au restant d'un groupe dont les opinions sont tout de même particulièrement réactionnaires. Les Grandes gueules me semblent largement une émission portant les pires idées de l'extrême-droite, celles-ci étant par ailleurs de plus en plus présentes sur nos écrans. Emblématique finalement de la disparition du vrai débat et du pluralisme d'opinions qui n'est plus trop de mise à la télévision. Je ne vois pas bien la différence avec l'autre émission du même acabit, dirigé par un ancien journaliste de foot recyclé en penseur politique de haut voltage. 

"Faire le buzz", oui, mais d'abord et surtout, permettre au spectateur de se déculpabiliser de ses plus bas instincts. De la télé fond de cuve pour poivrots dépendants.


Je n'ai pas encore vu la vidéo mais le texte résume bien le cadre de l'émission radio. J'ajouterais qu'il y a une mise en scène spécifique qui consiste à ne pas toujours donner toute l'information en début de sujet, provoquant l'hystérie collective (car il s'agit d'hystérie la plupart du temps), et à la fin on glisse une nuance pour faire passer la pillule ou on donne le reste de l'information qui dégonfle complètement la baudruche.


Ce que je trouve amusant c'est que régulièrement dans l'émission, les intervenants pestent contre la culture de l'indignation permanente (des minorités qui ont désormais la parole sur les réseaux) mais eux-mêmes ne font que se plaindre et se scandaliser pour rien.


Sans Grandserre, Ait-Bounoua et Kazib il n'y a plus vraiment de contre-poids à la parole de droite de l'émission : Liebig est souvent idéologiquement opposé au reste du plateau mais il est aussi visiblement blasé et parfois il se conformise à l'opinion générale. Dumont parle d'où elle vient mais elle n'a pas assez confiance en elle ou de connaissance pour contrebalancer la parole affirmée des autres.


On peut aussi parler des fakenews qui ne sont pas corrigées ou alors quand elles sont fact-checkés, ils réapparaissent à l'émission suivante. 

Pendant longtemps il s'agissait par exemple de mensonges sur les cheminots. Corrigé parfois (par Kazib ou autre), le mensonge revenait aux émissions suivantes (celle là et les autres). 

Autre exemple, récent (de cette semaine) : régulièrement quand le sujet de la voiture électrique est abordé, ils laissent passer des mensonges comme "un vehicule electrique ce n'est pas pour tout le monde c'est 30/40 K€ c'est trop cher c'est pour ça qu'il faut continuer le thermique" (alors que ça se négocie à moins de 18k€, soit moins cher qu'une clio à niveau d'équipement comparable, et on voit des clio à tous les coins de rue donc l'argument ne tient pas. Sachant que par ailleurs les occasions existent aussi désormais).

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.