116
Commentaires

Gilets jaunes : "Les journalistes se sont dit : mais qui sont ces gens ?"

Sont-ils de droite, de gauche, d'ailleurs, de nulle part, du centre ? Les Gilets jaunes qui ont déboulé brutalement la semaine dernière dans le paysage médiatique sont à coup sûr un OVNI qui a dérouté plus d'un politologue ou plus d'un sociologue, et sur lequel toute analyse trop rapide semble condamnée à taper à côté. Dans cette émission, nous allons prudemment croiser les approches politiques, économiques et historiques avec nos invités : Jean-Yves Camus, directeur de l'Observatoire des radicalités politiques et chercheur associé à l'IRIS ; Thomas Porcher, économiste, spécialiste de la fiscalité des carburants et co-fondateur du parti politique Place publique ; Vincent Jarousseau, photojournaliste-documentariste ; et notre chroniqueuse et historienne Mathilde Larrère.

Commentaires préférés des abonnés

L'histoire qui s'écrit n'est pas simple à analyser, certes. Mais à La Réunion, si on est dans l'inédit sur la forme, on est dans la répétition sur le fond. D'ordinaire, l'embrasement commence à Saint-Denis. Là c'est parti de partout dans l'ile. Et ce(...)

Monsieur Schneidermann, serait-il possible d'arrêter de couper la parole à vos interlocuteurs ? Franchement par moment ça gave...

Je rejoins d'autres commentaires : D. S. arrêtez de casser les argumentations de vos invités.  Quand je parle d'argumentation, il 'agit d'argumentation rationnelle  - le type même de discours  qui fait avancer un débat, et qui fait viv(...)

Derniers commentaires

Merci pour la partie historique.


En revanche, pouvez-vous faire l'effort de considérer pareillement vos invités. Ce n'est pas parce que l'on est en visio que l'on doit se voir dire : <<on l'a déjà dit. On n'est pas obligé de répéter>>. Combien de fois vous vous répétez ?! Surtout, vous ne maitrisez pas votre plateau, l'un peut s'imposer (en plus il ne dit rien), l'autre se voit rabaissé et coupé (on lui coupe la tête en le faisant disparaître de l'écran). Votre réaction est inutilement violente à l'égard de Jarousseau. Vous pouviez l'être plutôt à l'égard de Porcher qui cherche à défendre son mouvement ni droite ni gauche, etc.


Enfin, je suis d'accord que c'est méchant d'appeler la gendarmerie pour des sans papiers... Mais, il pouvait être ajouté que l'action se déroule dans le respect de la loi (puisqu'ils ont appelé la gendarmerie). Par ailleurs, la Cgt-douane est un syndicat ce n'est pas les douanes et sa plainte c'est du vent car irrecevable. Surtout, les sans papiers ce n'est pas vraiment le travail des douanes...

1:12 JY Camus «:... l'ISF est réellement un impôt à produit marginal. Cela ne fait pas rentrer tant que ça dans les caisses de l'état .../...»

Je suis très étonné que Thomas Porcher que relève pas : il nous l'avait pourtant bien expliqué dans l'émission du 31 août, mais DS clôt la réponse par un «on ne va par refaire le débat de Macron et l'ISF» et Thomas Porcher, respectueux s'exécute, mais DS enfonce le clou d'une drôle de façon :  «...ils ont été conscients du poids symbolique de l'ISF...»

Pardon ?


Après cette émission du 31 août, n'aurait-il pas fallu éviter une phrase aussi péremptoire dans ce sujet à controverse ?

A quoi sert les émissions passées alors ??

Pourquoi l'identification au mouvement  ? Peut être que ces jeunes journalistes se sentent proche des gilets jaunes parce qu'ils ont vu leurs conditions de rémunération, d'embauches ou de perspectives  se durcir ces dernières années et que pour eux aussi, c'est plus difficile que prévu ? 

Je sais ce n'était pas le sujet de l'émission, mais sur la fin l'invité à gauche sur le plateau , au sujet de l'ISF,évoque son montant , cinq milliard, comme étant négligeable. C'est un lieu commun de minimiser ainsi l'importance de l'ISF. 

Je suis , à chaque fois étonné, de n'avoir jamais entendu en réponse que lorsque qu'on parle du déficit de la sécurité sociale , cinq milliards, on n'en parle jamais comme un phénomène négligeable. 

Ps: cinq milliard c'est plus de 100.000 postes à 4000 euro par mois , infirmières,enseignants, .....

Bah Daniel, dans votre entretien chez Thinkerview, on vous entend dire qu'à @si, vous avez renoncé à inviter des hommes politiques, et vous invitez Thomas Porcher, qui vient de fonder un parti politique...

Je vous taquine, vous avez bien fait de l'inviter, il était très bien.

Par contre, pas de langue de bois: des gens qui livrent à la police des migrants qu'ils ont "débusqué", ce ne sont même pas des gens d'extrême droite, ce sont des salopards. Je pense qu'il ne faut pas transiger avec ça. Ne serait-ce que, précisément, pour ne pas favoriser une dérive vers l'ED et même pire. 


On ne peut par contre pas prétendre que tous les gilets jaunes approuvent. J'imagine qu'il y a même des électeurs de MLP qui ne se sentent pas très bien avec ça, je me trompe?

Pourquoi faire de l'épisode des migrants un point d'orgue de l'émission alors que ce n'était manifestement pas un des thèmes mobilisateurs  des manifestations ?

 Tiens! On voit Mathilde Larrère demander la parole en levant le doigt. Faut dire que c'est pas facile de couper D.S. alors que lui coupe très souvent les autres intervenants.

À 38 minutes: enfin, on parle du fameux contrôle technique qui plombe en effet les plus pauvres. l'angoisse avant, est-ce qu'elle va passer, ma vieille ferraille? le fric, ça coûte, la remise en état, et c'est peut être pour rien si elle passe pas. Acheter une neuve, impossible, électrique faut même pas y penser, une occace, c'est des ennuis en perspective, elle est jamais bien clean, l'occase, et un mois après on s'aperçoit que... au moins la vieille on la connaît. Ajouter les vignettes multicolores, qui peuvent, simplement, t'empêcher d'aller au boulot en cas de pollution, t'obliger à changer de bagnole alors que t'as fait des miracles d'équilibre pour maintenir la tienne en état. 


Minable. Et la pub pour les grosses cylindrées, les pleines de gadgets, les celles qui te rendent libre de rouler dans le désert, la montagne, la forêt, limite elles marchent sur les eaux. 

Une émission très intéressante mais... très frustrante dans son déroulement!

J'ai trouvé M. Schneidermann extrêmement "excité" dans sa gestuelle et ses interruptions brusques et répétées des invités. Comme l'a dit une précédente asinaute, M. Schneidermann fait partie du dispositif qui a rendu la discussion difficile à suivre. Je ne suis pas convaincu que l'expérience ait été bonne pour les trois invités (et peut-être aussi pour Mathilde Larrère).

Certes, je reconnais volontiers la nécessité, la légitimité et la pertinence de ce genre d'intervention dans certains cas (de réponse à côté de la plaque, de langue de bois, d'évitement, etc.) et elles me semblent les bienvenues. Néanmoins, elles ne me paraissaient pas du tout l'être dans le cas présent.

J'ai trouvé le passage avec Thomas Porcher (soit dit en passant toujours clair et excellent dans ses interventions) particulièrement irrespectueux. Lui demander son avis sur la prise de position de son collègue de "Place Publique" peut être légitime, mais il y avait là une forme d'injonction à se prononcer qui n'était pas très convenable.


Certes, il faut éviter les répétitions et, malgré la durée de l'émission, le temps est compté (surtout lorsque 12-15 minutes sont consacrées à une chronique historique qui mérite sa place et est toujours très intéressante). Mais peut-être y a-t-il une autre façon de le faire que par le brutal "On a bien compris" ou le récurrent et non moins brutal "on l'a déjà dit", surtout pour les invités en vidéoconférence pour qui ce ne doit pas être toujours simple de suivre les débats et d'intervenir.


À titre de comparaison, DS avait bien laissé parler ses invité-e-s lors de l'émission sur le Brésil (au demeurant très intéressante et claire), quitte à laisser passer une énorme erreur de statistique. Je suppose que le fait de ne pas trop connaître la situation brésilienne incitait DS à plus de retenue alors que le sujet des "gilets jaunes" venait le chercher avec plus de passion et d'excitation (surtout s'il a passé la semaine à écouter, regarder et lire sur le sujet). Je peux le comprendre mais attention aux conséquences de cela sur la discussion en plateau.

Émission  très difficile à suivre, surtout quand M DS coupe la parole à ses interlocuteurs.En particulier à M Jarousseau qui n'a pas pu finir son propos .D'ailleurs je pense qu'on n'a pas assez dit que les plus pollueurs ne sont pas les automobilistes qui utilisent leur voiture pour le travail mais CEUX(vous devinez quelle classe sociale!) qui prennent l'avion pour leur week end et leurs vacances ; ainsi que tous ces paquebots croisières qui tournent dans les ports à l’arrêt pendant les escales ...parlez en aux marseillais, aux sétois, etc...  

J'aimerais bien une suite à cette émission la semaine prochaine. Merci !!

Niveau contexte, outre les mesures fiscales favorables aux énormes entreprises et aux très riches, outre les mesures fiscales défavorables aux classes moyennes, modestes, et pauvres, et outre l'indécente défiscalisation du kérosène: se rajoute l'indemnisation de 305 à 425 millions d'€ à Vinci pour "nous faire pardonner" de ne pas avoir transférer l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes ! Une indemnisation prévue alors que les études d'avant projet et le bouclage financier ne sont même pas terminés !


Autrement dit, on s'apprête à verser un tiers à quasiment un demi milliard à Vinci pour des travaux dont on ne sait même pas combien ils auraient couté !


Quitte à marcher sur la tête et à pomper comme des shadocks, on devrait mettre également dans la balance les anticipations suivantes:

- les retards et dépassements de délais desquels Vinci est coutumière,

- les livraisons non conformes au Cahier des Charges,

- les fraudes fiscales avec l'argent récolté,

- les contrats de travail dissimulés et illégaux,

- les sanctions européennes relatives aux saccages écologiques, ...

- les manquements aux normes de sécurité,

qui n'auraient pas manqués d'avoir lieu.


Peut-être bien que Vinci aurait touché un joli pactole, mais tout aussi certainement et logiquement, elle aurait eu également bien des choses à se reprocher, et tout un tas d'amendes, de préjudices, et de réparations à payer !

Je rejoins d'autres commentaires : D. S. arrêtez de casser les argumentations de vos invités.  Quand je parle d'argumentation, il 'agit d'argumentation rationnelle  - le type même de discours  qui fait avancer un débat, et qui fait vivre la démocratie. Vous croyez faire avancer le débat en coupant une argumentation ; vous le rendez chaotique. Ne serait-ce pas le spectaculaire journalistique que vous voulez mettre en avant : le mouvement des G.J. est-il fascisant ? Place Publique a-t-il un leadership désaccordé, etc ? Personnellement ceci m'intéresse très secondairement par rapport aux argumentations de vos invités qui m'ont éclairés - mais avec une perte indéniable due à certaines de vos interventions - sur le sens social et historique du mouvement des G.J.

Emission intéressante mais choquant la façon dont D.S coupe brutalement la parole à M. Jarousseau et le fait disparaître totalement de la dernière partie de l'émission

Mais c'est pas systématique, en fait, la bienveillance des médias envers les mouvements qui protestent contre des impôts, par opposition à leur hostilité aux mouvements pro-services publics? Il me semble qu'ils avaient été tout aussi bienveillants envers les bonnets rouges ou le Mouvement des Pigeons, non?

Très intéressante émissions. Je vous en temercie! 

Merci pour l'emission.Th. Porcher pointe les populations urbaines moins utilisatrices de voitures mais plus consommatrices d'avion. Au delà de ces clichés peut-être en partie vrais, je ne parviens pas a trouver de documentation qui permettrait de savoir qui d'un rural ou d'un urbain a la plus grosse empreinte carbone. Existe-t-il des statistiques par régions, peut être (ce qui ne répondrait certes qu'imparfaitement à la question)? Si un rural pollue + a cause de sa voiture mais au fnal bcp - car il ne prend pas l'avion, il ne serait pas légitime (toutes choses étant égales par ailleurs) de le cibler prioritairement via la fiscalité écologique, meme si sa voiture fait de la fumée. L'inverse est valable aussi. Mais je ne trouve pas ces données. Peut-être que des asinautes ont ça ? On pourrait alors sortir des postures, en partie...

Une  émission très intéressante . tout ce qu'ont dit les participants était intéressant . Jean - Yves Camus a souligné que le mouvement n'était pas vraiment fasciste ,même si les radicaux d'extrême- droite étaient parfois présents .Il me semble  que le mouvement  montre l'existence de " deux France" , une France plutôt intégrée  et une France qui  connaît de grandes difficultés et n'est pas écoutée .

Bonne émission. Bien pour Mathilde Larère qui nous incite à ne pas nous précipiter dans des analyses trop rapides et faussées par nos préjugés. Je pense que Linda devrait y faire attention. J’ai souvent l’impression qu’elle est parasitée par ses émotions et ses a priori ... comme D.S, d’ailleurs. Ici, à La Réunion, le mouvement semble un peu différent de celui de la métropole.... en tout cas, s’il vous plaît, ne confondez pas « gilets jaunes » et casseurs.... ici, on casse à Noël, à Nouvel An, à Halloween.... bref, tout est prétexte.... même si la misère et le chômage dans certains quartiers peuvent expliquer le phénomène, cela n’a rien à voir avec le très ample mouvement de blocage et de contestation qui concerne un très grand nombre de Réunionnais.

Édifiant sur les bloqueurs de Denain, certains votent RN, écolo (enfin une, encore que écolo ??), et ne votent pas …

Donc ils viennent manifester alors qu’ils n’ont pas effectué leur devoir de voter !! Ils ont laissé Macron devenir PDT et après ils râlent …


De plus ces propos, ces actes racistes sont  inqualifiables et indéfendables.


Encore plus croustillant quand un manifestant dit qu’il ne faut pas brûler la carte électeur, on en a besoin pour Marine !

Et ces propos anti-Parisiens ! 

 D’une caricature, pour eux tous les Parisiens prennent des Falcone pour aller bosser ! Non, on vient en métro ou RER.


Comparons notre bilan carbone alors, je prends le Ouigo à 15 ou 9 EUR en vacances ,et eux ? ce sont aussi ceux qui prennent les Low cost  Rayan Air ...


Certains sont allés vivre dans ces zones péri urbaines, pour ne pas se mélanger aux banlieusards, ou ces banlieusards dont sont issus les Mbappé, Mzozi, Ngolo …ceux-là même qui ont hurlé Vive la France cet été quand ces « Africains » ont gagné la coupe. Et oui, c’est oublié tout ça.


Et le journaliste Vincent Jarousseau, qui ne trouve rien à redire à tout ça, cela veut dire qu’il partage leur avis, nauséabond.


Pour certains donc, c’est leur première manif ! Whaou !


Qu’ont-ils fait pendant qu’on cassait le service public ?

Qu’ont-ils fait pendant la marche pour le climat ?

Qu’ont-ils fait pendant nuit debout ?

Qu’ont-ils fait pour défendre le code du travail ?

Qu’ont-ils fait quand on fermait les petites gares ? Les postes ?

Qu’ont-ils fait pour défendre l’école publique, laïque ? Les profs ?

Qu’ont-ils fait pour défendre les migrants ?  Les immigrés ?


A propos avez-vous déjà vous des manifs de profs, de magistrats, de postiers, de pompiers ou l'on s'en prend aux homos, aux immigrés, aux migrants?


On tape sur les syndicats, mais eux au moins, ont rappelé qu'on ne manifestait pas avec l'extrême-droite, et dénoncé, dans les termes les plus clairs, les actes racistes et homophobes.

Les gilets jaunes, « ces nuits debout de droite » devraient s’en inspirer, mais comme ils n’ont pas de porte-parole, et sont apolitiques … tous les excès sont permis.


Aparté pour  La Réunion, les blocages sont aussi racistes, oui, ils rackettent les zoreilles touristes, les bloquent... C'est du racisme à l’ envers, sans parler du racisme anti-comorien, latent, car on pense, et on diffuse que ce sont les comoriens et mahorais qui incendient.


De plus, il y a beaucoup de violence, les commerçants sont forcés de fermer sinon ils se sont tabasser ou casser leur boutique. Du coup dans certains quartiers il commence à manquer des vivres. Ne pas oublier  le racket fait par les barrages filtrants, ou les manifestants détroussent les automobilistes.

très bon débat , m'a permis de mieux cerner Porcher ,et comprends mieux son association avec Glucksman , Larrère magnifique comme toujours , c'est dur de penser des gens qui se comportent comme des fachos sans être des fachos ... moi je vois ça tout les jours ...

Très bonne émission. Et qui va dans le sens inverse des billets de Daniel Schneidermann de ces derniers jours sur les gilets jaunes. Pour ça que j'aime ce site pas de vision caricaturale ici.

si on écoute Besancenot, la stratégie du NPA, des syndicats et d'une partie de la gauche, c'est de capitaliser sur le mouvement spontané mais de se décaler pour créer "autre chose"; une suite du mouvement qui soit authentiquement de gauche et antifasciste;  avec une réflexion politique derrière; pour s'éloigner du fourre-tout gilets jaunes.

ce qu'il raconte sur BFM:

https://vimeo.com/301796635

ça se traduit très concrétement par l'annonce d'une grève reconductible dans les raffineries (des greves en general très efficace pour paralyser l'économie):

https://twitter.com/olbesancenot/status/1065529948063113217

https://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2018/11/22/mouvement-de-greve-dans-six-raffineries_5387190_1656968.html

ça se traduit aussi il me semble par cette plainte de la CGT douanes contre ceux qui ont livrés des migrants. ne rien laisser passer.

Moi j'aimerai une émission : "Ceux qui nous gouvernent : mais qui sont ces gens ?" 

Oui, qui sont ces gens bardés d'auto-suffisance, de "supériorisme", qui disposent de rémunérations indécentes au vu de la pénibilité de leurs emplois, mais surtout de leurs résultats catastrophiques. Qui sont ces gens qui échouent depuis 40 ans à faire baisser le chômage en France, mais qui voudraient dorénavant nous faire croire qu'ils vont arriver à faire baisser la température du climat planétaire avec une nouvelle taxe.  Le côté malin, c'est que ça va prendre longtemps. Et vu que la France c'est 1% de la population du globe, si ça ne marche pas ce sera la faute des autres. 

Il faut quand même savoir que les porte-conteneurs qui voguent sur les mers ne sont pas concernés par les taxes. Et un porte conteneur dégage autant de particules fines qu'un million de voitures (Canard Enchaîné qui cite l'expert allemand Axel Friedrich). On ne parle pas du kérosène des milliers d'avions qui vous passent au-dessus. Il ne faudrait pas pénaliser le moyen de transport principal de ces législateurs bien-aimé pour décompresser le week-end loin du pays qu'ils saignent.

Bon Daniel, sérieux, invite des femmes (oui ça devient tel que je me permet le tutoiement... Voilà c'est dit), c'est quand même pas si compliqué que ça !


Alors ok cette fois Mathilde Larrère avait un peu plus de place, elle aura participé aussi à l'émission et pas uniquement pour sa chronique (toujours aussi éclairante au demeurant). Mais fichtre quoi.
De mémoire, la seule fois où il y'a eut une majorité de femmes c'était pour Jacqueline Sauvage ou le harcèlement sur twiter... Alors y'en a peut être une ou deux autres dont je ne me souviens pas, mais c'est un peu triste comme constat.

Sinon bonne émission. On a du mal a le saisir ce mouvement, c'est pas ininterressant ce qui ce passe là, mais j'ai peur qu'on y projette un peu tous ce qu'on aimerait y voir.  

Merci à Vincent Jarousseau de nous avoir donné les éclairages les plus intéressants sur le mouvement en cours.


Ce que raconte Mathilde Larrère sur le passé m'a beaucoup intéressé, mais j'aurais attendu du "spécialiste de la fiscalité des carburants" qu'il s'intéresse plus à l'avenir et qu'il fasse observer qu'avec les bonnets rouges et les gilets jaunes, on se trouve face aux premiers mouvements ayant un rapport direct avec les problèmes climatiques et l'épuisement des ressources naturelles.


Il ne m'a pas vraiment plu que la collègue de DS disqualifie comme si cela allait de soi "l'écologie punitive". Nier, sous prétexte de ne pas faire de peine à Pascal Bruckner et Ségolène Royal, que les contraintes écologiques vont nous faire avaler une potion terriblement amère revient à nier que les problèmes de limites de notre planète existent, à faire croire que l'on pourrait continuer encore longtemps à consommer et à brûler toujours plus de pétrole


Si, en matière de taxation des carburants, on veut faire payer les riches au moins autant que les pauvres, il ne faut pas faire semblant en rétablissant l'ISF (on peut aussi, pourquoi pas, rétablir l'ISF, mais on aura surtout fait semblant de faire quelque chose), il faut carrément taxer le kérosène avec toutes les conséquences que l'on imagine (fin de la vache à lait Airbus, des vacances aux Caraîbes ...) Ce n'est pas simple mais cela implique que notre gouvernement, nos députés européens ... en fasse une priorité à l'International.



Et si ce n'était qu'un Gérard Nicoud (cid-unati années 70) remplacé par face-book ?

L'histoire qui s'écrit n'est pas simple à analyser, certes. Mais à La Réunion, si on est dans l'inédit sur la forme, on est dans la répétition sur le fond. D'ordinaire, l'embrasement commence à Saint-Denis. Là c'est parti de partout dans l'ile. Et ce n'est pas qu'un embrasement. C'est une occupation du terrain. Une visibilité, face à un gouvernement aveugle. C'est une colère partagée par tellement de gens... Des débordements il y en a, mais contrairement à ce qui a pu se passer pour les mouvements contre la loi travail, ils n'oblitèrent pas le fond des revendications, dans leur diversité. 


Il ne faut pas se plaindre de  ne pas avoir de leader quand depuis des années on s'applique patiemment à affaiblir le contre-pouvoir que pouvait représenter les syndicats par exemple. Il ne faut pas se plaindre de n'avoir pas de leader, quand dès qu'il y en a un, on passe son temps à gloser sur sa personne au lieu de s'intéresser au message dont il est porteur.


Je ne sais pas comment ça se passe en Métropole, mais ici, ceux qui peuvent ne pas circuler ne circulent pas. Les stations services sont fermées la plupart du temps, et lorsqu'elles ouvrent, elles sont prises d'assaut jusqu'à assèchement. On trouve de la nourriture pour le moment dans les commerces de proximité, à condition de venir le matin. Le couvre-feu fait que sans doute les livraisons maintenant se font de nuit (en tout cas, ça circule plus, les gens voient des camions).


Depuis hier, commencent à émerger des éléments de langage, critiquant un mouvement qui ne sait pas s'organiser, et qui ne sait pas ce qu'il veut. La ministre s'annonce pour mercredi prochain, et les gens commencent à comprendre que ça durera au moins jusque là.


De ce que j'ai entendu ce matin, les gilets jaunes ont été ciblés sur ce qui faisait leur force. Depuis lundi, au moins à La Réunion, Facebook rame (énormément lundi, je le sais, j'y étais une bonne partie de la journée pour  le lancement d'une série audio).
On s'est un peu énervé. Tu tentes de vendre quelque chose en lequel tu crois et pour moi vendre c'est totalement contre nature et la technique te joue des tours de cochon. Or finalement, il se peut que nous n'ayons été que des victimes collatérales d'une action de surveillance et nettoyage probablement d'Etat, sur facebook, visant justement la communication  des gilets jaune. Ils étaient en train d'essayer de s'organiser. Ils ne se connaissent pas. Et ils utilisaient donc Facebook pour échanger. La personne que j'ai entendu ce matin à la radio disait qu'on leur a enlevé ce moyen. Et du coup, pour avoir des revendications communes, c'était très compliqué. Après, il s'agit d'un témoignage.  Mais je confirme les soucis avec Facebook, au moins en début de semaine.


Le Préfet quant à lui demande à parler à des représentants. Je n'ai pas trop suivi l'épisode rencontre avec le Préfet, tant je n'attends rien de bon d'un pouvoir qui s'est toujours montré méprisant vis à vis de ceux qui expriment la moindre revendication. J'ai la sensation qu'ils jouent la montre, espérant que la population finisse par se retourner contre le mouvement.


Je crois qu'ils n'ont toujours pas compris là-haut que si jamais ils tuaient tout espoir, alors, ils laisseraient la place uniquement à la violence. On a des gens pour le moment qui veulent encore discuter et qui ne s'en privent pas. Ils seraient temps que là-haut ils atterrissent, qu'ils ouvrent les yeux et leurs oreilles. On ne peut pas monter indéfiniment les taxes quand en face on vide peu à peu les services publiques de leur substance. Prendre toujours plus en donnant de moins en moins en échange, ce n'est pas un sacrifice, c'est une injustice quand d'autres sont gavés par ailleurs.


Je ne sais pas comment ou quand tout ceci se terminera à la Réunion, mais nos apprentis sorciers  de tout en haut sont en train de récolter les graines qu'ils ont semées. Et s'ils ne les ont pas semées toutes, ils ont quand même repris l'exploitation dans le sens le moins favorable au plus grand nombre. Ostensiblement. Qu'ils gèrent maintenant et de manière humaine. Ça les changera !




Monsieur Schneidermann, serait-il possible d'arrêter de couper la parole à vos interlocuteurs ? Franchement par moment ça gave...

Pour revenir aux populations qui manifestent.

Je me souviens il y a très longtemps, à propos de manifestations dans le coin où j'habite, qui avait tournée à l'émeute de "banlieue", un ami qui était syndicaliste m'avait raconté comment le gouvernement et le patronat local avait cédé quand les "papas" avaient fait savoir que si ça continuait, ils allaient entrer dans la danse.

Il m'a dit: quand F... à compris que c'était les "papas" et non les "taurearea (jeunes)" qu'il allait avoir dans les rues, il a compris que c'était plié. Il a fait machine arrière.

Pour ceux qui n'ont pas compris, ce ne sont plus des "gamins" (les Djeun's) qui sont dans la rue, mais des PAPAS et des MAMANS (soyons inclusif :-) ), pas des catégories sociales ou économiques. Ceux ne sont plus les jeunes qui gueulent mais les ADULTES et qu'ils sont prêt à tout casser (que pensez vous qu'un retraité a à perdre, la vie?) - ne vous y trompez pas - non pas pour s'amuser, s'éclater, mais pour tout changer

Et ça, ça s'appelle une Révolution.

Effectivement, il est trop tôt et impossible à dire, comme le dit Madame Larrère, si ça en sera une ou pas, a ce stade. Mais tout est en place pour que ça s'embrase.

C'est pour ça que je pense que nos gouvernants ont intérêt à comprendre vite, mais vite, parce que sinon ça va chier.

un peu choqué quand Camus a dit qu'il fallait faire de la "pédagogie", après la violence de ce qu'on venait de voir; à moins que ce soit un euphémisme pour aller foutre des mandales dans la gueule des fachos (ou disons plus précisément des raclures de fond de chiottes qui dénoncent des migrants aux douanes; ça va on a encore le droit de dire que c'est des fachos?), et dans ce cas là il faudra effectivement un peu de "pédagogie". (il a explicité après; puisqu'il faisait référence à ça:

https://paris-luttes.info/quelques-appels-a-rejoindre-la-11076 )


Pour compléter les précieux éclaircissements de Mathilde Larrère: la note de Gérard Noiriel (auteur d'Une Histoire  populaire de la France)

Merci beaucoup pour cette émission et les éclaircissements historiques très clairs comme toujours de Mathilde Larrère. J'aimerais juste apporter un peu d'humour dans ce très grand pessimisme ambiant qui ne peut aller que crescendo : 


Depuis des semaines la télévision, la radio et les journaux nous font tourner la tête avec le gasoil et l'essence, des prix à la pompe qui augmentent, des taxes etc.
Alors je vais juste ajouter mon grain de sel et pasticher Devos qui disait ne pas comprendre ces histoires autour du prix de l'essence, car lui, il en prend toujours pour 100 francs. Mais moi j'utilise une essence dont personne ne parle ni ne mentionne à peine son existence, à savoir le fameux Ethanol 85. Dans ma voiture VW, je ne mets que cette essence au prix de 69 à 80 centimes le litre ! La seule pompe où le prix défile plus lentement que l'essence. Alors ma question, pourquoi cette omerta sur ce carburant ? À ma très grande surprise un jour, Je vois une mercedes sport se servir de ce carburant... C'est le monde à l'envers, le peuple jaunit une manifestation contre l'essence chère et les riches roulent au E85 à 70 centimes le litre... Cela me rappelle une suite de dessins de Sempé qui mettait en parallèle un patron sortant de sa villa avec une voiture de plus en plus grosse pendant que l'ouvrier commençait avec un vélo, puis mobylette, scooter et enfin sa petite voiture au moment ou le patron  sortait avec un vélo...
Une enquête sur ce sujet serait instructive. C'est certain que vu le prix du E85, les pompistes ne se précipitent pas pour distribuer ce carburant, vendu essentiellement dans quelques stations Total et curieusement dans certains petits supermarchés en province. Je suis conscient, comme dit si bien Mathilde, que l'essence ou gasoil n'est que l'étincelle...

J'en suis au début et le première question est : pourquoi certains journalistes se sont identifiés (sans s'en rendre compte - au vu des reportages montrés) au mouvement Gilet jaune?

Ben ça me parrait évident: ça ne fait que confirmer le coté totalement ouvert et généralisé du ras le bol de la population dans son ensemble.

Inconsciemment, journaliste ou pas une majorité de citoyens se sentent concerné favorablement par l'expression du CA SUFFIT maintenant, STOP!  On en a marre!

L'impossibilité de définir actuellement un mot d'ordre, une tendance politique cohérente, vient du fait que nous avons marre de choses qui sont toutes là, mais qui ne sont pas forcément les mêmes que celles de notre voisin.

Attendons la suite pour voir si les choses seront perçues ainsi sur le plateau.

J'espere que cette emission sera en accés libre pour que je puisse la partager.


"Émission fouillis et non conclusive". DS a d'autant mieux résumé qu'il a été partie prenante dans le dispositif ! Mais y a des choses à apprendre sur le plan historique (merci Mathilde) et des sons de cloche divers, compréhensifs ou embarrassés à l'égard d'un mouvement qui se cherche encore, qui cherche des soutiens - dont je ne suis pas, ou des détracteurs - dont je suis encore moins.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.