147
Commentaires

France 5, territoire conquis de Macron

Commentaires préférés des abonnés

Séparatisme, oui, plus moderne, et surtout plus clair. 

Communautarisme, communautés, il y a une multitudes de communautés en France. 

Séparatisme, c'est la version macronienne du “La France tu l'aimes où tu la quitte du FN“. C'est impression(...)

Pour avoir vécu (et revenir régulièrement) dans l'une de ces "cités" toulousaine, je vous certifie que ce type et ses affidés sont des pyromanes dangereux !  Ce n'est pas le "communautarisme qui pose problème, les gens vivent en paix ! Ce qui po(...)

"En même temps", les associations qui proposent encore, dans les quartiers populaires, des activités pour les enfants et adolescents, abandonnent le terrain faute de subventions ou brisées par la perte des emplois associatifs... il arrive que les mos(...)

Derniers commentaires

Les épithètes contre les "communautés"  ne sont qu'une énième fois la répétition de "l'assomption" de Celui  qui pense  avoir l'Autorité, le Pouvoir, que dis-je, la Vérité suprême, unique,  contre tous ces autres "mécréants" qui semblent  la détenir aussi !! Devrait-il n'y en avoir qu'un seul qui "détiendrait l'Ultime Vérité ?  (laquelle ?) alors,  les juifs, les jansénistes, les jésuites, les protestants divers, les anglicans, les bouddhistes, les hindouistes, les témoins de Jéhovah, et j'en passe..??... Mais ne  sommes-nous pas  des laïques en France...avant tout ?  Quelle fumet..!!

Pourquoi ridiculiser les personnes inquiètes de l'islam politique ? Zineb est ridiculisée lorsqu'elle pose pour son éditeur mais sa prestation au Sénat n'est pas évoqué, pas un mot sur l'Enquête de Rougier mais quelques phrases qui leu place en agent de Macron. Pourquoi ? Pourquoi pas d'émission sur le sujet ? 

Toujours ce ton moqueur concernant les journalistes qui tentent d'alerter sur le travail d'un Islam politique, comme celui des frères musulmans, pourtant jamais d'émission ni d'analyse sur cette question❓ Je suis estomaqué d'en arriver à douter du chef d'ASI. Y aurait il une raison personnelle qui rende difficile de réfléchir à ce sujet ? D'inviter l'auteur de Taqqyia et l'un des responsables ou ex de l'UOIF? 

Ce qu'illustre cet article, c'est surtout le suivisme des médias par rapport à l'agenda présidentile/gouvernemental, quitte parfois à donner la parole aux personnes qui critiquent la position du gouvernement mais toujours sur le sujet choisi par le gouvernement. Alors qu'il y a tant d'autres sujets qui pourraient être évoqués.

Quand on regarde la télé, c'est particulièrement frappant car on va avoir pendant quelques semaines les mêms sujets, les mêmes débats dans toutes les émissions sur toutes les chaînes, ce qui provoque d'ailleurs un sentiment de trop plein, de déjà-vu.

Au tout début de feu "Ce soir ou jamais" de Frédéric Taddéi (quand l'émission était quotidienne), il y était souvent abordé des sujets divers et pas forcément le sujet dans l'air du temps. Cela s'est gâté quand l'émission est devenue hebdomadaire.


On parle du "séparatisme", pourquoi pas? C'est un sujet qui peut avoir son importance mais pourquoi juste quand Macron en parle.



Ce "suivisme" explique le désarroi des médias et des politiques au moment des gilets jaunes. Comment ? Un mouvement spontané, des idées qui arrivent toutes seules sans plan de communication bien rôdé : la fracture territoriale, l'inégalité face à l'écologie, le RIC...

A quand les  "Macronnades" contre les "séparatistes", comme on parlait des Dragonnades de Louis XIV contre les "séparatistes" protestants  ?? L'Histoire, c'est comme les rages de dents, ça revient si on ne prend pas garde à ce qu'on mâche tous les jours !!

France5 puisque tel est le sujet de la chronique n'est pas un territoire conquis de E Macron mais certains espaces sont très probablement victimes de .... séparatisme : C est dans l'air, C à vous, C politique, C l'hebdo,  notamment.


Ces émissions à l'origine plutôt bien construites ont dérivé vers le soutien à la propagande. 


Déjà avec Y Calvi à la manoeuvre, on pouvait noter que les invités (parité homme femme totalement absente, au passage, ASI l'avait remarqué) qui ne cadraient pas avec la doxa du moment étaient moqués, 


Dans C L hebdo, il semble que l'animateur n'ait pas la qualité (ou la volonté) de se placer en terrain neutre pour faire émerger des points de vue. Il prend part à la "mise à mort" de l'invité avec l'aide de ses chroniqueurs, voire des autres invités (juste à titre d'exemple, voir comment M Pinçon Charlot a été empêchée de dérouler ses analyses, mais c'est le cas à chaque fois.) En fait, le but n'est pas d'aider le spectateur à se faire une opinion,  il s'agit de rendre l'invité ridicule pour que ce dernier adhère à la thèse des animateurs/invités/chroniqueurs (c'est du même niveau que P Praud sur une chaine d'info en continu.)


Dans C dans l'air, la plupart du temps, les "experts" ne sont jamais en désaccord (donc aucun éclairage sérieux n'est proposé au spectateur?), mieux ils apparaissent quel que soit le sujet: capables de disserter Coronavirus, Syrie, finance mondiale, .... et pérorent avec le même aplomb, superficiel pour la plupart (on dirait que l'éternel C Barbier a disparu depuis ses dernières bourdes.)  Heureusement, certaines nouveaux venus de l'OCDE ou d'autres organismes réputés représentent l'exception qui confirme la règle.


Dans C est à vous, on sert la soupe (voir au hasard Cecilia S qui vient essayer de lancer la carrière politique de son fils qu'elle a eu avec Nicolas S.)


J'ai fini par arrêter de regarder d'un oeil de plus en plus distrait  ces émissions. J'avais basculé sur Arte (28 minutes, E Quin) mais avec ce que nous avons appris sur la présence d'une chroniqueuse consultante présentant des points de vue vraiment discutables sans que ses engagements politiques qui les soutenaient aient été mentionnés par l'animatrice, m'a fait douter de la qualité de la démarche.


Ca me rappelle La Grande Librairie avec l'animateur qui invite sa compagne en la vouvoyant et sans le dire (pensant que ca ne se verrait pas?!!!).


Que faire? Reste plus que Taddei? 

A Francfort, le séparatisme des possesseurs de fusil de chasse.

C dans l'air serait egalement a analyser. Par exemple leur emission sur le cafouillage des elctions des democrates. Ils ont parle de tout les candidats (surtout boolmberg qui ne s'etaient meme pas présenté) et surtout du butitjej(je sais plus son orthographe pardon) pour dkre qu'il etait formidable, ou warren pour dire qu'elle avait bien perdue comme une merde, mais ils ont tout simplement contourné le sujet sanders. Alors que ici aux usa c'est un phénomène hein (j'y vis). Ils ne sont pas bourrins genre c un fou mais tout simplement ils evitent le sijet. Non-event. RAS. Verifiez le temps de parole sur chaque candidat c'est spectaculaire.

il est curieux ( en fait pas tant que ça) que sur France 2 (je ne sais pas pour BFM télé) que le journal de ce mercredi midi n'ait fait aucun commentaire, aucun reportage sur la remise en liberté de Pavlenski.. Ces chaînes nous ont rebattu les oreilles sur le retrait de Griveaux, en ont parlé à longueur d'antenne ; et là pas un mot pour nous faire part de cette libération? Pas une interview de Pavlenski, et de son ex-avocat Juan Branco.. les feux de l'actualité se braquent sur les protagonistes dès que cela va dans le sens du pouvoir, mais dès qu'il est pris à contre-pied( le  principal lui-même en étant le premier surpris) c'est silence radio et télé ! manipulation??  j'ai envoyé un mot à Sophia Aram concernant sa chronique de lundi matin ; elle s'en est pris aux représentants des Gilets Jaunes.. sur un ton méprisant et arrogant... décidément le respect n'est pas la marque de fabrique de la macronie ou de ses supporters...


Par curiosité j'ai fait une petite recherche sur l'apparition* de "séparatisme islamiste" dans le débat public français, histoire de voir quels glands esprits se rencontrent. 


Pas trouvé de politique employant directement cette formule avant Macron et Sibeth Ndaye (je parie qu'ils ont vérifié qu'aucun(e) Lepen ne l'avait sortie). L'occurrence précédente la plus citée est l'Appel de 100 "intellectuels" contre le séparatisme islamiste publié par Le Figaro en 2018 (signé entre autres par Finkielkraut,  Elisabeth Levy et Ivan Rioufol suite à l'affaire de la réunion non mixte de SUD éducation).


Si la formule exacte n'apparait que rarement avant, on en trouve un paquet de déclinaisons chez ces deux derniers, prenant la forme chez Elisabeth Levy de "sécession culturelle" [des musulmans] ou chez Ivan Rioufol  de "séparatisme culturel". Ou encore "séparatisme ethnique", qui se trouve dans des résumés d'un ouvrage de Rioufol sorti en 2007, La Fracture Identitaire. 


Ce terme peut lui être venu d'un détournement de "séparatisme social", qu'on trouve plusieurs fois employé dans des articles sur les banlieues suivant les émeutes de 2005 (et pouvant venir de l'ouvrage "Le ghetto français enquête sur un séparatisme social" du sociologue Eric Maurin publié en 2004). On peut aussi mentionner son lien avec une autre expression parfois appliquée aux islamistes, "séparatisme sexuel" ou "sexo-séparatisme" qu'on trouve surtout employée par des féministes ou antiracistes du courant universaliste, comme Christian Delarue du MRAP, avec des occurrences à partir des années 2000. 




Sinon pour ce qui est de l'esprit de la formule, et de son apparition au sommet de l'état, il faut se rappeler que François Hollande, dans Un président ne devrait pas dire ça (il aurait d'ailleurs mieux fait) disait (après un "Nul ne peut nier qu'il y a un problème de l'islam en France") :


« Comment peut-on éviter la partition ? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition ».


Hollande qui lui même semblait rendre hommage à son prédécesseur Nicolas Sarkozy qui écrivait dans Tout pour la France (avant qu'elle lui réponde tout sauf lui) : 


"dans certains de nos quartiers, les habitants ont parfois le sentiment de ne plus être en France. Certaines pratiques sont devenues inacceptables, et si les choses continuent de dériver à ce rythme et avec cette force, le risque d'une forme larvée de guerre civile ne peut plus être complètement écartée"


Faut remonter à Chirac pour trouver un président qui (s'il tint des discours plus qu'un brin raciste à quelques reprises) n'a jamais présenté l'islam comme une menace pour la cohésion française (ou en tout cas je retrouve pas de citation de ce style de sa part, au delà d'évoquer "les particularismes qui séparent" ou "les dangers du communautarisme" du temps de la loi sur le voile).



* évidemment dans la mesure très limitée où une recherche internet peut renseigner là dessus, si ça se trouve l'expression était employée bien avant ou a une origine précise dans un bouquin peu cité sur le net, ou j'ai juste loupé des trucs ; ça devient pénible à faire avec tous les sites de journaux immunisés à la recherche datée (genre tu cherche les articles datés d'avant 2010 et ceux sur Macron apparaissent car ils sont dans le sommaire)

Et la sécession des "pourvus" on en parle quand dans ces cours d' "anthroplogie" à deux balles ?

Dans tout ça, et les propos lénifiants jusqu'à l'écoeurement de Castaner ce matin, il n'y a toujours rien (les BRR doivent les faire rigoler) pour calmer les gardiens de la morale islamique autoproclamés qui emmerdent la population dans les cités pour faire respecter le Ramadan, le voile, une tenue "décente" etc... 

Pour l'asinaute Promethée que je fais bien rire, et tant mieux :D

Juan Branco, en fait, c'est Lucifer dans l'Ancien Testament tel que narré par John Milton dans Le Paradis Perdu.

Au ciel, Lucifer, archange, tient une bonne place dans cette société d'en haut (littéral pour le coup). Mais dieu s'entiche d’un nouveau minion, alors Lucifer en conçoit de la jalousie.

Lisez le bouquin de Branco, c'est bien ça. Il est minion, Gabriel Attal.

Lucifer lance une armée contre dieu mais est défait et chassé des cieux.

Il atterrit sur Twit... dans le Gouffre du Tatare.

Trompant la gardienne des enfers et son fils, la mort, il parvient à sortir pour découvrir le Jardin d'Eden, Paris, que dieu a créé, rongé par la culpabilité. Ici vivent Eve et Adam, soit Alexandra et Benjamin.

Alors Juan Lucifer se transforme en serpent poutinien et convainc Eve De Taddeo de croquer des vidéos de Benjamin en tenue d'Adam dans son iPhone de la Pomme.

"Ptior !" (flûte ! en vieil hébreux), lâche Benjamin en voyant le scandale.

Pour la petite histoire, dieux chassa Adam et Eve de Paris, un peu comme maintenant, et le serpent perdit ses pattes pour ramper dans la poussière. Ca ne l'empêche pas d'écrire sur Twitter, qui mérite bien son nom de 8me plaie de la démocratie, même si des pretres sains tel Daniel y écrivent.

Dieu rendit les humain mortel et la mort, fils de la gardienne de la porte, dit soudain à sa mère : "je sens des pouvoirs de destructions du tissu social et démocratique monter en moi."

Conclusion : insulter les religions est le droit le plus con du monde, parce qu'il empêche de voir à quel point l'histoire des monde est biblique. Etonnant, non.





Oublierait-on que le Qatar, plein aux as !!, grand ami de la France (dixit Sarkozy) finance plus d'une centaine de projets en Europe et parmi eux des lieux de culte de citoyens de confession musulmane. Peut-on dire en Macronie que les pratiquants musulmans, qui n'ont parfois que ces lieux pour se retrouver,  soient  responsables  du "séparatisme" ? Comme on pourrait dire que le malade de la peste est plus responsable  que le bacille Yersinia pestis lui-même ??

Le paradoxe paradoxal parallèle :


La Stigmatisation


La stigmatisation vient de Stigma signifiant les marques du supplice de Jésus.


Alors la stigmatisation, c'est du communautarisme ou séparatisme ?


Bref, c'est que de la com camarade, rien que de la com camarade ...

Dans leurs travaux, les Pinçon-Charlot et aussi Jérôme Fourquet ont constaté et dénoncé que  le  principal séparatisme effectif existe déjà: c'est celui des riches.


Sans oublier le séparatisme social de ces Gilets Jaunes


Heureusement que l'on a un catalyseur, un rassembleur

Halléluja


La République am Arsch (comme on dit en Alsace... sur le cul)

Contexte, dézoom.

- Tu ne peux pas faire plus totalitaire que Brigade de reconquête républicaine.

- Un député veut interdire la cigarette dans les rues de Paris

Comment obtenir davantage de fraternité quand, au fond, on n'en veut pas ?

Rôôô, la bonne vieille grosse ficelle ! Crise sociale des Gilets jaunes et des retraites, crise politique des scandales à répétition, état de droit bafoué, médias aux ordres, police-milice en roue libre, crise climatique mondiale, bref, le pays est au bord du chaos, mais voilà qu'enfin on montre du doigt le vrai problème de la France : la menace des barbus-qui-veulent-égorger-nos-enfants-et-prendre-le-pays-d'assaut !!!


Qu'est-ce qu'on va rire en 2022 ! Tic tac tic tac...

Se rend-t-on compte que l'on vit dans un pays ou le Président de la République explique devant les caméras quonaunproblemeaveclesarabes et quysontpascommenousquandmême sans que cela cause le moindre problème ?

La détestation des Musulmans date de la colonisation du Maghreb. Ensuite la décolonisation et l'emigration, les bandes de policiers qui reprennent en banlieue les techniques de l'Algérie Française, la marche sociale des Beurs détournée pour créer SOS Racisme. Qu'ils porte la moustache, la barbe, qu'il boivent du vin ou du thé, que les mini jupes soient courtes ou longues, les élites françaises, l'administration française, les politiques, les flics, les bourgeois, la deuxième gauche détestent les Magrébin.e.s . Le peuple français, lui, non.

Donc hier, rien de nouveau au pays. Hier, Macron est allé rencontrer des banlieusard.e.s mais il a déjeuné avec la flicaille, capiche ? Juste une andouille xénophobe de plus.

Pour avoir vécu (et revenir régulièrement) dans l'une de ces "cités" toulousaine, je vous certifie que ce type et ses affidés sont des pyromanes dangereux !  Ce n'est pas le "communautarisme qui pose problème, les gens vivent en paix ! Ce qui pose problème c'est le chômage, le coût de la vie, le manque d'éducation et d'enseignants, le manque de médecin, l'emploi "au marché noir" organisé par les entreprises et leurs sous-traitants..... pas la religion brandie le plus souvent par provocation (vestimentaire) si ce n'est par conviction. Pourquoi pas, même si en tant que femme cela me hérisse ! 

Quant à la reconquête "républicaine" laissez moi rire.... les armes à feu, les drogues diverses sont sur un marché ouvert et couvert par ceux-là mêmes chargés de les éradiquer ! 

Bon je sors, la colère monte ...

Bon. énième réflexion sur le cas Branco. Quand est-ce que vous l'invitez pour tenter de mettre vos méthodes (avec plus de classe de pour le patron de sud radio svp) en usage sur son cas? Il a fait des images le jeune homme depuis 1 an. Alors un petit arrêt sur image s'impose à la place de ces multiples allusions? 

Séparatisme, c'est bien: ça va pouvoir resservir contre les corses, les bretons, les alsaciens, les savoyards, les basques, les catalans, les irlandais, les écossais, un mot qui a de l'avenir.

Belle chronique qui montre à quel point les médias français sont des islamophobes refoulés ; cette officialisation de la cible, les Français du Maghreb, leur permet de se lâcher, comme un oiseau de malheur qui peut enfin déployer ses ailes.

Comme Daniel évoque l'affaire Griveaux, j'évoquerai son avocat, Malka, qui affirme dans le Figaro qu'il faut avoir peur de l'islam. On ne peut pas mieux faire comme oiseau de malheur. Veut-il nous refaire 2015- c'est pas ma faute, c'est les terroristes ? En tout cas, en Allemagne, on ne lui dit pas merci.

Le gouvernement allemand juge « effrayants » les projets d’attentats déjoués visant des mosquées (Le Monde)

Il y a longtemps que j'ai opéré un séparatisme ( définitif )avec les  chaînes de télé ( publiques ou privées ).


Cela m'a rendu indépendant, et j'ai rejoint la communauté des mauvais français.


Ma dissidence est renforcée par les nombreuses apparitions ,que l'on me rapporte, de notre Président, sur les étranges lucarnes 

.

Apparition, c'est bien le mot  puisqu'il est envoyé par notre Seigneur ( lequel ? , je ne saurais le dire )


Que Dieu ( lequel ? )  veuille garder Notre Président sous son aile ( poilue  ).

"En même temps", les associations qui proposent encore, dans les quartiers populaires, des activités pour les enfants et adolescents, abandonnent le terrain faute de subventions ou brisées par la perte des emplois associatifs... il arrive que les mosquées prennent le relais, version actuelle des patronages de notre enfance.

L'opération Deux Doigts dans le cul de l'islam continue.

Bonjour et merci pour cette chronique.


En fait, ce qui se passe est grave. Juste grave. On a un dispositif extrêmement puissant, associant, comme vous le démontrez une fois de plus, la forme visible de l'exercice du pouvoir et l'armada de la justification, qui vise une catégorie certes minoritaire de la population, mais quantitativement non négligeable. Et les mots coloniaux (conquête, séparatisme) passent comme une lettre à la poste.


À quand le statut des musulmans ?


Bonne journée (tout de même).

Précisons que C à vous est une production externe à France 5, livrée tout chaud par 3ème œil.

Séparatisme, oui, plus moderne, et surtout plus clair. 

Communautarisme, communautés, il y a une multitudes de communautés en France. 

Séparatisme, c'est la version macronienne du “La France tu l'aimes où tu la quitte du FN“. C'est impressionnant ce travail sur les mots. Comme si le gouvernement passait plus de temps à travailler les mots qu'à réfléchir à l'état du pays. Tout un travail de déconstruction reconstruction. Un travail de fourmis à quelques semaines des municipales.

Hier une brêve de l'AFP ciselée avec la même attention.

“La fresque en hommage à Steve Maia Caniço, mort à Nantes en juin dernier lors d'une Fête de la musique marquée par une opération policière controversée, a été recouverte d'une croix celtique noire. “

On ne dit pas Bavure policière et Tué par la police, mais opération policière controversée

On ne dit pas Dégradée, mais recouverte

On ne dit pas groupe néo-nazi, mais croix celtique noire


On ne dit pas communautarisme mais séparatisme…

Je ne suis pas directement confronté au problème ne vivant pas dans un quartier ou "le communautarisme est un problème "; mais peut-être qu'au dela de la propagande Macronienne, relayée avec zèle par les médias meanstream; la vérité est quelque part entre les 2 discours  :


" Il y a d’un côté une forme de déni et de l’autre l’hystérisation "


https://www.liberation.fr/france/2020/02/18/il-y-a-d-un-cote-une-forme-de-deni-et-de-l-autre-l-hysterisation_1778852

​Précision à apporter au post-scriptum


Le bâtonnier a demandé à Branco de se retirer, c'est vrai, mais il récuse l'accusation de conflit d'intérêts. Parole, parole, peut-être ! Mais en droit, les mots ont un sens ;)

Bacqué en se bogdanovant se décrédibilise. 

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.