12
Commentaires

Goldman, Curiel, leur "assassin" et moi

Militant révolutionnaire investi dans les luttes anti-impérialistes, Henri Curiel a été assassiné à Paris en 1978; militant révolutionnaire qui avait plongé dans le banditisme, Pierre Goldman l’a été un an plus tard, également à Paris. Curiel et Goldman ne naviguaient ni dans les mêmes eaux ni n’avaient suivi le même parcours. Hormis leur sensibilité politique, leur unique point commun fut leur mort violente jamais élucidée.

Derniers commentaires

Abonné de la première heure, je viens juste de découvrir les chroniques de Georges Marion !
Je les ai toutes dévorées l'une aprés l'autre.
Bravo et merci.

J'y ai retrouvé une certaine ambiance ambiance " rendez vous avec x"
La pharmacie était au RDC de l'appartement de sa belle-mère, et alors ? Ca ne prouve rien. Coincidence ? Pourquoi pas. Ou bien le braqueur était une connaissance de Goldmann qui a repéré sa cible à l'occasion d'une visite. Vraiment, ça ne prouve rien.
Le deuxième roman de Pierre Goldman n est même pas évoqué
L'Ordinaire Mésaventure d'Archibald Rapoport
Un roman qui laisse un drôle de sentiment
Ça ressemble au livre de "O.J Simpson"; "si je l'avais fait"
ça ne nous rajeunit pas tout ça!

Qu'en est-il de Goldman ?(Pierre s'entend!)un assassin,un innocent?J'aimerais bien la 2ème possibilité!mais j'en suis moins sûre maintenant que le temps a passé !

Pour sourire(du moins,moi,ça me fait sourire),il disait en parlant au téléphone avec un copain:"Mon frère gratouille des c.. sur une guitare"
Merci Simon. Vieux souvenirs.
Excellent article. Allez-vous inviter G.Marion, histoire d'évoquer tout ça de vive voix ?
Des anciens combattants comme ça, on en redemande.
Très bon article, merci !
Merci monsieur Marion, encore une chronique excellente.
On en redemande.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.